Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 09:56
Le frère et la soeur

Hello !


Merci pour vos si gentils messages.


Plus particulièrement pour toi, Angevip, le jour où j'ai lu ton com me parlant du duo virtuel Hélène Ségara/Joe, je l'ai entendu à la radio pour la 1ère fois.


C'était:


"Et si tu n'existais pas".


Et hier, ayant entendu par "hasard" que l'émission "Toute une histoire" recevrait Julien Dassin, je suis donc restée devant la télé (pendant que mon compagnon attendait patiemment la fin car on devait aller chercher le carrelage pour la salle de bains, que le maçon vient enfin nous refaire, la semaine prochaine).


C'était un rappel de l'émission du 22 09 08, dont j'avais parlé, à ce moment là, dans un billet, à la suite, car le sujet était:


"Fils de", ou comment arriver à s'épanouir et à être soi quand on vit dans l'ombre d'un parent. A cette époque, déjà, ces chers Anges essayaient de me mettre sur la voie qui me permettrait de me délivrer de l'ombre du destin de ma mère.


Je ne l'ai vraiment réalisé que bien plus tard, hélas.


Si on acceptait de gratter là où ça fait mal, afin de "désinfecter", quand on s'y sent poussé, par les circonstances notamment, cela éviterait d'avoir à le faire lors d'épreuves. Je n'ai pas su écouter et analyser suffisamment, à ce moment là.


Mais revenons à l'émission d'hier, on a vu un extrait du duo, avec la chanson:


"Et si tu n'existais pas".


Joe aimait les duos. Moi je préfère l'entendre tout seul.


Je continuerai de vous raconter la suite du billet précédent un peu plus tard. Restons sur les signes de ces chers Anges.


Mardi 5 était jour anniversaire de la naissance de Joe, mais c'est aussi la fête de ma belle-soeur.


Cette "coïncidence" m'avait souvent semblé bizarre, autrefois. Maintenant, avec le départ de mon frère, je me doute que cette "coïncidence" n'en est pas une, du moins pas dans le sens commun qu'on donne au mot.


Alors, des signes, il y en a eu quelques uns autour de cette date.


Dimanche (le 3), j'ai eu quelques soucis liés à la santé de ma mère. On a craint que l'épisode de déshydratation qu'elle a vécu fin Mai ne recommence. Elle avait eu des soucis les jours précédents, mais le Docteur avait omis de passer.


Heureusement, l'excellente association qui s'occupe d'elle a pu intervenir en urgence pour prendre soin d'elle, en attendant que je puisse y aller.


Le 4, ma mère a reçu un appel inespéré: son seul frère survivant, avec qui elle était fâchée depuis fin 2002, l'a appelée pour se réconcilier avec elle !
Je pense que cela l'a aidée à remonter la pente.


Le 5 au matin, j'attendais "mon" petit signe...


En allant sur ma boutique virtuelle (sur un site internet), j'ai entrepris de rendre le nombre important de votes reçus pour une création que j'avais faite, pour le défi du mois, qui portait sur "L'arctique", création baptisée:


"L'ours de l'abondance". Il s'agit d'un tout mini ours blanc sur la banquise.


Je suis allée sur la boutique d'une créatrice très talentueuse, et ai cliqué sur l'oeuvre pour laquelle j'avais déjà voté la veille, mais pressée, je n'avais pas lu la description. Ce matin du 5, j'ai pris le temps de le faire.


Il s'agissait d'un triptyque. Je n'avais donc vu qu'un élément: un mignon petit ours à ski, qui semblait avoir pris une gamelle !


Le texte parlait d'un autre élément, représentant un frère et une soeur, sur une luge.


J'ai donc cliqué sur l'image, et ai été frappée par plusieurs"coïncidences":


La soeur ourse était placée derrière son frère, sur la luge, et le serrait dans ses bras, les yeux fermés, contrairement au frère qui tenait les rennes, les yeux bien ouverts, tourné vers moi.


Le dessin donnait l'impression qu'ils allaient bientôt partir et dévaler la pente dans une joyeuse partie !


Au fur et à mesure de mes observations, j'ai noté des similitudes avec une de mes dernières créations.

Il s'agit d'une mini mini ourse de collection. Son corps est exactement de la couleur de celui de la soeur ourse (différente de celle du frère, qui est plus claire).


J'ai été frappée aussi par la similitude de couleurs de la tenue: la soeur ourse de l'oeuvre de l'artiste porte une écharpe et un petit noeud...


De la couleur et du motif exacts de ma mini mini ourse: un joli rose ancien à tout petits pois blancs ! La mienne a aussi un petit noeud, mais en ruban.


Et la signature de la peintre, au-dessous de l'oeuvre, c'est l'initiale de mon prénom...


et l'initiale du prénom de mon frère !


Les initiales du pseudo de cette dame sont les 2 initiales citées précédemment, suivies de celle de mon nom de famille (et donc celui de mon frère).


Petit plus ? Les administrateurs du site de nos boutiques se surnomment eux-mêmes:


"La fine équipe" !


Il semblerait bien que "L'équipe à Jojo" se soit enrichie d'un élément, depuis le 26 Mai 2012, un joyeux drille de plus !


Je suppose que quelque chose se prépare, peut-être la plus importante des étapes, aux yeux de ces chers Anges, qui s'y cassent les dents depuis pas mal de temps:


Me redonner le goût du jeu, retrouver l'enfant intérieur, et sortir enfin de la banquise !


"Coïncidence", en ce moment, mais c'est moins drôle, ce sont nos dents qui nous coûtent cher, à mon compagnon et moi-même !


Bonne journée !!!

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 16:49

Hello !


Merci pour vos com. Ravie d'avoir de vos nouvelles. Si vous ne recevez pas ma Newsletter, c'est probablement parce que j'oublie régulièrement de cocher la case pour l'envoyer, en publiant mon billet.


J'espère que vous allez bien et que le moral est bon.


Si nos destins, apparemment, sont influencés par l'histoire familiale, il n'en est pas moins que les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans cette vie viennent de notre chemin présent.

Et les signes et situations "miroir", entre autres, sont là pour nous alerter et nous permettre de redresser la barre.


Il y a notamment les situations auxquelles le "hasard" nous confronte qui peuvent être "éclairantes", par les réactions que cela nous inspire: peine, révolte et colère sont particulièrement significatives qu'il y a quelque chose à "déterrer"...


Soigneusement enterré, le plus souvent, tellement, que si on n'a pas oublié, on a l'impression que ça n'a pas eu d'effet sur nous.
Surtout quand ce sont des faits qui remontent à la petite enfance.


Le 12 octobre au matin, je suis partie en voiture à ma 2ème formation en "Affirmation de soi".

J'allais arrêter ma voiture sur le parking, quand le présentateur de la radio nostalgique a annoncé, dans le prochain quart d'heure...


Joe !


Et il a même rajouté, ce qui est assez inhabituel, le titre:


"Aux Champs Elysées"


Je n'avais malheureusement pas le temps d'attendre pour l'écouter, car cela m'aurait mise en retard, le parking étant éloigné.


Du coup, je me doutais que cela avait un sens, mais ne voyais pas lequel.


Ce 2ème cours portait sur le mode de communication, et la manière d'engager et maintenir une conversation, de façon équilibrée, et plus particulièrement par les questions ouvertes, qui sont des questions qui amènent à développer une réponse, par opposition aux questions fermées, auxquelles il est répondu seulement par oui ou par non ; ces dernière peuvent de ce fait entraîner la fin de la conversation.


J'ai très mal vécu le déroulement des ateliers sur le sujet. Je trouvais notamment insupportable d'avoir à "surveiller" mes questions, d'avoir à "peser" les temps de parole, aussi.


Où était la spontanéité dans tout cela ai-je pensé ?


Comment s'intéresser vraiment à l'autre, à ce qui est dit, si on doit tout "soupeser" ?


C'est bon pour les mondanités, et encore !


Et dans la foulée, la chanson de Joe:

"Aux Champs Elysées" m'est revenue, plus précisément son début:


"Je me baladais sur l'avenue,
Le coeur ouvert à l'inconnu,
J'avais envie de dire bonjour à n'importe qui,
N'importe qui et ce fut toi,
Je t'ai dit n'importe quoi,
Il suffisait de te parler pour t'apprivoiser..."
Voilà, me suis-je dit, c'est comme cela que je conçois la communication avec les autres:


"Le coeur ouvert", sans calcul, comme on le ressent, et tant pis pour le reste, du moment que l'on est bien intentionné, où est le problème ?!


Mais ces chers Anges n'étaient visiblement pas partis en weekend non plus, et ils ont sauté sur l'occasion pour pointer mon mal-être:


"Ah bon ? Ca ne te convient pas, ce "contrôle" de la communication ???
C'est pourtant la façon dont tu te traites toi-même !"


??????


"Oui, tu as tellement peur que ce que tu dis soit mal jugé, mal interprété, mal pris, ou blesse, que tu exerces un contrôle permanent sur ta parole, bien pire que si tu étais "supervisée" par un gourou, car lui au moins ne serait pas sur ton dos 24 heures sur 24 ! "On n'est jamais si bien servi que par soi-même", tu n'as pas besoin d'avoir peur de tomber sur un gourou !"


Ces explications m'ont sidérée, sur le moment, mais j'ai dû reconnaître que ces chers Anges avaient parfaitement raison, comme d'habitude.


Et j'ai réalisé du même coup être retombée dans le moule du "formatage" qui imposait le silence, probablement fragilisée par la mort de mon frère.


Justement, la dernière chanson de Florent Pagny me serrait un peu le coeur, quand je l'entendais:


"Qu'on soit dans le flou ou dans l'erreur...
Restent les murs porteurs,
Les amis en béton,
Un frère, ou une grande soeur,
Pour conjurer le malheur..."


Je ne pouvais m'empêcher de me dire que mes murs porteurs à moi, ils n'avaient plus de frère.


Grâce à ces chers Anges, j'ai réalisé ne pas m'être méfiée: de ce fait, j'avais encore plus de mal à dire mes ressentis à mes amis, à prévenir, notamment face à un problème, malgré mes bonnes résolutions liées, justement, au décès de mon frère, et au fait que je m'étais laissé imposer le silence, ce que je m'étais bien promis de ne plus me laisser faire...


Par les autres !


Mais ma part d'ombre a pris la relève et s'en est chargée pour moi !


Pourtant, sans arrêt, je me rends compte que quand je dis ce que je ressens spontanément (mais avec gentillesse, bien sûr), cela est toujours bien plus profitable à ceux à qui cela s'adresse.


D'ailleurs, ce n'était sûrement pas un "hasard" si quelques jours avant cet atelier, j'avais lu un livre (trouvé dans un vide-greniers) sur la vie du Dr Bach (découvreur des élixirs portant son nom), et avais été frappée et impressionnée par la confiance qu'il manifestait en ses intuitions, à juste titre, car cela lui permettait d'aider énormément autour de lui. Quitte à partir en pleine nuit à la gare, parce qu'il avait ressenti devoir y aller... et y trouver quelqu'un à aider !
Et pourtant, Dieu sait que dans son milieu professionnel, son travail original dérangeait les "savants" !


Ces chers Anges ne s'étaient pas privés de me demander d'en prendre de la graine !


Le prochain billet traitera sûrement de mon problème: pourquoi tant de difficultés à dire les choses aux amis, justement ????


Mon 3ème cours d'Affirmation de soi m'a éclairée sur le sujet !


Bonne fin de journée !

Les travaux d'assainissement dans notre jardin. "Hasard" si l'ancienne fosse a dû être déterrée et qu'une neuve a été installée ? Symbolique, en tous cas !

Les travaux d'assainissement dans notre jardin. "Hasard" si l'ancienne fosse a dû être déterrée et qu'une neuve a été installée ? Symbolique, en tous cas !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 17:00
Hello !

Non, pas de vacances anticipées pour moi. Petit passage à vide, et du travail: on a fait refaire l'assainissement qui n'était pas aux normes, et il a fallu replanter les arbustes qui ont dû être déracinés, et les arroser.

Mon compagnon est électro-sensible, vous le savez.
C'est une allergie aux ondes électromagnétiques, dont celles des téléphones sans fil, de certains portables, appareils électriques, électricité, internet, etc.

Cela a commencé petit à petit, pour vraiment "exploser" en 2009... peu après son départ à la retraite.

Mon compagnon ne croyait pas à ce que je vivais, au début. Parfois je souffrais de sa façon de nier mes croyances, les faits même, de les rejeter, quitte à trouver des explications plus échevelées les unes que les autres.
Du fait de ses études scientifiques et de son métier, il n'en démordait pas: rien n'était prouvé.

Ces chers Anges me conseillaient:

"Ne cherche pas à le convaincre, laisse-le faire son chemin. Un jour il aura un problème de santé, et il comprendra, il y viendra."


Entre parenthèses, j'avais ressenti, il y a plusieurs années, de mettre mon compagnon en garde contre ses amalgames dentaires (apparemment à l'origine, des analyses poussées ayant mis en évidence des métaux lourds probablement issus des "plombages" anciens qu'il avait), ainsi que des dangers des ondes, ayant eu à lire "par hasard" des livres sur ces sujets, et affaire à une jeune femme victime de ses amalgames.

J'avais, de mon côté, pris mes précautions en éloignant les appareils électriques de ma tête.
Mais mon compagnon n'avait jamais voulu enlever la télé de notre chambre, et il s'endormait souvent poste allumé.

Et il y avait eu aussi les "bizarreries" du réveil radio-guidé que mon compagnon avait près de sa tête, quand il dormait. J'avais d'ailleurs consacré un chapitre dans mon livre, sur ce sujet, intitulé:

"Ce réveil est-il fou ?"

J'avais réussi à décrypter beaucoup de signes que me donnait ce réveil, mais je n'ai pas pensé au danger des ondes électromagnétiques.

Le professeur spécialiste du sujet déconseille formellement ce genre d'objet près de la tête, surtout pendant le sommeil.

Depuis plus de 4 ans maintenant que mon compagnon a mal, et qu'il rencontre la même incompréhension, la même incrédulité de certains autour de lui, y compris médecins parfois, qui, plutôt que d'avouer leur ignorance voire leur incompétence en la matière, ne trouvent pas d'autre recours que de dire que c'est dans la tête, et de vouloir sortir la sacro-sainte panoplie des anxiolytiques, et pire encore, et tout récemment, une commission qui a décrété que RIEN N'ETAIT PROUVE ; depuis donc, il a été amené à évoluer, à s'ouvrir un peu à cet "autre monde" et à respecter davantage ce que je vis et ressens.

"Hasard" si, parallèlement, il a pu progresser dans la connaissance de sa maladie, des traitements , et a pu voir ses douleurs s'atténuer ?

Au fil du temps, mes chers inspirateurs célestes m'ont donné des explications sur les causes et solutions sur l'électrosensibilité de mon compagnon...

Qui se sont toutes trouvées confirmées, par des médecins ou d'autres malades.
A ce moment là seulement, mon compagnon en a tenu compte.

Dommage cette perte de temps.

Mais cette sensibilité particulière lui inflige, outre des douleurs, beaucoup de gênes et de limitations.

De mon côté, outre la peine de le voir souffrir, je me trouve aussi limitée de par ses RESSENTIS:
moins de téléphone, d'internet, de télévision, nécessité de moins utiliser l'électricité.

Cela présente de bons côtés: je passe moins de temps à communiquer sur l'extérieur, et plus sur l'intérieur ; dans la foulée, je diminue aussi mon exposition aux ondes, et me suis mise aux fourneaux pour lui préparer des repas plus sains et naturels.

Mais il y a le côté négatif, qui est la limitation de mes activités et de ma liberté, rythmées par LES RESSENTIS DE MON COMPAGNON.

Ces chers Anges m'ont expliqué le pourquoi de tout cela, CAR QUAND ON SUBIT UN COTE NEGATIF D'UNE SITUATION, C'EST PARCE QUE L'ON EN A QUELQUE CHOSE A EN COMPRENDRE.

Le sens n'a pas été trop dur à trouver, il suffit d'analyser les symboliques:

L'électricité est énergie, notamment pour permettre... la LUMIERE !

Internet et le téléphone permettent la communication avec l'extérieur.

La télévision, c'est un récepteur d'images, d'informations, de programmes.

Tous ces éléments sont des créations humaines, par opposition aux créations divines.

Pour communiquer avec les Anges, Guides et Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) et être en contact avec la "Lumière Divine", pas besoin de téléphone, ni d'internet, ni d'électricité !
La communication avec Eux n'est pas dangereuse !

La clé de compréhension est la suivante

Les ressentis de mon compagnon, issus de l'énergie et de la communication de "facture" humaines, d'une certaine façon, contrôlent mes ressentis et ma communication.

Toute mon enfance, j'ai appris à "m'écraser" en taisant ce que je ressentais par peur de l'incompréhension, des moqueries et d'être enfermée, et j'ai refusé tout ce que je vivais, voyais, "entendais", ressentais.

"Coïncidence" d'ailleurs, pour ceux qui ont lu mon livre, mon chat Biscotte, quand elles s'est fait écraser le museau (écrasée et muselée), ce fut par une voiture immatriculée dans le département de mon enfance.
Grâce à la compréhension de ce signe, j'avais décidé d'écrire mon livre... et Biscotte a guéri presque miraculeusement.

J'ai grandi, mais le moule était forgé (costaud !), et de ce fait, tout au long de ma vie, je me suis trouvée dans des milieux "incrédules", et ai continué à taire ce que je vivais et ressentais (sauf avec quelques amies "mediums"), notamment avec mon compagnon, qui ne voulait pas croire à tout cela, et que ça énervait parfois, ce qui provoquait des disputes.

J'ai donc continué à me taire et me contrôler en permanence, ce qui a eu pour résultat de me faire perdre confiance en moi et en mes ressentis, et, cerise sur le gâteau, de me remettre quelques "doses" de culpabilité, à posteriori, de ne pas avoir dit quand il était temps !

Parce que toute cette richesse et cette aides qui auraient pu être apportées autour de moi, se sont perdues.

Voilà pourquoi, depuis 4 ans et demi, j'essaie de sortir du "formatage", avec l'aide de ces chers Anges, sans qui rien ne serait possible, car les "peaux de banane" sont difficiles à vivre et trop souvent me font perdre confiance en moi et repartir en arrière.

La leçon de tout cela ?

C'EST QUE SE LAISSER ECRASER ET MUSELER, CE N'EST PAS SE RENDRE SERVICE, CERTES, MAIS CE N'EST PAS NON PLUS RENDRE SERVICE A CEUX QUI NE RESPECTENT PAS NOS RESSENTIS, CAR CELA NE LEUR PERMET PAS DE SE REMETTRE EN QUESTION, ET DE CE FAIT S'EVITER DES EPREUVES.

ON NE REND SERVICE A PERSONNE EN SE NIANT !


Il y a aussi un élément qui pourrait entrer en ligne de compte: mon compagnon a commencé à être malade à l'âge qu'avait son père quand il est tombé malade (il est mort, probablement, à cause d'une tranfusion sanguine: point commun donc du fait de quelque chose, destiné à le soigner lui aussi, mais qui l'a conduit à la mort).

Ces chers Anges m'ayant remise sur le chemin de la psychogénéalogie depuis pas mal de temps (entre autres signes, quelqu'un qui se reconnaîtra m'a envoyé il y a quelques mois un long article sur le sujet, sans savoir que je revenais sur cette direction).

Mon compagnon était plus que réfractaire, j'ai donc laissé tomber... ras le bol, il verrait bien !

Mais un article lu dans une revue dernièrement (comme quoi) semble lui avoir un peu ouvert l'horizon.

Et mes ressentis se sont faits plus insistants.

Ce matin, en partant de bonne heure aux courses, aucune station de radio ne diffusant de chanson qui me plaisait, j'ai mis un CD de Joe, pour m'accompagner.

En conduisant, je me posais la question si nous devions aller voir le professionnel avec qui j'ai fait mes 3 constellations familiales. C'est un peu loin...
Mais ce praticien a toute ma confiance. Il faut faire attention à qui on s'adresse, dans ce domaine là, car les risques sont grands.

La chanson de Joe qui passait est une chanson peu connue que j'aime beaucoup. Il disait:

"Je la connais si bien que même au bout du monde,
Je peux...

A CE MOMENT LA, LE CD A ETE INTERROMPU PAR 3 MOTS...

QUI ETAIENT LE NOM D'UN QUARTIER DE CETTE VILLE !

Je circulais entre 2 collines, dont je suppose qu'il y a eu une interférence avec une station de radio, mais bon:

Je peux, suivi du nom d'un quartier de la ville en question... la réponse semble claire.

Je vais méditer sur tout cela !

Bonne fin de journée !
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 11:27
Les peurs additionnelles

Hello !


"La peur et le sentiment de culpabilité sont des poisons de l'esprit" disent depuis toujours mes chers inspirateurs célestes.


"Notamment parce que l'un peut souvent cacher l'autre (donc empêcher d'y travailler dessus, par la non conscience). "


Ces chers Anges m'ont expliqué que:


La peur de l'abandon, peut souvent faire écran à une autre peur, d'apparence contradictoire, pourtant, qui est...


La peur du pouvoir qu'un tiers peut prendre sur nous. Peur compréhensible: si pas de pouvoir d'un tiers sur nous, pas de risque de se trouver en situation de détresse, de perte du fait de l'abandon.


Il y a aussi la peur de refaire une même "erreur", ou reproduire une situation, génératrices...
D'un sentiment de culpabilité !


Et les effets sont potentialisés quand il s'agit de sentiments de culpabilité qui se sont imprimés en nous dès le plus jeune âge, qu'on a "captés", "ingérés", assimilés, du fait de situations dans lesquelles on baignait, sentiments de culpabilité qui émanaient de notre entourage, mais qu'on a repris à notre charge, faute d'outils de compréhension et d'explications.


Tant qu'on n'a pas mis en évidence ces sentiments de culpabilité, et leur origine (pour avoir compréhension, non pour en vouloir à quiconque, bien évidemment), on ne peut se défaire de leur emprise sur nous et notre vie.
Tout cela fait partie de la "face immergée de l'iceberg", laquelle nous gouverne à notre insu.
C'est là qu'intervient l'outil de compréhension que sont les événements néfastes et/ou "ennemis" qui, tels des navires trompés par la face émergée, viennent se fracasser sur nous...


DU FAIT DE LA FACE IMMERGEE DE L'ICEBERG !


"Confirmation est ainsi donnée que les événements néfastes et/ou "ennemis" sont les révélateurs des forces dissimulées à notre vue et notre conscience (dans le sens de connaissance)."


Il va de soi que ce "révélateur" est à double sens quand il s'agit "d'ennemi". L'analyse et la mise en évidence de "l'ECUEIL" vont permettre à chacun, ( à condition de ne pas écouter sa part d'ombre qui va chercher à détourner de la solution de guérison en poussant à la bataille et à la haine), grâce à cette CONNAISSANCE du réel sens de l'histoire, d'aller vers une "CO-NAISSANCE", chacun tirant les enseignements révélateurs qui vont lui permettre de renaître à son être véritable.


"Il est important de bien prendre garde au fait que cette "face immergée" de l'iceberg est en fait le "FORMATAGE" de notre individualité, et donc de notre comportement vis à vis de nous-même, par l'interprétation que l'enfant que nous avons été a faite de ce qu'il croit devoir être en réalité, ainsi que de la façon dont il doit être traité, en passant par la façon dont il se traite lui-même ou/et, éventuellement, traite ses proches (notamment en reportant sans en avoir conscience, parfois, l'image qu'il a de lui-même sur un enfant ou proche)."


Autour de ces explications, j'ai eu des signes forts que je vais essayer de prendre le temps de vous conter dès que possible.


Voici celui qui me semble prioritaire:


Samedi 28 septembre, j'ai commencé une formation en psychologie dont le thème est:


"L'affirmation de soi".


Première "coïncidence", ce samedi là et le dimanche étaient, sur Nostalgie, dans le cadre du "Weekend des idôles", dédié au long de ces 2 journées...


A JOE ("coïncidence", oui, sauf que Joe, d'après ses biographies, a compris bien trop tard, hélas, comme mon frère, juste quelques mois avant son "départ", qu'il était passé à côté de sa vie, laissant à d'autres le pouvoir de décider pour lui).


Ce matin de samedi donc, juste comme j'arrivais sur le parking afin de me rendre à cet atelier, a commencé...


"Le petit pain au chocolat" (qui, comme chacun sait, conte l'histoire d'Amour entre 2 êtres, dont la protagoniste est... MYOPE !)


La fin de la chanson:


"Et quand on y pense, la vie est très bien faite,
il suffit de si peu...
D'une simple paire de lunettes,
Pour rapprocher deux êtres,
Et pour qu'ils soient heureux !"


"Coïncidence", je venais de changer mes lunettes, quelques jours avant !


Evidemment, j'étais restée dans la voiture à écouter, ce d'autant plus que les chansons étaient diffusées par 2.

Ca ne se rate pas, et de toute façon, j'étais en avance !


La deuxième chanson fut...


"Souviens-toi" !


J'ai supposé, et la suite l'a prouvé, que la formation allait être instructive par rapport à la face immergée de l'iceberg.


Peu de temps avant la fin de la session, chaque participant a planché sur un cas lui portant problème, avec le protocole adapté à sa résolution.


Les psychothérapeutes ont donné la parole à chacun.


Je me suis exprimée la première, et à la fin de mon temps de parole, je me suis rendu compte que le stylo dont j'actionnais nerveusement le bout (qui permet de sortir et rentrer la mine)...
NE FONCTIONNAIT PLUS !


Il était bloqué, je ne pouvais ni rentrer la mine, ni la sortir !


Evidemment, j'ai bien ressenti que ce n'était pas un hasard, et en analysant, il m'est apparu que mon impossibilité à écrire (sous la dictée de ces chers Anges, et donc sur mon blog)...


Cette difficulté était en lien avec la problématique exposée, laquelle m'amenait à la nécessité de faire respecter mon temps, mon travail, mes ressentis, et donc ma liberté d'être et de faire... ou pas.


Droits d'apparence si simples, mais qui s'avèrent particulièrement difficiles à faire respecter quand on est soi-même sous l'emprise d'un sentiment de culpabilité forgé dès le plus jeune âge, qui a conduit à ne s'accorder le droit d'être...
qu'en tant que PANSEMENT.


Et c'est tout le travail de ces chers Anges, heureusement opiniâtres, m'aider à me libérer de cette partie de l'iceberg...

Ceci afin, par la même occasion, d'aider tous ceux et celles qui ont le même problème, souvent non encore identifié.


Et quand, quelques minutes plus tard, les psychothérapeutes nous ont demandé de bien vouloir dire nos ressentis sur cet atelier, j'ai parlé de la compréhension que cela m'a permis d'appréhender, en expliquant le blocage de mon stylo.

Ce faisant, j'ai appuyé sur le bout pour montrer ledit blocage...


A cet instant précis, le stylo a comme "explosé" !


Seul le corps est resté entre mes doigts.


Ma voisine de droite a récupéré par terre...
LE BOUT et LE RESSORT.


Pour "tenir le bon bout" et "avoir le ressort" de repartir ????


Un élément seul n'a pas été retrouvé, et c'est ????


LA MINE !


Grâce à mes "démineurs de l'astral", comme se définissent mes chers inspirateurs célestes ????


Ces chers Anges m'ont expliqué qu'en restant maître de ma propre vie (donc en ne laissant mon pouvoir, ma capacité de décision par rapport à ce que je dois faire et être, entre les mains de personne d'autre que moi : le corps du stylo qui reste dans mes mains), je retrouverai l'envie d'écrire, mais aussi je pourrai libérer mes capacités enfouies, LIBEREE DE LA CRAINTE (que je n'avais pas identifiée) DE NE PLUS M'APPARTENIR, DE ME FAIRE PHAGOCYTER.


"Seule une bonne connaissance de soi, y compris et surtout de sa "face immergée" donne une vraie liberté, et permet d'être véritablement soi-même, ET NON LE JOUET DE QUICONQUE VOULANT, VOLONTAIREMENT OU INCONSCIEMMENT, SOUMETTRE A SON JEU".


Voilà, bonne journée !

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 14:17
De la nécessité de soigner "ses blessures intérieures"

Hello !

Ces derniers temps, mes chers inspirateurs célestes sont revenus sur les BLESSURES INTERIEURES, et plus particulièrement sur la nécessité de les guérir.

D'abord et surtout, en mettant sur ma route, dans un vide-greniers le livre de...

"Daniel MAURIN:

"GUERIR SES BLESSURES INTERIEURES - Jouvence Editions"

Rappelez-vous, c'était le jour où j'avais acheté pour la plus proche amie de mon frère et ma belle-sœur, un livre sur son chanteur préféré, qui m'a valu en cadeau d'un exposant 2 illustrés sur cet artiste, et, sur ce même stand, de trouver ce livre (j’ai cherché et trouvé quelque chose à lui acheter pour le remercier en retour).

DOUBLE CADEAU !

Cet ouvrage a été d'ailleurs bien plus qu'un cadeau. En le lisant, j'ai eu l'impression de lire tout ce que ces chers Anges disent, jusque dans les expressions, dont la plus impressionnante pour moi est l'image de BOMBE que l'auteur assimile à la blessure enfouie.

Ces chers Anges ont souvent parlé de "BOMBE A RETARDEMENT", notamment.

En juillet 2002, une medium m'avait transmis un message au nom de mon amie médium "décédée", je l'avais retranscrit dans mon livre, (que je ne désespère pas de trouver le temps de faire rééditer, cela semble être urgent), dont la phrase:

"Sans crainte des poseurs de bombe car nous sommes les démineurs de l'astral".

Daniel Maurin qualifie, dans son ouvrage, le "Guérisseur (ou Thérapeute) Intérieur" de… démineur !

Ceux et celles qui me lisent depuis longtemps savent ce que mes chers inspirateurs célestes préconisent depuis toujours, et je dois dire que je n'ai eu que des bienfaits en les écoutant, même si parfois c'est un peu dur à mettre en pratique:

Voir en l'épreuve, ou plus exactement en celui/celle qui fait épreuve, ce que la vie cherche à nous faire comprendre, afin justement de nous aider à nous délivrer de chaines et blocages qui nous sont néfastes.

L'analyse de la situation ("miroir"), des comportements, des mots même, va nous permettre, si nous ne nous laissons pas engloutir trop longtemps par les sentiments négatifs que cela nous inspire, (poudre aux yeux pour nous aveugler et nous empêcher de mettre en Lumière les données du problème, afin de nous donner la possibilité de nous en libérer).

"Le bourreau s'avère ainsi le LIBERATEUR, le GUERISSEUR".

C'est, cela a déjà été expliqué par ces chers Anges, mais il est bon de le rappeler (en résumé), le sens de ce qu'a voulu démontrer Jésus:

EN NE CHERCHANT PAS A GUERROYER CONTRE CEUX QUI SE DRESSENT SUR NOTRE ROUTE EN "ENNEMIS", mais en cherchant plutôt le sens (LE CHEMIN !) de la CROIX (la leur !) dont ils nous chargent, nous allons pouvoir RENAITRE A NOTRE ETRE VERITABLE, L'ETRE DIVIN, et nous débarrasser du déguisement dont nous nous sommes travestis pour (c'est ce que nous a fait croire notre ego) ne pas être rejeté, pour être aimé, accepté, bref, nous allons pouvoir détricoter l'habit du "fantoche" tissé de bric et de broc, qui nous limite, nous enserre de plus en plus, nous fait trébucher, tomber.

En résumé donc, "GRACE A NOS "ENNEMIS" ET/OU EPREUVES, A CONDITION DE NE PAS S'ENFERMER DANS LA HAINE ET LE DENI DE RESPONSABILITE, NOUS ALLONS POUVOIR REMPLACER LE DEGUISEMENT PAR L'HABIT DE LUMIERE DIVINE."

« Voilà pourquoi il est particulièrement important de bien veiller à soigner "ses blessures intérieures" (oubliées, cachées, sous-estimées, y compris celles sur lesquelles on a mis le déni), EN S'EN DONNANT LE TEMPS, LES MOYENS, PARCE "QU'ON LE VAUT BIEN", car, dans le cas contraire, ON COURT LE RISQUE D'ATTENDRE de NOS PROCHES (amis, conjoint, fratrie, voire pire encore... enfant) QU'ILS COMBLENT NOS MANQUES, NOUS APPORTENT CE DONT NOUS ESTIMONS AVOIR MANQUE, MAIS QUE NOUS DEVONS TROUVER NOUS-MEME, EN NOUS-MEME.

PARCE QUE CE N'EST PAS LEUR ROLE !

L'autre risque ???

La confusion des rôles, justement, à cause de l'identification à quelqu'un d'autre que nous-même, qui risque de nous empêcher de voir les besoins de nos proches.

D'où la difficulté, sinon l'impossibilité d'avoir des relations équilibrées et durables.

Chacun, nos proches compris, a sa vie propre à mener, car PERSONNE N'A VOCATION A ETRE PANSEMENT, REPARATEUR DE VIE, ET SURTOUT PAS EN S'OUBLIANT COMPLETEMENT.

Nous serions très loin du "JUSTE MILIEU", seul facteur d'équilibre.

Rappel : le rôle du pansement est ponctuel, il ne doit en aucun cas rester à demeure, car le remède serait pire que le mal. »

Ces chers Anges me rappellent les cours de Maths:

"Plus et moins = moins (de même que moins et plus), mais...

Moins et moins = plus".

« Ceci afin de démontrer que dans de telles situations, si on ne prend pas en charge nos propres torts et/ou manquements, PARCE QUE NOS SOUFFRANCES INTERIEURES NOUS AVEUGLENT, ou qu'au contraire on les prend trop et qu'on ne laisse pas de part suffisante à l'autre, la situation reste toujours négative (+ plus moins et moins plus + font toujours moins).

Par contre, si on se RESPONSABILISE et SE RESPECTE (soi-même et l'autre), dans le juste milieu et qu'on ajoute ses propres torts à ceux reprochés, on aboutit à une situation qui devient positive (- + - = +), le négatif s’annule.

Voilà pourquoi on peut faire du tort inconsciemment et involontairement en faisant du sacrifice un mode de vie, en jouant les pansements, car cela ne permet pas à l'autre de se remettre en question et de rectifier le tir, ce qui lui permettrait ainsi d'éviter les épreuves qui découlent d'une mauvaise compréhension.

La relation est faussée, de ce fait, et pose problème.

PERSONNE N'A A EXIGER DE PERSONNE DE SE SACRIFIER, et NON PLUS DE SOI-MEME.

Chacun doit réparer ses erreurs lui-même, et pour cela, il n'y a pas d'autre moyen que de les reconnaître simplement, humblement, du fait de la Nature imparfaite de l’être humain, donc sans culpabilité, mais avec quand même le désir de changer.

Note : se borner à reconnaître les choses sans rien faire d’autre que se lamenter n’avance pas vraiment.

S'en prendre au Bon Dieu et à la terre entière ne règlera pas le problème non plus...

C'est faire le jeu des "volatiles" qui se frottent les mains, car leur rôle (et eux ne font pas l'erreur de la confusion des rôles mais y poussent, au contraire) est de maintenir dans l'ornière, dans l'ombre donc, grâce à un flot permanent de discours négatifs destinés à rendre sourd et aveugle aux "lumières" qui pourtant éclaireraient la situation.

Il faut dire que les "volatiles" disposent d'une arme aussi efficace que redoutable:

LA MAUVAISE FOI.

La mauvaise foi peut sembler un pansement, un baume sur les plaies, en faisant préférer les discours lénifiants (ceux qui "passent la pommade") à ceux qui dérangent, mais elle s'avèrera au final de la "soude caustique" sur lesdites plaies."

« CQFD sur le rôle du pansement", disent ces chers Anges.

Cela ramène à la maxime:

"L'enfer est pavé de bonnes intentions" et/ou:

"Qui trop embrasse mal étreint".

Et indirectement, à une autre maxime qui tient au cœur de ces chers Anges:

"AIDE-TOI, LE CIEL T'AIDERA", en passant par:

"Charité bien ordonnée commence par soi-même".

Voilà, bonne fin de journée "Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus", veille de Saint Léger !

"Hasard" ????

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 13:56

Hello !


Introduction au billet du jour, voici les derniers clins d'oeil de ces chers Anges.


Lundi matin, vers 6h45, j'ai pris la route. Quand j'ai allumé le moteur, la radio nostalgique diffusait:


"Felicita" d'Al Bano et Romina Power.


J'adore cette chanson, et j'ai monté le son pour fredonner en même temps...


Mais la chanson s'est arrêtée presque aussitôt et...


Joe a pris la suite avec:
"La femme qu'on attendait" !


Quelle meilleure façon de commencer sa journée ?
Note: juste à la fin de la mélodie, le jingle de la station a suivi, dont j'ai pu entendre uniquement:


"Love is in the air" !


Hier, le lendemain matin, je suis partie faire différentes courses, essayant de caser un maximum de choses en un minimum de temps.
Juste comme j'arrivais devant un magasin de bricolage, la chanson :


"Felicita"


a à nouveau été diffusée. Je me suis arrêtée mais suis restée à écouter, me doutant que ces chers Anges avaient trouvé le bon moyen de me faire lever le pied.


A la fin de la chanson, j'ai attendu avant d'arrêter la radio, au cas bien improbable pensais-je, où Joe suivrait, comme la veille...


Et...
Bingo !


Et vous savez ce que c'était ??


"LES MATINS SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT (!!), QUAND L'AMOUR FAIT PLACE AU QUOTIDIEN" !!!!!


(début de "SALUT LES AMOUREUX !") !!!!


J'étais sidérée ! Ces chers Anges m'étonnent toujours, même après plus de 11 ans !


Le matin même, il m'avait été délivré un message sur le sens de l'Amour:


"L'Amour est humilité, comme déjà dit. Il n'exige pas, ne récrimine pas, ne vocifère pas. Il accepte avec joie et reconnaissance ce qui lui est donné, sans penser que c'est un dû.


Il donne sans calcul, et ne cherche pas à monnayer ce qu'il donne. L'Amour ne met pas d'élastique à ce qu'il offre, il n'y met "que" son coeur.


L'Amour, il laisse l'autre libre, car la Liberté est le plus sublime des cadeaux, celui que Dieu (ou le nom que l'on veut bien lui donner) a offert à chacun de nous, et attend impatiemment que nous en (re)prenions possession.
Alors qui pourrait se croire autorisé à aliéner l'autr
e ?


Comme souvent dit, l'Amour, c'est d'abord et avant tout...
Le RESPEC
T !


Respect de la liberté de l'autre, donc de sa volonté, de ses désirs, de sa façon de vivre, de SON TRAVAIL AUSSI !


Car le travail de chacun, c'est sa dignité, ne l'oublions pas, mais c'est aussi sa liberté: c'est son indépendance (à condition, bien évidemment, que cela ne soit pas une dépendance !).


Indépendance et liberté sont indissociables.


Mais l'Amour, c'est aussi la RESPONSABILITE.


Etre RESPONSABLE, c'est être autonome, c'est assumer les conséquences de ses choix, de ses "erreurs", de ses actes, sans demander (et pire encore exiger) à d'autres de le faire à sa place.


Reconnaître ses responsabilités dans ce qu'on vit, cela procède de l'Amour pour son prochain. C'est la seule façon de pouvoir pardonner.


Tant qu'on n'a pas pris sa part de RESPONSABILITES, on ne peut pardonner: pardonner à l'autre, et aussi, arriver à se pardonner à soi-même.


Cela ne veut bien sûr pas dire qu'il faut se culpabiliser, s'en vouloir, se détester, se punir, car ce serait la pire erreur (réelle celle-là) qu'il soit, ce serait s'enfermer dans une prison à perpétuité...


Ne pas reconnaître ses responsabilités, c'est mettre le DENI sur son (ses) sentiment(s) de culpabilité, (au lieu de les mettre en lumière pour pouvoir les soigner, les dépasser, les exorciser), ce qui conduira automatiquement à le(s) reporter sur d'autres autour de soi, et le plus souvent hélas sur des innocents.

Et c'est surtout un mauvais "calcul", car on aura à assumer les conséquences du mal fait à autrui, mais aussi du mal fait à soi-même, parce que le Maître intérieur sait ce qu'il en est et le fera savoir.


Car le déni de responsabilité rend insupportable la vue de ce qu'on pense intérieurement avoir dû faire, et inconsciemment, cela va amener à se "décharger" sur ceux qui agissent conformément à nos "critères" intérieurs sur lesquels on pense avoir failli.


Le déni de responsabilité peut amener à se réfugier durablement dans le giron des "volatiles" que sont Caliméro, le vilain petit canard, le canard boiteux, le dindon de la farce, eux-mêmes chapeautés par l'autruche, qui, et ce n'est pas une légende, est particulièrement rapide à détaler, donc A FUIR !


Assumer ses RESPONSABILITES, c'est SE RESPECTER soi-même, d'abord et surtout. En reconnaissant sa part de RESPONSABILITE dans ce qui est vécu, on prend l'ANTIDOTE au malheur, car c'est l'issue qui va conduire à la compréhension et au pardon, la porte ouverte en grand à la guérison (issue de la compréhension, donc de la solution trouvée et au pardon).
Le respect et la responsabilité permettent la juste répartition des rôles, et amènent à prendre sa place, la vrai
e !


En résumé LE RESPECT et LA RESPONSABILITE sont les poumons de l'AMOUR, c'est ce qui permet de RESPIRER l'Amour, de s'en charger, de s'en imprégner, et ensuite de le redistribuer.
Ces poumons de l'Amour vont lui donner PLACE AU QUOTIDIEN dans notre vi
e.


"Se mettre à la place de quelqu'un", c'est une expression qui invite à prendre en considération ses désirs, ses ressentis, ses espoirs, mais aussi ses difficultés, ses souffrances... ET SES DROITS !!"


Bonne journée !!!

Le travail de fourmis de notre jardin. Digne de respect non ?

Le travail de fourmis de notre jardin. Digne de respect non ?

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 16:27

Hello !


J'essaie de faire comme toi, Rose, car il s'est avéré une fois de plus que ces chers Anges avaient raison quand ils me conseillaient de lever le pied, durant les grosses chaleurs.


Je me suis entêtée à commencer à tapisser le couloir, avant d'attraper l'angine qui m'a heureusement arrêtée, finalement, car...
Le résultat ?


Il semblerait qu'avec la chaleur la colle a un peu trop séché par endroits. Le travail paraissait parfait pourtant, mais quand il a fait humide, la semaine dernière, des cloques sont apparues sur plusieurs lés... qui disparaissent dès que la chaleur revient.


Je vais être obligée ou d'arranger, ou de refaire 2 ou 3 lés... Si je retrouve le même papier.


J'aurais mieux fait de glandouiller !


"Cherchez l'erreur !" disent ces chers Anges.
Bon, mais ça finira bien par "rentrer", un jour !


Venons-en au sujet du billet.


Petite précision qui concerne celui sur


"Le Guide ad hoc".


Mes chers inspirateurs célestes m'ont expliqué "qu'il peut être tout aussi dangereux de chercher à "emprunter" des Guides qui ne seraient pas les nôtres, que de faire du spiritisme. On aboutirait au même résultat.


Notre "GPS intérieur" n'étant pas programmé pour cela, on s'exposerait donc à ne pas avoir les données de sécurité nécessaires à notre route et on risquerait, d'une part, de heurter ceux qui sont sur une route prioritaire, de les retarder, les immobiliser, les blesser, voire pire encore, mais aussi de se trouver soi-même stoppé dans sa route, de se blesser, ou pire encore.


A chacun de prendre les rennes de sa vie, donc la responsabilité de sa vie, et de ne pas les faire tenir par d'autres."


Il m'a été aussi expliqué que si, en règle générale, nos Guides répugnent à nous donner des noms, c'est parce que si, le cas échéant, ils se faisaient connaître comme des Maîtres ou hautes autorité spirituelles, cela équivaudrait à laisser entendre qu'eux et eux seuls doivent être écoutés.


Cette façon de faire là ne favoriserait pas le libre-arbitre, et n'exercerait pas le discernement.
Chacun doit apprendre à écouter et entendre selon ses ressentis, et non parce que c'est Untel ou Untel qui le dit.


"C'est le contenu du discours qui est important, non le porte-parole."


Ces "ficelles" là sont hélas trop souvent utilisées par les manipulateurs qui cherchent à susciter l'amalgame dans l'esprit de ceux qui les suivent.


Bonne fin de journée !

Non, Biscotte ne se cherche pas un Guide, elle essaie de boire l'eau au fond du pot !

Non, Biscotte ne se cherche pas un Guide, elle essaie de boire l'eau au fond du pot !

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 18:21

Hello !


Merci infiniment pour vos com et de nous faire partager vos expériences, j'en suis émue à chaque fois.


Merci Ange, de me confirmer l'importance de reprendre le collier. Mais si ce blog aide, ce sont les Anges qu'il faut remercier, je ne suis qu'un vecteur, parfois récalcitrant (hi ! Hi !).

Cela dit, si quelqu'un y trouve une piste d'inspiration, c'est un grand bonheur pour moi, à chaque fois.


Ces chers Anges tiennent, et je suis parfaitement d'accord avec Eux, à démontrer, à travers les miennes, que ce qu'on nomme "l'erreur" est un levier de compréhension impressionnant d'efficacité.


Oui, bon, cela ne m'empêche pas de je râler parfois en leur disant:


- Ras le bol de votre truc !


Mais, comme à chaque fois j'ai la même réponse:


"Ce "truc", c'est le chemin que tu as choisi !"


Alors je fais contre mauvaise fortune bon coeur.


Certes, ces chers Anges me disent que ceux qui se cherchent un Maître qui leur délivre le "prêt à penser/Vérité garantie", qu'ils pourront suivre aveuglément en pensant éviter de se tromper, et s'assurer ainsi un passeport pour le 7ème ciel, ceux-là passeront leur chemin avec quelques considérations, a minima condescendantes à mon égard et à celui de mes chers inspirateurs célestes, mais cela est dans l'ordre des choses.


Ce blog n'est rien d'autre que le reflet de ma quête spirituelle, à laquelle mes épreuves et souffrances m'ont amenée.


Il s'adresse à ceux qui cherchent humblement et sincèrement leur chemin à la Lumière de leur intérieur, et non à ceux qui pensent l'avoir trouvé, non plus qu'à ceux qui espèrent que quelqu'un va le leur vendre, même très cher, parce que, ils en sont persuadés, plus c'est cher, mieux c'est.


Je suppose que c'est pour répondre à cela que je suis tombée par "hasard, dans la revue "Science et NDE" de septembre toujours, en cherchant un autre passage, juste avant de m'installer à l'ordi.
Il s'agit de l'article intitulé:


"La réussite par la recherche d'équilibre", page 9:


"L'astuce est de trouver l'équilibre, mais ça ne se fait pas en claquant des doigts: la réussite passera toujours par l'effort."


Merci aussi à Ninette pour son com sur mon billet: "les signes liés aux objets qui tombent" !


Mon interprétation (mais rien ne prouve que j'aie raison, ce n'est peut-être qu'une piste de réflexion), c'est qu'effectivement ce livre n'est pas tombé par "hasard", bien sûr. Cela m'est arrivé plusieurs fois, et à chaque fois, cela avait un, des sens, même.


Il y avait sûrement une mise en garde, pour l'une ou pour l'autre.


Mais pas de sentiment de culpabilité, ni de regret surtout. Il n'arrive que ce qui doit arriver. Ce qui n'a pas pu être évité devait être. On part quand on a terminé. C'est en tous cas ce qui m'a été dit.


Par contre, c'était peut-être aussi et surtout pour te démontrer quelque chose, te mettre sur un chemin de compréhension (le fait que cela se soit produit chez toi). Peut-être aussi pour que tu prennes garde à t'écarter toi aussi, ou écarter de ta route quiconque te semblerait "prédateur", afin de te préserver.


De ce fait, difficile de dire quelle entité a voulu prévenir. Peut-être plusieurs (du côté de ta Maman, et du tien), car j'en suis persuadée, de par mon expérience, tout se fait en accord, depuis le "PC" de nos Anges Gardiens.


Rien n'arrive de façon désordonnée, mais toujours lié à la relation de cause à effet.


Merci aussi à Manou. J'aime beaucoup lire tes ressentis et impressions.


Pour ce qui est du terme "tsunami", il parle de lui-même. Vivre quelque chose qui nous bouleverse au point qu'on se ressent comme écrasé, broyé, laminé par un tsunami, c'est probablement le signe que cet événement fait écho à un souvenir et un vécu de l'enfance le plus souvent, qui nous ont laissé cette même impression, "bombes à retardement", comme disent ces chers Anges, qui n'ont pas été désamorcées (soignées et évacuées).


Il paraît judicieux d'y travailler en psychologie, car ce n'est pas anodin et étouffer tout cela peut être risqué.


C'est le paradoxe de l'épreuve: elle va nous permettre de soigner la blessure occasionnée, et par la même occasion, de remonter à la racine, en direction d'une ou des blessures anciennes "enkystées", potentiellement destructrices à long terme.


Voilà pour aujourd'hui !
Bonne fin de journée !

image du site mamietitine

image du site mamietitine

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 14:30

Hello !


Oui, ça y est, j'ai repris le collier, vous pouvez le constater ! Ces chers Anges ont su trouver les mots ET les "coups de pouce".


Nos Guides et Anges savent se faire comprendre, en utilisant, notamment, des mots ou expressions qui vont nous "parler".
Ils m'ont notamment "inspiré" ceci, "un peu" impatients, apparemment:


"Tu te décides à accepter, oui ou non ? Il y en a qui ne feraient pas tant de chichis, tu as pu le constater !"


Sur le coup je n'ai pas réagi, mais la tournure de phrase, et le mot "chichi" ont résonné (et raisonné) à mes oreilles, jusqu'à ce que je m'interroge, et n'étant pas sûre de mes souvenirs, interroge ma mère.


Effectivement, mon frère utilisait ce mot, entre autres expressions bien plus imagées, soit dit en passant (c'est de famille !) !


J'ai un peu grincé des dents à l'intention de ces chers Anges, sur le moment:


- Oh ça va, hein, il n'y a pas si longtemps, ça le faisait bien rigoler tout cela !


Réponse:

"Oui, mais ce n'est plus le cas maintenant. Rappelle-toi, quand il a réalisé, vous avez rêvé tous les 2 unir vos forces et capacités pour aider autour de vous. Et rappelle-toi aussi le passage du message de Mme Li:


"Accepte ce qui t'est octroyé et ce qu'on t'ouvre dans l'évidence des choses."
"Qu'est-ce qu'il te faut de plus comme évidences
?"


En fait, j'évitais de trop penser à mon frère et aussi de m'adresser à lui, par respect pour ma belle-soeur, car que je craignais de lui "voler" quelque chose.


Cela est une question de respect et aussi d'Amour, de ne pas vouloir "phagocyter" les êtres que l'on aime*. Ils avaient vécu 30 ans d'Amour, son âme était avec elle, pas avec moi, je devais garder ma place.


* Tiens, l'étagère a émis un craquement quand j'écrivais la phrase avec astérisque !


Bon, mais ces chers Anges ne l'entendent pas de cette oreille, et ils m'ont fait remarquer ceci:


"L'un n'empêche pas l'autre, l'Amour est indestructible, tu le sais. Oui, ils ont vécu 30 ans, et leurs âmes sont reliées à jamais, mais vous aussi l'êtes, il a été ton frère pendant 57 ans, vous avez été élevés ensemble, presque comme des jumeaux. Personne d'autre ne peut en dire autant. Tu ne dois surtout pas sacrifier cela.


Certes, c'est une grande preuve d'Amour, l'Amour qui s'efface pour le bonheur de l'autre, la plus grande preuve d'Amour qu'il soit POUR L'AUTRE...


Sur cette Terre, l'Amour peut parfois être sacrifié, car ne pouvant se partager (cas de 2 personnes ayant un même Amour), mais ici, ce n'est plus le cas, bien au contraire, car les différent liens d'Amour travaillent en synergie."


Le signe avec le téléphone voulait me faire comprendre cela, mais je n'osais y croire, comme pour d'autres choses qui me semblaient trop belles pour être vraies.


"Sauf que, m'a-t-il été expliqué, les cadeaux divins sont à la mesure des difficultés que tu as à assumer."


D'autre part, afin de mieux me motiver, il m'a été expliqué qu'il est aussi important de ne pas s'arrêter trop longtemps en chemin que de bien être sur son chemin propre, car cela permettra aux autres de trouver plus facilement le leur, leur évitant de faire leur celui d'un autre.


Cela dit, et il n'y a rien pour rien, si j'avais du mal à reprendre le collier, c'est parce qu'une peur inconsciente me bloquait. Et cette peur avait un sens. Le découvrir a fait sauter le dernier verrou.


Et comme d'habitude, plein de choses s'éclairent, se confirment, se révèlent.


Notamment, pour revenir sur un passage de mon dernier billet, dans lequel j'écris que l'argent est important, cela a déjà été évoqué à plusieurs reprises sur mon précédent blog, notamment en 2010, certains s'en souviennent, je suppose, par ces mots là:


"L'argent est une énergie comme une autre, indispensable pour vivre sur cette Terre. Seul l'usage que l'on en fait peut être bon ou mauvais. Si quelqu'un réussit à vivre ici sans argent, sans vivre aux crochets (donc sous la dépendance) de quelqu'un et sans voler, qu'il nous explique."


Mes chers inspirateurs célestes ont souvent mis en garde contre les discours et manoeuvres destinés à manipuler, (afin d'utiliser le système des vases communicants !), laissant croire qu'il faut mépriser l'argent, le considérer comme sale, mauvais. Trop souvent ces discours ont pour but d'amener à se dépouiller, à donner, par le biais de la culpabilisation.


Mais il est bon de bien remarquer que les personnages tenant ce genre de discours, ils ne donnent jamais rien ou très peu (juste ce qu'on appelle "le pied dans la porte"), afin de rendre redevable jusqu'à plus soif, ils ne savent que prendre, sous le prétexte de redistribuer...


Mais encore faut-il en avoir la preuve de cette redistribution, et ce n'est pas le cas, le plus souvent, sauf à profiter entre eux, ce qui est loin du but affiché !


"Hasard" ?
En fin de matinée, j'ai acheté en kiosque le magazine:


"Science et NDE", n°10 , de septembre 2013.

Je n'ai pas eu le temps de le lire encore, bien sûr, mais mon regard est tombé sur un article intitulé:


"Le guerrier(!!!)-guérisseur" du Docteur Jean-Jacques Charbonnier (médecin urgentiste qui n'a pas peur de mouiller sa chemise et de se mouiller tout court d'ailleurs, sur le sujet des NDE), et plus particulièrement sur ce passage, que j'approuve mille fois, vous me comprenez, je suppose:


"Cela fait maintenant quelques années que je fais des conférences dans des associations d'aide aux personnes en deuil et je dois dire que certains comportements me choquent profondément.
En effet, sous couvert de spiritualité et de bénévolat, certaines associations peu scrupuleuses s'enrichissent sans vergogne en faisant intervenir gratuitement des médiums et conférenciers qui donnent de leur temps, de leur énergie et de leur travail pour apaiser les souffrances de leurs contemporains. Est-il normal que celles et ceux qui remplissent des salles de plusieurs centaines de personnes ne soient pas récompensés à hauteur de leurs efforts, tandis que les individus qui ont organisé ces rassemblements perçoivent 80 % des bénéfices une fois tous leurs frais déduits ? Cette répartition est-elle logique et juste ?


Reflète-t-elle l'effort fourni et le talent ? (...)


Dans cette affaire, existe-t-il des personnes qui s'enrichissent trop facilement en profitant du travail des autres ? Qui profite de qui ? Les réponses semblent évidentes ! J'ai bien conscience de jeter un pavé dans la mare en rédigeant ces lignes, mais les réflexions que j'entends ici et là m'incitent à le faire. Il est temps de faire le ménage et de pointer du doigt les associations trop mercantiles qui restent fort heureusement minoritaires. Mon nom me prédestine à "aller au charbon" pour dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Je ne supporte pas les injustices, et celle-ci est flagrante." (p.10, revue Sciences et NDE).


Je voudrais remercier des milliers de fois le Docteur Charbonnier, et la revue "NDE", cet article est une bénédiction, pour moi, et pour toutes les victimes, y compris potentielles de brebis galeuses avides.


Pour ma part, j'ai vécu une épouvantable expérience, ceux qui me suivent le savent, je l'ai raconté et l'évoque assez souvent. Il m'a fallu beaucoup de temps pour m'en remettre, même si cela avait un sens, et que cela m'a amenée à comprendre plein de choses réveillées par le "tsunami" provoqué par ces ignorants.

Mais tout le monde n'a hélas pas ce "ressort", ni surtout la chance d'avoir des Anges Gardiens si extraordinaires que mes braves "petits" Anges.


Vous comprendrez que je n'aie pas envie de me les faire "souffler", alors je leur emboîte le pas à nouveau, enfin libérée des freins.


Bonne journée !

J'y retourne, j'ai pris du retard !!!! (image du blog mamietitine)

J'y retourne, j'ai pris du retard !!!! (image du blog mamietitine)

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:13
Les signes, les faits et leur(s) sens

Hello !

Mémère (un de mes chats) s'interroge !


Ceux et celles qui me suivent depuis le début (blog Femme Actuelle ouvert en juin 2007) ont pu constater que mes chers inspirateurs célestes aiment bien me donner des signes (ou plutôt des indications) principalement en chansons.


Mais cela peut être aussi par d'autres biais: livres, télé, rencontres, conversations entendues par "hasard", mais aussi de par ce que l'on nomme les synchronicités (événements qui se produisent à des moments particuliers).


Ces chers Anges ont toujours eu à coeur de varier les sources d'inspiration, afin que je ne me focalise pas sur une seule (celle qui me tiendrait à coeur, ou que je voudrais m'approprier).


Ceci, afin que j'apprenne à garder l'esprit en éveil, mais aussi et surtout peut-être, pour que je ne me prenne pas à idôlatrer telle ou telle source, tel ou tel défunt, car il est bien évident que ce n'est pas à moi, dans cette vie là, de choisir ni de décider.
Ils conseillent de s'en tenir aux faits, point. Cela s'appelle être fact
uel.


Revenons-en aux signes/indices/éclaircissements/explications en chansons. J'en ai effectivement beaucoup par l'intermédiaire de mélodies de mon chanteur préféré...
Mais pas seulement, loin s'en faut !


Si je m'étais mis dans l'idée de ne voir ou entendre que cette source de signes là, je serais passée à côté d'autres tout aussi importants, réconfortants (notamment une chanson de Daniel Balavoine que je ne connaissais pas, mais donc chaque phrase, chaque mot presque, semblaient écrits pour certaine circonstance, et dont je garde un souvenir émerveillé).


Les signes et clins d'oeil viennent autant d'interprètes vivants que "morts".


Le risque, à ne vouloir considérer qu'une seule source, c'est de ne pas se rendre compte qu'on peut prendre ses désirs pour des réalités, et ne plus être sur son chemin propre, mais vivre une vie virtuelle, artificielle, par procuration...


Nos défunts n'ont pas vocation à vivre notre vie à notre place.


Attention donc à bien rester centré sur ses désirs propres, afin de ne pas les confondre avec des supposés désirs de nos chers disparus, non plus que de se croire investi d'une mission de réparation de destin, voire de vengeance, car, ne l'oublions pas, quand nos disparus sont dans la Lumière, ils savent que ce qui a été vécu avait été choisi, et que derrière, il y a une compréhension d'Amour, quelle que soit l'impression que l'on puisse avoir sur le plan terrestre.


Une des difficultés de nos vies, c'est de bien trouver son chemin, et non pas de se perdre dans celui de quelqu'un d'autre.


Et cela est valable aussi par rapport à nos êtres chers vivants. Les fidélités inconscientes ne le sont pas que par rapport aux défunts.


Ceux qui me suivent depuis le début ont pu constater tous les soucis et épreuves que j'ai été amenée à vivre parce que je n'avais pas conscience que je cherchais à "rattraper" le chemin d'épreuves de ma mère (aide aux mères en deuil, notamment, qui n'était pas mon chemin) .


Afin de ne pas tomber dans ces pièges là, il est primordial, répétons-le encore et encore, de chercher en soi ses solutions, à travers ses propres Guides (et tant pis si on ne connaît pas leur nom), ses propres inspirations, ses propres intuitions, et ne pas confier ce soin là à d'autres.


Mal interpréter un signe ne vaut pas mieux que ne pas le voir. Mais ce n'est pas une catastrophe non plus ! Car toute "erreur" amène une ou des compréhensions, donc fait avancer parfois bien plus qu'un danger évité.


Mais si on préfère ne pas perdre de temps, d'énergie, d'argent parfois aussi, car c'est important, quoi que voudraient le laisser croire certains, et s'épargner des soucis: prendre le temps de bien chercher à interpréter les signes, c'est bien aussi. Quand il s'agit d'importantes décisions (achat, vente, départ, proposition de travail, etc), cela peut s'avérer payant !


"Pour ce faire, il est utile (et même capital) de bien séparer les faits (encore !), tous les faits, rien que les faits, en se gardant bien de tirer des conclusions hâtives, donc d'extrapoler."


Quels étaient:


Les circonstances, la situation, le but poursuivi


La ou les personnes en présence, le rôle de chacune


Le déroulement des faits, la finalité, etc.


Même si un signe ou synchronicité semblent mauvais, bien s'assurer qu'ils le sont vraiment: si les choses finissent bien, que le danger a pu être évité, par exemple, cela n'est pas automatiquement mauvais signe.


Mais cela peut plutôt pointer le déroulement d'une action, un comportement, des croyances, etc.


Mémoriser les paroles dites ou entendues, car cela peut aussi contenir une indication.


Et si on ne voit pas, ne comprend pas, rien n'interdit (et c'est même d'ailleurs fortement conseillé), de prendre le temps et du recul pour essayer de comprendre.


Et si on pense avoir compris, reprendre le temps de demander à la Sagesse divine si on a bien compris ou pas, ou partiellement.


Un signe pouvant être interprété de plusieurs façons peut vouloir dire qu'on n'a vu juste que pour une partie du problème, et/ou que la finalité sera la même quelle que soit l'éventualité choisie, mais aussi qu'il conviendrait de prendre encore le temps de s'interroger pour mieux comprendre.


Demander conseil, cela n'est pas forcément négatif, il ne s'agit pas d'être sectaire, bien évidemment. Mais ne pas oublier que ce n'est qu'à titre consultatif, indicatif, et que le (la) mieux placé pour comprendre ses propres besoins, donc décider de sa vie, c'est soi-même (et non le dernier qui parle).


Bonne journée !

Partager cet article
Repost0