Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 15:47
Les mémoires

Hello !

La période a été rude ! Mais ma mère, déjouant tous les pronostics, le mien compris... va mieux ! 

Le médecin avait quand même prescrit les soins palliatifs !!! 

Par contre, je n'ai pas dû savoir mettre des limites, ni déjouer le piège de "l'enfant pansement" et me suis probablement trop mis la pression, car, trop fatiguée, stressée et manquant de sommeil, j'ai attrapé sa grippe, puis l'ai passée à mon compagnon et nous avons été tous les 2 au tapis, mon compagnon voyant les symptômes de son électrosensibilité aggravés !

Bon, mais ces chers Anges ont l'air de trouver que je peux reprendre l'écriture car hier matin, jour anniversaire de mon père qui aurait eu 103 ans, j'ai tiré au "hasard" une carte du tarot de Doreen Virtue "Les Maîtres Ascencionnés", et c'était

"Ecrivez !".

Au même moment, la lampe s'est mise à clignoter !!

Un peu agacée quand même, j'ai grommelé intérieurement à l'intention de ces chers Anges que pour être suffisamment "zen" pour écrire, encore faudrait-il que j'aie un peu d'aide de leur part. Ces derniers temps, ils se sont fait remonter les bretelles, accusés de "buller" tranquilles pendant que moi je "m'emmerdais", passez-moi l'expression !!

"Ecrire, écrire !" Ils sont marrants eux !!!"

Et en réponse, la lampe s'est remise à clignoter !

Je suppose que c'est la solution préconisée: écrire d'abord et la paix viendra ???

 

Je voudrais donc aborder le sujet des mémoires inscrites en nous sans que nous en ayons conscience.

Je suppose que beaucoup parmi vous ont été chamboulés par la disparition de cette si jolie petite fille, cet été. Elle me fait penser à un Ange.

Par contre, le mot "chamboulé", pour ce qui me concerne, est largement en dessous de mon ressenti. En effet, chaque fois que je tombais sur une information se rapportant à cette disparition, cela me perturbait d'une façon très importante, j'en pleurais, me sentant déprimée et cela me "plombait" la journée.

Je me suis toujours sentie très concernée par ces disparitions d'enfants, mais pour cette petite, c'était un cran très en dessus.

Et quand j'entendais la chanson qui avait été diffusée pour la marche blanche, choisie par la Maman, chanson qui semble avoir été écrite pour la circonstance, alors la peine me submergeait... Et je l'entendais très souvent cette chanson, par "hasard", écrite par la compagne de Calogero, et chantée magistralement par Louane.

Le 14 janvier, je vous l'ai rapporté dans un précédent billet, tandis que mon amie Clo me dédicaçait une chanson de Joe:

"Si tu t'appelles mélancolie",

j'ai réussi à secourir une petite mésange bleue, qui s'était assommée contre la baie vitrée.

Ce même matin, un peu plus tard, tandis que nous arrivions en voiture chez la tante de mon compagnon, chez qui nous devions manger avec un couple de cousins, la chanson a été diffusée à la radio. Elle résonnait d'une telle manière dans l'habitacle, que l'on avait l'impression que Louane chantait devant nous, dans la voiture. C'était si fort, si prenant, que même mon compagnon en a été touché. Nous sommes descendus de voiture les larmes aux yeux, tristes très tristes.

C'était 6 jours avant que je fasse une formation particulière, qui annonce permettre de travailler, entre autres, sur les dysfonctionnements et mémoires. Je m'y étais inscrite un peu par curiosité, surtout avec l'idée de peut-être aider mon compagnon dans ses soucis d'électrosensibilité

Je suis partie 5 jours après le 14 janvier, le vendredi 19, afin de faire étape chez ma fille et mon gendre, la formation devant se dérouler le 20, tôt le matin, non loin de chez eux.

J'arrivais à quelques kilomètres de mon lieu de destination quand, tout d'un coup, sans raison particulière, j'ai repensé à cette petite, constatant avec soulagement que cela faisait 24 heures que je n'y avais pas pensé, trop occupée par mes préparatifs de départ.

24 heures sans avoir envie de pleurer, ça s'améliore, ai-je pensé !!!

MAIS A CET INSTANT PRECIS, LA MELODIE DIFFUSEE SUR CHERIE FM a été interrompue, et ces mots ont raisonné dans l'habitacle:

"BONJOUR, C'EST LOUANE !

"EST-CE QUE TU M'ENTENDS, EST-CE QUE TU ME VOIS ?"

Et autre chose a pris le relais. J'en ai été tellement sidérée, retournée, le souffle coupé par l'émotion, que j'avoue avoir perdu quelques secondes le fil...

Et l'ai retrouvé en entendant la chanson qui avait pris la suite, de Michel Berger:

"Je veux chanter pour ceux,

qui sont loin de chez eux,

et qui ont dans leurs yeux,

quelque chose qui fait mal, qui fait mal..."

Et quand l'interprète est arrivé au passage:

"Et cette petite fille qui joue,

Qui ne veut plus jamais sourire"

J'en ai eu encore plus la chair de poule ! Je crois que ces chers Anges ont dû prendre les commandes de ma voiture, car j'étais particulièrement bouleversée !

 

La suite bientôt !

Bonne journée, en attendant le printemps !

 

Les mémoires
Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 10:41

Hello !

Heureusement que ces chers Anges ont pris soin de nous faire rire dernièrement, car une période rude s'annonçait.

La santé de ma mère s'est beaucoup aggravée ces derniers temps. Elle est à nouveau tombée à minuit le 14 février, du moins c'est ce qu'elle a dit, car elle n'a été retrouvée qu'au matin par l'infirmière. Mais cette certitude qu'elle avait par rapport à la date est importante.

Elle a été amenée à l'hôpital, son cauchemar ! Jusque là, ayant l'habitude, je pensais qu'elle allait se remettre, mais pas cette fois-ci, du moins c'est mon ressenti. Elle est rentrée chez elle.

L'an dernier déjà, elle était tombée le 14 février, un jour de tempête dans la ville où j'étais (!!) et avait été hospitalisée aussi, mais était ressortie dans la journée.

Ces similitudes de dates sont très bien mises en évidence par la psychogénéalogie.

Il y a 10 ans environ, au moment des discussions sur la loi Léonetti, au vu des réactions de colère et de peine que cela déclenchait en moi, ces chers Anges, (je l'avais raconté à l'époque dans mon blog sur "Femme Actuelle"), m'avaient conseillé de travailler en psychologie sur la période de l'agonie et du décès de mon grand-père (père de ma mère), mort un 14 février, année de mes 14 ans (toujours cette même période de mes 14/15 ans !), après une lente agonie et victime d'abus de pouvoir de certain corps médical à qui il servait visiblement de cobaye. A l'époque on n'avait pas les moyens de se défendre contre l'acharnement thérapeutique. Ca a changé, Dieu merci.

Je ne l'ai pas fait ce travail conseillé, même si cela m'avait été rappelé récemment.

Dommage, car revivre tout cela est dur, très dur, et me voilà à glisser piteusement sur les peaux de banane de "l'enfant pansement", sur lequel il me semblait pourtant avoir tellement bien travaillé pourtant.

Bon mais il me semble avoir reçu un signe encourageant juste après son hospitalisation: 

Je suis allée aux toilettes (lieu où on se soulage symboliquement). La lumière s'est mise à clignoter, puis elle s'est éteinte quelques secondes, et elle s'est rallumée. Cela ne l'avait pas fait avant, et ne s'est pas reproduit depuis.

Le soir, j'ai envoyé un SMS à ma belle-fille pour le lui raconter comme écrit ci-dessus. Au niveau de "elle s'est éteinte", le téléphone a "corrigé" par...

"elle s'est endormie" !!

Je suppose que c'est pour me rassurer (SOULAGER) quant à mes craintes que ma mère vive ce qu'a vécu son père, et que moi-même je vive ce qu'elle a vécu par ricochet à cette époque,, et me faire savoir qu'elle partira pendant son sommeil.

J'essaie de m'accrocher à cette idée, même si je l'avoue, les baisses de foi sont fréquentes. 

Pas facile ce chemin vers la foi totale.

Bonne journée à vous, et pensée particulière à mes amis et proches Héraultais dans la neige et le mauvais temps, et à bientôt

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 07:54
Le sapin du marché de Noël de Strasbourg 2017

Le sapin du marché de Noël de Strasbourg 2017

 

Hello !

 

Dernièrement, une personne de mon entourage faisait part de son « ras-le-bol » de toutes ces recherches « néo-spirituelles », et du coup, de son besoin d'authenticité et quelque part de simplicité.

 

Je comprends ce « ras-le-bol », oh combien, pour l'avoir ressenti déjà après mon horrible mésaventure dans l'association prétendument caritative, mais plus encore à la suite du décès de mon frère.

 

En prendre conscience et prendre ses distances afin de se retrouver soi-même est le début de la sagesse.

 

Ces chers Anges, comme suite à cela, m'ont donné des explications sur le pourquoi de cette quête parfois un peu effrénée que l'on peut avoir.

 

A chacun et chacune de voir leurs explications...

Ou pas !

 

Car, m'ont-ils fait remarquer, en règle générale, cette recherche a été initiée par soi-même !!!!!

Même si on peut se retrouver sollicité par certaines personnes, il est rare que les « possibilités d'évolution », et/ou prétendues « missions » que l'on aurait à remplir pour le compte d'autrui nous soient imposées !

 

Il est donc utile, sinon indispensable, de tourner son regard vers soi-même, afin de ne pas rejeter tout en bloc : l'utile et le non utile, évitant ainsi de « jeter le bébé avec l'eau du bain », puis de se poser la question suivante :

 

« Pourquoi mon ego a-t-il eu ce besoin (parfois compulsif chez certaines personnes) de ME rapprocher d'êtres qui me semblaient des « icônes », l'un, me semblant plus « lumineux », plus « avancés », plus « évolués», chassant le précédent, parfois ???

 

«L'ego, ont-ils rappelé une fois encore, n'est pas notre ennemi. Il s'est forgé sur nos conditions de vie et nos souffrances, et il nous en indique l'état, grâce à son « comportement » si l'on peut s'exprimer ainsi. Il est donc important de mettre la situation à distance et se poser le plus honnêtement et le plus humblement possible les bonnes questions, sachant que c'est la solution sine qua non au problème et la chance qui nous sera ainsi donnée d'être ET DE RESTER sur notre propre chemin, et ainsi pouvoir le mener à bien en toute joie et simplicité. »

 

Ben oui, mais lesquelles ?

 

« Que peuvent/pouvaient bien symboliser pour moi ces personnes qui m'ont attiré(e), dans le sillage de qui j'ai voulu être ?

 

Pourquoi ai-je eu ce besoin ?

 

Qu'est-ce que je cherchais à travers elles et/ou leurs enseignements ?

 

Qu'attendais-je d'elles et/ou de leurs enseignements ? 

 

Il ne faut pas avoir peur de voir la réalité en face, même ET SURTOUT si cela ne le flatte pas, notre ego, car cela va nous permettre de déceler les failles et souffrances que l'on cherchait illusoirement à combler, et éviter ainsi de tomber à nouveau dans le piège.

 

Cela peut être la recherche inconsciente du « parent idéal », que l'on peut avoir la sensation d'avoir perdu et/ou ne jamais avoir connu...

 

Cela peut être le désir conscient ou pas de faire comme cette personne, voire plus et mieux, donc rechercher l'attention, la reconnaissance, l'amour, LA PROTECTION PARFOIS, dont on a manqué ou cru manquer ; mais aussi peut-être chercher à retrouver ces sentiments qui ont pu nous être prodigués dans l'enfance et qu'on a la sensation d'avoir perdus...

 

Rappel : le besoin d'être « parfait (e)», d'être le meilleur (la meilleure) peut signaler une sensation de manque d'amour/d'attention ressentie dans l'enfance, et l'espoir illusoire inscrit en soi de l'obtenir en étant parfait.

 

Mais cela peut venir aussi d'une rivalité vécue dans l'enfance, sur le plan familial, à l'école, etc. et du besoin d'en panser des plaies non « exorcisées ».

 

D'autres raisons sont possibles aussi...

 

En prenant conscience de nos souffrances non soignées, parfois même non identifiées, non reconnues, on évitera ainsi de retourner notre colère contre d'autres, parce que notre ego aveuglé par elles nous interdit de les éprouver contre nous-même.

 

Ce faisant, du même coup, on comprendra que personne n'est responsable de ces situations ni fautif, y compris nous-même, car chacun(e) est logé à la même enseigne : le « formatage » lié au vécu. »

 

Allez, c'est l'hiver qui commence, mais en même temps les jours vont rallonger !

Et justement, ce matin, alors que je m'installais à l'ordi, sur France Bleu Hérault, a commencé la chanson:

"TOUT LE BONHEUR DU MONDE" !!!!

Bon signe, non ???

Une façade illuminée de Strasbourg

Une façade illuminée de Strasbourg

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 09:20
Oh ! Dis-le !!!!!!

Hello !

 

Voilà une bonne quinzaine de jours que mon 2ème livre est enfin paru :

 

« L'espérance qui grimpe vers les Etoiles » !

 

Dans un 1er temps, il est en vente sur le site de la maison d'édition « EDILIVRE », et dans quelques semaines il sera disponible sur d'autres sites de vente de livres.

 

Il est disponible en version papier et en version numérique.

Voici le lien :

 

https://www.edilivre.com/l-esperance-qui-grimpe-vers-les-etoiles-2583af4e17.html/

 

 

Autre sujet, c'est ce que l'on nomme « la dépression »

 

Beaucoup de personnes subissent ou ont subi cette épreuve, hélas.

 

Qu'elles en soient sorties ou pas encore, la plupart vivent très mal cette situation et en ressentent des sentiments de culpabilité, de remords, de honte, de mésestime de soi, parfois en lien avec les réactions de leur entourage, mais aussi et surtout en lien avec les jugements qu'elles portent sur elles-mêmes : elles se reprochent un « manque de courage », un « manque de volonté », une incompréhension, de la révolte, elles se reprochent le mal fait à leurs enfants, et/ou à leurs proches, etc.

 

Incompréhension notamment parce qu'on ne voit pas pourquoi on en est arrivé là. Il nous semble que nos épreuves ne le justifient pas, eu égard au fait que d'autres arrivent à passer bien plus d'épreuves et semblent s'en relever bien mieux.

 

PREMIER RAPPEL IMPORTANT : LA DEPRESSION EST UNE MALADIE.

De plus en plus d'études sont faites sur cette maladie et des pistes d'explications sont avancées. Il convient donc de bien s'informer avant de juger ces malades.

 

Sur le sujet, mes chers inspirateurs célestes, on s'en doute, ne partagent pas, mais alors pas du tout la vision négative que nous avons de nous-même quand nous avons traversé et/ou traversons cette épreuve difficile.

 

 

« La dépression, ont-ils expliqué, elle survient quand on n'a pas mis l'essentiel en « prime time », donc quand on s'est oublié, qu'on ne s'est pas écouté soi-même, qu'on a fait passer, trop souvent, les desiderata de quelqu'un d'autre, des autres, avant les siens propres ».

 

On est loin de l'image d'égoïsme, voire d’égocentrisme que certains peuvent avoir de ces malades.

 

Il m'a été expliqué que si notre âme a choisi de venir vivre cette maladie, cela peut être tout au contraire un acte d'Amour exceptionnel envers ses êtres aimés.

 

Comment cela me direz-vous ?

 

Eh bien parce cette « chère âme » a choisi de venir « exorciser » des souffrances importantes d'un ascendant (dans le sens de parent, grand-parent, etc.) qui n'ont pas pu ou pas voulu être exprimées et soignées, et ceci « AFIN D'EVITER A UN AUTRE ETRE CHER DE LA DESCENDANCE DE VENIR LE MANIFESTER PAR UNE MALADIE ET/OU UNE EPREUVE ».

 

D'où cette « épidémie » de déprimes, burn out et dépressions, dans les générations post guerre, qui ont fait leurs deuils comme elles ont pu, en règle générale en ravalant leurs larmes, et avec pour unique « pansement » :

 

« C'est la vie »

 

Certes, cette maladie s'est « installée », mise en place, à cause de failles de l'enfance, de vécus, de conditions et conditionnements d'existence et de survie parfois, de cette vie-ci, mais principalement du fait de ce choix d'incarnation de « réparation ».

 

C'est rassurant à plus d'un titre, me semble-t-il, si on veut bien se donner la peine d'y réfléchir, car cela peut amener à se rassurer sur soi-même, retrouver ainsi une meilleure image de soi, mais aussi parce que cela va nous permettre, si on « travaille » sur soi et sur le transgénérationnel, de pouvoir renaître de l'épreuve, tel un phénix, et la transformer en un formidable levier.

 

A chacun de voir.

 

Bonne journée en cette Sainte Odile, qui donne phonétiquement :

 

« OH DIS-LE ! »

 

"Oui, dis tes ressentis, dis tes peines, offre-toi ce cadeau là pour Noël !!!!!"

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 09:11
"Le coeur ouvert à l'inconnu(e)"

Hello !

 

Pour compléter le billet « Quand on a été meurtri hier », mes chers inspirateurs célestes m'ont « coachée » (!!!), afin de m'éviter d'attirer les situations du passé qui ont pu me meurtrir.

 

Le piège, m'ont-ils expliqué, quand on a été « meurtri hier » et qu'on n'a pas suffisamment soigné ses blessures, en remontant à la/aux sources d'origine, c'est que du fait que l'on va avoir peur de les revivre, on va, outre le fait de se protéger consciemment ou pas derrière une armure et une « meurtrière », outre ceci donc, on risque de développer une attitude défensive, méfiante, plus ou moins consciente, pouvant aller jusqu'à l'agressivité, à des degrés divers...

 

Ce que l'entourage, les contacts du quotidien percevront... et risquent de fuir.

 

Bref, on risque d'être trop dans le jugement, quitte à faire des PROCES D'INTENTION et à mettre tout le monde dans le même panier, quitte à être injuste, quitte à passer à côté de quelque chose de beau.

 

Le risque ?

 

C'est de SE RETROUVER SOI-MEME JUGE AU PREMIER ABORD...

 

Ce que l'on va déplorer et prétexter pour...

 

Se replier sur soi-même et glisser sur les « peaux de banane » du doute, de la méfiance, de la rancœur, du découragement...

 

Rappel d'explications qui m'avaient été données, relayées dans mon premier livre :

 

« Il y a un juste milieu entre l'aveuglement et le jugement, et ce juste milieu s'appelle...

 

LE DISCERNEMENT. »

 

Les solutions ???

 

Déjà, se faire confiance. Si l'on a bien analysé l'épreuve et le(s) sens qu'elle avait, on est « armé » pour voir venir les choses.

 

On a appris aussi, depuis, à écouter ses intuitions, ressentis et signes, qu'on avait préféré ignorer, car ON A TOUJOURS EU AU FOND DE SOI NOTRE PETITE VOIX QUI TENTAIT DE NOUS ALERTER, mais pris dans notre « formatage », on n'a pas voulu l'entendre.

 

Si l'on a assez « travaillé » sur ce qui nous a amené à être confronté à l'épreuve, on sait que l'on n'aura pas à revivre ce genre de situation. Dans le cas contraire, on la verra donc venir, LE MOMENT VOULU, sachant que cela peut-être simplement la « peau de banane », le révélateur destinés à vérifier la guérison effective... Ou pas tout à fait réglée.

 

Ensuite, on fait confiance à la vie, à sa vie.

 

On visualise autour de soi des « ETRES DE LUMIERE » et non des personnes susceptibles de nous faire du mal.

 

POINT CAPITAL A TRAVAILLER :

 

« S'ouvrir à l'Amour, ACCEPTER CONSCIEMMENT DE S'AIMER SOI-MÊME, D'AIMER ET D’ÊTRE AIME, S'ACCEPTER SOI-MÊME et ACCEPTER LES AUTRES TELS QU'ILS SONT, ceci afin de ne pas avoir à déplorer de NE PAS ETRE SOI-MÊME ACCEPTE, faire jaillir sa Lumière intérieure, la distribuer autour de soi... RAYONNER donc !!!

 

Rappel : chaque être est un être « divin » et a sa raison d'être.

 

En se respectant soi-même, avec ses propres forces et ses propres faiblesses, on peut plus facilement faire de même avec les autres. »

 

Pas simple d'y parvenir direz-vous ????

 

Pas de panique, ces chers Anges m'ont préconisé, il y a bien longtemps déjà, pour m'aider à visualiser tout cela, de chanter une belle chanson, d'un interprète irremplaçable (hi ! Hi!), qui dit ceci :

 

« JE ME BALADAIS SUR L'AVENUE,

LE COEUR OUVERT A L'INCONNU(E),

J'AVAIS ENVIE DE DIRE BONJOUR A N'IMPORTE QUI (...) »

 

Et c'est ???

 

« Aux Champs Elysées, de Joe, bien sûr !!!

 

A utiliser sans modération !!!

 

Autre point important :

 

"Le pardon !!!"

 

On se pardonne à soi-même cette « erreur » qui n'est rien d'autre qu'une expérience de vie destinée à nous ramener à notre être véritable, à nous débarrasser de notre carapace, et donc la meilleure façon de dépasser cette épreuve, c'est de travailler à nous libérer de notre carapace, ET SURTOUT PAS EN RAJOUTER UNE COUCHE, en y adjoignant en plus un sentiment de culpabilité !! 

 

Et la conséquence est que du même coup, on intègre le fait que l'âme de la personne qui a fait épreuve nous donne une « leçon » empreinte d'Amour, destinée à nous ouvrir à notre être véritable. En nous « connectant » à notre âme et A L’ÂME de la personne en cause, on peut plus facilement pardonner... à la personne, en passant au-dessus de l'acte !!

 

En résumé, comme préconisent ces chers Anges , « on « MET AU MENU » de nos pensées CE QUE L'ON VEUT AVOIR AU MENU DE NOTRE JOURNÉE, et on ne se décourage pas si les résultats ne sont pas visibles immédiatement, car on comprend bien que notre « formatage », notre carapace, ne peuvent pas être effacés par enchantement, il faut un peu de temps et de ténacité pour y parvenir. »

 

Bonne journée !!

"Le coeur ouvert à l'inconnu(e)"
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 11:30
Ne pas sous estimer ce dont on n'a pas conscience et le poids des habitudes

Hello !

 

Je vous mets le lien d'une nouvelle vidéo du réalisateur Jean Yves Bilien.

 

J'ai été sensibilisée au *********

 

******* Tiens, juste comme j'écris ces mots, sur France Bleu Hérault (alentours de 11 heures), passe qui vous savez qui chante:

 

« On s'est connus au café des 3 colombes » !!!!!

 

Dommage, ce n'est qu'un extrait. J'entends rarement Joe sur cette radio, ils ne savent pas de quoi ils se privent et privent leurs auditeurs (hi ! Hi !).

Aujourd'hui, c'est l'invité de « Sur le grill » (encore !!), Christophe Barratié, qui parle de Joe Dassin qui est son 1er chanteur préféré !!! Il a d'ailleurs fait un hommage pour les 25 ans de la disparition de Joe, il me semble.

 

La suite de cet extrait est :

 

« AU RENDEZ-VOUS DES AMOURS SANS ABRI ».

 

J'adore quand ils me surprennent ainsi, ce d'autant plus qu'il y a un clin d'oeil supplémentaire qui m'est personnel !!

 

Bon, revenons à nos colombes, enfin je veux dire à nos moutons  !

 

J'ai été sensibilisée au travail de Jean-Yves Bilien lors du tournage de son excellent documentaire :

 

« LES SACRIFIES DES ONDES », auquel mon compagnon a participé, documentaire qui a grandement contribué a faire connaître l'électrosensibilité et les risques liés aux ondes électromagnétiques.

 

Ce nouveau DVD traite de la façon de « reprogrammer ses croyances »,

 

http://www.jeanyvesbilien.com/mes-films/dr-bruce-lipton-revolution-des-connaissances-en-psychologie-reprogrammer-ses-croyances/

 

 

 

Pour ne pas quitter le domaine de l'inconscient, je voudrais revenir sur l'influence des mots et/ou des images sur notre inconscient, influence dont par définition on n'a pas vraiment conscience.

 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il y a un qualificatif à la mode, ces dernières années, pour qualifier un plat qu'on adore, et ce qualificatif est :

 

« C'est une tuerie » !!!

 

Je suppose que c'est encore un coup de mon hypersensibilité, mais rien que d'écrire cette expression, LES LARMES ME MONTENT AUX YEUX ET MA POITRINE SE SERRE, et me reviennent en mémoire...


Non pas des souvenirs de plats succulents, ce n'est vraiment pas cela qui me vient à l'esprit, mais bien les images en rapport avec les attentats.

 

Ce n'est donc pas uniquement parce que mes chers inspirateurs célestes m'ont toujours mise en garde sur l'effet conscient ou pas que peuvent avoir des mots ou des images.

 

Ils m'ont d'ailleurs toujours conseillé de veiller à ne pas mettre de tableaux ou objets dans mon environnement, évoquant de la violence, de la souffrance ou tout autre élément figurant un danger.

 

Je trouve, mais CE N'EST QUE MON OPINION, qu'il est dangereux et irresponsable de banaliser de tels mots, et qui plus est DE LES ASSOCIER, même symboliquement, à un REGAL !!

 

Voilà, petite colère, car j'en ai gros sur le cœur !!

 

Excellente journée à vous !!!

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 07:01
Se libérer des pieuvres

Hello !!

 

Le sentiment de culpabilité et la peur (celle qui n'a pas lieu d'être), ce sont, pour ces chers Anges des « TUE L'AMOUR ».

 

« Si le sentiment de culpabilité, poursuivent-ils, est plutôt un tue l'Amour de soi-même, (encore que, cela peut entraîner la peur de se retrouver dans une situation potentiellement génératrice de ce même sentiment de culpabilité : la peur de « faillir » à nouveau, la peur de faire du mal, par exemple, et de ce fait, cela peut couper inconsciemment les élans vers autrui), la peur qui n'a pas lieu d'être, elle, c'est un « tue l'Amour » généralisé, car elle va empêcher l'ouverture sur la vie, sur l'abondance, sur l'Amour, par un réflexe de protection !

 

Plus particulièrement aujourd'hui, LA PEUR DE MANQUER : non, pas la peur de manquer sa cible, encore que...

 

Nous parlons de la peur du lendemain, la peur de manquer d'argent, de moyens, peurs irrationnelles issues de sentiments d'insécurité vécus dans l'enfance. »

 

Comme je leur faisais remarquer qu'un adage, mot assimilé à « sagesse populaire », dit qu'il faut toujours:

 

« GARDER UNE POIRE POUR LA SOIF ».

 

Ces chers Anges ont répondu du tac au tac :

 

« Une poire, ce n'est pas une pastèque, non plus qu'une citrouille ni une courge, même si c'est la période de ces 2 dernières  !

Remarque : « COURGE », phonétiquement, en « verlan », cela fait :

 

« JE COURS »****

 

« Je cours dans tous les sens, mû par la peur de manquer, et je m'épuise et perds le fil de ma vie ! »

 

**** « Coïncidence » ou confirmation ??

 

Juste après ces mots, la radio (France Bleu Hérault vers 5h15) diffusait :

 

« Parce que le temps qui court, court,

Change les plaisirs

Et que le manque d'Amour

Nous fait vieillir » !!!!

 

Titre de la chanson : « Le temps qui court » !!!

 

A la fin de la mélodie, le présentateur a conclu :

 

« Eux courent pour la bonne cause, ce sont « Les ENFOIRES » !!!!!!

 

Ok, mais on fait comment ? Si c'était si facile de lutter contre la peur qui n'a pas lieu d'être, ça se saurait ! ******

 

****** Au même instant, la présentatrice de cette même radio, à 6h08, dit à peu près ces mots :

 

« Retrouver les plaisirs des jeux de société » !!!

 

« Voilà un des outils pour vivre mieux et couper les liens de la peur qui n'a pas lieu d'être !!!

Car la peur, tout comme le sentiment de culpabilité, c'est une PIEUVRE, qui nous enserre, nous ligote par ses tentacules, une peur chassant l'autre.

 

Alors rechercher l'ouverture aux autres, à la vie, à l'abondance, rechercher CHAQUE JOUR les plaisirs, le jeu, la joie, la détente, et les placer AU MEME RANG que les responsabilités et le travail. »

 

Oui, mais face à ce discours, beaucoup, qui se trouvent ligotés par les tentacules de la pieuvre, dont la peur de ne pas pouvoir payer ses charges, son loyer, ses emprunts, l'aide à ses proches, éventuellement, beaucoup donc rétorquent qu'ils n'ont

pas le choix !!!

 

« CE N'EST PAS LA CAUSE, C'EST LA CONSEQUENCE !!! »

 

« C'est parce qu'il y a eu une ou des peurs non gérées, à l'origine, que la situation se trouve être ce qu'elle est. ON a couru, on a tapé dans tous les sens, on a fui quelque chose, illusoirement, et on se retrouve exactement confronté à ce qu'on a voulu fuir, éviter.

 

ON A DONNE LA PRIORITE à nos peurs irrationnelles, aux dépens de la détente, du jeu, des plaisirs (petits ou grands), JOURNALIERS, mais aussi et surtout de la méditation, de la connexion à son for intérieur.

 

Comment s'étonner de se trouver confronté aux résultats de ce que l'on a fait passer au second plan :

 

La fatigue, la maladie, la déprime ????????????

 

Lesquels ont pour résultat, au bout du compte...

 

D'AUGMENTER LA SENSATION DE PEUR ET D'INSECURITE !!!

 

Rappel : la déprime, elle survient lorsque l'on n'a pas mis l'essentiel en « PRIME TIME ».

 

Comment s'étonner d'être confronté aux résultats de ce à quoi on a donné la priorité ????

 

On a tenté de colmater les brèches avec les moyens du bord, sur lesquels il faut sans arrêt veiller afin de les remettre en place, au lieu de faire une réparation judicieuse, en PRENANT LE TEMPS D'ANALYSER L'ORIGINE DE LA BRECHE, et en tenant compte des divers éléments qui permettront d'utiliser les bons matériaux, ceux qui régleront le problème, mais surtout qui SERONT PERENNES !!

 

Le plaisir, le jeu, la détente, le soin et l'attention à soi-même , la relaxation, la méditation, tout cela permet de lâcher prise et de trouver plus facilement des solutions. 

"Perdre sa vie pour la gagner", c'est un non sens, une aberration "»

 

Beaucoup objecteront que c'est facile à dire, mais que lorsque l'on manque d'argent, ce n'est pas si facile à appliquer.

 

Beaucoup de choses ne coûtent rien ou si peu : prendre le temps de respirer, se relaxer, méditer, observer la Nature, les animaux, dormir, lire, écrire, se promener, rêver, apprécier ce que l'on a, etc.

 

Et de plus, de par mon expérience, je peux témoigner que l'argent que l'on va « sacrifier » pour se faire plaisir, se soigner, jouer (dans le juste milieu bien sûr, il ne s'agit pas de faire n'importe quoi) ne nous manque pas, au final, le « hasard » nous le rend bien, d'une façon ou d'une autre.

 

Car on aura enfin donné la priorité au respect de soi-même, à sa santé, à son bien être, et non aux difficultés.

 

*** Et juste comme je termine ce billet, à 6h53, Julien Clerc chante :

 

« JE T'AIME, JE T'AIME, ETC. »

 

La chanson se termine par : 

 

« Mon Amour, je sais QUE TU DOIS FUIR mais N'OUBLIE PAS, N'OUBLIE PAS... »

 

Promis, on va essayer de ne pas oublier !!!!

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 07:31
Miniature que j'ai peinte vers 2009 je crois: "C'est ça l'Amour"

Miniature que j'ai peinte vers 2009 je crois: "C'est ça l'Amour"

Hello !!

 

Je dis souvent que ces chers Anges veillent sur ma santé avec le soin jaloux d'une duegne espagnole.

 

Et j'ai pu le vérifier hier encore !

 

En fin de matinée j'étais très fatiguée : Cracotte me réveille le matin aux alentours de 5 heures, parfois plus tôt. J'avais les yeux qui se fermaient tout seuls, alors j'ai avalé mon repas de bonne heure, pour pouvoir...

 

Me reposer et me relaxer ????

 

Ben non...

 

Pour aller à la laverie, à cette heure là, ce serait libre probablement, ça me gagnerait du temps, et ce serait une bonne chose de faite  !!!!

 

C'est ce que j'ai tenté d'expliquer à ces chers Anges, car je sentais bien un tantinet de désaccord.

 

Comme prévu, la machine que je voulais utiliser était libre. Il y avait une dame qui récupérait son linge dans l'autre machine. J'ai mis mes pièces en discutant avec la dame. Tout semblait bien fonctionner, mais quand j'ai appuyé sur bouton de démarrage...

 

Rien !! Rien de rien !

 

Ça n'a pas fonctionné, et bien sûr mes pièces ne m'ont pas été restituées !

 

J'ai appelé la hotline qui m'a demandé d'envoyer un RIB à une adresse mail pour le remboursement.

 

Bon, du coup, vu que j'étais dans un centre commercial, j'ai décidé...
 

D'en profiter pour faire quelques courses, ça me gagnerait du temps !!!

 

Au moment de payer à la caisse, je me suis rendu compte que j'avais perdu mon cabas ! Tant pis, dommage car il était très pratique, mais trop fatiguée pour partir à sa recherche.

 

Arrivée à la maison, j'ai vite pris mon RIB en photo pour l'envoyer, avant d'oublier, ça ce serait fait !!

 

Je l'ai envoyé du portable sur ma messagerie, (car je ne sais pas faire passer les photos sur l'ordi), mais il n'est jamais arrivé.

J'ai cru m'être trompée de destinataire et ai prévenu une personne (dont l'adresse mail est juste au-dessous de la mienne et a les 4 premières lettres en commun avec la mienne), qu'elle avait dû recevoir mon RIB par erreur !

 

Bon, je sais bien qu'à ce jeu là avec ces chers Anges, je n'ai pas le dessus, la « lutte » est par trop inégale. Oscillant entre le rire et la rogne, j'ai tout arrêté pour aller dormir, avant que ça ne passe à la vitesse supérieure !!

 

 

 

Bon mais c'était pour la bonne cause, ce matin, après une courte mais bonne nuit de sommeil, j'étais bien reposée et ai donc commencé, prudente, ma méditation, au lieu de la remettre à plus tard, et bien m'en a pris car j'ai reçu un joli message sur l'aide à la guérison de l'enfant intérieur.

 

Je ressens de me connecter à mon enfant intérieur et la retrouve sortie de sa grotte, certes, mais encore un peu « perdue » et incertaine.

 

Voici les conseils de visualisation qui m'ont été donnés :

 

« Tu retrouves ton enfant intérieur, tu la vois dans un joli paysage, dans une ambiance délicieusement parfumée et aux couleurs douces, de par la profusion de fleurs délicates, luminescentes.

 

Au son d'une musique céleste, des Anges entourent l'enfant. Ils la parent de magnifiques vêtements légers et étincelants, puis ils l'entraînent dans une ronde joyeuse. Ils la font sauter et elle rit aux éclats, heureuse ! Ils sont si gais et si pleins d'Amour que soudain l'enfant en a les larmes aux yeux de gratitude.

 

Aussitôt, les Anges se mettent à faire les clowns au son des « Wou ou ou »***

 

*** Tandis que que cette visualisation se déroulait, la radio (France Bleu Hérault, entre 5h45 et 5h50 environ), que j'avais oublié d'éteindre, diffusait « Marcia baila » des Rita Mitsuko.

 

En voici un extrait :

 

« Moretto,

Comme ta bouche est immense quand tu souris,

Et quand tu ris, je ris aussi,

Tu aimes tellement la vie,

Quel est donc ce froid que l'on sent en toi ?? »

 

!!!!

 

 

"Les Anges sont tellement joyeux et drôles, que l'enfant retrouve instantanément sa gaieté et la laisse éclater en cascades de rires sonores !

 

Leur « travail » accompli, les Anges repartent, mais l'enfant se sent tellement habitée par un sentiment d'Amour incommensurable qu'elle est paisible et rassurée.***

 

*** Au moment où j'ouvre les yeux, la méditation terminée, commence, sur cette même radio, il est 5h55 :
 

La chanson de Daniel Levi, extraite des « 10 COMMANDEMENTS » !!!!:

 

" L'ENVIE D'AIMER "»***

 

*** Tandis que j'écris ces mots, la même radio diffuse pour la 2ème fois ce matin la dernière chanson d'Eddy Mitchel :

 

« On est tous issus de la même tribu ... » !!!

 

J'ai relevé des extraits de « L'ENVIE D'AIMER », sur le site « paroles-musique.com »

 

 

« C' est tellement court, une vie
Tellement fragile, aussi
Que de courir, après le temps
Ne laisse plus rien, à vivre

 

C' est tellement simple, l' amour
Tellement possible, l' amour
A qui l' entend, regarde autour
A qui le veut, vraiment
C' est tellement rien, d' y croire
Mais tellement tout, pourtant
Qu' il vaut la peine, de le vouloir
De le chercher, tout le temps

 

Ce sera nous, dès demain
Ce sera nous, le chemin
Pour que l' amour
Qu' on saura se donner
Nous donne l' envie d' aimer ... »

 

J'ai relevé, par "hasard", je ne le connaissais pas auparavant, sur le blog: au-coeur-de-soi.net/ (numérologie angélique sur le chiffre 5):

 

Le chiffre 555 indique que des changements de vie importants sont prévus pour vous – de très grands changements ! Le chiffe des anges 555 vous dit que des changements et des transformations importantes se manifestent et vous allez avoir la possibilité de sortir de votre chrysalide pour découvrir la vie étonnante que vous méritez vraiment de vivre en tant qu'être spirituel. Votre vrai but et votre chemin de vie vous attendent ...

 

Je suppose que cela remontera le moral de la personne, qui se reconnaîtra, qui a trouvé par "hasard", de belles ailes blanches de papillon sous son canapé !!

 

Et pour conclure, ces chers Anges chantent en coeur :

 

« A NOUS DE LE VOULOIR !!! »

 

Ce billet me semble plus particulièrement destiné (entre autres à qui il « parlera » bien sûr) à la personne (qui se reconnaîtra), à qui j'ai cru adresser mon RIB.

 

Note : le RIB est souvent utilisé pour faire payer.

 

En soignant nos blessures et en cultivant l'Amour en nous, on évite de tomber dans le piège de risquer (inconsciemment) de « FAIRE PAYER » à d'autres ce qui nous a été fait...

 

Bon dimanche !!

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 12:42
image trouvée sur le net

image trouvée sur le net

Hello !

 

Pour compléter le billet précédent, et compte tenu du fait que les signes interviennent juste avant, pendant ou juste après l'acte, la démarche, ou le projet envisagé, il convient de mettre en évidence le moment où le problème est apparu.

 

Dans le cas où ce sont de nouveaux voisins qui s'installent et s'avèrent « pénibles », cela devrait nous ramener à chercher, dans la même période, à qui ou à quoi on a ouvert sa porte sur la même période (nouvelle relation, nouvelle activité, nouvel enseignement, etc.), car il y a peut-être un souci de ce côté là.

 

 

AUTRE SUJET :

 

Ces jours-ci, le « hasard » a amené plusieurs personnes à me confier se retrouver une fois encore confrontées au même problème relationnel (que ce soit au niveau du couple ou au niveau affectif, familial), et ceci alors même qu'il leur semblait que cette fois-ci justement la relation semblait différente.

Une personne se plaignait même, du coup, un peu résignée, de n'attirer que les « cassos » !

 

Ce qui a conduit ces chers Anges, ce matin, à me rappeler les explications qu'ils m'avaient données, il y a quelques années, sur le pourquoi de ces situations à répétition. Impossible de retrouver le billet, c'est trop loin.

 

En voici donc le rappel.

 

Quand, dans l'enfance, nous avons vécu des souffrances qui n'ont pas été reconnues, expliquées, désamorcées, soignées, nous nous sommes « recroquevillés » sur ces souffrances, pour essayer de nous en préserver, un peu comme on se met à l'abri et/ou se fait tout petit pour donner le moins prise aux éléments (pluie, vent, grêle, froid, coups, tirs, etc.) que possible...

 

Petite digression pour plus de précisions :

 

Lise Bourbeau a répertorié ces blessures ainsi :

 

    Le Rejet, l'Abandon, l'Humiliation, la Trahison, l'Injustice.

     

    De ce fait, m'avaient expliqué mes chers inspirateurs célestes, consciemment ou pas, par la suite, afin de se protéger de revivre une ou plusieurs de ces blessures, pense-t-on, on va s'enfermer dans sa tour d'ivoire (les DEFENSES de l'éléphant sont en ivoire).

    Afin de voir venir le potentiel « prédateur », et échapper le plus possible au risque d'être TOUCHE, ATTEINT, on va diminuer nos ouvertures, nos fenêtres, au maximum , jusqu'à en faire, comme autrefois dans les tours, des MEURTRIERES.

     

    « Coïncidence » ? MEURTRIERE, cela s'apparente, phonétiquement à...

     

    MEURTRI(E) HIER !!!!!!

     

    Le souci, c'est que cette ouverture rétrécie, si elle peut donner illusoirement une impression de protection, DE MOINDRE VULNERABILITE, elle ne permet pas de voir l'image en entier, ni de laisser passer toute la lumière !

     

    L'autre souci, c'est que ce que va laisser passer, entrer, cette « meurtrière » correspond à son FORMAT...

     

    Donc, nous n'aurons vu que ce que notre « formatage » nous a laissé entrevoir et non l'ensemble... Que d'autres auront peut-être vu venir à notre place, d'ailleurs.

     

    Ainsi dit-on, « l'Amour est aveugle ».

     

    Il n'avait vu que ce que l'ouverture rétrécie lui permettait de voir, d'où souvent l'incompréhension a posteriori.

     

    Sauf que l'image est inversée : la forme en creux correspond, côté opposé, à la forme en « bosse » !!!!

     

    C'est pourtant compréhensible : de notre cachette, nous n'avons pas vu qui correspondrait pourtant à nos rêves, et/ou qui correspondrait à nos rêves a passé son chemin sans nous voir non plus, ou du moins sans voir ce que nous étions vraiment, derrière notre mur.

     

    Autres rappels : tout ce que l'on rejette nous revient !

     

    La peur qui n'a pas lieu d'être attire ce que nous redoutons.

     

    Voilà pourquoi ces chers Anges me disent souvent :

     

    « Pense à ce que tu veux et non à ce que tu ne veux pas. »

     

    Et aussi, ils m'ont appris, plutôt que d'avoir peur de tomber sur de mauvais voisins, par exemple, à visualiser autour de moi des « Etres de Lumière ».

     

    Et je dois avouer que ça marche plutôt bien !!!

     

    Revenons-en au « formatage » et au moyen de s'en sortir : j'ai un peu de mal à croire qu'il existe des solutions miracle, clés en main. D'après mon cheminement et les conseils de ces chers Anges, il me semble difficile de s'en libérer totalement sans faire un travail en psychologie.

     

    MAIS CE N'EST QUE MON OPINION, je suppose que cela dépend aussi de l'importance, de l'ancienneté et de la gravité de ce qui a permis de mettre en place ces « meurtrières ».

     

    Parce que j'ai remarqué que si la (les) blessure(s) n'ont pas été soignées, on sera confronté au problème soit sur le plan amoureux, soit sur le plan familial, soit sur le plan professionnel, etc.

    Qu'est-ce qui permet de savoir si l'on a "épuré" nos blessures ????

    Ni plus ni moins ce que notre situation nous renvoie, mais pas seulement sur un même domaine, sur l'ensemble !!!

     

    Voilà, bonne journée !

    Partager cet article
    Repost0
    17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 21:29
    La Communication Non Violente

    Hello !

     

    Je vous mets un lien vers une vidéo d'Isabelle Padovani sur « La Communication Non Violente » (CNV).

     

    C'est mon excellente psychothérapeute qui m'a conseillé cette démarche, et j'ai adoré, vraiment !

     

     

    https://www.youtube.com/watch?v=LD1M5xhxh-Q

     

    J'espère que ça marchera.

    Il y en en plusieurs autres, mais je suis tombée sur celle-là en premier.

     

    J'avais déjà lu un ouvrage sur le sujet il y a quelques années, dont je ne me souviens pas de l'auteur, mais cela me semble tellement plus « parlant » grâce à Isabelle Padovani.

     

    Tant de messages qui passent l'air de rien, avec humour, humilité et simplicité. C'est réconfortant de voir des gens (et ce n'est pas une généralité) qui ont réussi, sur ce chemin de spiritualité, à rester simples, humbles et vrais !!!!

     

    Par contre, je voudrais apporter mon témoignage sur une période de soucis que j'ai eus aussi (comme Isabelle), avec des voisins du dessus très bruyants et sans gêne, il y a plus de 20 ans. J'ai été amenée moi aussi à déménager, à l'époque.

     

    La situation s'est améliorée de ce fait... pour reprendre, dans une certaine mesure et de manière différente, avec d'autres personnes quelque temps plus tard.

     

    Avec le recul, en analysant les tenants et aboutissants de la situation, et à la lumière des symboliques, similitudes et « coïncidences », j'ai compris que c'était dû au fait que j'accordais, à cette époque là, confiance et écoute à des personnes de mon entourage qui me semblaient, à tort, avoir un savoir, une expérience et des valeurs.

     

    En déménageant, mes contacts et amitiés avaient un peu changé, d'où amélioration, mais un noyau de personnes restait, d'où la reprise quelque temps plus tard.

     

    Les symboliques : la maison, c'est la symbolique de L'INTERIEUR (soi- même, son intérieur, son entourage, ses relations...).

     

    Voisins du haut, cela peut parler d'un « supérieur », ou de quelqu'un qui nous semble en savoir plus que nous, mais aussi d'un parent, d'un ascendant, d'un patron...

     

    Cela peut être le signe symbolique que l'on a ouvert sa porte à une ou des personnes qui nous font du tort, qui nous font peur, qui font du bruit pour rien, etc.

     

    Cela peut être, dans le cas de voisins « fêtards », que nous-même nous ne nous accordons pas suffisamment de temps pour nous amuser, nous détendre, parce que nous travaillons trop par exemple.

     

    Pointer les similitudes peut aussi apporter des éléments de compréhension de l'origine du problème : s'agit-il d'une personne seule (homme, femme), d'un couple, d'une famille, etc.

     

    Si cela peut éviter de déménager, surtout pour rien et/ou pour voir le problème se reproduire ou passer à un niveau supérieur, ou de voir la situation s'enkyster ou s'aggraver, cela me semble valoir le peine de chercher un peu, vu que dès qu'on a compris et qu'on remédie au problème identifié, tout s'arrange « par hasard » ou comme par enchantement...

     

    Après, c'est à chacun de voir.

     

    On peut bien sûr méditer sur le sujet pour arriver à comprendre et demander de l'aide.

    Bonne soirée !!

    Partager cet article
    Repost0