Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2018 3 12 /09 /septembre /2018 12:59
Une jeune huppe qui a essayé, le 14 avril, de rentrer dans notre résidence précédente, ceci pendant une dizaine de minutes

Une jeune huppe qui a essayé, le 14 avril, de rentrer dans notre résidence précédente, ceci pendant une dizaine de minutes

Hello !

Il y a quelques jours, sur Facebook, il y avait une vidéo bande annonce d'une personne se proposant de faire travailler sur l'ego... mais en le tournant en ridicule !!!
 
🤔🤔🤔
 
Immédaitement, j'ai ressenti un "tantinet" d'agacement de ces chers Anges, qui, vous le savez, préconisent d'abord et avant tout le respect... de soi-même autant que des autres, et cela commence par le respect envers son ego.
 
Bien évidemment cela ne veut pas dire accepter d'être l'esclave de son ego, mais bien d'écouter ce qu'il a à nous dire, ceci afin de mieux comprendre ce qui l'a amené à ce mode de fonctionnement: blessures, souffrances, attitudes méprisantes, donc de manque de respect... afin de parvenir à se guérir.
 
"De quoi parle-t-on exactement ? demandent-ils 
On parle de cette partie de nous qui nous accompagne depuis notre conception et nous accompagnera jusqu'au bout de cette vie terrestre.
 
Cete partie de nous n'a et n'avait  pas les outils de compréhension ni les connaissances nécessaires pour faire face de façon adéquate à nos ressentis liés à notre vécu.
 
Confronté à cela, il a tiré ses conclusions... Afin d'obtenir de l'Amour !!!
 
Comment peut-on croire, me demandent-ils, que cette part de soi qui, PARCE QU'ELLE A EU PEUR DE NE PAS ETRE AIMEE, D'ETRE REJETEE, DE SE SENTIR (même s'il pouvait s'agir d'une impression qui n'était pas fondée) MISE DE COTE, et qui pour éviter à nouveau cela, nous demande de rechercher la perfection, cette part qui a souffert et continue de souffrir DE SES CARENCES AFFECTIVES face à des situations qui la ramènent à son vécu de l'enfance, comment peut-on penser que cette part si avide d'amour, de tendresse, d'attention... puisse être "mauvaise" ?
 
Comment pourrait-on piétiner et ridiculiser un "être" (infini du verbe ETRE) en demande d'Amour et prétendre être dans l'Amour ????
 
Notre ego, parce qu'il garde en mémoire nos blessures, et même si ses réponses ne sont pas les réponses adaptées, notre ego donc QUI CROIT de ce fait, NOUS PERMETTRE D'ENFIN ETRE AIME, il mérite d'être écouté avec respect, ses souffrances soignées, mais AUSSI...
 
Il convient, comme déjà expliqué, de lui parler de "coeur à coeur", de le remercier de l'aide qu'il a essayé de nous apporter, de le rassurer sur nos facultés et capacités, et de lui expliquer avec des mots simples, le nouveau comportement que nous avons décidé d'observer, ainsi que ce qu'il nous semble utile de lui faire comprendre, notamment qu'en tant qu'être "divin", nous sommes dignes d'Amour inconditionnel, ceci afin de faire voler en éclats le "formatage", qui est une carapace destinée à nous protéger... illusoirement."
 
Voilà, bonne journée !!!
Une autre photo de la huppe, ce même jour

Une autre photo de la huppe, ce même jour

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 17:03
Ils sont tellement attachants (certains diraient "attachiants") !!!!

Hello !

 
Il semble que le gif illustrant le billet précédent, du chat tenant la souris par la queue était prédestiné, hi ! Hi !!!
 
Mes chers "petits" Anges ont un peu trouvé le temps long, apparemment, car j'ai eu quelques "petites"... disons...
 
"chiquenaudes", pour reprendre un terme souvent utilisé par un de mes profs de maths, à l'époque, (oui, j'aimais plutôt compter ses expressions favorites qu'écouter ses cours), "chiquenaudes" donc  afin de se rappeler à mon bon souvenir !
 
Il faut dire que, comme d'habitude, je me suis fait "un peu" tirer l'oreille pour faire un petit Ange destiné à être offert... à quelqu'un de particulier. Et comme d'habitude, ça me stressait.
 
Alors j'ai fait la sourde oreille...
 
Et du coup...
 
Mon ordinateur, pourtant acheté il y a seulement 6 mois, s'est retrouvé...
 
Muet comme une carpe !!!
 
Sourde oreille ????
 
Et comme d'habitude aussi, j'ai eu des soucis de réception d'un courrier qui m'était adressé, et...
 
Pas reçu !!!!
 
Sur la même période, mon compagnon, en faisant le tri dans ses papiers a trouvé la photocopie de ce dessin de "Sempé", mis au début du billet.
 
Hi ! Hi ! 
J'adore leur sens de l'humour ! 
 
Il va sans dire que je préfère le dessin, parmi toutes les chiquenaudes !
 
Bon, mais je me suis exécutée et ai fabriqué le petit Ange à offrir...
 
Dans la foulée, le jour même,  je me suis enfin décidée à prendre rendez-vous chez l'ophtalmo, démarche que je différais depuis des mois, voire plus, vu que ça fait bien 5 ans que j'ai les mêmes lunettes...
 
Et surprise...
 
La récompense a été que justement, j'ai eu un rendez-vous pour...
 
8 jours après  !!
 
Il venait d'être décommandé, alors la gentille secrétaire me l'a proposé et je l'ai bien sûr accepté, car pour reprendre la comparaison de mon compagnon, je suis devenue vraiment "taupe" !!!!
 
Ceux qui attendent des mois un rendez-vous chez l'ophtalmo apprécieront le cadeau à son juste prix.
 
Vue pour "voyance" ????
 
Enfin, au moins je vais mieux voir !!!
 
Et dans la foulée aussi, j'ai amené mon ordi à réparer (toujours sous garantie, bien sûr). 
 
Ce n'était pas bien grave, quoi qu'un peu long à trouver, m'a dit le réparateur, dont le prénom commence par les 4 premières lettres du prénom de mon petit demi-frère décédé en 1949. "Coïncidence" ?!
 
Et il s'agissait de quoi ???
 
La dernière mise à jour avait "oubié" un PILOTE !!!
 
Je reconnais bien volontiers que ces dernières semaines, avec tout ce qu'il y a à faire avec la maison de ma mère, mes braves PILOTES sont "un peu" passés à la trappe !!!
 
Voilà ! 
Bonne fin de journée !!!!
Ils sont tellement attachants (certains diraient "attachiants") !!!!
Partager cet article
Repost0
21 août 2018 2 21 /08 /août /2018 18:31
La fin de vie
Hello !
 
Bien que pas mal occupée ces dernières semaines, avec la maison de ma mère à vider, j'ai pu finir le livre dont j'ai parlé dans le billet précédent, de
 
Bernard JAKOBY:
"Défunts comment dialoguer avec eux".
 
C'est un recueil de témoignages de N.D.E. (Expériences de Mort Imminente), qui m'a passionnée.
 
J'ai relevé ce passage, page 207, chapitre "Expériences du divin", qui m'a amenée à avoir une pensée émue pour ces chers Anges toujours prompts à faire un bon mot:
 
"Dieu a de l'humour, afin de nous libérer des charges du quotidien. Le monde spirituel n'est absolument pas un lieu figé dans la sainteté rigide d'une prière universelle ; il est au contraire empreint de légèreté et de joie."
 
 
Plus loin, toujours page 207, le témoignage d'une femme évoque:
 
"Et, tandis que la lumière se rapprochait et devenait plus grosse, j'ai commencé à éprouver ce sentiment d'amour et de chaleur, mais accompagné d'une sorte de rire franc, comme s'il avait en quelque sorte le sens de l'humour."
 
 
Tous ces récits me semblent de formidables contrepoids à l'obscurantisme et aux discours rétrogrades destinés à faire peur et vouloir amener de gré ou de force sur le chemin d'un Dieu tyranique ou vengeur.
 
 
Autre point important, l'auteur aborde le sujet de la fin de vie. Avec parfois  des mots similaires à ceux employés par mes chers inspirateurs célestes, il arrive aux mêmes conclusions qu'eux:
 
la nécessité de travailer sur soi auparavant sans éluder le sujet, afin de ne pas (plus) terminer sa vie de façon indigne.
 
Je rajouterais que ce travail là me semble être non seulement un acte d'Amour pour soi-même, mais aussi un acte d'Amour envers ses proches, afin de leur éviter autant que faire se peut d'être confrontés à assister et accompagner une fin de vie qui ne peut plus porter le nom de Vie, même si pour certains mileux cela peut sembler la norme.
 
Tout cela permet de rester responsable de soi et de sa vie jusqu'au bout, évitant ainsi d'être soumis à des actions et considérations qui, si elles peuvent être respectables car le reflet de ce que certains personnels soignants peuvent ressentir comme leur devoir et le bien du mourant, ne doivent cependant pas se substituer aux voeux émis par le mourant quand il est ou était en possession de ses moyens.
 
Ca s'appelle le respect de la personne humaine, qui, à mon avis, doit primer sur le respect d'enseignements reçus.
 
Belle journée !!!!
 
 
 
 
La fin de vie
Partager cet article
Repost0
5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 11:54
Photo personnelle prise en juillet 2018

Photo personnelle prise en juillet 2018

Hello !

 
Quand j'étais enfant, j'avais toujours l'impression d'être différente, et mes capacités dîtes médiumniques y étaient aussi pour partie.
 
J'avais peur de la folie, j'en ai déjà parlé il y a quelques années. C'est pour cela que j'ai refusé lesdites capacités, à l'époque... pour y revenir au début de l'âge adulte.
 
Dès le premier épisode de messages en écriture automatique et intuitive, ces chers Anges m'ont rassurée... à condition de ne pas faire plus que ce qu'il m'est demandé (par Eux). 
 
Et plus tard ils ont complété leurs conseils:
 
"Travaille à retrouver ton être véritable, afin d'être dans la vérité de ton âme, et tu n'as rien à craindre. La démence vient du fait que l'on se nie (nier c'est DEMENTir, on SE DEMENT donc)."
 
Et pour ce qui est des maladies comme Alzheimer, qui provoque des pertes de mémoire ainsi qu'un état de confusion et de désorienation, ils m'ont recommandé, en plus de ce qui est préconisé ci-dessus:
 
"Etre au clair avec soi-même, c'est à-dire s'aimer et s'accepter tel que l'on est, avec bienveillance, y compris avec sa part d'ombre (car tout le monde a la siennne) mais sans pour autant bien sûr continuer à perpétuer les effets de ladite part d'ombre sur soi-même ni autrui. 
 
En se soignant, on va pouvoir rendre justice: à soi-même, mais aux autres aussi
 
Ne pas penser se débarrasser de cette part d'ombre en y mettant le déni dessus, non plus qu'en rejetant la faute sur les autres ; en deux mots: ETRE RESPONSABLE.
 
Soigner et guérir ses blessures, car là encore, être dans le déni ne fait que les mettre de côté, et cela ne fera qu'attirer à soi des épreuves pour amener à les soigner... et dans le cas contraire, risque de provoquer une maladie de la perte de mémoire... Entre autres.
 
Remarque: atout non négligeable, ce faisant, on libère sa descendance du risque de se charger des souffrances non soignées et donc non guéries, car tout ce qui est enfoui cherchera toujours à revenir dans la Lumière."
 
Je suppose que la fin de vie de ma mère, qui n'a jamais jugé utile de soigner ses blessures, (car "la psychologie, c'est pour les fous", tel était son sentiment...) cette fin de vie donc aurait pu être bien différente si elle avait bien voulu écouter ces conseils.
 
Et elle ne voyait pas du tout d'un bon oeil mon intérêt passionné pour ces études, non plus que mon fonctionnement et mes croyances liées aux Anges, à cette Force que j'appelle Dieu et à "l'au-delà".
 
J'évitais donc le sujet le plus possible. J'ai d'ailleurs retrouvé l'exemplaire de mon premier livre qu'elle m'avait pourtant dit avoir lu, mais qui visiblement ne l'avait pas été.
 
Plusieurs personnes m'ont rapporté l'avoir entendue pester contre le "Bon Dieu", tandis qu'elle attendait de "partir", (dès le mois de février, il lui arrivait de déclarer que sa mère allait venir la chercher): 
 
"Je ne sais pas qu'est-ce qu'il attend l'autre là-haut, pour me faire partir"
 
Certes, nul "là-haut" ne s'est offusqué de ces paroles, bien évidemment, tout au contraire d'ailleurs, mais elles traduisaient un état de colère, de rancoeur, voire de mépris qui ne me semblent pas aider à partir sereinement.
 
C'est bien dommage tout celà.
 
Je lis actuellement (enfin, quand j'ai le temps, mais j'essaie de le prendre), le livre de Bernard Jakoby, éditions Archi Poche:
 
"DEFUNTS 
Comment dialoguer avc eux".
 
Ce livre me passionne, car il relate nombre de témoignages de NDE (ou EMI: Expériences de Mort Imminente"), et il y est abordé à plusieurs reprises le fait, au moment du "passage", de voir défiler sa vie de façon fulgurante, en ressentant à nouveau ses peines, même "oubliées", mais aussi et surout l'effet que nos actions ont eu sur les autres.
 
Certes, tout ceci se fait accompagné par un être de Lumière plein d'Amour et de bienveillance, qui ne juge pas, mais cela peut s'avérer douloureux quand même, comme en ont témoigné certaines personnes.
 
Voilà, à bientôt !
 
Et pour une fois, et vu la canicule généralisée, ces chers Anges recommandent, avec leur sens de l'humour habituel de...
 
"Chercher l'ombre !
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 18:50
Ils nous accompagnent, quelles que soient les circonstances

Hello !

 
J'ai oubié de faire remarquer, sur la capture d'écran illustrant le billet précédent,qu'il y figure aussi "Carlos", qui était le compère de Joe, mais aussi: 
 
"Aïe ! Aïe ! Ouille !"
 
Bon, on verra bien.
 
Revenons à ce 15 juin. Ces chers Anges ont eu à coeur de détendre l'atmosphère de cette période particulière, tout en assurant de leur présence.
 
Au matin de ce 15 juin donc, (rappel: Maman est partie en tout début de l'après-midi), la radio parlait de...
 
L'anniversaire de Johnny, qui tombait ce jour là !
 
Mon compagnon, en plaisantant, s'est écrié:
 
"Reviens Johnny !!!"
 
Du tac au tac j'ai répondu:
 
"Non, laisse seulement "JO", enlève le reste, et dis:
 
"Reviens JOE " !!!!!
 
"Pfftt m'a-t-il rétorqué: Oh celui-là, tout le monde l'a oublié !!"
 
DANS LE MEME TEMPS ET AVANT QUE J'AIE PU REPONDRE QUOI QUE CE SOIT...
 
Alors que je venais de m'installer à l'ordi, et de cliquer sur une publication Facebook de ma fille, à mon intention...
 
Il semble y avoir eu la réponse, du tac au tac, des bergers (ces chers Anges), à la bergère (mon compagnon), car la publication en question était un partage de la chanson:
 
"Il faut naître à Monaco" (initialement interprétée par Joe), de C'dric et Danito, 2 compères de Roquebrun, dans l'Hérault (joli peitit village surnommé le petit Nice du fait de son micro climat qui voit y pousser notamment beaucoup de mimosas sauvages).
 
On peut les retrouver sur leur Facebook en tapant le titre de la chanson et leur nom.
 
Le 21, soit le lendemain de l'incinération, j'étais dans mon jardin quand, levant la tête machinalement, j'ai vu passer l'arrière d'un fourgon portant l'inscription:
 
"Du Four" !!! C'était le nom de la rue où habitait Maman !!!!
 
Le samedi 23, au marché, mon regard a été attiré des bouchées, sur lesquelles était marqué:
 
"Bouchées", suivi d'un prénom...
 
C'était le prénom de mon grand-père maternel, et son nom de famille était "BOUCHET" !!!
 
Le dimanche 24, en début d'après-midi, nous sommes partis voir la tante de mon compagnon, à 1/2 heure de chez nous. Mon compagnon a arrêté la voiture au bord de la route, pour une envie pressante.
 
En l'attendant, j'ai allumé l'autoradio...
 
AU MOMENT MEME OU COMMENCAIT LA CHANSON de LOUANE:
 
"Est-ce que tu m'entends, est-ce que tu me vois"
 
Cette chanson, j'en ai parlé dans des billets plus anciens, m'évoque l'assassinat de cette jolie petite fille, disparue l'été dernier, et retrouvée dans le Massif même où ont été fusillés mon jeune oncle et le 1er mari de ma mère, en 1944, chanson qui a été diffusée lors de la marche blanche à sa mémoire.....
 
Si j'ai eu la chair de poule en l'entendant dans ces conditions, cela ne m'a plus plongée dans la souffrance comme c'était le cas avant que je travaille sur les mémoires familiales.
 
Etrange ce signe... 
 
On a écouté la chanson jusqu'à la fin quand mon compagnon est remonté en voiture, puis on a éteint à nouveau la radio, car les ondes lui font mal et on évite de mettre la radio en voiture.
 
Voilà, à bientôt et bonne soirée !
Ils nous accompagnent, quelles que soient les circonstances
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 15:53
Libérées !!

Hello !

 
Comme j'aime bien chercher à comprendre, je me suis demandé pourquoi m'avoir laissé entendre, en février/mars, que pour Maman c'était la fin, et avoir permis qu'elle survive quelques mois dans ces conditions assez pénibles pour elle ?
 
La réponse m'est venue naturellement: c'était le choix de vie de Maman, qui me permettait "d'accuser le coup" à ce moment là, et d'avoir ainsi repris de l'énergie pour pouvoir affronter toutes les démarches et le plus compliqué: vider la maison qui était pleine à craquer, car Maman avait peur de manquer, peur qu'il y ait une nouvelle guerre.
 
Ce d'autant plus qu'il y a déjà 3 acheteurs différents sur les rangs, et qu'il ne faut donc pas traîner.
 
Voici un signe supplémentaire, de ces chers Anges:
 
Le 18 juin au soir 3 jours après le décès de ma mère et 2 jours avant son incinération, ma fille m'a envoyé une capture d'écran de l'émission:
 
"N'oubliez pas les paroles", de Naguy,
 
(voir photo telle qu'envoyée par ma fille, à qui cela a paru étrange).
 
On peut lire, dans un cercle: "libérées - Joe Dassin - perdus de vue":
 
"Libérées"
 
Effectivement, je ressentais cette impression qu'enfin ma mère était libérée de ce corps qui l'emprisonnait, de cette vie, qu'elle était enfin heureuse, mais aussi pour moi-même, je me sentais libérée de toutes ces années de jeunesse à appréhender sa mort, toutes ces nuits d'enfance à pleurer et prier pour qu'on la garde en vie, et ces dernières décennies à appréhender les coups de fil ou visites ou nouvelles. 
 
Je ressentais une impression d'irréalité.
 
Et juste après, j'ai lu un message envoyé sur Facebook par une amie médium, qui me disait que Maman était libérée !
 
Remarque: sur la capture d'écran, on peut lire aussi "perdus de vue", mais cette éventualité est barrée !!!
 
LIBEREES mais pas PERDUS DE VUE !!!!
 
Voilà, la suite bientôt !!
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 15:16
La clé de l'énigme
La clé de l'énigme

La clé de l'énigme

 

Hello !

 
Je n'ai pas eu à attendre trop longtemps pour savoir le sens de toutes ces lumières le 11 juin au soir, mais aussi, même si dans une moindre mesure, le 12 au matin.
 
Et sur le matin de ce 12 juin, j'avais aussi  rêvé qu'un Monsieur cherchaiit à m'annoncer une mauvaise nouvelle, mais il n'y arrrivait pas, les mots ne sortaient pas de sa bouche. 
Comme la veille au soir nous avions essayé de joindre notre plus jeune fils, dans mon rêve, j'ai craint qu'il ne s'agisse de lui et me suis mise à hurler... Ce qui m'a réveillée... et soulagée !!!
 
Mais cette nouvelle, c'était pour ma mère, en fait.
 
Elle est tombée le 12 en fin de journée et a été conduite à l'hôpital par les pompiers, blessée à la tête.
 
Elle avait failli mourir en février/mars, après une chute le 14 février. Cette période fut très dure car mon intuition me criait que c'était fini, que c'était la fin, intuition partagée par notre famille, ainsi que son médecin, qui avait d'ailleurs arrêté tout traitement, sauf les anti-douleur. 
Maman souhaitait partir, il lui arrivait de dire qu'elle attendait sa mère qui devait venir la chercher. 
 
Mais bon, ce n'était pas l'avis d'une autre personne soignante et Maman a été prolongée. On m'affirmait qu'elle allait guérir.
 
J'en étais du coup arrivée à douter de mes intuitions. 
 
Mais la suite a donné raison à ces chers Anges.
 
Non, elle n'a jamais guéri et ces semaines de prolongation ont été difficiles pour elle, hélas. A tel point que juste avant cette chute, je me suis résolue à chercher une maison de retraite, angoissée à l'idée de devoir l'annoncer à Maman, qui ne voulait absolument pas ça et qui, dans ses moments de lucidité, risquait d'en être très malheureuse, et de se laisser mourir.
 
Mais, et c'est le pourquoi de ces lumières, finalement, cette chute a été un mal pour un bien car au vu de son état, les traitements ont été arrêtés par le médecin hospitalier, enfin, et seule a été prise en compte la douleur de Maman, afin d'adoucir sa fin de vie si difficile pour elle.
 
Le soir de ce 12 juin, tandis que je parlais au téléphone avec un proche, devant la fenêtre de mon bureau (le téléphone passe mieux à cet endroit là), un immense arc en ciel est apparu, qui semblait prendre pieds juste devant notre maison.
 
La symbolique m'a semblé encourageante: pour ce qui est de la délivrance de Maman.
 
Le 13 au matin, il y a eu encore des lumières, mais bien moins vives et colorées. Elles semblaient émises par le détecteur de fumée, mais de façon bizarre.
 
Ce jour là je suis descendue dans l'Aude voir ma mère à l'hôpital. C'était terrifiant de l'entendre crier. De douleur, de peur, qui pouvait savoir ???
 
On aurait dit que quelque chose l'empêchait de partir.
 
Le 14, le "hasard" m'a mise en présence d'une dame amie Chamane. J'avais demandé à mes chers Anges pourquoi ils ne venaient pas la chercher, pourquoi on ne mettait pas fin à son calvaire. Ils m'avaient pourtant assurée qu'elle partirait tranquillement "endormie" avait écrit le téléphone, corrigeant un message que j'envoyais à ma belle-fille, en février, dans lequel je racontais que la lumière des WC s'était "éteinte", et le téléphone avait remplacé "éteinte" par "endormie".
 
La réponse de ces chers Anges a été pour rappeler que quand un être va partir, il peut arriver que son âme fasse des allers/retours entre "là-haut" et son corps. Et, comme en ont fait part des "expérienceurs" de NDE, il arrive qu'ils voient leur vie défiler et qu'ils ressentent les souffrances de proches, en parallèle, lors d'épisodes liés à des conflits ou comportements à leur égard. 
 
"Et c'est, m'ont-ils expliqué, ce qui peut provoquer la peur de lâcher, de partir, cela peut être difficile à vivre."
 
Ce d'autant plus que Maman ne partageait pas les mêmes certitudes que moi sur la vie après la vie, les Anges, l'au-delà, etc. 
Au contraire, presque, pourrais-je dire, elle faisait un blocage sur le sujet.
 
Alors, avec la dame Chamane, ce 14 juin, nous avons travaillé toutes les 2 à entrer en contact avec l'âme de ma mère, afin de la rassurer, de l'assurer du pardon, afin qu'elle parte en paix et sereine.
 
Pendant cette séance, j'ai "vu" un chemin de Lumière qui montait vers le Ciel, et il m'a été délivré un message que j'ai transmis en télépathie à l'âme de ma mère:
 
"On" m'a montré une bonne douzaine de personnes groupées dans le "Ciel", comme devant une vitrine de Noël, impatients et pleins de joie de la retrouver. "On"  l'assurait de ne pas avoir peur, que son arrivée allait être une fête, certains l'attendaient depuis tellement longtemps ! (Maman allait avoir 96 ans le 30 juillet).
 
Bien sûr, je n'ai pas distingué les visages, mais nul doute que ses 2 fils étaient en première ligne !
 
A la suite de ces "visions" et messages, j'ai ressenti de la joie... une joie profonde. Enfin Maman allait être délivrée de ses souffrances, de cette vie qui n'en était plus une, et elle allait connaître le bonheur de ceux qui, leur chemin terminé, rejoignent la Lumière et ceux qu'ils ont aimé.
 
Le 15, je me préparais à redescendre dans l'Aude voir ma mère.
 
Je regardais pensivement par la fenêtre...
 
quand un petit rouge-queue est venu se poser sur le rebord, à une dizaine de centimètres de moi. Il m'a regardée pendant plusieurs secondes, pas effrayé le moins du monde, puis il est parti tranquillement.
 
Je me suis doutée que c'était l'âme de ma mère qui venait me faire un "coucou" avant de partir. Ce d'autant plus que la symbolique du rouge-queue est... 
 
LA RESISTANCE !!
 
Et c'était le cas !
 
Maman est partie à ce moment là, comme le précise le certificat de décès.
 
L'hôpital m'a appelée pour m'annoncer le décès juste comme nous nous préparions à partir la voir, avec mon compagnon. Elle s'était endormie, plus apaisée semblet-il.
 
Je vous raconte la suite de tous les signes et clins d'oeil dès que possible.
 
Bon weekend

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 16:58
Abandonner l'abandon !!!!

 

Hello !

 
Pourquoi est-ce important de soigner ses blessures d'abandon ET/ou de rejet, et par ricochet sa peur d'avoir à vivre à nouveau cette épreuve ?
 
 
En premier lieu, rappelons-le, comme déjà vu et expliqué dans des billets plus anciens, ces blessures attireront toujours des circonstances en adéquation, de même que la peur d'avoir à les revivre, car la peur (irrationnelle bien sûr, pas celle qui signale un danger), va elle aussi attirer ces mêmes circonstances. 
 
 
Et de toute façon, le dicton nous le confirme:
 
 
"La peur n'évite pas le danger".
 
 
Mais aussi et surtout, parce que, par peur du rejet et/ou de l'abandon, on va consciemment ou pas essayer de se fondre dans un moule destiné à nous "garantir" contre ce risque. Donc on va gommer tout ce qui nous semble à risque en nous: élans, comportements, qualités (parce qu'elles vont dans ces circonstances nous sembler des défauts !!!), etc.
 
 
Ce qui fait qu'en réalité, afin de ne pas être abandonné ni rejeté, 
 
 
ON VA ABANDONNER (dans le sens de PERDRE), CE QUI FAIT NOTRE ETRE VERITABLE, DONC ON VA S'ABANDONNER SOI-MEME, SE REJETER SOI-MEME.
 
 
Et que va-t-il se passer de ce fait ????
 
 
"ON FINIRA PAR ETRE ABANDONNE OU REJETE, OU BIEN ON SE RETROUVERA A FAIRE FACE A UNE EPREUVE DU MEME ACABIT !!!!
 
Car tout ce qui est caché, étouffé, secret, cherchera toujours à revenir dans la Lumière !
En se soignant, on pourra "S'ABANDONNER" (dans le sens de lâcher prise, de faire coniance à la vie, de se faire confiance), et non plus SE PERDRE SOI-MEME."
 
 
En parlant de Lumière, hier soir, il m'est arrivé quelque chose de vraiment bizarre.
 
 
Au moment où, dans l'obscurité, je pensais à quelque chose qui avait été très difficile à vivre pour moi, dans mon enfance, et qui est remonté à la surface du fait de circonstances, ce qui me serrait le coeur...
 
 
Une petite Lumière blanche brillante, fugitive, comme le rond d'une pile électrique, est apparue au plafond, dans le coin droit du mur, pour disparaître aussitôt.
 
 
Interloquée sur le moment, je me demandais ce que cela signifiait, quand cela s'est reproduit, de façon assez aléatoire, tantôt Lumière blanche, tantôt jaune, parfois rose, mais toujours très rapide.
 
 
Je n'avais pas peur, au contraire et j'ai compté, il y a eu...
 
46 apparitions fugitives !!!! 
 
 
Puis je suis tombée dans le sommeil.
 
Pourtant, j'avais essayé d'écarter toute raison possible, notamment le détecteur de fumée, en allumant pour le situer.
 
Lumière éteinte à nouveau, je gardais mon regard fixé sur le lieu du détecteur...
 
Et les Lumières ont continué, n'apparaissant jamais à ce niveau !
 
En y réfléchissant, cela faisait hier soir exactement 16 ans que j'ai commencé à recevoir des messages.
 
Bizarre cet "anniversaire" qui n'a jamais eu lieu avant.
 
Ce matin, quand j'ai ouvert les yeux, dans la pénombre, les Lumières sont apparues 2 ou 3 fois, avant que je me lève.
 
Peut-être ces chers Anges voulaient-ils m'assurer de leur présence et soutien ????
 
Ou alors que cette circonstance a été très importante dans ma vie et qu'il convient de "s'en occuper" ????
 
J'ai souvent des "flashes" de petites Lumières très rapides, blanches, bleues ou dorées, mais c'est ponctuel, une Lumière, une fois de temps en temps, jamais de façon si longue
 
Justement, dans la journée, je me faisais la réflexion qu'avec la coupe de Foot qui approche, ces chers Anges allaient peut-être bouger. A part une fois, (mais parce qu'il y avait des circonstances négatives particulières), ces périodes de ferveur populaire semblent les motiver et les "émoustiller".
 
C'est peut-être la raison !
 
 
On va bien voir !!!
 
Bonne soirée !!!
Abandonner l'abandon !!!!
Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 17:24
Chacun pour soi ????

Hello !

 

Dans ce monde actuel, où on peut avoir l'impression de "chacun pour soi", il peut sembler étonnant que des "Etres célestes", qui sont tout Amour et compassion, puissent conseiller...

 

De s'occuper d'abord de soi, de ses blessures, et se donner à soi-même de l'amour !!!
 
 
Pourtant, ce n'est pas si paradoxal que cela peut le paraître au 1er abord, car le fait de  mépriser ses blessures, de les nier, d'y mettre le mouchoir dessus, cela ne permet pas de voir celles, similaires, des autres, ou en tous cas cela ne permet pas d'apprécier de façon pertinente leur caractère nocif.
 
 
Comment attendre alors de l'empathie, de la compassion, de personnes qui semblent comme enfermées dans leur tour d'ivoire ?
 
 
J'ai le souvenir d'une personne dont je connaissais bien le vécu émotionnel et les épreuves subies, notammant celles liées à la dépendance affective.
 
 
Un jour que je lui avais rendu visite, j'ai été sidérée de la façon dont elle "houspillait" au téléphone une personne qui lui confiait les affres de la dépendance affective qu'elle vivait, ce qui la rendait très malheureuse et désarmée, apparemment.
 
 
Mon hôte lui donnait des "conseils" sur un ton assez vindicatif, voire méprisant, plus susceptible, à mon avis, de culpabiliser sa cliente et accentuer son mal-être et la mauvaise image d'elle-même, que de mettre du baume sur ses plaies.
 
 
Quand elle a raccoché, je n'ai pu m'empêcher de lui faire remarquer sa dureté et son manque de compassion, alors qu'elle était pourtant bien placée pour comprendre l'état de la dame. Pourquoi donc ?
 
 
Elle m'a répondu que c'était justement parce qu'elle connaissait bien le problème, et s'en était sortie, ce n'était donc qu'une question de volonté ! 
 
 
J'étais encore plus sidérée par la réponse, car il me semblait au contraire qu'elle n'était pas vraiment sortie de la dépendance affective, mais avait simplement déplacé la "cible".
 
 
En fait, avec le recul, j'ai bien compris que non seulement la dépendance affective n'avait pas été traitée correctement, mais la mauvaise image de soi non plus, laquelle, au lieu d'amener de la compassion pour les épreuves subies, poussait au contraire à penser que tout était de sa faute, donc à mettre le mouchoir sur ses plaies béantes et mal se traiter soi-même...
 
 
Ce qui, par ricochet, conduit au même jugement et traitement envers son prochain dans la même souffrance.
 
 
Mais cette façon de traiter les problèmes peut aussi se voir au sein de la famille.
 
 
Quand un parent (ou les 2) a vécu des drames et ne les a pas soignés, "exorcisés", il peut être amené à minimiser, banaliser les peines et blessures de son enfant et, en guise de "consolation" lui asséner:
 
 
"C'est rien, tu en verras d'autres ! Quand tu auras passé ce que jai passé !!"
 
 
Sans se rendre compte ce que cette phrase peut faire comme dégâts, amenant l'enfant à la conclusion inconsciente:
 
 
"Tu n'as pas le droit de te plaindre, quoi que tu ressentes, cela ne sera jamais à comparer avec ce que j'ai vécu."
 
 
Et donc, il ravalera ses peines, ses larmes, lui aussi, et mettra la poussière sous le tapis, jusqu'au jour où, symboliquement, il trébuchera sur le tas de poussière devenu trop proéminent, et il s'effondrera, sans en comprendre la raison.
 
 
Il n'est d'ailleurs qu'à voir les faits divers. Souvent, ceux qui font du mal à un enfant ou un innocent, ont eux-mêmes vécu des actes similaires dans leur enfance, actes qui n'ont pas été verbalisés ni soignés, dépassés.
 
N'ayant pas eux-mêmes connu la compassion pour leur vécu, ils sont devenus incapables d'en éprouver pour autrui, et parfois même, tout au contraire, ils peuvent vivre l'acte reproduit comme une "vengeance" sur leur propre sort.
 
 
Voilà pourquoi il est primordial de d'abord s'occuper de soi, afin de mieux pouvoir se comporter envers soi-même, puis envers son prochain, et pouvoir aider efficacement et ne pas risquer de faire du mal.
 
 
Ces chers Anges précisent aussi:
 
 
"N'oublions pas que dans les cas extrêmes, une très grande souffrance peut faire perdre la raison, et pas seulement de façon ponctuelle. Ne dit "fou de douleur" ?"
 
 
Bon week-end !!!
Chacun pour soi ????
Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 18:59
Le livre: "Guérir de ses blessures émotionnelles" d'Ana Sandréa

Hello !

Pas trop le temps d'écrire ces derniers temps, désolée.

Juste un peu le temps de lire le soir:

 

"Guérir de ses blessures émotionnelles - La méthode pour les reconnaître et s'en libérer", d'Ana Sandréa, préface de Marie Lise Labonté, éditions Le Club Nouvelles Clés.

 

J'y retrouve avec plaisir beaucoup des conseils prodigués par ces chers Anges, depuis 16 ans maintenant, avec quelques conseils et méthodes supplémentaires très utiles me semble-t-il, invitant à ne pas négliger ses souffrances, ne plus étouffer ses émotions, bref, s'accorder l'attention qui a pu nous manquer, afin de se réparer et surtout de vivre mieux enfin.

Ce matin, je repensais aux paroles d'une persone de mon entourage, à qui je vais conseiller de lire cet ouvrage, car il lui semblait qu'elle allait mieux autrefois, quand elle ne se posait pas de questions.

 

Sauf que c'est prendre le problème à l'envers m'a-t-il été expliqué, car si on en vient à se poser des questions, c'est justement parce qu'on ne va pas bien, qu'on traverse une épreuve, qu'on se sent bloqué, rejeté, mal dans sa vie, seul, qu'il nous semble en être arrivé à un point de non retour, etc.

Sinon, on continue sur sa lancée, heureux de vivre.

Pourquoi en est-on arrivé à ce point ?

Parce que pendant trop longtemps on a subi, supporté, bref pendant longtemps on n'a pas voulu voir quand quelque chose n'allait pas, quand soi-même on n'allait pas bien, parce qu'on avait étouffé ses ressentis et émotions, on s'est donc nié, pensant sauver peut-être quelque chose, quelqu'un, une relation, etc.

 

"Et ce mode de fonctionnement là, rappellent une fois de plus ces chers Anges, n'est-ce pas la pire injustice, le pire manquement que l'on puisse se faire à soi-même ?"

 

Comment s'étonner alors que la vie, des proches, des êtres chers nous traitent de la même manière ?

 

Ce matin, j'ai reçu ce message, en complément:

 

"La seule personne qui a été, qui est et qui sera à nos côtés, sans interruption, depuis notre naissance jusqu'à notre "mort" physique, c'est... nous-même !!

De ce fait, il est primordial de s'accorder à soi-même la même attention, le même Amour que nous accordons sans calcul à ceux qui nous tiennent à coeur.

Nous sommes la seule personne sur qui nous pouvons donc compter... Mais au contraire, il nous arrive trop souvent de nous traiter "par dessus la jambe" !

Ce n'est pas parce que nous nous questionnons que nous vivons une situation de crise, c'est parce que pendant longtemps nous nous sommes "oubliés", nous avons fait passer d'autres considérations, les autres, avant nous, avant nos besoins, avant notre bonheur.

Nous ne nous sommes pas respectés, nous ne nous sommes pas fait respecter, et parfois nous avons pris sur nos épaules des responsabilités que d'autres n'assumaient pas, sans nous poser de questions.

Voilà pourquoi il est si important de prendre du temps, chaque jour, pour se "recentrer", s'écouter, redevenir son confident personnel !! »

Note : Il ne s’agit pas de se lamenter, bien sûr, mais de reconnaître ses souffrances, ne plus les traiter comme nulles et non avenues !

 

 

 

Le livre: "Guérir de ses blessures émotionnelles" d'Ana Sandréa
Partager cet article
Repost0