Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 13:53
"Et tous ces oiseaux qui étaient si bien, là haut dans les nuages..."

Hello !

 
Quand il s'agit du sort des animaux, il est vrai que j'ai tendance à avoir "la tête près du bonnet", dixit ces chers Anges.
 
Et ça ne va pas s'améliorer quand on écoute les alertes sur la disparition accélérée de la biodiversité (encore que disparition accélérée semble un euphémisme). 
 
 
Tout à l'heure, j'écoutais la 3, et ce même sujet était évoqué, de nos dégâts en seulement 10 ou 15 ans ce qui m'a filé l'angoisse, quand on entend l'état des lieux,
 
 
Du coup, inutile de se mettre la rate au court bouillon, ça ne changera rien, mieux vaut chercher des solutions, j'ai résolu de zapper...
 
 
Pour tomber sur "La Quotidienne", sur France 5...
 
Qui lançait exactement la même alerte, illustrée...
 
 
PAR UN EXTRAIT DE LA CHANSON DE MICHEL DELPECH:
 
"Par-dessus l'étang, soudain j'ai vu passer les oies sauvages" !!!!
 
 
Il était environ 12h25, en ce jour de Sainte Rosalie.
 
 
Étrange cette nouvelle "coïncidence" qui se rajoute aux autres, en lien avec ce chanteur et sa femme ????
 
En tous cas, cela ma inspiré le titre, par un autre extrait de cette même chanson...
 
 
Les chiffres qui ont été donnés dans ces 2 émissions font froid dans le dos:
 
 
Un dixième des espèces sont menacées de disparition à très court terme: 
 
25 % de papillons en moins, 26 % de libellules, 40 % de chauve-souris, les hirondelles, perdrix, etc., et ceci en 10 ou 15 ans !!!!
 
Et nous sommes dans la même dynamique que les crises du passé qui ont notamment conduit à la disparition des dinosaures.
 
 
Heureusement, sur les conseils de ces chers Anges, je nourris les animaux (oiseaux compris) autour de la maison TOUTE L'ANNEE.
 
 
Oui, car n'en déplaise à certains bien pensants qui répètent à l'envi depuis des années et des années "qu'il ne faut nourrir les oiseaux qu'en hiver, après il faut les laisser se débrouiller seuls, pour ne pas les rendre dépendants". 
 
 
Grrrrr !!! 
 
 
Quand il n'y a rien à bouffer, ou beaucoup moins, à cause de nos dégâts, ils font comment tous ces animaux ????
 
 
De plus, c'est un non sens de prendre les oiseaux pour des imbéciles. 
 
 
Si on les observe bien, on se rend compte qu'ils ne mangent les graines, boules, etc. que quand ils n'ont pas mieux autour d'eux. 
Les oiseaux sont toujours en mouvement. Leurs ailes leur permettent de parcourir des distances assez importantes.
 
 
Je le vois bien quand je suis en retard pour la "soupe", ou que les mangeoires sont vidées plus tôt. Ils sont partis ailleurs, seuls parfois quelques uns surveillent et alertent les autres.
 
 
Mes chers inspirateurs célestes, qui voient venir la situation depuis bien longtemps (j'en ai parlé dans mon premier livre, en 2006), m'ont dit ceci:
 
 
"Les oiseaux, et autres animaux de la campagne sont, plus que tout autre, habitués à l'impermanence des choses."
 
 
Quand il n'y a plus de graines dans le champ de tournesols ou de blé, ils vont ailleurs, de même quand il n'y a plus de fruits sur les arbres ou buissons.
On ne voit pas d'hécatombe d'oiseaux morts à attendre "bêtement" que les arbres donnent des fruits en hiver !
 
 
L'an dernier, nous sommes arrivés ici à la fin du printemps. Du coup, trop de travail, je n'ai pas installé de mangeoires, j'ai mis "seulement" des gamelles d'eau.
 
 
Nous avons été catastrophés de voir l'hécatombe d'oeufs, d'oisillons tombés du nid, s'écrasant lamentablement sur la terrasse, surtout au moment des grosses chaleurs, ainsi que 2 petits merles vus mal en point dans la cour, et retrouvés morts le lendemain, et même plusieurs adultes passereaux retrouvés morts.
 
 
Cette année, où je ne me suis pas arrêtée de leur donner à manger et boire...
 
 
NOUS AVONS JUSTE TROUVE UN OEUF ECRASE ET UN SEUL ADULTE MORT.
 
 
Pourtant il y a les mêmes champs autour, donc probablement les mêmes traitements, et la canicule a été bien plus importante que l'an dernier, sans parler de la sécheresse qui raréfie les insectes de la terre (vers, chenilles, etc.).
 
 
Depuis plusieurs semaines, le jardin bruisse d'oisillons amenés par leurs parents afin d'être nourris sans trop de danger, tant qu'ils sont petits et fragiles, après ils s'en vont ailleurs...
 
 
Et cette année, aucun petit merle mal en point ou mort.
 
 
Si on continue à attendre que la Nature se débrouille seule face à nos bulldozers, pesticides, arrachages de haies pour gagner quelques plants, etc., on risque fort de se réveiller un jour catastrophés, et il sera trop tard.
 
 
N'est-ce pas à chacun de nous de prendre soin d'elle et de ses habitants, si petits soient-ils, chacun à son niveau ?????
 
Voilà, bonne journée !!!!
"Et tous ces oiseaux qui étaient si bien, là haut dans les nuages..."
Partager cet article
Repost0

commentaires