Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 11:08
Image du blog Mamietitine

Image du blog Mamietitine

Hello !


Mes lecteurs habituels et de longue date savent que depuis plus de 13 ans maintenant, outre les messages que je suis amenée à diffuser, je reçois aussi des "visions" de dessins ou peintures à DONNER  à des personnes en deuil, et ce quel que soit le temps passé à les faire.

"Visions" souvent accompagnées de message, le tout en vue d'aider à passer ces périodes difficiles, mais bien évidemment si la personne concernée accepte, et surtout sans engagement à quoi que ce soit, le "travail" est toujours bénévole et ponctuel, ceci afin de ne pas induire de dépendance.


Parfois ce dessin et/ou message est à l'intention de quelqu'un que je connais et avec qui il y a un lien de sympathie au moins, (comme il y a quelques semaines).


Mais ce n'est pas le plus souvent !


Parfois je ne connais même pas la personne à qui est destiné le dessin et/ou le message, et je dois me débrouiller pour le faire parvenir, avec tous les problèmes que cela comporte, même si je suis aidée par les "hasards".


Auparavant, ça me "gonflait" d'avoir à expliquer ma démarche, car j'avais peur de passer pour une folle ou une illuminée. Alors souvent je bloquais et remettais à plus tard.


Mais l'expérience m'a démontré que ce faisant, je me retrouvais moi-même à attendre un courrier important ou autre chose qui me tenait à coeur ! Et la situation ne se débloquait que quand j'avais fait la démarche demandée.


Donc maintenant je m'exécute assez rapidement, ce d'autant plus que passer pour une "illuminée" ou "dérangée" m'est devenu parfaitement égal. Qu'est-ce en comparaison de l'apaisement voire de la joie que peut apporter mon "cadeau céleste". "Cadeau céleste" qui n'est pratiquement jamais refusé d'aileurs, enfin pas ouvertement du moins. Et avec l'expérience, j'ai totalement confiance dans ce qui m'est demandé. Il y a toujours une main tendue, que cela soit compris ou pas sur le moment.


Après chacun en fait ce qu'il veut, cela ne me concerne pas. Je ne suis chargée que de transmettre, et n'ai pas d'obligation de résultat.


Et cerise sur le gâteau, je suis toujours récompensée au centuple quand je fais ce qui m'est demandé, et mes frais me sont toujours "remboursés". Refuser serait vraiment complètement idiot.


Je vais vous raconter la dernière demande, car elle est entourée de signes pleins d'humour, cet humour des Anges que j'aime tant.


Cela fait plusieurs semaines au moins que m'était remis en mémoire le nom d'un jeune homme à peu près de mon âge, qui était copain de mon 1er flirt. J'avais 14 ans à l'époque. Ils étaient 4 copains. Je n'ai pas oublié leur nom mais n'avais pas de raison particulière de repenser à celui-là plutôt qu'à d'autres, ayant eu très peu de contacts à part des "bonjour" "bonsoir". Je me suis mariée très tôt, donc tout cela remonte à environ 45 ans ! 


Et, peut-être parce que du signe du "bélier", je n'ai aucune tendance à la nostalgie (à part au niveau chansons !), et sûrement pas de mon 1er flirt, encore moins de cette époque là !


Il y a quelqus jours, me sentant poussée, j'ai cherché sur internet ce fameux nom...


Pour tomber sur un avis de décès concernant une personne très proche de lui, remontant à 3 ans. J'ai ressenti beaucoup de compassion pour cette famille, ce d'autant plus que la personne "décédée" avait perdu en 2012 aussi un frère, dont le prénom était similaire à celui de mon frère, à une lettre près. D'autres "coïncidences" m'avaient frappée, notamment que l'inhumation avait lieu un jour de "weekend des idôles" consacré à Joe sur Nostalgie, mais je n'ai pas cherché plus loin sur le moment, ne notant même pas que la date anniversaire est assez proche.


Puis ces chers Anges m'ont ramenée avec opiniâtreté à ces personnes et inspiré 2 dessins... s'ils veulent bien les accepter.


Oui, mais pour cela, il faut arriver à les joindre ! Bon sang, sur le coup l'énervement m'a gagnée.  Rien via internet. Alors, comment faire ? 


Ces chers Anges ont été sommés, si vraiment ils voulaient que j'intervienne, de se "dém..der" de m'aider !


Na, voilà, et pour adoucir l'ordre, je leur ai fait remarquer, sur un ton badin:


"Vous avez vu ? Le "cave" se rebiffe !"


Bien évidemment c'est mon appréciation sur moi-même, jamais Ils ne me qualifieraient ainsi.


Alors, tout de suite me sont venus à l'esprit 2 noms de personnes susceptibles de m'aider, dont une amie de très longue date, qui, "hasard", connaît un des 4 copains en question.


J'avais décidé d'attendre de l'avoir au téléphone, elle devait m'appeler cette fin de semaine.

Sauf que le "hasard" a fait qu'elle m'a appelée ce mardi, et que du coup j'ai pu lui expliquer les faits, en complétant par un mail ce même soir. 


Peu après, j'ai consulté machinalement le programme télé, pour constater éberluée que France3 diffusait ce soir-là:


"LE CAVE SE REBIFFE" !!!


Cela m'a fait beaucoup rire, sacrés "petits" Anges !!!


N.B.: un des acteurs du film m'évoque en 2 points le copain qui pourrait servir d'intermédiaire, s'il l'accepte !


Le lendemain, alors que j'étais sûre d'avoir composé le n° de téléphone de mon compagnon, je suis tombée sur mon amie ! Bizarre: je ne connais pas son n° par coeur car il est récent, et il ne ressemble pas du tout à celui de mon compagnon !


Les choses semblaient presser. Ce d'autant plus qu'une partie du prénom de la personne défunte me revenait souvent dans la tête. J'ai pensé sur le moment que c'était un diminutif, mais le "hasard" (encore !) m'a permis de constater hier, via mon agenda, que la fête de cette personne est proche. Ceci explique probablement cela. Les périodes de fêtes et anniversaires sont très difficiles à passer quand on a "perdu" un être cher.


D'autres signes m'ont été envoyés encore, mais le plus impressionnant est celui-ci:


Vu le sentiment d'urgence, et à la demande de mon amie, afin de ne pas faire d'impair dans les explications à donner à son copain, étant donné l'étrangeté de la chose, j'ai  écrit le soir par mail un récap de mon activité et de la demande à transmettre, espérant ne pas affoler le destinataire.


Dans la foulée, j'ai ouvert un autre mail, toujours hier 5 août. Il venait de l'I.N.R.E.E.S (Institut qui se propose d'étudier les expériences "extraordinaires), auquel je suis abonnée.


Il s'agissait du "Dessin du mois" d'Anna Guégan, via le blog de BD de l'INREES "Traits d'esprit".

Je me permets de vous le décrire, pour les non abonnés, j'espère que l'INREES et la dessinatrice Anna Guégan ne m'en tiendront pas rigueur.


Le dessin met en scène 1 immense pharaon, et à ses pieds QUATRE petits personnages. Un des 4 personnages parle au micro tendu par un des 3 autres:


"Certains pensent que ce pharaon venait d'une autre planète... que sous sa coiffe se cachait un crâne gigantesque, preuve infaillible de son origine extra-terrestre"


On notera la fin de la tirade ! 


* la coiffe en question fait penser à un chignon.


Le 4ème petit personnage, sur l'extrême droite du dessin, porte un immense chignon (un peu comme celui de Marge Simpson). Elle s'adresse au 3ème personnage, qui la regarde, du coup, avec des yeux ronds:


"Qu'est-ce qu'il y a BERNARD, pourquoi tu me regardes comme ça" ?


!!!!!!!!!!!!!!!!


Précision capitale: BERNARD est le prénom de celui des 4 copains auquel mon amie et moi faisons appel. 


Je suppose que quand il va prendre connaissance de tout cela, il va ouvrir des yeux aussi ronds !
Bon, mais la suite est l'affaire des Anges.


On verra bien !


Excellente fin de journée à tous, en ce jour de "TRANSFIGURATION" !!

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 20:26
Une petite huppe venue hier matin nous rendre visite, attirée par les oiseaux près de la mangeoire

Une petite huppe venue hier matin nous rendre visite, attirée par les oiseaux près de la mangeoire

Hello !


Avant de revenir sur le sujet du respect, je voudrais vous parler des explications que m'ont données mes chers inspirateurs célestes sur cette mort prématurée des petits chats dont j'ai parlé dernièrement.


Comme j'en avais gros sur la patate, j'ai reproché à ces chers Anges de ne pas les avoir protégés, pourtant, ce n'était pas faute de leur avoir demandé.


Leur réponse, qui n'étonnera pas ceux et celles, de plus en plus nombreux, qui développent leurs capacités de communication avec le règne animal:


"Qui te dit que nous ne les avons pas protégés ? Nous les avons protégés autant qu'il a été possible, mais nous ne pouvions aller contre le choix de vie et de "départ" que ces chères "petites" âmes avaient fait, tu le sais bien.
En premier lieu, malgré les apparences de leur courte vie, ces adorables "petites bêtes" ont appris beaucoup de choses.
D'abord la chaleur de l'Amour maternel et fraternel, la beauté de la Nature, les joies du jeu et de l'amusement.
Elles ont aussi appris la peur, la faim, mais elles ont commencé à apprendre à se débrouiller seules et à survivre...
Si elles ont eu maille à partir avec certains "humains" fermés et obtus, elles ont aussi, grâce à toi et ta famille, appris la confiance, appris que des êtres humains pouvaient les aimer et vouloir le meilleur pour elles.
Si elles avaient fait ce choix de fin de vie, c'est bien sûr parce qu'elles avaient appris tout ce qu'elles étaient venues apprendre, mais aussi par Amour pour toi et les tiens.
Cela t'a semblé injuste qu'elles disparaissent ainsi alors que vous pensiez être sur le point de les attraper, pour pouvoir peut-être, éventuellement, réussir à leur trouver un foyer aimant, qui leur accorderait aussi bien-être et sécurité.
Mais ces chères "petites âmes" savaient bien que cela allait vous rendre la vie compliquée, tu t'en doutais et l'appréhendais malgré tout.
Pour ne pas risquer de perturber Croquette et voir les effets de sa maladie revenir en force à cause du stress et de la peur, vous auriez dû les enfermer au garage, en attendant. Cela aurait été difficile pour vous tous, chats compris, et pour eux. Tu t'inquiétais déjà, d'ailleurs, qu'ils ne se blessent avec ce qui est entreposé au garage.
Le plus difficile à supporter pour toi, aurait été d'entendre la Maman les appeler et les chercher, tu aurais beaucoup culpabilisé, au risque d'en développer un souci de santé, même sachant que tu essayais de faire au mieux.
D'autre part, la saison d'été et des vacances n'est pas la saison propice pour faire adopter des petits chats, particulièrement nombreux sur le "marché" en cette saison, et vous auriez eu les pires difficultés.
Voilà pourquoi, par Amour et reconnaissance pour vous, ces chères "petites" âmes avaient fait ce choix de "départ"."


Evidemment, je suppose que cela peut sembler échevelé comme explications, à ceux qui se veulent "cartésiens", "pragmatiques", voire "savants", "intelligents", "instruits". Mais ils ne sont pas obligés de devenir "bêtes" et d'adhérer.


Voilà, et quand on entend aux infos ou sur internet les appels à l'aide des associations de protection animale, car cette année est une année "record" pour les abandons (j'en ai la nausée rien que de l'écrire, triste "record" de l'inhumanité), je me doute que nous n'aurions pas réussi à  placer ces petits matous.


On ne quittera pas tout à fait le sujet, en revenant sur la nécessité du respect et de l'ouverture des coeurs, afin d'ouvrir la porte à un monde meilleur.


Face aux vagues de violence, d'attentats, on entend parfois prôner la nécessité de l'éducation (dans le sens d'instruction), de la la culture.


Ce n'est malheureusement pas la solution d'urgence m'ont expliqué ces chers Anges.


D'abord parce que cela demande du temps. Ensuite parce que l'on a bien vu qu'il y a souvent, parmi ces assassins, des êtres instruits, parfois même encore étudiants du supérieur. Et plus largement, on voit bien trop souvent que trop, parmi les diplômés et surdiplômés sont tellement imbus de leurs  connaissances sur un sujet précis, qu'ils ont tendance à mépriser les "niveaux" qui leur semblent "inférieurs", et ne vouloir écouter que les "références", surtout quand elles sont médiatiques.

Cela laisse vaguement songeur quand on a un aperçu de l'immensité du savoir et des capacités intellectuelles des Anges, eux qui sont des modèles d'humilité, reconnaissant d'ailleurs volontiers qu'ils ne savent pas tout.


L'éducation, oui, mais dans le sens "d'inculquer des principes" (avec un S, dans le sens de "règles de morale").


Apprendre ou réapprendre la nécessité du respect de la différence, des différences (de races, mais aussi respect du plus faible, animaux, végétaux et terre compris), des pensées, idées, opinions, ressentis et des souffrances, quels qu'ils soient, y compris donc des règnes végétal et animal.
Il me semble particulièrement important de faire remarquer que l'on court le risque, en faisant l'impasse sur ces nécessités, et cela me semble être souvent une des causes à l'origine de "pétages de plombs", et ce y compris parmi les personnes à haut potentiel intellectuel, on court le risque donc de voir se développer des sentiments de révolte, de colère, d'impuissance, suivis hélas souvent de haine et de bouffées de violence, pour s'être sentis rejetés, incompris, humiliés, niés.


Remarque: la notion de respect et l'ouverture des coeurs ne sont pas innées et ne sont pas fonction de l'intelligence, sauf de celle du coeur. Ne pas sous-estimer le fait que les personnes à haut potentiel intellectuel ont en règle générale un besoin de "sauver le monde", d'être utile.
Le danger, de ce fait, quand il se sont niés ou se sont sentis niés, écrasés, mal traités, mal aimés, c'est que, tout comme la victime attire le bourreau, ils vont attirer comme des aimants les manipulateurs et autres pervers (ne confondons pas machiavélisme et intelligence), qui vont s'emparer de cette énergie pour servir leurs desseins...


Avec tous les risques que cela comporte. Les hauts potentiels sont en règle générale des idéalistes qui voient les autres à leur image, et de ce fait n'imaginent pas la perversité.
Pour que le monde devienne meilleur, donc, il faut et il suffit juste de cultiver le respect et l'ouverture du coeur. C'est gratuit, cela peut être très rapide, et c'est à la portée de tous !


N'est-ce pas une excellente nouvelle ?


RESPECT comme:


R egarder son prochain avec bienveillance, (c'est le contraire de l'indifférence)
E couter son prochain, bien évidemment sans a priori ni jugement préconçu
S agesse
P ardon 
E mpathie
C ompréhension
T olérance


Bonne soirée !

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 17:25
Commencer par le commencement

Hello !


Prendre soin des autres, nos chers "petits" Anges nous y encouragent volontiers, mais ils tiennent tout autant à nous voir prendre soin de nous-même, condition sine qua non pour en avoir la force.


Régulièrement, j'ai... comment dire ? 


Quelques petits "réajustements" pour me le rappeler.


Il y a une dizaine de jours, j'ai fait faire un comblement osseux en vue de la pose d'un implant dentaire. C'était prévu depuis plusieurs semaines.


Trop occupée à penser à tout un tas de choses "urgentes", il ne m'est même pas venu à l'esprit de me renseigner pour savoir en quoi consistait cette petite intervention, quel en était le suivi, le traitement, etc.


Je suis donc arrivée tranquillement le jour dit, sans m'en être souciée le moins du monde.

La salle avait été préparée, l'assitante de l'implantologue m'a "briefée"... 


Et j'ai commencé à réaliser que j'avais sous-estimé le truc, et notamment n'avais pas anticipé le fait que j'allais devoir prendre des antibiotiques...


Mais les antibiotiques me rendent malade, mes petits intestins sensibles ne les supportent pas !


Bon, en attendant, l'assistante a attiré mon attention sur la musique d'ambiance qu'elle avait mise en sourdine. Je l'ai remerciée, en glissant au passage que j'aurais préféré une chanson de Joe, mais bon, que ce n'était pas grave.


La jeune femme a cherché et m'a trouvé une compil de Joe !


Bon, je me suis sentie ragaillardie. Surtout que l'implantologue était arrivé. Ce praticien est particulièrement sérieux et compétent, mais...


Comment dire ?


Disons qu'il m'a paru avoir la délicatesse de mouvements d'un pingouin sur la banquise... ce qui collait d'ailleurs avec sa carrure !


J'ai appelé ces chers Anges à la rescousse, les priant de veiller à ce qu'il ne me démonte pas, au passage, tous les travaux effectués auparavant dans ma petite bouche, laquelle est proportionnelle à ma carrure... de souris !


Puis, comme d'habitude, et c'est aussi la raison pour laquelle je ne m'inquiète jamais à l'avance quand j'ai une intervention, afin de moins ressentir la douleur, jai élevé mentalement mes pensées vers le "Ciel", en demandant à supporter au mieux.


La série de piqûres a commencé, en même temps que Joe chantait:


"Salut, c'est encore moi !
Salut comment tu vas ??"


!!!!!!


Ravie de retrouver l'humour de ces chers Anges, j'avoue ne pas avoir souffert des piqûres ni du reste d'ailleurs. Ce qui a permis que l'intervention se passe au mieux et au plus vite. 


Je pensais m'en être tirée à bon compte...


Sauf que 2 jours après, les effets des antibiotiques ont commencé à se faire sentir, et j'ai quand même dû les arrêter plus tôt que prévu, car le remède devenait pire que le mal.  


Je me suis bien promis, la prochaine fois, de faire gaffe et d'anticiper.


Je confesse qu'il m'est bien venu une velléité de reprocher à ces chers Anges de ne pas m'avoir alertée avant, mais bon, j'ai ravalé la réflexion, jugeant plus sage de faire profil bas et de tenter de retenir la leçon.

 

Revenons à des choses plus sérieuses, hélas.


Si mes chers inspirateurs célestes tiennent à plaider la cause des animaux, c'est aussi parce que ce respect, cette compréhension, cette aide qui seront accordés à ces "petits êtres", quand il seront rentrés dans les moeurs des êtres humains, rejailliront aussi sur eux et sur l'ensemble de l'humanité, car cette prise de conscience de la sensibilité, de la souffrance, des droits de nos "petites bêtes" entraînera par ricochet la même prise de conscience pour ce qui concerne le genre humain et la planète.


Il m'a été expliqué que c'est la seule façon: en commençant à instaurer le respect, la compassion, l'aide, la protection, le droit à la vie dès tout ce qui vit dans la Nature, en commençant par les végétaux et les animaux, le "pli" sera pris et pourra se propager.


Dans le cas contraire, qui privilégier ?


Le plus grand ? Le plus fort ? Le plus beau ? Le plus riche ? Le plus jeune ? Le plus âgé ? Celui qui rapporte le plus ?


Sur quels critères ?


Le critère, c'est la vie, dès sa plus "simple" expression !


En attendant, quand on voit l'actualité et cet incendie épouvantable, dans le Sud-Ouest, il y a de quoi enrager de voir que, pour probablement un mégot jeté, une imprudence ou une malveillance "humaine", des familles entières ne peuvent rejoindre leur maison et vivent dans l'angoisse, avec tous les risques que cela comporte, des centaines d'hectares d'arbres et végétaux partent en fumée, et avec eux combien de petites "bêtes" périssent, sont chassées de leur milieu naturel, "à la rue", elles qui ne demandaient rien à personne à part de vivre en paix, et surtout ne faisaient de tort à personne. Certaines ne pourront pas sauver leur nichée, car il y a encore des nichées et des jeunes qui n'ont pas la force de s'échapper.
Les rescapés parmi ces animaux, ils vont-ils aller où ?


Ils seront accusés de faire des dégâts aux récoltes, et du coup on les chassera, on les tuera ou les piègera, les vouant aux gémonies.


Mais si l'incendie a été déclenché par un mégot, ce n'est pas un lapin ni un sanglier qui l'a jeté, ce n'est pas non plus un écureuil psychopathe qui a foutu le feu !


Cela me semble demander un minimum d'attention à accorder à ces pauvres petites "bêtes".


Bonne fin de week-end à tous

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 17:41
"L'humain" qui se prend pour Dieu

Hello !


Hier soir j'avais beaucoup de peine, et aujourd'hui, après une "bonne" nuit de sommeil...


Je suis en rogne, une colère noire qui a du mal à passer et me serre la gorge...
contre la bêtise, la méchanceté, bref...


la connerie "humaine" (mot pris en tant qu'adjectif, mais pas dans le sens de "sensible à la pitié, doux, compatissant", comme nous dit le Larousse, mais bien dans celui de "qui est de l'homme, qui a rapport à l'homme"...


Avec tout ce que cela sous entend !


Alors pour une fois, je partagerai ce billet sur Facebook.


Pourquoi donc une telle révolte ?


En voici la raison:


Quand nous sommes arrivés dans cette maison, nous avons "hérité" d'un chat, que les locataires précédents nourrissaient, un SDF nous ont-ils dit, que tout le monde refusait de nourrir (dame, ça coûte cher quelques croquettes et quelques déchets, il vaut mieux d'ailleurs jeter ces derniers à la poubelle, quitte à s'indigner ensuite parce que les supermarchés jettent de la nourriture !). 


Ce chat, ils n'ont pu l'amener avec eux parce qu'il ne se laissait pas attraper, ont-ils rajouté.
Nous avons donc pris la suite, et lui donnons les mêmes croquettes de bonne qualité qu'à nos 4 chats, en essayant, parallèlement, de plaider sa cause autour de nous pour le faire adopter...


En vain.


Cet animal nous avait été présenté comme un mâle, alors nous n'avons pas cherché à vérifier. Il y a près de 3 mois, nous avons remarqué qu'il avait un gros ventre et avons pensé qu'il mangeait trop.


Puis il a disparu une paire de jours, et est revenu réclamer sa pitance...


Il n'avait plus de ventre mais...
des tétines qui pendaient !


Il y a 10 ou 15 jours, il est venu dans le champ contre notre jardin...


avec 3 petits tout mignons: 1 gris, aux poils touffus comme sa mère, un noir et blanc, et un joli noir au museau blanc.


Mais ils étaient sauvages et ne se laissaient pas approcher. Nous avons prévenu le voisin, car ils nichaient visiblement dans sa remise, en lui expliquant que nous allions essayer de les attraper pour les faire adopter. Il nous avait autorisés à aller dans son jardin, si nécessaire.


Mais très vite, nous n'en avons plus vu que 2: le joli petit gris manquait à l'appel.


Nous étions sur le point de parvenir à capturer les 2 autres, qui venaient manger sur la fenêtre de notre cuisine, probablement grâce aux élixirs "Fleurs de Bach" (Roch Rose et Walnut, pour la confiance et l'adaptation au changement). L'avant dernier soir où nous les avons vus, nous avons pu les approcher de plus près. 


Je cherchais une nasse pour essayer de les attraper plus facilement...


Puis nous ne les avons plus vus. Seule la Maman chat venait mais elle mangeait peu et on l'entendait les appeler en vain.


Il est vrai que j'avais, depuis le début, un sentiment d'angoisse, et l'intuition qu'il fallait aller vite, du fait qu'ils "naviguaient" de plus en plus et de la proximité de la route, mais bon, j'espérais qu'une âme compatissante les avait recueillis...


Jusqu'à hier soir, où en levant le linge, j'ai senti une mauvais odeur. On a cherché, et mon compagnon et notre fils ont trouvé:


Le petit chat blanc et noir était étendu, mort, contre la clôture qui sépare notre jardin de celui du voisin où se situe la grange, tout près de l'étendoir. Son corps n'était pas abîmé. 


Alors bien sûr, je suppose que ces petites "bêtes" ne se sont pas suicidées en quelques jours, qu'elles ne sont pas mortes opportunément toutes les 3, laissant leur mère les appeler désespérément. Et si ce petit animal est mort là, c'est que la mort a été assez brutale, car quand un chat est malade, il se cache.


Ceux qui me lisent régulièrement le savent, j'en ai souvent parlé, mes chers inspirateurs célestes m'ont expliqué, dès les premiers messages reçus en 2002:


"Les animaux sont comme de "petits Anges" venus sur terre pour nous aider, nous les "humains", et ce, grâce aux signes qu'ils nous donnent, et souvent de par les épreuves qu'ils vivent, POUR NOUS EN EVITER A NOUS, ET TENTER DE NOUS FAIRE COMPRENDRE CE QUI NE VA PAS, AFIN DE NOUS AIDER".


Alors ceux (le plus souvent) qui leur font des misères, voire les tuent parce qu'ils les gênent, ou même gratuitement parfois, sont non seulement des ignorants, terme utilisé par ces chers Anges, mais DE FIEFFES CRETINS, DOUBLES D'ABRUTIS (ça c'est moi qui rajoute, ces chers Anges maintenant "ignorants"), qui scient ni plus ni moins la branche sur laquelle ils sont assis.


Alors ce matin, je faisais part à mon compagnon de ma révolte par rapport à la connerie des hommes, qui tuent et dégomment tout ce qui les gêne, les dérange, en ne voyant pas ou ne voulant pas voir que ce faisant, ils creusent le sillon de leur enfer, quand, dans l'émission de "Miss Véto" sur RMC, que nous écoutions, la parole a été donnée à un intervenant qui plaidait la cause des requins, s'insurgeant lui aussi sur le fait qu'on cherche à tuer et éliminer tout ce qui est suceptible de poser problème. 


Remarque: cet intervenant a indiqué qu'on a plus de chance de gagner le gros lot du loto que de se faire bouffer par un requin.


Nos discours se rejoignaient, et ce n'était pas un "hasard", bien évidemment.


On ne peut pas laisser à nos enfants et petits enfants une terre non seulement dévastée, mais dépossédée de sa faune. 


Si certains "humains" pensent avoir un droit de vie ou de mort sur ce qui vit, ils feraient bien de réfléchir à la fragilité de leur condition, qu'ils soient jeunes ou vieux.


J'ai souvent, pour ne pas dire toujours, pu constater que ceux qui faisaient du mal aux animaux (entre autres) le payaient tôt ou tard, et cher.


Un des souvenirs les plus marquants, ce fut il y a 9 ans. Un affreux voisin empoisonnait les chats qui venaient dans son jardin, un peu trop près de sa volière à oiseaux (c'est chouette de voir des oiseaux enfermés dans une cage, il trouvait cela agréable, je suppose... comme ces pauvres chats !).


Un de mes chats, Biscotte, a échappé au poison parce qu'elle ne mangeait que mes bonnes croquettes, et peut-être aussi parce qu'il y avait eu des plaintes et une enquête de gendarmerie pour des chats empoisonnés.


Alors, pour s'en débarrasser, il lui a fait peur avec un pétard, ou quelque chose de similaire. Elle s'est sauvée affolée...


et s'est fait renverser par une voiture qui circulait à toute vitesse !


Le conducteur n'a pas jugé utile de s'arrêter et a disparu.


Mais la justice veillait (pour reprendre une phrase d'une chanson de Joe): le vieux c...( censuré), qui était déjà malade, a vu sa maladie s'agraver énormément dans les mois qui ont suivi, et il est mort. Et sa femme a dû partir dans la foulée en maison de retraite (enfermée comme les oiseaux ?).


Un autre cas m'a aussi souvent amenée à me poser des questions. 


Nous étions invités chez un couple, vieilles connaissances de mon compagnon, il y a quelques années. Le Monsieur nous a raconté complaisamment, avec force détails, comment il avait "zigouillé" un pauvre chat, et ceci sachant pertinemment que j'en étais malade d'entendre cela.


Cet homme était chasseur et surveillait un terrier où nichaient des lapins.


Sauf qu'un chat l'avait repéré aussi, et montait la garde. Il en avait d'ailleurs capturé un et comptait bien recommencer.


Le Monsieur en question a résolu le "problème" à sa façon. Il est arrivé à pas de loup derrière le pauvre chat et l'a tué. A l'écoute de son récit, on voyait bien qu'Il était très content de lui et n'avait ni remord ni regret, ni l'ombre d'un doute. C'était au chasseur de tuer les lapins ("la raison du plus fort est toujours la meilleure"), et un chat n'avait pas à avoir un instinct de chasseur.


Injuste de le tuer méchamment et "bêtement" comme cela ??


Pourquoi injuste ???


"Hasard" ? Quelques mois plus tard, un des êtres les plus chers de ce personnage a péri dans un accident contre un poids lourd. Dans la brutalité du choc, sa tête a été touchée. 
Par ce que l'on nomme "LE COUP DU LAPIN" ???


C'est injuste une telle mort.

 

Bien évidemment personne ne meurt à cause des actes de personne, mais toutes nos épreuves sont là pour nous amener sur un chemin de compréhension, et ce de par la relation de "cause à effet", non de par un Dieu vengeur.


Alors, ne vaut-il pas mieux chercher à comprendre avant d'y être amené ???


Et quand on aide les animaux, je le rappelle, on est remercié par la vie au delà de nos espérances.


J'ai pu souvent le vérifier, je le répète. Notamment, dernièrement, avec mon chat Croquette, qui était mourante il y a 3 mois, vous vous en souvenez, et qui vit, du mieux possible, sans traitement, malgré sa tumeur au cerveau.


Mais aussi par rapport à un souci de logement que nous avions pour un proche: tout semble se mettre en place ppour une solution. 


Peut-être parce que nous avons fait en sorte de trouver le gîte et le couvert pour la petite chatte perdue ou abandonnée, adoptée par une de mes amies il y a 3 mois ???


A méditer ????

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 18:11
Un de mes tableaux. Il date de 2007 ou 2008

Un de mes tableaux. Il date de 2007 ou 2008

Hello !


J'espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur actuelle et que le moral est bon.


Hier une de mes amies me confiait ses soucis du présent, mais aussi un autre, potentiel, qui l'inquiétait. Elle me disait que si ce dernier souci se produisait, elle se battrait, bien sûr, mais qu'elle était lasse.


Mes chers inspirateurs célestes m'ont fait remarquer (ce que je n'avais pas réalisé auparavant), que mon amie utilisait très (trop) souvent cette expression:


"Se battre".


Ils m'ont dit de lui expliquer ceci


"On n'a pas à se battre, on a A ETRE, tout simplement".


Ils m'ont précisé qu'en utilisant cette expression de façon habituelle, on envoyait à notre insconcient une forme d'ordre et de considération de la dureté et de la difficulté de la vie. Ordre et considération qui nous ont été d'ailleurs transmis dès notre plus jeune âge, par notre éducation, le plus souvent, mais aussi par nous-même...


Et que nous perpétuons, si nous n'y prenons pas garde.


Et de ce fait, nous courons le risque d'être amenés à affronter des situations (celle envisagée ou une autre à la place) qui exigeront de nous de dépenser toujours plus de nos forces.


Comment remédier au problème ?


En prenant conscience, en priorité, de nos réactions et discours intérieurs... ainsi qu'extérieurs, face aux situations affrontées et aux risques potentiels.


Ensuit, accepter la situation, non pas dans une intention de résignation, mais parce qu'elle existe... un peu comme, m'a-t-il été expliqué, lorsque, lors d'une promenade ou d'un trajet, on se trouve arrêté par le cours d'une rivière, qui nous barre le chemin... du moins le chemin que l'on pensait prendre.


Le fait est là, il y a une rivière.

Il serait fou de penser pouvoir la faire disparaître par nos seules forces.


Ensuite, plutôt que de perdre son énergie à "taper dans tous les coins", prendre le temps de se connecter à sa sagesse intérieure pour trouver la ou les solutions, et peut-être aussi le sens à donner à l'événement, les leçons à en tirer.


Il est important de se faire totalement confiance pour trouver la solution, et aussi de faire confiance à la vie, aux solutions et éventuellement aides qui vont se présenter.


En étant calme, concentré, ouvert, confiant, on se trouvera en mesure de faire face de la façon la plus simple et la plus rapide possible.


Pour parfaire l'exercice, s'imprégner, par avance, de gratitude pour le fait que le problème soit résolu de la meilleure façon qu'il soit.


Voilà, bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 16:37

Hello !


En ce jour symbolique, le billet portera sur:

la confiance en soi et les peurs qui n'ont pas lieu d'être. 


Les peurs qui n'ont pas lieu d'être, (par opposition à la peur signal d'alarme d'un danger, qu'il convient d'écouter et d'analyser), sont des freins, voire des blocages ; elles peuvent être le fondement d'a priori ; le rejet, et tout ce que cela suppose peut en être la résultante.


Qu'est-ce qui peut aider à éloigner les peurs qui n'ont pas lieu d'être ?


"C'est la confiance en soi !" m'ont expliqué mes chers inspirateurs célestes.


"Nous entendons par là la confiance en soi lucide, intelligente... donc, tout en étant humble et sage, bien sûr. Il ne s'agit pas d'orgueil ni de prétention, qui cachent souvent des peurs insconscientes.


Le préalable à la confiance en soi ?


C'est l'acceptation de soi-même, et notamment de sa différence, de ses différences, y compris et surtout quand on la (les) considère comme des "disgrâces".


En acceptant sa ou ses différences, en les intégrant à soi et à sa vie comme des forces (au moins potentielles), on met certaines peurs à distance.


Il est important de bien prendre conscience que nous avons TOUS une ou des différences, il n'y a pas 2 êtres identiques en tous points.

Comme déjà dit, cela commence dès l'ADN.


Rappel: tout ce que nous fuyons ou rejetons nous revient comme un boomerang.


Il est donc essentiel de cesser de perdre son temps et son énergie à refuser une partie de soi, pire encore à la haïr ! 


Autre question/rappel: quelle pire injustice peut-on se faire à soi-même ?


Comment, dans ce cas là, s'étonner de se sentir mis de côté, rejeté, ou tout au moins de ne pas se sentir accepté, un peu comme si on n'était qu'à moitié partie intégrante de notre vie ?


En essayant de "gommer" une ou des différences, afin de se fondre dans la masse, on donne naissance à des peurs confuses: car on court le risque que ce qu'on cherche à gommer soit mis en lumière à notre corps défendant !


Il est donc très utile et important de se visualiser baignant dans la Lumière et l'Amour, EN COMMENCANT par ce que l'on a du mal à accepter en soi: qui son hypersensibilité, qui ses capacités, qui ses origines, qui ses différences physiques, qui son métier, qui sa maladie, qui un ou des "défauts", qui un ou des traits de caractère, etc.


On peut aussi, éventuellement, parler à son enfant intérieur, et lui expliquer que s'il en a souffert, c'était parce qu'il ignorait qu'il s'agissait en fait d'une richesse, un joyau précieux, qu'il est grand temps maintenant de dé-couvrir (en ôtant ce qu'il a mis en place pour l'oublier ou le cacher) et de le mettre en Lumière, avec joie et respect, car ce n'est qu'ainsi que la graine pourra se développer et donner les DIX GRACES !


Et les dix grâces, cela commence par L'ESTIME DE SOI !


Quand on ne rejette plus une ou des parties de soi, que l'on s'accepte et s'aime tel que l'on est, on est sur le chemin de l'estime de soi. 


Dès que l'on intègre que l'uniformité n'est en aucun cas la perfection, il est plus aisé de trouver le chemin de l'estime de soi, laquelle conduira directement à...


LA CONFIANCE EN SOI !


Dès que l'on a confiance en soi, parce qu'on a pris conscience de nos atouts et de notre potentiel, on écarte des peurs qui n'ont pas lieu d'être. 


Récapitulatif: en acceptant et aimant sa ou ses différences, on accepte les différences des autres, puisqu'en prenant conscience de leurs richesses potentielles, elles ne font plus peur, bien au contraire, et cela favorise plus encore la confiance en soi (puisqu'on a chassé des peurs "fantômes" qui risquaient de la fragiliser !), mais aussi le respect comme règle de vie !


C.Q.F.D. !!!"


Et pour terminer, un conseil de ces chers Anges, en forme de constatation:


"N'aie jamais peur de ta Lumière, ne crains jamais de l'irradier, il n'y a que l'ombre que cela peut gêner ou faire fuir."


Voilà l'appel de ces chers Anges en ce jour, et en conclusion:


"Pour du bonheur A LA PELLE !!!!"
 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:00

Hello !


J'espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur.


Dernièrement, nous discutions avec une dame qui a développé un sentiment d'infériorité et un manque d'estime de soi du fait de la comparaison entre sa situation matérielle et professionnelle, et celles de son conjoint. Ces sentiments là l'ont longtemps amenée à supporter des situations qui ne lui plaisaient pas.


Mes chers inspirateurs célestes ont souvent abordé ce sujet là avec moi, insistant sur le fait que ce que nous appelons la "réussite" n'a absolument rien à voir avec Leur définition de ladite réussite.


Face aux dictats actuels, qui donnent visiblement plus de poids à ceux que l'on nomme "grands", de par leur situation professionnelle et/ou leur compte en banque, on peut effectivement se laisser entraîner, même inconsciemment, à nourrir peu à peu ce sentiment de dévalorisation de soi, alors même pourtant qu'au fond de nous, nous SAVONS que cela n'a rien à voir !


"Il faut de tout pour faire un monde" aiment à répéter ces chers Anges.


De ce fait, ils tiennent à souligner que le travail de chacun est indispensable, à son niveau, pour mener à bien l'ensemble des plans divins.


Ils insistent sur le fait que le travail des "humbles" (entendons par là ceux qui vivent simplement, modestement) a la même valeur, sinon plus, à leurs yeux.


Notamment le travail qu'effectuent ceux et celles, "travailleurs de Lumière", sur ce chemin de spiritualité, qui consacrent une partie de leur temps (aux dépens de leurs revenus) à, pour certains, diffuser les messages qu'ils reçoivent, pour d'autres relayer ces enseignements autour d'eux, après les avoir appliqués, et qui de ce fait apportent une aide non négligeable à la construction de l'édifice de la Nouvelle Terre.


Ces personnes là, de plus en plus nombreuses, en outre, ne sont pas (ou plus) dans la course au profit, aux possessions, à la surconsommation, à la promotion personnelle, et aux manipulations de toutes sortes qui vont trop souvent avec, et ne participent donc pas (ou bien moins) à la mise à sac des ressources de la Terre, tout au contraire, car elles sont compris l'importance de tout ce qui est "petit".


"Ne crois-tu pas que ce "travail" là est particulièrement digne d'intérêt et de respect ?" ont questionné ces chers Anges.


Sur la même période, je suis tombée sur une citation affichée par une amie sur Facebook:


"La planète n'a pas besoin de gens qui "réussissent". La planète a désespérément besoin de faiseurs de paix, de guérisseurs, de conteurs d'histoires, et de passionnés de toute sorte." 
Signé: S. S. Le Dalaï Lama.


Toujours sur la même période, dans le n° 352 du magazine "Psychologies" de juin 2015, p. 44, rubrique:


"La phrase qui guide Selah Sue", on trouve cette citation de Alain de Botton:


"Assurez-vous que votre définition de la réussite est bien la vôtre."


Extrait des propos recueillis par Anne Laure Gannac:


"La plupart d'entre nous avons une vision de la russite qui repose sur ce que la société nous en dit (...)"


Confirmation est faite dans cette page, sur les conseils que m'ont donnés mes chers inspirateurs célestes:

sortir la tête du guidon, prendre le temps de se poser, de se retrouver soi-même, de se questionner sur soi et sur sa façon de conduire sa vie, et ce régulièrement, afin d'être bien sûr d'être sur son propre chemin, et non sur le chemin de quelqu'un  d'autre, et surtout de s'assurer d'être en paix et en accord avec soi-même.


Ce, surtout si le corps "parle" et nous envoie des signaux de mal être !!


Ces chers Anges rappellent que dès le plus jeune âge, on peut être amené à perdre le contact avec son être véritable, pour se plier à ce qu'on croit devoir être ou faire pour être accepté, aimé, reconnu, et ne pas être rejeté: avec le cercle familial, les copains, les amis (et les autres !), les enseignants, le milieu professionnel, l'entourage, jusqu'à la société tout entière dans l'exercice de nos activités...


La meilleure façon pour arriver à être heureux d'être soi ????


"DEVELOPPER LA CONFIANCE EN SOI, L'ESTIME DE SOI, L'AMOUR DE SOI, L'ACCEPTATION DE SOI, LE RESPECT DE SOI.

Prendre conscience de sa propre valeur et de la valeur du "travail" fourni.


Cela ne veut pas dire avec orgueil ni prétention, mais simplement, sereinement, en développant la force tranquille de celui (celle) qui sait que sa place, quelle qu'elle soit, y compris dans le moment présent, et que son être tout entier, font partie intégrante du Plan Divin, et à ce titre là, aussi indispensables que la place et l'être de qui que ce soit d'autre.

C'est indispensable pour éviter la manipulation.


De cette façon, il deviendra plus aisé, sinon évident d'accepter,  respecter et aimer son prochain."


Voilà, bonne journée !!!

Partager cet article
Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 18:32
Cracotte décompresse !!!

Cracotte décompresse !!!

Hello !


On parle beaucoup, en ces temps dits de "crise", du "burn out" et de son corollaire, la dépression.


Si pour ce qui concerne la "déprime", mes chers inspirateurs célestes disent qu'elle arrive quand on n'a pas mis l'essentiel en "prime time", pour ce qui est de la dépression, ils expliquent qu'elle est la conséquence DES PRESSIONS, pressions que l'on s'est laissé imposer, pressions que l'on s'est imposées soi-même, pensant faire ce que l'on croit que notre entourage attend de nous, mais aussi pensant bien faire, parce qu'on est toujours influencé par le "formatage" de l'enfance et du début de notre vie. 


Ce d'autant plus que si l'on n'en a pas pris conscience, on aura attiré à soi des circonstances et personnes qui l'auront perpétué.


Il y a plusieurs mois, après en avoir entendu parler, j'ai ressenti l'intuition d'acheter le livre d'Isabelle Filliozat ("psychothérapeute, certifiée clinicienne en analyse transactionnelle et maître praticien en programmation neuro-linguistique"):


"L'intelligence du coeur - Rudiments de grammaire émotionnelle", éditions J.C. LATTES.


 Dans le même temps, peu avant notre dernier déménagement, en faisant le tri dans les bouquins de mon compagnon, je me suis aperçue qu'il l'avait ! Il l'avait acheté il y a plus de 10 ans, quand il était en activité, mais n'avait pas trouvé le temps de le lire et l'avait oublié. 
Récemment, j'ai entrepris sa lecture et ne le regrette pas !!!


Là encore, je trouve la confirmation de bien des explications de mes chers Anges, en ce qui concerne le domaine des émotions, des peurs, du sentiment de culpabilité, du poids de l'héritage transgénérationnel. 


De nombreux cas sont abordés, qui font écho au vécu de tout un chacun, je suppose, et au mien en particulier. Notamment, p. 102/103:


"Sylvie se perçoit comme émotive et trop sensible. Son hyperémotivité est le reflet de celle de sa mère. Celle-ci ayant refoulé ses affects, Sylvie prend en charge leur expression. L'horreur des camps était telle, que la société entière a tenté de minimiser l'impact psychique de l'épreuve sur les survivants. Aucun accompagnement psychologique ne leur a été fourni, pas même la reconnaissance de ce qu'ils avaient vécu. Il a fallu des années et des années avant que l'histoire vraie des gens ne commence à être entendue. Beaucoup de rescapés n'ont vu d'autre option que de refouler les émotions ressenties pendant cette période de leur vie. Mais ce qui est refoulé reste actif dans l'inconscient."


Les peurs, les colères, le sentiment de culpabilité y sont "disséqués". 


J'ai relevé aussi, p. 144:


"Pourquoi les victimes se sentent-elles coupables ? C'est injustifié. Leur sentiment de culpabilité est fait du retour sur soi de la colère ressentie, mais inexprimable, envers l'agresseur, et de la honte d'avoir été fragile et agressé, d'avoir été humilié.
Quand une victime accède à la fureur d'avoir été molestée, elle ne ressent ni honte ni culpabilité déplacée. Elle peut projeter sa colère sur le coupable, le laisser porter la honte.
Ce n'est pas facile quand dans son enfance on a intégré la honte et la culpabilité comme des parties de soi."


Plus loin, toujours dans ce livre, Isabelle Filliozat traite:


"L'art d'être heureux et de rendre les autres heureux"
"Empathie et résolution des conflits"


Si tous ces livres, tous ces témoignages pouvaient ouvrir les consciences et permettre à chacun, non seulement de se libérer du poids d'émotions héritées, des bâillons du passé, mais aussi, dans le présent et le futur, de ne plus se laisser bâillonner face aux agressions, maltraitances (qu'elles soient physiques ou psychologiques), humiliations, manques de respect, qui détruisent l'essence de l'individu, et le poussent à coup sûr vers la dépression et l'auto-destruction (qu'elle soit consciente ou pas).

Pour que plus jamais ne soient banalisés tous ces méfaits. Ces prises de consciences sont des passages obligés si l'on veut que règne un jour sur cette terre, la paix, le respect et l'harmonie...


Voilà, bonne soirée !

Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 17:20
Ce n'est pas une maladie !!

Hello !


Je n'ai pas écouté mon intuition qui me disait de vérifier l'orthographe du mot "disgrâce" (billet précédent), que j'ai écrit avec un "Y", tant mon idée rapprochait inconsciemment ce mot d'un problème médical.


Le  préfixe "Dys" évoque un mauvais fonctionnement, ou un fonctionnement irrégulier, un trouble, une perturbation...
Ex.: dyslexie, dysentérie...


Le préfixe "Dis" est dit "séparatif", donc induit une idée de coupure.

Ex: disgrâce, discrédit...


Peu après avoir publié le billet en question, j'ai réalisé mon erreur.


"Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? ont dit ces chers Anges.
Une disgrâce (qu'elle qu'elle soit: physique, psychique, familiale (être, se sentir en disgrâce), voire supposée, n'est pas une maladie, même si elle se soigne aussi, et peut donc guérir !


Elle nous coupe de la grâce, des "dix grâces" même, tant qu'on la refuse, la fuit, la rejette, la déteste...


Il suffit juste de prendre conscience que grâce (encore !) à elle, nous avons un "laisser passer" vers la grâce, les "dix grâces", à condition de l'aimer, de l'accepter (ce qui ne veut pas dire baisser les bras, mais au contraire l'intégrer à sa vie comme une force), d'essayer d'en comprendre la richesse potentielle, de suivre le chemin de cette "croix", qui va nous conduire droit à notre être véritable. 


Gâce à cette acceptation et cet Amour que l'on accordera à la prétendue disgrâce, ainsi qu'à soi-même, les portes de l'abondance s'ouvriront à tous les niveaux pour nous."

 

Et pour parfaire le" travail", voici une prière qui m'a été inspirée il y a pas mal de temps. Je ne sais si je vous l'ai déjà copiée ou pas. Au cas où, je vous la redonne:


"En tous temps, en tous lieux et en toutes circonstances Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) a voulu, veut et voudra l'Amour pour moi. 
Je l'accepte donc simplement, naturellement."


Même chose pour l'abondance. Il suffit de remplacer le mot "amour" par abondance.


A adapter éventuellement avec un autre mot qui nous tiendrait à coeur...


"Abondance de biens ne nuit pas" !!!


Excellente fin de journée !

Partager cet article
Repost0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 17:09
Quand dysgrâce donne DIX GRACES

Hello !


J'espère que vous avez passé un bon jeudi de l'Ascension.


Je vous ai un peu abandonnés car ma fille s'est remariée ce week-end. C'était un "hasard", mais cela tombait le lendemain du 8 Mai (fête de la Victoire de la guerre de 39/45).


De ce fait, j'espère que cette très belle journée sera de bonne augure et tirera un trait définitif sur les "séquelles" de cette guerre, dans notre famille.


Autre bonne nouvelle: pour le moment, mon chat Croquette va relativement bien, vu son problème de santé. Je suppose que cela doit aussi être dû à l'aide d'une amie qui se reconnaîtra, qui a eu la gentillesse de proposer de mettre son don au service de ma "bébête".

 

Ce billet sera un peu court, car nous repartons quelques jours, mais le sujet est important.


Mes chers inspirateurs célestes, pour nous aider à surmonter les difficultés dues à nos différences, qui nous amènent trop souvent à ne pas nous accepter, voire à ne pas nous aimer, principalement quand il s'agit de ce qui nous semble une disgrâce physique, par exemple, ces chers Anges ont rappelé ceci:


"Ne jamais oublier que tout ce qui peut nous sembler lourd à porter, nous donner l'impression d'être un être à part, dans le sens péjoratif du terme, TOUT cela a été choisi en toute conscience et connaissance de cause, et ce non pas pour nous détruire ou pire encore nous amener à nous détruire, parce qu'en ne s'aimant pas on finit par se détruire, mais bien au contraire pour nous permettre de développer une force, et faire de nous un merveilleux être unique !


Ainsi, toute DISGRACE apparente pourra, DEVRAIT se transformer en...


DIX GRACES !!!!!


Si on garde bien présente à l'esprit l'idée que si cela a été choisi et permis, c'est que nous en avons la possibilité, la force, les capacités.


Essayons donc de ne pas (trop) écouter la voix de notre part d'ombre (mauvais ego) qui nous pousse au découragement, à la révolte, à la colère, au repli, au rejet d'une partie de nous-même, et nous plonge dans un abîme sans fond, mais écoutons plutôt notre part de Lumière (bon ego), qui nous regarde avec émerveillement, enthousiasme et empathie, en voyant se profiler derrière cette "disgrâce" supposée, la Victoire  sur nous-même !


Rappel: la seule vraie victoire, c'est d'être heureux d'être soi, et c'est notre toute première misson.


Mission qui est la plus importante pour nous, mais aussi, par ricochet, pour notre entourage, car cela rejaillira sur tous et toutes, comme une source qui jaillit, telle la baguette d'une fée, dont fusera une pluie d'étincelles lumineuses qui illuminera tout autour d'elle.


Ce savoir ainsi diffusé permettra de faire profiter son entourage de cette formidable chance de bonheur, évitant ainsi à ceux qui voudront bien s'en imprégner, les méandres de l'ignorance, qui font parfois perdre pied ou tout au moins perdre un temps précieux qui pourrait être consacré à vivre pleinement sa vie, dans la joie et l'abondance. 
Car dès que l'on s'accepte totalement et joyeusement, toutes les portes de l'abondance s'ouvrent !"


Bonne fin de cette journée si symbolique !

Partager cet article
Repost0