Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 10:49
Le Guide ad hoc

Hello !

J'espère que tout va bien pour vous, en ce vendredi 13, jour de chance !

Aujourd'hui le sujet qui m’a été désigné, se rapporte à nos Guides et Anges, Gardiens.

Pour ma part, je n’ai jamais cherché à savoir l’identité, de mes chers inspirateurs célestes, n’ayant pas de toute manière, je l’ai souvent dit, la possibilité de vérifier, et encouragée en cela par leurs conseils dans ce sens. Il m’en a été désigné, mais dans un but bien précis, et en spécifiant « fait partie de tes Guides ».

L’humilité fait partie intégrante de l’Amour, et chez Eux, ce n’est pas un vain mot, et surtout pas un miroir aux alouettes destiné à tromper les foules.

Ils n’ont jamais cherché à se faire passer pour des Maîtres, n’ont jamais cherché à m’éblouir (au risque d’aveugler), bien au contraire, ils m’ont toujours mise en garde contre le piège à ego qui pourrait pousser à se vouloir un Guide ou Ange Gardien qui flatterait notre ego, nous laisserait penser que c’est le « top », ou nous donnerait l’impression de combler un vide affectif.

« Ce dernier cas nécessite de soigner ses blessures. Et soigner ses blessures, ce n’est pas seulement les constater » m’ont-ils précisé.

Revenons-en à la discrétion et l’humilité de ces chers Anges.

J’ai été amenée à me rendre compte, des années plus tard, que dès le premier message (dont j’ai compris le et même les sens bien plus tard), message qui m’a été fait par « hasard », par une médium que je ne connaissais pas, un mois après le « départ » d’une grande amie à moi, medium aussi, et en son nom, que dans le texte, Ils se sont exprimés au pluriel, et en m’incluant dans leur propos. Notamment :

« L’Ange se révèle et nous donne voyance. Mais pas voyance de la Terre (…). »

Cinq ans après ce message, quand j’ai commencé à recevoir les miens par écriture automatique et intuitive, Ils ont continué et continuent toujours à parler au pluriel. Ils se mettent à mon niveau, afin justement de ne pas se faire passer pour des Maîtres ou des donneurs de leçons, de ne pas m’écraser de leur supériorité, mais bien pour que je les ressente comme faisant partie intégrante de moi, m’accompagnant, de tout cœur avec moi.

Et il en est bien sûr de même pour chacun de nous. Il n’y a pas de favoritisme.

MAIS IL EST IMPORTANT DE BIEN PRENDRE EN COMPTE QUE NOS GUIDES NOUS SONT PERSONNELS, MEME S’ILS PEUVENT A L’OCCASION AMENER AUSSI LEUR AIDE A D’AUTRES.

Attention donc au piège à ego, au risque de « perdre les pédales », qui consisterait à se choisir un Guide, un ou des Anges, conformes à nos envies ou admirations, car ce piège à ego nous mènerait à vivre une vie par procuration, non celle que nous devons vivre, avec tous les problèmes et épreuves que cela sous-entend.

Ces chers Anges ont toujours insisté sur le fait que leur rôle est de nous aider à trouver Dieu en nous (ou le nom qu’on veut bien lui donner), donc notre Nature Divine, la seule force qu’il soit, mais qu’ils ne sont en aucun cas Dieu.

Je suppose que ce n’est pas un « hasard » si ce matin, juste après la réception de ce message, sur RMC, il a été raconté ceci :

L’acteur Tom Hanks a été désigné par le « hasard » pour être juré, dans un procès.

Le problème, c’est qu’il a dû être récusé pour une erreur de procédure…

En effet, la juge (ou procureure, je ne me souviens plus), s’est saisie de l’occasion pour lui faire part de sa profonde admiration pour lui…

Ce qui est contraire aux règles !

« CQFD, disent ces chers Anges. Veillons à bien rester dans nos rôles, et à suivre nos règles de conduite. »

Au fur et à mesure que nous avançons sur ce chemin de spiritualité, d’autres Guides et Anges nous rejoignent, notamment si notre chemin nous amène à servir les autres.

N’est-ce pas la meilleure motivation possible ?

Il est donc important de bien garder les pieds sur terre, et de faire preuve de sagesse, et de discernement.

Pour s’y aider, comme dit souvent, il est utile de demander ces qualités là, dans ses prières, mais aussi de prendre du recul sur sa façon d’être, de penser, et de faire, afin de pouvoir rectifier le tir le plus tôt possible.

Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 11:23
"Qu'il est long, qu'il est loin, ton chemin !"

Hello !

Merci pour vos com., ravie de vous lire et de vous retrouver !


Le chemin vers la découverte de soi n'est pas toujours facile, car nous sommes souvent entravés et aveuglés par tout un tas de fidélités inconscientes, de sens du devoir induits par nos idées fausses et croyances inadaptées, voire un entourage qui, de bonne foi, et croyant bien faire, nous les ont suggérés, parfois inculqués, mais qui ne sont pas toujours pertinents, ou en tout cas ne le sont plus parce que les circonstances et/ou les connaissances ont changé.


"C'est pourquoi il est important, disent ces chers Anges, de se ménager des plages de solitude, régulièrement, et de questionnements intérieurs (la méditation peut aider), afin de bien mesurer ce qui vient de notre for intérieur (rappel: homonyme de l'adjectif fort), donc ce qui nous est dit de l'intérieur, et de prendre de la distance avec ce que d'autres pensent ou veulent pour nous, même les mieux intentionnés."


Mes chers inspirateurs célestes ont fait un parallèle avec l'observation d'un tableau: il s'avère que l'image n'est pas la même vue de près, et vue en prenant du recul.


Et le recul permet d'avoir une vision plus vaste de l'image.


D'ailleurs, si on ne prend pas le temps pour cela, le "hasard" nous y amène, tôt ou tard, soit par une panne internet et/ou téléphone, soit par un souci de santé, soit par une période de solitude imposée, par exemple.


Chacun doit trouver son chemin propre, et le suivre, car il n'y a pas 2 êtres totalement similaires.


Nous vivons une période d'intense communication. Nous sommes sollicités en permanence par une ronde d'images, un débit de paroles, et nous avons de plus en plus de mal à ne pas nous perdre dans ces dédales.


Quand on voit des gens que l'on aime bien errer, ou victimes, abusés, malheureux, etc., on peut être tenté de vouloir les défendre, y compris parfois contre eux-mêmes.


Ces chers Anges "demandent de méditer sur le mot:
DEFENDRE
...


Et de réaliser que ce mot signifie PROTEGER...


Mais peut aussi prendre le sens de...
INTERDIRE
!!"


Il convient donc d'être attentif et de bien prendre garde à ne pas vouloir trop bien faire, ni trop en faire, en ayant bien en tête que les Anges Gardiens, ils sont "là-haut", que chacun a les siens, qui connaissent l'intégralité de l'image, et que surtout, face à ce que l'on nomme ERREUR, ces chers Anges disent:


"Première marche vers la compréhension, donc vers le succès".


Il peut donc être salutaire de laisser chacun faire ses "erreurs".


Il m'est demandé de rappeler que "chacun a sa place ici bas, de par la volonté Divine (ou le nom qu'on veut bien lui donner). De ce fait donc, PRENDRE SA PLACE ne signifie en aucun cas prendre la place de quelqu'un d'autre, MAIS TROUVER LA SIENNE PROPRE, qui, à n'en pas douter, sera merveilleuse, puisque choisie de toute éternité."


Si de plus en plus de personnes sont poussées à témoigner de leur vécu, c'est pour démontrer l'immensité des possibilités qui s'ouvrent à chacun de nous, mais aussi le vrai cadeau du Ciel que représente le fait de se permettre à soi-même d'y accéder.


Le but est de donner envie à chacun de trouver sa place, et/ou de ne surtout pas s'en laisser détourner.


Ce sont des exemples qui sont donnés à titre indicatif, m'a-t-il été expliqué, mais qui ne sont pas pour autant des exemples à suivre à la lettre, car adaptés à chaque fois à un cas particulier, à un être unique.


"Dans ce même esprit, il convient de ne jamais perdre de vue, que personne n'a à s'approprier le chemin de personne, le clônage n'est pas de mise dans cette voie là, car cela ne mènerait qu'à l'échec, le vrai, celui qui fait qu'on ne trouve pas sa propre Lumière, aveuglé par celle des autres.
Et pour ne pas être aveuglé par la Lumière des autres, (car ce n'est pas le but), il faut veiller à diriger son regard en priorité sur son propre chemin, et se concentrer sur sa propre Lumière, donc sur sa voix intérieur
e."


Je rajouterai que si certains chemins, vus de l'extérieur, peuvent donner envie, ils ont, comme toute médaille, un revers, et comportent des difficultés que je qualifierai de proportionnelles.


Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 11:16

Hello !


J'espère que le moral est bon en cette rentrée et que tout va bien pour vous.


J'essaie de ne pas redémarrer sur les chapeaux des roues, maintenant que l'angine est passée, vu que pendant une dizaine de jours, ce fut un peu difficile...

Inutile de chercher le bâton pour se faire battre !


Bon, mais cela m'a permis de lire entièrement le 1er livre de Patricia Darré.
Avant d'y revenir, voici le dernier gentil petit signe.


Dimanche, je suis allée, avec mon compagnon, chiner dans un super vide-greniers près de chez nous. Très rapidement, mon attention a été attirée par un stand qui mettait en vente un carton plein de revues consacrées à Claude François.


Non, je ne fais pas d'infidélités à Joe. Mais j'ai pensé faire un cadeau à la compagne du meilleur ami de mon frère (ce dernier l'appelait d'ailleurs "mon frère", et ça valait son pesant d'or, dans la bouche du mien, de frère !), qui est fan absolue de Claude François.
J'étais ravie de trouver une occasion de leur faire plaisir, car ce couple se serait fait couper en petits morceaux pour mon frère et ma belle-soeur. Pour eux, l'amitié n'est pas un vain mot.


J'ai acheté un magazine "au hasard", espérant ne pas faire un doublon. Puis, j'ai continué ma promenade, mon précieux achat serré contre ma poitrine, pour m'arrêter devant un autre stand de livres d'occasion.


J'étais affairée à fouiner, quand le vendeur s'est approché de moi, 3 illustrés à la main, qu'il m'a tendus.


"Puisque vous aimez Claude François, m'a-t-il dit, je vous offre ces 3 revues, qui parlent de lui."


Je lui ai répondu que c'était un cadeau que je faisais pour une passionnée, que ce n'étaient pas mes goûts, mais il a tenu à quand même me les offrir, du fait de leur état, refusant que je paie !


En prime, j'ai trouvé à acheter (3 € !), sur son stand, un livre qui me semble très intéressant et utile:


"Guérir ses blessures intérieures - Porte de la liberté, de la paix et de la joie", Jouvance Edition.


L'auteur: Daniel Maurin, a fait des études de médecine, naturopathie, entre autres, et a écrit d'autres ouvrages, dont plusieurs livres sur Sainte Hildegarde de Bingen.


Je me suis dit que sûrement mon frère était dans les parages !


Réponse ?


Tandis que nous parcourions les derniers stands, une dame, près de moi, s'est adressée à une autre, de l'autre côté de l'allée, lui criant:


"J'ai passé le téléphone a Gérald, et ça a marché, il a pu appeler".


Et d'expliquer qu'elle avait mis la carte sim, tout en répétant le prénom de Gérald (je m'étais demandé si j'avais bien entendu, s'il s'agissait bien de ce prénom,qui est celui de mon frère, car il n'est pas des plus courants).

"Coïncidence", sur le matin, j'avais rêvé que mon téléphone portable sonnait une fois.


Et en parcourant les revues offertes, j'ai constaté qu'une a au centre un trou. Il semble qu'une petite souris ait tenté d'y goûter !!!!


Voilà !!!!


Revenons aux livres de Patricia.


J'y ai lu tout un tas de similitudes avec ce que m'apprennent mes chers inspirateurs célestes.


Elle aussi déplore, comme Eux, et comme Marie Fugain elle aussi, avec la même expression d'ailleurs, "la hiérarchie de la douleur", qui tend à minimiser les douleurs n'entrant pas dans un cadre préréglementé.


D'autre part, pour elle aussi, comme pour mes "petits" Anges, ce que l'on nomme "le Diable", n'est rien d'autre que la part d'ombre qu'il y a en chacun de nous.


Même s'il lui arrive de faire des exorcismes dans des cas particuliers, elle explique aussi que c'est à chacun de faire un travail sur soi, pour se libérer, ce qui rejoint parfaitement ce qu'il m'a été expliqué.


Pour ces chers Anges, cela a fait l'objet d'un chapitre entier de mon livre, quand on se trouve victime de magie, c'est, entre autres, parce qu'on est devenu son meilleur ennemi, qu'on se voit d'un "mauvais oeil" donc, et notamment parce qu'on se laisse détruire par une ou des dépendances, en oubliant de ce fait sa nature divine.


Lire ces livres m'a aussi permis de relativiser. Ce qui lui est demandé me semble bien plus difficile à faire et supporter que ce qui m'est demandé: simplement de témoigner, et de tenter d'informer et de prévenir contre les manipulations mentales.


Ce d'autant plus qu'il lui a été dit aussi, comme à moi, que ce que nous vivons, nous l'avons choisi. Donc, ça doit pouvoir se faire !


Pour ce qui est de nos choix de vie et d'épreuves, nous sommes donc très loin de ce que prétendent trop de manipulateurs, à savoir faire partie des "élus".


Cela a été évoqué dans un billet, il y a quelque temps. Mes chers inspirateurs célestes disent que Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) entoure chacun du même Amour, sans restriction ni calcul. Avoir des "préférés", voire des "élus", cela sous entendrait qu'Il émettrait des jugements, qu'Il aurait des a priori, ou pire encore des rejets.


Pour Eux, ce n'est pas la définition de l'Amour inconditionnel et absolu, n'en déplaise aux ego surdimensionnés qui aimeraient croire le contraire.
Voilà, bonne journée ensoleillée pour tous, j'espère !

Image du site mamietitine sur centerblog

Image du site mamietitine sur centerblog

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 10:41
La corde et le miroir

Hello !


Merci mille fois pour vos gentils com, qui me font beaucoup plaisir. Ravie que vous nous fassiez partager vos expériences. J'espère qu'ils apparaissent: Manou, Angevip, Eglantine...


"Ces chers Anges ont le sens de l'humour, ce n'est plus à démontrer", écrivais-je dans un des derniers billets.


En revoyant l'image gif que j'ai ressenti devoir mettre pour illustrer le billet précédent, (sans en comprendre trop le pourquoi sur le moment d'ailleurs), en la revoyant donc ce matin, je n'ai pas manqué de faire le lien, et d'en rire !


Oui, bon, un peu jaune quand même !


Pour ceux et celles qui me lisent depuis peu, mes chers inspirateurs célestes aiment bien me comparer gentiment à une petite souris, pour ma façon de raser les murs. Et c'était un des surnoms qui m'était d'ailleurs donné par ma mère, quand j'étais petite.


Alors, quand je vois la petite souris qui se sert de la boule comme d'un miroir pour tirer la langue...


Je ne peux m'empêcher de faire le rapprochement avec ces cerniers jours, où, la bouche ouverte devant le miroir, j'ai pu constater horrifiée l'étendue des dégâts au niveau d'une de mes amygdales (symbolique: la glande du même nom serait très importante dans la communication avec "l'au-delà" !).


Car la corde a lâché, comme annoncé d'ailleurs par ces chers Anges: grosse angine, très douloureuse, accompagnée de grosse fatigue et de moral dans les chaussettes...


Et ça a commencé... jeudi, juste au moment où une partie de mes enfants arrivaient !


Les jours précédents, j'avais mis le paquet pour que tout soit du mieux possible, et pour m'avancer afin de pouvoir disposer de temps pour aller promener avec eux...


Le résultat ?


Je me suis retrouvée vendredi "dans le coma", au lit, pendant qu'ils allaient visiter, et le reste du temps avec l'impression d'être dans un bateau ivre !


"Cherchez l'erreur" persiflent ces chers Anges.


Bon, malgré la douleur, j'y ai vu le bon côté des choses: je peux me reposer sans culpabiliser, et puis, ai-je pensé, il vaut mieux cela qu'un pied ou qu'une jambe cassés...


Réponse de ces chers Anges, du tac au tac:


"L'un n'empêche pas l'autre !"


Sauve qui peut ! On va se tenir à carreau et raser les murs (dans le sens de faire profil bas !) plutôt que de les peindre ou tapisser.


Un des derniers signes, quelques heures avant de tomber malade, c'est, au moment où j'allume le moteur pour partir aux courses, d'entendre:


"Je ne fais rien, je me repose,
Je suis très heureux ainsi...", chanson de Daniel Guichard.


J'ai souri (sans S !), amusée, me promettant d'écouter cette invitation...


Dès que possible.


Le même jour, mes chers inspirateurs célestes m'ont rappelé une des phrases d'encouragement personnel qu'ils m'avaient conseillé de me répéter intérieurement, il y a pas mal de temps:


"Ma vie est belle,
Parce que la vie est belle !"


- Ah oui ! ai-je répondu ! C'était dans un billet du blog de Femme Actuelle. C'est vrai qu'il faut que je m'occupe de les faire éditer.


- "Quand ???" ai-je entendu.


- Incessamment sous peu, promis !


Réponse de ces chers Anges, un rien découragés, m'a-t-il semblé:


"Oui, quand les poules auront des dents !"


J'ai souri, et cela m'a fait penser immédiatement aux poules, justement... J'aimerais beaucoup en avoir deux (pour se tenir compagnie), car on a un grand poulailler. Mais j'ai déploré intérieurement que mon compagnon s'y refuse obstinément.


Réponse de ces chers Anges:


"Ben oui, prends des poules, cela te fera des occupations en plus, tu en manques tellement !"


Bon, du coup, j'ai acheté le 1er livre de Patricia Darré, sur lequel je suis tombée par "hasard":


"Un souffle vers l'éternité", éditions "J'ai Lu". J'ai le temps de le lire.


Je vous en reparle dès que possible !
Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:16

Hello !


Vos com. n'apparaissent pas, car je ne sais pas les afficher ! Depuis la nouvelle formule, je pédale dans la choucroute ! Si une âme compatissante pouvait m'aider à les faire apparaître, ce serait bien.


Avant de parler du sujet de ce jour: le dernier livre de Patricia Darré:


"Les Lumières de l'invisible", éditions Michel Lafon, que j'ai lu il y a quelques mois, et dont je n'ai jamais pris le temps de vous parler, je vais vous raconter le dernier clin d'oeil de ces chers Anges.


C'était vendredi 16 août. A 7h du matin, avant de partir faire les courses, j'ai décidé de faire les vitres du bureau (pièce que nous étions en train de terminer, et qui est celle, est-ce un hasard, qui nous a donné le plus de mal).


J'étais perchée sur mon escabeau, quand tout à coup, j'ai entendu une chanson de Joe, à la radio, venant de la cuisine.


Et c'était ?????


"Souviens-toi" !!!!!


Mon compagnon avait dû zapper de sa station habituelle du matin (RMC), pour tomber sur Nostalgie. Du coup, il a monté le son pour que je l'entende.


J'étais "aux Anges", souriant intérieurement du clin d'oeil réitéré à prendre le temps...


Mais ai continué à frotter mes carreaux !


Mon compagnon a soudain baissé le son, ce qui m'a amenée à descendre de mon perchoir pour courir vers la cuisine et lui réclamer de remonter le son.


Mais il a refusé, prétextant qu'il ne voulait pas réveiller les voisins !


Vu l'éloignement, ça ne risquait pas, lui ai-je rétorqué. Mais il n'a rien voulu savoir et m'a dit que si je voulais écouter, je n'avais qu'à rester là !


Voilà, nul doute, ces chers Anges devaient être derrière pour lui souffler les mots. Ces chers "bougres" sont lève-tôt, inutile de chercher à leur échapper !


Le résultat ?


Vu que la lumière n'était pas suffisante, à cette heure là, les vitres sont pleines de traces, et ce n'est ni fait ni à faire, donc à recommencer !


Venons-en au livre de Patricia Darré, cité plus haut.
Il m'a été offert par mon fils aîné pour mon anniversaire, mais je n'ai pu le lire que quelque temps plus tard.


Le "hasard" avait fait qu'au moment où je le lisais, Guylaine l'a lu aussi de son côté, sans le savoir, et en a parlé sur son blog.


Pas mal de passages intéressants dans ce livre (je n'ai pas lu le 1er).


Beaucoup de similitudes avec les messages de mes chers inspirateurs célestes, notamment la même expression:


"Il n'y a pas de hiérarchie dans la douleur".


Cela rejoint parfaitement ce qui m'a souvent été expliqué : personne ne peut savoir l'intensité des souffrances que chacun a vécues et subies.


Patricia, qui a "perdu" son mari, trouve aussi insupportable qu'on classifie les souffrances.


Mes chers inspirateurs célestes ont souvent dit:


"Un abandon peut tuer,
Un rejet peut tuer,

Une trahison peut tuer,
Une maladie peut tuer,
Une perte d'emploi peut tuer,
La perte d'un être cher peut tuer, etc.
Alors que d'autres résiteront à plusieurs de ces épreuves."


Maintenant que j'ai réalisé le mal que peuvent faire ces façons de penser et agir, cette espèce de "terrorisme émotionnel" me semble monstrueux.


Nous ne sommes hélas pas égaux quant à la gestion de la souffrance, notamment de celle qui a pris racine dans la petite enfance, et qui n'a donc pas pu être mesurée, comprise, soulagée, soignée.


Qui peut se permettre de penser avoir la connaissance suffisante pour décréter que telle ou telle épreuve a le droit d'imposer le silence à d'autres ?


On cherche vainement l'Amour, le respect et l'humilité dans ces façons de faire et de penser.


Il y a aussi des informations très intéressantes, dans le chapitre

"Mémoires et psychométrie", sur la mémoire dont se chargent les objets, mais aussi celles que chacun d'entre nous laissera, même après son décès.
J'y reviendrai bientôt.
Bonne journée !

Image du site: mamietitine

Image du site: mamietitine

Partager cet article
Repost0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 17:45
Humilité et respect = Amour

Image du blog "mamietitine"

Hello !


Nous attirons ce qui entre en résonnance avec notre vie. Et c'est ainsi que nous pouvons nous retrouver à conseiller...


Ce que nous devrions faire nous-même !


Tout à l'heure, j'étais au téléphone avec une jeune femme qui vient de déménager, et a dû faire des travaux dans sa maison. Je me suis donc empressée de lui conseiller de prendre du temps pour elle, pour s'amuser, se relaxer, bref, de lâcher prise sur les obligations.


Certes, je ressentais bien que quelque part, sur un autre plan de conscience, quelques braves Anges "s'étranglaient" d'entendre cela !


Un peu avant de raccrocher, j'en ai rajouté une couche, en lui rappelant qu'il ne fallait pas tirer sur la corde...


Et c'est à cet instant précis que...


La communication a été coupée ! La corde a lâché ! (Hi ! Hi !).


La dame, à l'autre bout de la corde (enfin, du fil, même si la ficelle était grosse !) a commencé à ne plus m'entendre, et moi non plus, après quelques "allo" (oui, c'est le mot à la mode, en ce moment, pour caractériser l'incompréhension un peu stupide !).


Ces chers Anges ne manquent pas d'humour, ce n'est plus à démontrer. Et quand la dame a réussi à me rappeler, quelques minutes plus tard, nous en avons bien ri... Et décidé, toutes 2, de suivre ce conseil !!!!


Revenons sur un billet, il y a quelque temps, dans lequel il était conseillé, afin de reprendre possession de ses capacités "endormies", de dire:


"J'accepte tous les dons, toutes les capacités, toutes les possibilités, tous les pouvoirs que Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) m'a accordés, et je les utilise avec Amour, sagesse et discernement".


Après avoir publié mon billet, j'avais demandé à mes chers inspirateurs célestes s'il ne faudrait pas rajouter: avec humilité.


Leur réponse:


"Bien sûr ! Cela dit, l'humilité procède de l'Amour.
Le vrai Amour, il n'écrase pas l'autre sous prétexte de capacités développées.
L'Amour, il a conscience que chacun a sa richesse propre et son savoir et que le fait d'avoir développé certaines capacités ne donne, nous l'avons souvent dit et répété, en aucune façon, de supériorité sur quiconque, car nous avons tous besoin les uns des autres, à quelque niveau que ce soit, et chacun a son "utilité" sur cette terre, car chacun est créature
divine.


Souvenons-nous de la Fable de La Fontaine: "Le lion et le rat".


L'humilité, "la richesse des coeurs purs, la seule qui ouvre les portes de l'au-delà", répétons-le, elle respecte l'autre dans sa différence. L'humble sait que tout lui est donné par voie Divine et doit servir à être tout simplement et à servir, et non à parader.


Le véritable Amour donc, il sait respecter l'autre, il ne se veut ni ne se sent supérieur à quiconque."


Voilà, bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 10:09
En l'honneur du Saint de ce jour !

Image du site mamietitine (centerblog)

Hello !


J'espère que tout va bien pour vous et que vous n'avez pas trop souffert des orages.
Ici, Mardi soir, nous étions en alerte orange orages et grêle. Comme notre garage est encombré, et que de toute façon il n'y aurait pas de place pour 2 voitures, j'avais garé la mienne sous les chênes, afin de la protéger un peu. Mon compagnon a fait de même avec la sienne, à la réflexion (au départ, il ne voulait pas la mettre à l'abri).


A tout "hasard", j'avais quand même demandé la protection Divine sur nos voitures.


L'orage a commencé sur le soir, avec la grêle qui tombait dru. Mon compagnon a ouvert la porte pour regarder, et a ramassé, sur le perron, un grêlon de la taille...

d'une grosse noix !
Cela semblait difficile qu'il n'y ait pas de dégâts...


Et pourtant, à part quelques impacts peu marqués, nos véhicules n'ont pas eu de mal, Dieu merci !


Venons en au sujet de ce billet: le retour à sa Divinité intérieure.


Ces chers Anges précisent encore et toujours qu'elle existe en chacun de nous: "elle représente très exactement la différence qu'il y a entre chacun de nous, et à ce titre, elle nécessite d'être respectée (la différence), en tant que création Divine, car la différence de chacun, c'est la richesse de tous."


"Nul, répétons-le, n'a le pouvoir de l'interdire à quiconque, mis à part à soi-même, sauf à abandonner entre les mains des autres son propre pouvoir en se laissant interdire ce que Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) a permis, et donc estimer qu'un être humain a plus de pouvoir et d'autorité que Dieu."


A méditer ?


Accordons-nous donc tous les droits qui nous sont donnés par voie Divine, ni plus, ni moins, et faisons-nous confiance.


Pour cela, depuis le début des messages, ces chers Anges m'ont inspiré quelques bonnes intentions à répéter intérieurement, dans le calme, si possible (au réveil, ou avant de s'endormir, par exemple), et si le besoin s'en fait sentir dans la journée, en visualisant le contenu des paroles.


Par exemple:


"Je suis canal de la Lumière Divine, nettoyé, protégé, purifié".


"La Lumière Divine éclaire ma vie, éclaire mon âme, éclaire mon chemin".


"Je marche dans la Lumière, toujours guidé(e) par la Lumière Divine".


"Dieu est en moi, sur moi et autour de moi, Dieu dirige mes pas."


A chacun de s'en inspirer... ou pas.
Ou mieux encore, d'écouter celles qui lui sont inspirées de l'intérieur.


Il convient, cela va de soi, de veiller à ce que ses pensées et actes soient en accord avec ces intentions.
Mais de toute façon, grâce à ces prières, cela se fait pratiquement automatiquement, car la Lumière Divine, par son prodigieux pouvoir, éloigne tout ce qui n'est pas en adéquation avec elle.


Voilà, bonne journée !


* "Coïncidence" ou pas, j'ai ressenti, avant de publier ce billet, de chercher le nom du Saint de ce jour...


Et c'est...
Saint Amour !

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 10:21
Le retour à sa Divinité Intérieure

Hello !


Avant d'en venir au sujet de ce billet, derniers petits "clins d'oeil" de ces chers Anges dont la patience est parfois mise à rude épreuve.


Mais ne nous y trompons pas, ils ont les moyens de se faire comprendre !
Samedi matin, en revenant en voiture de faire le marché, au village, je passais en revue ce qu'il me restait à faire. Pas le temps de m'atteler à la tapisserie, ni à écrire, cardes amis venaient à midi.


Que faire en les attendant ? pensais-je.


Dans le même temps, et tandis que je prenais le chemin conduisant au hameau où nous habitons, le présentateur de la radio "Nostalgie" a évoqué la chanson de Joe:


"L'été indien".


Mon esprit était partagé entre l'attente d'entendre cette chanson avant d'arriver... si le présentateur voulait bien abréger ses discours... et la réponse à ma question:


"Que faire en attendant mes amis ?".


Pour répondre à cette question, j'ai repensé au conseil que m'a donné quelques jours plus tôt une dame mise opportunément sur ma route pour m'aider à reprendre le collier, et c'était:


"Se poser" !!!


Voilà, j'ai décidé d'écouter et mettre en pratique ce conseil judicieux, ce d'autant plus que la fatigue m'y encourageait fortement...


"Coïncidence" ou pas ! Juste après cette sage décision, la chanson de Joe a enfin démarré...


"Tu sais, tu sais,
Je n'ai jamais été aussi heureux que ce matin là..." !!!!


Les larmes me sont montées aux yeux en entendant ces mots. Comment ne pas vouloir leur faire ce plaisir, à ces chers Anges, et consentir à lever le pied ?


Mais comme ils connaissent leur "protégée", j'ai dû commencer immédiatement, par le lever, le pied... de l'accélérateur et rouler au pas, car un groupe de cyclistes pédalait sur le chemin étroit. Et, précaution supplémentaire, comme la chanson n'était pas terminée quand je me suis garée dans la cour, j'ai dû attendre la fin quelques minutes, moteur arrêté.


"C'est toujours au moins ça de pris" ont soufflé mes chers inspirateurs célestes !


Que c'est dur de se débarrasser de sa dépendance au travail, et à l'image que l'on cherche toujours à donner inconsciemment à ses parents, même (très) largement sorti de l'enfance:


Prouver qu'on n'est pas feignant, donc qu'on est quelqu'un de bien, digne d'être aimé... même si on doit finir sur les rotules !


Hélas, mon frère n'est pas parvenu. Vais-je y parvenir ?


Heureusement qu'il y a ces chers Anges pour me motiver, avec quelques "carottes"... Une surtout.


Ceux qui me lisent régulièrement se souviennent probablement, il y a un an ou deux, du fait étrange qui s'était produit, et que j'avais raconté, sans en trouver l'explication, ni le sens (probable), à ce moment là:


Ma fille, qui travaille dans une clinique, avait reçu par mail (c'était la première fois que cela se produisait), un avis envoyé par le cinéma de la ville, qui faisait état d'une rectification de programmation entre 2 films. Le libellé était étrange, (assez pour que cela interpelle ma fille et qu'elle me le raconte), et disait à peu près ceci:


"La programmation initiale du film "Au-delà", entre en conflit avec celle de "Le fils à Jo".


Et c'est aussi ce que ma dernière constellation familiale a mis au jour, à l'origine de ma difficulté à accepter toutes mes capacités: les interdits et injonctions de l'enfance, mais aussi la trop grande dispersion, la boulimie de travail, qui découlent eux aussi du formatage de l'enfance.


Le challenge: arriver à sortir des idéaux familiaux, entre autres de "bêtes" du travail, modèles dignes de respect, mais qui concernent mes parents et grands-parents, qui ne sont donc pas mes buts personnels réels, mais ceux dont l'enfant que j'ai été et que je suis encore ("A toi, à la petite fille que tu étais, à celle que tu es encore souvent" chante Joe), a repris le flambeau, dans le but d'être aimée et acceptée.


Le problème, c'est que cette suractivité ne me laisse ni le temps, ni l'énergie, ni l'envie parfois de faire ce que je suis venue faire.


Ce sont les explications que m'ont données ces chers Anges.


A l'appui de celà, j'ai tiré le tarot illustré par la photo magnifique ci-dessus:


"Retour à ma splendeur", extrait du jeu (que j'aime beaucoup):
"Messages de vie - Images et textes par Mario Duguay".


En voici le texte:


"Je me permets de me relever et d'être à ma véritable hauteur.
Je cesse de me voir minuscule et de sous-estimer ma force réelle.
En moi jaillissent les plus grandes puissances de l'univers.
En moi se trouvent les plus précieux trésors de ce monde et par moi l'univers vit.
Je m'émerveille devant toute ma splendeur et je réapprends à m'accepter et
m'aimer totalement."


Signé donc: Mario Duguay.


"Coïncidence", l'E.F.T., dont j'ai parlé récemment (technique de libération émotionnelle que l'on peut faire par soi-même), utilise pratiquement les derniers mots:


"Je m'aime et je m'accepte totalement tel(le) que je suis."


Autre "coïncidence": la mode est au signe "infini", matérialisé au dessus de la tête de la jeune femme du dessin de Duguay.


Et encore une "coïncidence", lors de ma dernière constellation familiale, le professionnel qui la conduisait, m'a fait grimper sur une chaise, pour m'amener à ne plus me "ratatiner" dans mon coin.


Même méthode utilisée par mon amie psychothérapeute (professionnelle), afin de réparer les dégâts dévastateurs de ma mésaventure de juin 2010, ainsi que ceux, bien plus anciens, auxquels ils faisaient écho.


Je suppose que beaucoup parmi vous se sentiront concernés aussi, j'espère que ce billet les aidera à sortir de leurs limitations.
Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 17:21
Le miroir, il reflète l'être tel qu'en lui-même

Hello !

La photo du billet précédent a été prise lors du baptême de Victoria.


Ces chers Anges ne désespèrent pas de me voir revenir au bercail: quelques petits signes pour maintenir les décisions.


D'abord, dans le billet précédent, le passage (et lui seul) de la chanson de Joe, que j'ai cité, où:


"Qui sera à la fois toi et moi" s'est trouvé étrangement en caractères gras, sans que ce soit de mon fait. Je m'en suis rendu compte après avoir publié le billet. Vérification faite, ce passage n'est pourtant pas en caractères gras dans mon brouillon.


Et le lendemain, samedi matin, tandis que vers 10 heures, je repartais du supermarché où j'avais fait les courses, la radio diffusait la chanson de Vanessa PARADIS (!!!) sur l'histoire de "Marilyn et JOhn".


J'avais déjà eu un signe avec cette mélodie, je vous l'avais raconté en son temps. Mais je n'avais pas plus envie que cela d'entendre cet air là, alors j'ai zappé sur une autre station (Sud Radio)...


Pour tomber sur exactement la même chanson, avec pratiquement les mêmes passages au même moment.


Nul doute, ces chers Anges y tiennent, à me voir reprendre le collier !


Alors j'essaie de ne pas voir le mur, juste sur la gauche du bureau, qui a besoin d'être retapissé, pour vous parler des informations reçues ces derniers jours.


"Tu attires ce que tu émets" m'ont souvent expliqué mes chers inspirateurs célestes.


Cela signifie que l'on se trouve confronté à des "situations miroir" qui reflètent notre réalité.


"Plus exactement, elles reflètent notre fonctionnement, envers nous-même, bien plus que notre façon d'être avec autrui." précisent ces chers Anges.


Et cela peut être très riche d'enseignements quand on est confronté à des épreuves déstabilisantes, et/ou que l'on se retrouve toujours dans le même genre de situation.


Trop souvent, on peut lire ou entendre que cela viendrait uniquement de notre façon d'être avec les autres, voire que cela serait "karmique". Tant pis pour nous, on n'avait qu'à pas faire des horreurs dans une autre vie !


J'ai perdu beaucoup de temps à chercher dans la direction de ces croyances là.


Voilà l'avis de ces chers Anges:


"Certes, cela peut être le reflet de notre comportement avec autrui, mais le plus souvent, il s'agit de l'extériorisation de notre formatage intérieur issu de l'enfance et du début de la vie, donc de la façon dont nous avons inconsciemment organisé le sens de notre vie... et c'est ce que la situation désagréable tente de mettre en Lumière."


Ils rappellent notamment que ce qui est vécu DANS CETTE VIE PRESENTE, c'est le RESULTAT DES INFLUENCES DE CETTE VIE PRESENTE.


Rappel: "La victime attire le bourreau".


Grâce à leurs explications, j'ai pu enfin comprendre (et neutraliser, j'espère), pourquoi je me suis trouvée à plusieurs reprises aux prises avec des sectes et dérives sectaires, avec toujours les mêmes résultats: voir les gens tels qu'ils étaient, et non tels que je voulais qu'ils soient, parce que je n'étais pas de leur avis ou pas d'accord avec des façons de faire toxiques issues de l'ignorance.


Mais aussi, je me trouvais toujours à avoir affaire à leurs culpabilisations et autres mauvaises appréciations à mon égard, plus ou moins dévastatrices.


Cela était dû au fait qu'ayant pris le large, face à une situation familiale déstabilisante, et bien que consciente que la fuite était une question de survie pour moi, je n'en éprouvais pas moins un sentiment de culpabilité intense, et du même coup une mauvaise image de moi-même.


Croyant que le reste de la famille me jugeait et me condamnait, je me suis isolée et écartée.


N'ayant pas "soigné" ces blessures là, car je pensais qu'en y mettant le mouchoir dessus cela allait disparaître, j'attirais au contraire à moi le même genre de scènes, gens et événements.


Les symboliques étaient pourtant évidentes: la secte se veut une famille qui protège contre tout, mais qui, au mieux, isole complètement et fait perdre tous ses repères, sa liberté, son autonomie, son indépendance de pensée et d'action.


J'ai été à chaque fois aussi confrontée à des similitudes: de comportements bien sûr, mais également de situations familiales, de signe astrologique et ascendant (mot très significatif), d'épreuves vécues (mère en deuil, etc.), parfois même de prénom et/ou nom.


"Tout comme le miroir qui reflète tout ce qu'il a dans sa ligne de mire: éventuellement un personnage, y compris son regard, mais aussi tout ce qui entoure ce personnage, tout ce dans quoi il baigne et évolue, la "situation miroir" donc, agit sur le même principe. De ce fait, les raccourcis faciles tendant à culpabiliser les êtres victimes de situations compliquées, qui sont donc déjà en souffrance, n'ont absolument pas lieu d'être."


Dieu merci, les psychologues d'aujourd'hui sont pour la plupart d'une extrême compétence (même s'il faut chercher et trouver celui ou celle qui nous correspond le mieux, c'est comme pour tout) et peuvent aider à guérir toutes ces blessures.


Mais pour ceux qui sont réticents à consulter ou qui n'ont pas les moyens, il y a de nombreux livres sur ces sujets (y compris d'occasion), des techniques (comme l'E.F.T.: Emotional Freedom Technical), qui peuvent apporter une aide, et pourquoi pas...


Vos Anges gardiens, par le biais de vos intuitions et signes. Il suffit de leur demander !
Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 15:43
"A tes mots tendres un peu artificiels"

Hello !


J'espère que vous allez bien et que vous résistez à la canicule. Pensez à boire, cela semble évident, et pourtant, que de problèmes évités si on y pensait avant même d'avoir soif.
Toujours du mal à lâcher le travail pour me mettre à écrire. Ces chers Anges font preuve de beaucoup de patience, semant sur mon chemin des signes.


Dans un livre trouvé récemment dans un vide-greniers (1 €, inutile de se ruiner pour être guidée). Son titre:


"Indices et preuves de l'existence de l'au-delà", écrit par un avocat Italien, qui communique avec son fils Andréa, assassiné à l'âge de 25 ans. Ce livre est le 3ème, et il a été édité en septembre 1993.


Cet homme s'est beaucoup fait tirer l'oreille pour arriver à écrire et à parler.
Au début du récit, il fait état que son fils lui disait ne pas pouvoir remplir la mission qui lui avait été confiée par "la Lumière Infinie", du fait de ces tergiversations et de sa prudence.


En lisant cela, j'ai senti une grosse compassion pour ces chers Anges, d'un coup, et me suis promis de reprendre vite le collier, ils méritent bien cela...


Oui mais toujours quelque chose qui passait avant.
Dimanche, je recevais des amis à midi. Dès tôt le matin, je me suis préparée (non, pas le repas, préparé la veille), mais pour...


Aller fouiner dans des vide-greniers aux alentours !


D'excellente humeur, je suis montée en voiture...


Je ne sais pas comment je me suis débrouillée, mais en me glissant au volant, je me suis heurtée à l'angle de la portière... juste au niveau des dents, sur le côté droit. Plus exactement le coup a porté sur mon bridge (oui, le bridge, c'est aussi un jeu).


J'ai vu 36 chandelles, ce qui ne m'a pas rendue aimable, on le comprendra...


Et ces chers Anges ont pris, chassez le Naturel, il revient au galop. Je pouvais bien m'accorder un peu de détente, non ? La panoplie habituelle y est passée, ponctuée de l'éternel:


"Ras le bol", et j'ai allumé le moteur sur un:
"Vous m'emm..dez !"


Pour entendre, à l'instant même, sur Nostalgie:


"A toi, à la façon que tu as d'être belle,
A la façon que tu as d'être à moi,
A tes mots tendres un peu artificiels,
Quelquefois...
À toi
À la petite fille que tu étais
À celle que tu es encore souvent
(...)
À la vie, à l'amour
À nos nuits, à nos jours
A l'éternel retour de la chance
À l'enfant qui viendra
Qui nous ressemblera
Qui sera à la fois toi et moi...
À moi
À la folie dont tu es la raison
À mes colères sans savoir pourquoi
À mes silences et à mes trahisons
Quelquefois
À moi
Au temps que j'ai passé à te chercher..."


de Joe, bien sûr, titre: "A toi"


Oups ! Ma mauvaise humeur est tombée d'un coup. C'était trop mignon, et ça ne pouvait pas mieux tomber, car cette chanson, elle passait à la radio, ce jour de 2006, juste comme j'allumais ma voiture pour repartir, en revenant de chez mon éditrice, chez qui j'avais signé le bon à tirer de mon livre, mais sur ces paroles là:


"A l'enfant qui viendra,
Qui nous ressemblera,
Qui sera à la fois to​i et moi..."


Bon, inutile de tergiverser, j'ai reconnu aller fouiner dans les vide-greniers en espérant trouver une "couillandre" (traduisez: objet, ou mieux encore petit meuble, en piteux état, à retaper).


Laquelle "couillandre" d'ailleurs, ira rejoindre les autres, plus ou moins démontées, plus ou moins décapées, plus ou moins... oubliées, faute de temps... Lequel temps scélérat, d'ailleurs, a fait que j'ai oublié aussi l'inspiration de "relooking" qui m'avait fait les acheter !


Je suis donc partie, en me promettant pour la 355ème fois de m'atteler aussi, prochainement, à faire éditer mes billets de l'ancien blog sur Femme Actuelle... je suis partie donc disais-je... à mon premier vide-greniers...


Que je n'ai pas réussi à trouver... Trop tôt, ou peut-être annulé à cause de la chaleur.


J'ai quand même réussi à en trouver 2 autres.
Pas de "couillandre", mais des livres de psychologie intéressants.


Sur la route, j'ai entendu "Le pénitencier" de Jhonny, et peu avant d'arriver chez moi:


"Le p'tit air", une fois encore la chanson de Maxime Le Forestier, interprète, je le rappelle, dont mon frère adorait:
"A mon frère"


"Le p'tit air" s'est d'ailleurs achevé juste comme je me garais dans la cour. J'avais, cette fois encore, écouté attentivement les paroles, notamment:


"On laisse des traces ou des séquelles
Des peintures ou des monuments
(...)
Alors qu'un air qui se faufile
De lèvre en lèvre et qui survit
Ca peut nous faire un paradis
Viens on s'en va danser tranquille..."


Et toujours le refrain:
"Il suffit que quelqu'un fredonne
Le p'tit air que j'avais écrit pour toi
Et c'est un peu de nous qui sonne
Dans l'au delà
Il suffit que quelqu'un murmure
Le p'tit air que j'avais écrit pour toi
Si c'est un peu de nous qui dure
C'est déjà ça..."


Et pour enfoncer le clou, l'amie qui m'a rendu visite m'a dit que mes billets lui manquaient !
Voilà, j'espère que je vais réussir à tenir parole!
A bientôt et bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0