Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 16:58
Abandonner l'abandon !!!!

 

Hello !

 
Pourquoi est-ce important de soigner ses blessures d'abandon ET/ou de rejet, et par ricochet sa peur d'avoir à vivre à nouveau cette épreuve ?
 
 
En premier lieu, rappelons-le, comme déjà vu et expliqué dans des billets plus anciens, ces blessures attireront toujours des circonstances en adéquation, de même que la peur d'avoir à les revivre, car la peur (irrationnelle bien sûr, pas celle qui signale un danger), va elle aussi attirer ces mêmes circonstances. 
 
 
Et de toute façon, le dicton nous le confirme:
 
 
"La peur n'évite pas le danger".
 
 
Mais aussi et surtout, parce que, par peur du rejet et/ou de l'abandon, on va consciemment ou pas essayer de se fondre dans un moule destiné à nous "garantir" contre ce risque. Donc on va gommer tout ce qui nous semble à risque en nous: élans, comportements, qualités (parce qu'elles vont dans ces circonstances nous sembler des défauts !!!), etc.
 
 
Ce qui fait qu'en réalité, afin de ne pas être abandonné ni rejeté, 
 
 
ON VA ABANDONNER (dans le sens de PERDRE), CE QUI FAIT NOTRE ETRE VERITABLE, DONC ON VA S'ABANDONNER SOI-MEME, SE REJETER SOI-MEME.
 
 
Et que va-t-il se passer de ce fait ????
 
 
"ON FINIRA PAR ETRE ABANDONNE OU REJETE, OU BIEN ON SE RETROUVERA A FAIRE FACE A UNE EPREUVE DU MEME ACABIT !!!!
 
Car tout ce qui est caché, étouffé, secret, cherchera toujours à revenir dans la Lumière !
En se soignant, on pourra "S'ABANDONNER" (dans le sens de lâcher prise, de faire coniance à la vie, de se faire confiance), et non plus SE PERDRE SOI-MEME."
 
 
En parlant de Lumière, hier soir, il m'est arrivé quelque chose de vraiment bizarre.
 
 
Au moment où, dans l'obscurité, je pensais à quelque chose qui avait été très difficile à vivre pour moi, dans mon enfance, et qui est remonté à la surface du fait de circonstances, ce qui me serrait le coeur...
 
 
Une petite Lumière blanche brillante, fugitive, comme le rond d'une pile électrique, est apparue au plafond, dans le coin droit du mur, pour disparaître aussitôt.
 
 
Interloquée sur le moment, je me demandais ce que cela signifiait, quand cela s'est reproduit, de façon assez aléatoire, tantôt Lumière blanche, tantôt jaune, parfois rose, mais toujours très rapide.
 
 
Je n'avais pas peur, au contraire et j'ai compté, il y a eu...
 
46 apparitions fugitives !!!! 
 
 
Puis je suis tombée dans le sommeil.
 
Pourtant, j'avais essayé d'écarter toute raison possible, notamment le détecteur de fumée, en allumant pour le situer.
 
Lumière éteinte à nouveau, je gardais mon regard fixé sur le lieu du détecteur...
 
Et les Lumières ont continué, n'apparaissant jamais à ce niveau !
 
En y réfléchissant, cela faisait hier soir exactement 16 ans que j'ai commencé à recevoir des messages.
 
Bizarre cet "anniversaire" qui n'a jamais eu lieu avant.
 
Ce matin, quand j'ai ouvert les yeux, dans la pénombre, les Lumières sont apparues 2 ou 3 fois, avant que je me lève.
 
Peut-être ces chers Anges voulaient-ils m'assurer de leur présence et soutien ????
 
Ou alors que cette circonstance a été très importante dans ma vie et qu'il convient de "s'en occuper" ????
 
J'ai souvent des "flashes" de petites Lumières très rapides, blanches, bleues ou dorées, mais c'est ponctuel, une Lumière, une fois de temps en temps, jamais de façon si longue
 
Justement, dans la journée, je me faisais la réflexion qu'avec la coupe de Foot qui approche, ces chers Anges allaient peut-être bouger. A part une fois, (mais parce qu'il y avait des circonstances négatives particulières), ces périodes de ferveur populaire semblent les motiver et les "émoustiller".
 
C'est peut-être la raison !
 
 
On va bien voir !!!
 
Bonne soirée !!!
Abandonner l'abandon !!!!
Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 17:24
Chacun pour soi ????

Hello !

 

Dans ce monde actuel, où on peut avoir l'impression de "chacun pour soi", il peut sembler étonnant que des "Etres célestes", qui sont tout Amour et compassion, puissent conseiller...

 

De s'occuper d'abord de soi, de ses blessures, et se donner à soi-même de l'amour !!!
 
 
Pourtant, ce n'est pas si paradoxal que cela peut le paraître au 1er abord, car le fait de  mépriser ses blessures, de les nier, d'y mettre le mouchoir dessus, cela ne permet pas de voir celles, similaires, des autres, ou en tous cas cela ne permet pas d'apprécier de façon pertinente leur caractère nocif.
 
 
Comment attendre alors de l'empathie, de la compassion, de personnes qui semblent comme enfermées dans leur tour d'ivoire ?
 
 
J'ai le souvenir d'une personne dont je connaissais bien le vécu émotionnel et les épreuves subies, notammant celles liées à la dépendance affective.
 
 
Un jour que je lui avais rendu visite, j'ai été sidérée de la façon dont elle "houspillait" au téléphone une personne qui lui confiait les affres de la dépendance affective qu'elle vivait, ce qui la rendait très malheureuse et désarmée, apparemment.
 
 
Mon hôte lui donnait des "conseils" sur un ton assez vindicatif, voire méprisant, plus susceptible, à mon avis, de culpabiliser sa cliente et accentuer son mal-être et la mauvaise image d'elle-même, que de mettre du baume sur ses plaies.
 
 
Quand elle a raccoché, je n'ai pu m'empêcher de lui faire remarquer sa dureté et son manque de compassion, alors qu'elle était pourtant bien placée pour comprendre l'état de la dame. Pourquoi donc ?
 
 
Elle m'a répondu que c'était justement parce qu'elle connaissait bien le problème, et s'en était sortie, ce n'était donc qu'une question de volonté ! 
 
 
J'étais encore plus sidérée par la réponse, car il me semblait au contraire qu'elle n'était pas vraiment sortie de la dépendance affective, mais avait simplement déplacé la "cible".
 
 
En fait, avec le recul, j'ai bien compris que non seulement la dépendance affective n'avait pas été traitée correctement, mais la mauvaise image de soi non plus, laquelle, au lieu d'amener de la compassion pour les épreuves subies, poussait au contraire à penser que tout était de sa faute, donc à mettre le mouchoir sur ses plaies béantes et mal se traiter soi-même...
 
 
Ce qui, par ricochet, conduit au même jugement et traitement envers son prochain dans la même souffrance.
 
 
Mais cette façon de traiter les problèmes peut aussi se voir au sein de la famille.
 
 
Quand un parent (ou les 2) a vécu des drames et ne les a pas soignés, "exorcisés", il peut être amené à minimiser, banaliser les peines et blessures de son enfant et, en guise de "consolation" lui asséner:
 
 
"C'est rien, tu en verras d'autres ! Quand tu auras passé ce que jai passé !!"
 
 
Sans se rendre compte ce que cette phrase peut faire comme dégâts, amenant l'enfant à la conclusion inconsciente:
 
 
"Tu n'as pas le droit de te plaindre, quoi que tu ressentes, cela ne sera jamais à comparer avec ce que j'ai vécu."
 
 
Et donc, il ravalera ses peines, ses larmes, lui aussi, et mettra la poussière sous le tapis, jusqu'au jour où, symboliquement, il trébuchera sur le tas de poussière devenu trop proéminent, et il s'effondrera, sans en comprendre la raison.
 
 
Il n'est d'ailleurs qu'à voir les faits divers. Souvent, ceux qui font du mal à un enfant ou un innocent, ont eux-mêmes vécu des actes similaires dans leur enfance, actes qui n'ont pas été verbalisés ni soignés, dépassés.
 
N'ayant pas eux-mêmes connu la compassion pour leur vécu, ils sont devenus incapables d'en éprouver pour autrui, et parfois même, tout au contraire, ils peuvent vivre l'acte reproduit comme une "vengeance" sur leur propre sort.
 
 
Voilà pourquoi il est primordial de d'abord s'occuper de soi, afin de mieux pouvoir se comporter envers soi-même, puis envers son prochain, et pouvoir aider efficacement et ne pas risquer de faire du mal.
 
 
Ces chers Anges précisent aussi:
 
 
"N'oublions pas que dans les cas extrêmes, une très grande souffrance peut faire perdre la raison, et pas seulement de façon ponctuelle. Ne dit "fou de douleur" ?"
 
 
Bon week-end !!!
Chacun pour soi ????
Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 18:59
Le livre: "Guérir de ses blessures émotionnelles" d'Ana Sandréa

Hello !

Pas trop le temps d'écrire ces derniers temps, désolée.

Juste un peu le temps de lire le soir:

 

"Guérir de ses blessures émotionnelles - La méthode pour les reconnaître et s'en libérer", d'Ana Sandréa, préface de Marie Lise Labonté, éditions Le Club Nouvelles Clés.

 

J'y retrouve avec plaisir beaucoup des conseils prodigués par ces chers Anges, depuis 16 ans maintenant, avec quelques conseils et méthodes supplémentaires très utiles me semble-t-il, invitant à ne pas négliger ses souffrances, ne plus étouffer ses émotions, bref, s'accorder l'attention qui a pu nous manquer, afin de se réparer et surtout de vivre mieux enfin.

Ce matin, je repensais aux paroles d'une persone de mon entourage, à qui je vais conseiller de lire cet ouvrage, car il lui semblait qu'elle allait mieux autrefois, quand elle ne se posait pas de questions.

 

Sauf que c'est prendre le problème à l'envers m'a-t-il été expliqué, car si on en vient à se poser des questions, c'est justement parce qu'on ne va pas bien, qu'on traverse une épreuve, qu'on se sent bloqué, rejeté, mal dans sa vie, seul, qu'il nous semble en être arrivé à un point de non retour, etc.

Sinon, on continue sur sa lancée, heureux de vivre.

Pourquoi en est-on arrivé à ce point ?

Parce que pendant trop longtemps on a subi, supporté, bref pendant longtemps on n'a pas voulu voir quand quelque chose n'allait pas, quand soi-même on n'allait pas bien, parce qu'on avait étouffé ses ressentis et émotions, on s'est donc nié, pensant sauver peut-être quelque chose, quelqu'un, une relation, etc.

 

"Et ce mode de fonctionnement là, rappellent une fois de plus ces chers Anges, n'est-ce pas la pire injustice, le pire manquement que l'on puisse se faire à soi-même ?"

 

Comment s'étonner alors que la vie, des proches, des êtres chers nous traitent de la même manière ?

 

Ce matin, j'ai reçu ce message, en complément:

 

"La seule personne qui a été, qui est et qui sera à nos côtés, sans interruption, depuis notre naissance jusqu'à notre "mort" physique, c'est... nous-même !!

De ce fait, il est primordial de s'accorder à soi-même la même attention, le même Amour que nous accordons sans calcul à ceux qui nous tiennent à coeur.

Nous sommes la seule personne sur qui nous pouvons donc compter... Mais au contraire, il nous arrive trop souvent de nous traiter "par dessus la jambe" !

Ce n'est pas parce que nous nous questionnons que nous vivons une situation de crise, c'est parce que pendant longtemps nous nous sommes "oubliés", nous avons fait passer d'autres considérations, les autres, avant nous, avant nos besoins, avant notre bonheur.

Nous ne nous sommes pas respectés, nous ne nous sommes pas fait respecter, et parfois nous avons pris sur nos épaules des responsabilités que d'autres n'assumaient pas, sans nous poser de questions.

Voilà pourquoi il est si important de prendre du temps, chaque jour, pour se "recentrer", s'écouter, redevenir son confident personnel !! »

Note : Il ne s’agit pas de se lamenter, bien sûr, mais de reconnaître ses souffrances, ne plus les traiter comme nulles et non avenues !

 

 

 

Le livre: "Guérir de ses blessures émotionnelles" d'Ana Sandréa
Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 17:55
Guérison du sentiment de culpabilité

Hello !


Je dis souvent que j'ai été élevée aux biberons de la peur et de la culpabilité.


Le sentiment de culpabilité.

Comment faire pour s'en débarrasser, notamment quand on s'en est chargé ou laissé charger, alors qu'il ne nous appartient pas, qu'il vient de l'histoire familiale ???


Mon excellente psy m'a conseillé de dialoguer avec lui.


N'ayant pas trop d'inspiration, j'ai demandé à ces chers Anges comment faire. 


Voici leur "recette".


"Après une méditation ou une relaxation, tu te visualises dans ton beau jardin - imaginaire ou pas , baigné de Lumière, et tu centres ton attention sur ton coeur, que tu ressens être le siège de ce sentiment de culpabilité.


Un beau rayon de Lumière descend du Ciel et se centre sur ton coeur. Des mains de cristal descendent et retirent délicatement ce sentiment, que tu visualises comme une sphère, et elles te le présentent.


Tu envoies de l'Amour sur cette sphère, et la remercies des qualités qu'elle t'a permis de développer: sentiment de responsabilité, conscience du "bien" et du "mal", respect, délicatesse...


Ceci étant, tu lui expliques que tu la confies à Dieu* tout Puissant (*ou le nom qu'on veut bien lui donner), qui va aider la ou les personnes à l'origine de  ce sentiment de culpabilité, qui n'a pas été soigné en temps voulu (soit par déni, soit parce qu'enfoui au fond de leur coeur - ce qui a permis que tu t'en charges et t'en imprègnes), d'enfin pouvoir exorciser définitivement ce sentiment et ainsi d'en guérir elles mêmes (qu'elles soient encore incarnées ou pas), ce qui permettra d'éviter la transmission aux générations suivantes.


Tu vois les mains de cristal emporter la sphère et la confier à la Source de Lumière.


Remercie pour tout ce travail de guérison, et sens en toi tous les bienfaits, imprègnes-t'en, prends en bien conscience avec gratitude


Tu n'as définitivement plus à porter le poids de ce sentiment qui ne t'appartenait pas.

Tu es libre de vivre ta vie, et seulement ta vie !!!!"


Voilà, à chacun de voir ce qu'il peut retirer de cette "recette" (ou pas !!).


Bon weekend ensoleillé j'espère.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 17:03
Augmenter ses capacités de communication

Hello !


Voici quelques exercices qui m'ont été inspirés pour ceux et celles qui désireraient développer leurs capacités à communiquer avec leurs Guides, Anges, Dieu, Lumière Divine, Esprit, Au-delà, Source, Esprit, ou le nom que chacun veut bien lui donner.


Rappel : 


On peut réciter cette phrase, aussi souvent qu'on le ressent:


"J'accepte tous les dons, toutes les capacités, toutes les possibilités, tous les pouvoirs que Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) m'a accordés et je les utilise avec Amour, Respect, Sagesse, discernement et Humilité."


Ensuite, au cours ou après une méditation ou une relaxation, on peut se visualiser dans un jardin magnifique, baigné de Lumière, de douceur, de calme et de sérénité.


On respire amplement mais tranquillement, savourant ce sentiment de plénitude.


On visualise un beau rayon de Lumière venu du ciel, qui descend doucement vers nous, directement vers notre chakra 6 (3ème oeil). On prend le temps de ressentir la puissance de ce rayon de Lumière.


Deux autres rayons secondaires descendent vers nos yeux ; à la suite, 2 autres rayons descendent vers nos oreilles.

Là encore, on prend le temps de ressentir le pouvoir de ces rayons en nous, l'impression qu'ils nous confèrent de dépasser nos limites, de nous retrouver en pleine possession de nos moyens, enfin !


On peut répéter la phrase rappelée ci-dessus.


On peut enfin parfaire le tout en visualisant un rayon de Lumière descendant en direction des 6 autres chakras.


Bien sûr, les effets ne se font pas sentir immédiatement, suivant les personnes et la régularité de ces exercices, cela peut prendre un peu de temps, mais peu à peu, on constatera une amélioration de nos perceptions.


Voilà, bonne journée !!
 

Augmenter ses capacités de communication
Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 15:47
Les mémoires

Hello !

La période a été rude ! Mais ma mère, déjouant tous les pronostics, le mien compris... va mieux ! 

Le médecin avait quand même prescrit les soins palliatifs !!! 

Par contre, je n'ai pas dû savoir mettre des limites, ni déjouer le piège de "l'enfant pansement" et me suis probablement trop mis la pression, car, trop fatiguée, stressée et manquant de sommeil, j'ai attrapé sa grippe, puis l'ai passée à mon compagnon et nous avons été tous les 2 au tapis, mon compagnon voyant les symptômes de son électrosensibilité aggravés !

Bon, mais ces chers Anges ont l'air de trouver que je peux reprendre l'écriture car hier matin, jour anniversaire de mon père qui aurait eu 103 ans, j'ai tiré au "hasard" une carte du tarot de Doreen Virtue "Les Maîtres Ascencionnés", et c'était

"Ecrivez !".

Au même moment, la lampe s'est mise à clignoter !!

Un peu agacée quand même, j'ai grommelé intérieurement à l'intention de ces chers Anges que pour être suffisamment "zen" pour écrire, encore faudrait-il que j'aie un peu d'aide de leur part. Ces derniers temps, ils se sont fait remonter les bretelles, accusés de "buller" tranquilles pendant que moi je "m'emmerdais", passez-moi l'expression !!

"Ecrire, écrire !" Ils sont marrants eux !!!"

Et en réponse, la lampe s'est remise à clignoter !

Je suppose que c'est la solution préconisée: écrire d'abord et la paix viendra ???

 

Je voudrais donc aborder le sujet des mémoires inscrites en nous sans que nous en ayons conscience.

Je suppose que beaucoup parmi vous ont été chamboulés par la disparition de cette si jolie petite fille, cet été. Elle me fait penser à un Ange.

Par contre, le mot "chamboulé", pour ce qui me concerne, est largement en dessous de mon ressenti. En effet, chaque fois que je tombais sur une information se rapportant à cette disparition, cela me perturbait d'une façon très importante, j'en pleurais, me sentant déprimée et cela me "plombait" la journée.

Je me suis toujours sentie très concernée par ces disparitions d'enfants, mais pour cette petite, c'était un cran très en dessus.

Et quand j'entendais la chanson qui avait été diffusée pour la marche blanche, choisie par la Maman, chanson qui semble avoir été écrite pour la circonstance, alors la peine me submergeait... Et je l'entendais très souvent cette chanson, par "hasard", écrite par la compagne de Calogero, et chantée magistralement par Louane.

Le 14 janvier, je vous l'ai rapporté dans un précédent billet, tandis que mon amie Clo me dédicaçait une chanson de Joe:

"Si tu t'appelles mélancolie",

j'ai réussi à secourir une petite mésange bleue, qui s'était assommée contre la baie vitrée.

Ce même matin, un peu plus tard, tandis que nous arrivions en voiture chez la tante de mon compagnon, chez qui nous devions manger avec un couple de cousins, la chanson a été diffusée à la radio. Elle résonnait d'une telle manière dans l'habitacle, que l'on avait l'impression que Louane chantait devant nous, dans la voiture. C'était si fort, si prenant, que même mon compagnon en a été touché. Nous sommes descendus de voiture les larmes aux yeux, tristes très tristes.

C'était 6 jours avant que je fasse une formation particulière, qui annonce permettre de travailler, entre autres, sur les dysfonctionnements et mémoires. Je m'y étais inscrite un peu par curiosité, surtout avec l'idée de peut-être aider mon compagnon dans ses soucis d'électrosensibilité

Je suis partie 5 jours après le 14 janvier, le vendredi 19, afin de faire étape chez ma fille et mon gendre, la formation devant se dérouler le 20, tôt le matin, non loin de chez eux.

J'arrivais à quelques kilomètres de mon lieu de destination quand, tout d'un coup, sans raison particulière, j'ai repensé à cette petite, constatant avec soulagement que cela faisait 24 heures que je n'y avais pas pensé, trop occupée par mes préparatifs de départ.

24 heures sans avoir envie de pleurer, ça s'améliore, ai-je pensé !!!

MAIS A CET INSTANT PRECIS, LA MELODIE DIFFUSEE SUR CHERIE FM a été interrompue, et ces mots ont raisonné dans l'habitacle:

"BONJOUR, C'EST LOUANE !

"EST-CE QUE TU M'ENTENDS, EST-CE QUE TU ME VOIS ?"

Et autre chose a pris le relais. J'en ai été tellement sidérée, retournée, le souffle coupé par l'émotion, que j'avoue avoir perdu quelques secondes le fil...

Et l'ai retrouvé en entendant la chanson qui avait pris la suite, de Michel Berger:

"Je veux chanter pour ceux,

qui sont loin de chez eux,

et qui ont dans leurs yeux,

quelque chose qui fait mal, qui fait mal..."

Et quand l'interprète est arrivé au passage:

"Et cette petite fille qui joue,

Qui ne veut plus jamais sourire"

J'en ai eu encore plus la chair de poule ! Je crois que ces chers Anges ont dû prendre les commandes de ma voiture, car j'étais particulièrement bouleversée !

 

La suite bientôt !

Bonne journée, en attendant le printemps !

 

Les mémoires
Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 10:41

Hello !

Heureusement que ces chers Anges ont pris soin de nous faire rire dernièrement, car une période rude s'annonçait.

La santé de ma mère s'est beaucoup aggravée ces derniers temps. Elle est à nouveau tombée à minuit le 14 février, du moins c'est ce qu'elle a dit, car elle n'a été retrouvée qu'au matin par l'infirmière. Mais cette certitude qu'elle avait par rapport à la date est importante.

Elle a été amenée à l'hôpital, son cauchemar ! Jusque là, ayant l'habitude, je pensais qu'elle allait se remettre, mais pas cette fois-ci, du moins c'est mon ressenti. Elle est rentrée chez elle.

L'an dernier déjà, elle était tombée le 14 février, un jour de tempête dans la ville où j'étais (!!) et avait été hospitalisée aussi, mais était ressortie dans la journée.

Ces similitudes de dates sont très bien mises en évidence par la psychogénéalogie.

Il y a 10 ans environ, au moment des discussions sur la loi Léonetti, au vu des réactions de colère et de peine que cela déclenchait en moi, ces chers Anges, (je l'avais raconté à l'époque dans mon blog sur "Femme Actuelle"), m'avaient conseillé de travailler en psychologie sur la période de l'agonie et du décès de mon grand-père (père de ma mère), mort un 14 février, année de mes 14 ans (toujours cette même période de mes 14/15 ans !), après une lente agonie et victime d'abus de pouvoir de certain corps médical à qui il servait visiblement de cobaye. A l'époque on n'avait pas les moyens de se défendre contre l'acharnement thérapeutique. Ca a changé, Dieu merci.

Je ne l'ai pas fait ce travail conseillé, même si cela m'avait été rappelé récemment.

Dommage, car revivre tout cela est dur, très dur, et me voilà à glisser piteusement sur les peaux de banane de "l'enfant pansement", sur lequel il me semblait pourtant avoir tellement bien travaillé pourtant.

Bon mais il me semble avoir reçu un signe encourageant juste après son hospitalisation: 

Je suis allée aux toilettes (lieu où on se soulage symboliquement). La lumière s'est mise à clignoter, puis elle s'est éteinte quelques secondes, et elle s'est rallumée. Cela ne l'avait pas fait avant, et ne s'est pas reproduit depuis.

Le soir, j'ai envoyé un SMS à ma belle-fille pour le lui raconter comme écrit ci-dessus. Au niveau de "elle s'est éteinte", le téléphone a "corrigé" par...

"elle s'est endormie" !!

Je suppose que c'est pour me rassurer (SOULAGER) quant à mes craintes que ma mère vive ce qu'a vécu son père, et que moi-même je vive ce qu'elle a vécu par ricochet à cette époque,, et me faire savoir qu'elle partira pendant son sommeil.

J'essaie de m'accrocher à cette idée, même si je l'avoue, les baisses de foi sont fréquentes. 

Pas facile ce chemin vers la foi totale.

Bonne journée à vous, et pensée particulière à mes amis et proches Héraultais dans la neige et le mauvais temps, et à bientôt

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2018 3 24 /01 /janvier /2018 16:49
La nappe a des motifs évoquant la nourriture, ainsi que le mot "King" !!!

La nappe a des motifs évoquant la nourriture, ainsi que le mot "King" !!!

Hello !

 

Je vous ai un peu abandonnés ces derniers temps : beaucoup d'occupations, ce qui m'a valu une grosse fatigue, quelques soucis de santé, moral en baisse et pas trop envie d'écrire, malgré quelques appels du pied de ces chers Anges.

 

Alors aujourd'hui, jour de Saint François, Saint protecteur des animaux, je me remets devant mon écran.

 

J'en ai souvent parlé dans ce blog, mais je le rappelle : dès les premiers messages, en 2002, mes chers inspirateurs célestes m'ont expliqué que les animaux sont pour nous « comme de petits anges venus sur terre pour nous aider grâce aux signes qu'ils nous donnent. »

 

Dimanche 14 janvier, dans la matinée, nous nous préparions pour aller manger dans la famille de mon compagnon.

 

Les quelques jours précédents, presque tous les jours, une petite mésange heurtait la baie vitrée, certaines en étaient un peu commotionnées. Nous les laissions reprendre leurs esprits et repartir, afin de ne pas leur faire peur.

Samedi matin, j'en ai récupéré une qui semblait plus atteinte par le choc, de crainte qu'elle n'ait froid ou que le chat des voisins ne s'en « occupe ». Je l'ai gardée dans ma main et l'ai relâchée dès qu'elle a semblé aller mieux.

 

Mais dimanche matin, une autre mésange, plus petite, s'est heurtée bruyamment au carreau et est tombée au sol ; après quelques mouvements d'ailes et de pattes, elle a semblé être inanimée.

Je l'ai récupérée, pas très optimiste, et l'ai gardée dans ma main, priant les Anges de faire au mieux pour elle. Cela a pris du temps mais peu à peu, elle est revenue à elle.

Je suis sortie pour la relâcher mais elle a refusé de partir et s'est perchée sur ma main. Je n'osais pas bouger de crainte de l'effrayer. Mon compagnon a pu s'approcher et prendre des photos, elle ne bougeait toujours pas et nous regardait !

 

Je commençais à sentir le froid, notamment sous mes pieds (dans les pantoufles!), alors j'ai un peu bougé ma main pour l'inciter à s'envoler. Elle s'est tournée vers nous, nous a fixés, ce qui nous a fait craindre qu'elle ne s'envole de ce côté et ne se heurte à nouveau à la vitre, mais elle a fait demi-tour et est partie à tire d'aile !

 

Ce fut tellement étrange que j'ai bien compris que la petite « bête » était là pour me délivrer un message, ce d'autant plus que quelques minutes avant, j'étais allée sur Facebook. Le site me rappelait que 2 ans auparavant jour pour jour, mon amie Clo avait partagé à mon intention une vidéo de Joe :

 

« Si tu t'appelles mélancolie »

 

Je l'ai partagée à nouveau et dans la seconde, Clo a « liké » en disant qu'elle se sentait justement bien triste. J'ai répondu qu'il s'agissait alors peut-être d'un « clin d’œil » d'encouragement pour elle, et au même moment...

 

Elle m'a envoyé un émoticône « clin d’œil ».

Du coup, je lui ai parlé du petit oiseau inanimé dans ma main, puis j'ai continué ma lecture de Facebook pour constater que Clo avait partagé, un peu plus tôt...

 

UNE PHOTO DE MESANGE !!

 

Je me suis « connectée » à ces chers Anges pour essayer de comprendre le sens de ces signes, et ai ressenti qu'il s'agissait d'un appel du pied pour m'encourager à continuer à écrire, pour peut-être aider une ou des personnes à aller mieux.

 

Il m'a été expliqué que la jolie petite mésange a choisi de vivre cette épreuve, par amour et reconnaissance pour nous qui mettons à disposition des oiseaux de la nourriture pour les aider à passer l'hiver, mais aussi afin d'apporter sa part d'aide aux Anges et à toutes les personnes concernées.

 

Par prudence, on a quand même beaucoup éloigné la mangeoire de la maison, pour éviter aux oiseaux de s'approcher de la baie vitrée. On ne les voit plus mais tant pis?

 

Voilà, à bientôt pour la suite !!!

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 07:54
Le sapin du marché de Noël de Strasbourg 2017

Le sapin du marché de Noël de Strasbourg 2017

 

Hello !

 

Dernièrement, une personne de mon entourage faisait part de son « ras-le-bol » de toutes ces recherches « néo-spirituelles », et du coup, de son besoin d'authenticité et quelque part de simplicité.

 

Je comprends ce « ras-le-bol », oh combien, pour l'avoir ressenti déjà après mon horrible mésaventure dans l'association prétendument caritative, mais plus encore à la suite du décès de mon frère.

 

En prendre conscience et prendre ses distances afin de se retrouver soi-même est le début de la sagesse.

 

Ces chers Anges, comme suite à cela, m'ont donné des explications sur le pourquoi de cette quête parfois un peu effrénée que l'on peut avoir.

 

A chacun et chacune de voir leurs explications...

Ou pas !

 

Car, m'ont-ils fait remarquer, en règle générale, cette recherche a été initiée par soi-même !!!!!

Même si on peut se retrouver sollicité par certaines personnes, il est rare que les « possibilités d'évolution », et/ou prétendues « missions » que l'on aurait à remplir pour le compte d'autrui nous soient imposées !

 

Il est donc utile, sinon indispensable, de tourner son regard vers soi-même, afin de ne pas rejeter tout en bloc : l'utile et le non utile, évitant ainsi de « jeter le bébé avec l'eau du bain », puis de se poser la question suivante :

 

« Pourquoi mon ego a-t-il eu ce besoin (parfois compulsif chez certaines personnes) de ME rapprocher d'êtres qui me semblaient des « icônes », l'un, me semblant plus « lumineux », plus « avancés », plus « évolués», chassant le précédent, parfois ???

 

«L'ego, ont-ils rappelé une fois encore, n'est pas notre ennemi. Il s'est forgé sur nos conditions de vie et nos souffrances, et il nous en indique l'état, grâce à son « comportement » si l'on peut s'exprimer ainsi. Il est donc important de mettre la situation à distance et se poser le plus honnêtement et le plus humblement possible les bonnes questions, sachant que c'est la solution sine qua non au problème et la chance qui nous sera ainsi donnée d'être ET DE RESTER sur notre propre chemin, et ainsi pouvoir le mener à bien en toute joie et simplicité. »

 

Ben oui, mais lesquelles ?

 

« Que peuvent/pouvaient bien symboliser pour moi ces personnes qui m'ont attiré(e), dans le sillage de qui j'ai voulu être ?

 

Pourquoi ai-je eu ce besoin ?

 

Qu'est-ce que je cherchais à travers elles et/ou leurs enseignements ?

 

Qu'attendais-je d'elles et/ou de leurs enseignements ? 

 

Il ne faut pas avoir peur de voir la réalité en face, même ET SURTOUT si cela ne le flatte pas, notre ego, car cela va nous permettre de déceler les failles et souffrances que l'on cherchait illusoirement à combler, et éviter ainsi de tomber à nouveau dans le piège.

 

Cela peut être la recherche inconsciente du « parent idéal », que l'on peut avoir la sensation d'avoir perdu et/ou ne jamais avoir connu...

 

Cela peut être le désir conscient ou pas de faire comme cette personne, voire plus et mieux, donc rechercher l'attention, la reconnaissance, l'amour, LA PROTECTION PARFOIS, dont on a manqué ou cru manquer ; mais aussi peut-être chercher à retrouver ces sentiments qui ont pu nous être prodigués dans l'enfance et qu'on a la sensation d'avoir perdus...

 

Rappel : le besoin d'être « parfait (e)», d'être le meilleur (la meilleure) peut signaler une sensation de manque d'amour/d'attention ressentie dans l'enfance, et l'espoir illusoire inscrit en soi de l'obtenir en étant parfait.

 

Mais cela peut venir aussi d'une rivalité vécue dans l'enfance, sur le plan familial, à l'école, etc. et du besoin d'en panser des plaies non « exorcisées ».

 

D'autres raisons sont possibles aussi...

 

En prenant conscience de nos souffrances non soignées, parfois même non identifiées, non reconnues, on évitera ainsi de retourner notre colère contre d'autres, parce que notre ego aveuglé par elles nous interdit de les éprouver contre nous-même.

 

Ce faisant, du même coup, on comprendra que personne n'est responsable de ces situations ni fautif, y compris nous-même, car chacun(e) est logé à la même enseigne : le « formatage » lié au vécu. »

 

Allez, c'est l'hiver qui commence, mais en même temps les jours vont rallonger !

Et justement, ce matin, alors que je m'installais à l'ordi, sur France Bleu Hérault, a commencé la chanson:

"TOUT LE BONHEUR DU MONDE" !!!!

Bon signe, non ???

Une façade illuminée de Strasbourg

Une façade illuminée de Strasbourg

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 09:20
Oh ! Dis-le !!!!!!

Hello !

 

Voilà une bonne quinzaine de jours que mon 2ème livre est enfin paru :

 

« L'espérance qui grimpe vers les Etoiles » !

 

Dans un 1er temps, il est en vente sur le site de la maison d'édition « EDILIVRE », et dans quelques semaines il sera disponible sur d'autres sites de vente de livres.

 

Il est disponible en version papier et en version numérique.

Voici le lien :

 

https://www.edilivre.com/l-esperance-qui-grimpe-vers-les-etoiles-2583af4e17.html/

 

 

Autre sujet, c'est ce que l'on nomme « la dépression »

 

Beaucoup de personnes subissent ou ont subi cette épreuve, hélas.

 

Qu'elles en soient sorties ou pas encore, la plupart vivent très mal cette situation et en ressentent des sentiments de culpabilité, de remords, de honte, de mésestime de soi, parfois en lien avec les réactions de leur entourage, mais aussi et surtout en lien avec les jugements qu'elles portent sur elles-mêmes : elles se reprochent un « manque de courage », un « manque de volonté », une incompréhension, de la révolte, elles se reprochent le mal fait à leurs enfants, et/ou à leurs proches, etc.

 

Incompréhension notamment parce qu'on ne voit pas pourquoi on en est arrivé là. Il nous semble que nos épreuves ne le justifient pas, eu égard au fait que d'autres arrivent à passer bien plus d'épreuves et semblent s'en relever bien mieux.

 

PREMIER RAPPEL IMPORTANT : LA DEPRESSION EST UNE MALADIE.

De plus en plus d'études sont faites sur cette maladie et des pistes d'explications sont avancées. Il convient donc de bien s'informer avant de juger ces malades.

 

Sur le sujet, mes chers inspirateurs célestes, on s'en doute, ne partagent pas, mais alors pas du tout la vision négative que nous avons de nous-même quand nous avons traversé et/ou traversons cette épreuve difficile.

 

 

« La dépression, ont-ils expliqué, elle survient quand on n'a pas mis l'essentiel en « prime time », donc quand on s'est oublié, qu'on ne s'est pas écouté soi-même, qu'on a fait passer, trop souvent, les desiderata de quelqu'un d'autre, des autres, avant les siens propres ».

 

On est loin de l'image d'égoïsme, voire d’égocentrisme que certains peuvent avoir de ces malades.

 

Il m'a été expliqué que si notre âme a choisi de venir vivre cette maladie, cela peut être tout au contraire un acte d'Amour exceptionnel envers ses êtres aimés.

 

Comment cela me direz-vous ?

 

Eh bien parce cette « chère âme » a choisi de venir « exorciser » des souffrances importantes d'un ascendant (dans le sens de parent, grand-parent, etc.) qui n'ont pas pu ou pas voulu être exprimées et soignées, et ceci « AFIN D'EVITER A UN AUTRE ETRE CHER DE LA DESCENDANCE DE VENIR LE MANIFESTER PAR UNE MALADIE ET/OU UNE EPREUVE ».

 

D'où cette « épidémie » de déprimes, burn out et dépressions, dans les générations post guerre, qui ont fait leurs deuils comme elles ont pu, en règle générale en ravalant leurs larmes, et avec pour unique « pansement » :

 

« C'est la vie »

 

Certes, cette maladie s'est « installée », mise en place, à cause de failles de l'enfance, de vécus, de conditions et conditionnements d'existence et de survie parfois, de cette vie-ci, mais principalement du fait de ce choix d'incarnation de « réparation ».

 

C'est rassurant à plus d'un titre, me semble-t-il, si on veut bien se donner la peine d'y réfléchir, car cela peut amener à se rassurer sur soi-même, retrouver ainsi une meilleure image de soi, mais aussi parce que cela va nous permettre, si on « travaille » sur soi et sur le transgénérationnel, de pouvoir renaître de l'épreuve, tel un phénix, et la transformer en un formidable levier.

 

A chacun de voir.

 

Bonne journée en cette Sainte Odile, qui donne phonétiquement :

 

« OH DIS-LE ! »

 

"Oui, dis tes ressentis, dis tes peines, offre-toi ce cadeau là pour Noël !!!!!"

Partager cet article
Repost0