Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 18:30
Le labyrinthe de la communication

Hello !


Demain serait l'anniversaire de mon frère. Il aurait 60 ans.


Mais ces chers Anges veillent à éclairer ce moment car ce wek-end (donc demain et après-demain, qui sera la fête des grands-mères) est spécial Joe sur Nostalgie. Toutes les heures, il y aura 2 chansons de lui.


Ca tombe bien car dimanche nous devons faire de la route pour aller chez ma mère pour la fêter tous ensemble. J'ai donc prévenu mon compagnon et notre fils de la bonne nouvelle.


Ils ont bien caché leur joie !


Bon, mais ce n'est pas grave, je fais confiance à Joe et aux signes pour leur donner le sourire !
Voilà, après les bonnes nouvelles, voici le billet que j'ai reçu ce matin (à partir de 6 heures environ).


"L'humour, le rire, la dérision, l'auto-dérision sont des armes pacifiques disons-nous souvent. Ils peuvent désamorcer les conflits, ou tout au moins réduire leur intensité.


Mais attention, ils doivent être employés dans le juste milieu, avec respect et discernement, en veillant à ne pas blesser inutilement, ni humilier, donc faire du mal.


Le rire, pour atteindre son but, ne doit pas viser l'autre comme un fusil menaçant, car il deviendrait moquerie méchante, mais il doit bien se situer en terrain neutre, afin de ne pas faire rire uniquement celui qui le manie et ceux qui sont de son côté, en prenant garde aux paroles utilisées qui peuvent blesser profondément et humilier.


La dérision: "moquerie dédaigneuse" nous dit le Larousse.


Elle doit donc être employée en dernier recours, car elle sera toujours, de toute façon, préférable aux coups et aux insultes. Mais, même en dernier recours, elle doit veiller, là encore, à ne pas humilier. Elle doit rester dans la démonstration du ridicule de l'acte ou des propos, et non pas de la personne.


Comme toujours, nous voyons bien que l'ingrédient indispensable, c'est le respect.


Le respect, c'est le LIANT qui va forcer l'admiration et de ce fait provoquer le respect en retour.


Le respect évite la surenchère dans le conflit.


Le respect fait poser genou à terre et peut ouvrir la voie au dialogue, même si ce n'est pas sur le moment.


Le respect, il se sent, il se ressent.


Le respect, il n'humiliera jamais, et surtout pas publiquement.


Rappel: l'humiliation publique est une arme (sinon l'arme) de destruction de l'individu, très prisée et utilisée par les gourous et les sectes. L'humiliation s'attaque à la dignité de l'autre. Elle va heurter sa sensibilité et ainsi, potentiellement, le détruire ou tout au moins le blesser profondément car chacun a au fond de lui son petit "enfant intérieur" qui peut s'effondrer quand il a été fragilisé.


On lui préfèrera donc l'auto-dérision autant que possible. L'auto-dérison évite de trop se prendre au sérieux, elle permet de prendre du recul sur une situation, d'en désamorcer la toxicité par le rire.


L'auto-dérision doit servir de modèle à la dérision afin de ne pas faire subir à l'autre ce que l'on n'aimerait point subir soi-même.


Note: il convient toutefois de noter que tout le monde n'a pas le même pouvoir de mettre les faits à distance, de par les blessures du passé, donc il conviendra de faire attention à limiter ses propos.


Ce n'est pas une négation de liberté d'expression mais un frein.


Note: que ce soit à bicyclette, en voiture ou même à pied, le frein est indispensable pour éviter tout danger préjudiciable à soi-même et aux autres.


Attention encore une fois au conseil dangereux que l'on entend ou lit parfois: "Il faut tuer l'ego".


C'est un non sens absolu: l'ego, comme tout ici bas, il doit être respecté, et autant le sien propre que celui de l'autre, des autres.


Comme déjà dit, l'ego a permis de survivre, de se contruire, voire de se recontruire. Tuer l'ego par humiliations, ce n'est pas se respecter (soi-même et l'autre), c'est faire courir le risque de réactions potentiellement dangereuses: soit parce que cela va donner naissance à la haine et au désir de vengeance, mais cela peut aussi précipiter quelqu'un dans la dépression, le désespoir, voire le suicide.


Preuve est donnée que la communication n'est pas un exercice facile et nécessite donc réflexion, compréhension, bienveillance, dialogue et sagesse... en plus du respect."


On lit souvent sur les réseaux sociaux cette expression (je n'ai pas réussi à trouver le nom de l'auteur):


"Je suis responsable de ce que je dis et pas de ce que tu comprends".


Une amie a rajouté à juste raison:


"Et pas non plus de ce que tu vas répéter !"


Mes chers inspirateurs célestes ont complété ces affirmations par ceci:


"Avant toute chose et avant de se laisser aller à hurler, insulter, voire frapper (N.B.: ne perdons pas de vue que des mots peuvent faire plus de mal que des coups), il paraît nécessaire, sinon évident, de prendre le temps de demander à l'interlocuteur incriminé de reformuler la phrase qui pose problème, et de préciser sa pensée, le cas échéant, afin de s'assurer que nous en avons bien compris le sens.


Il convient aussi d'écouter, et de faire l'effort d'entendre VRAIMENT la réponse.


Ce n'est ni plus ni moins qu'une question de respect, sinon de bon sens.


Ne jamais perdre de vue que chacun a le droit d'avoir ses propres ressentis, sa propre opinion, qui découlent toujours d'un vécu personnel, mais aussi d'expériences et connaissances, y compris professionnelles.


C'est cette connaissance qui différencie des sectes et gourous, sachant la définition de l'adjectif "sectaire", nous dit le Larousse:


"Qui fait preuve d'intolérance et d'étroitesse d'esprit: Esprit sectaire".


N.B.: les gourous, sectes et manipulateurs l'ont bien compris, qui écoutent et entendent, afin d'attirer à eux. Mais dans ce cas là, c'est dans le but de mettre sous emprise."


Je suppose que ce billet m'a été inspiré à dessein car peu après, la radio a informé d'un tollé contre la chanson des "Enfoirés", à cause de paroles de la chanson mal comprises.


Cela m'a beaucoup énervée, car je suis prête à parier que beaucoup de ceux qui s'enflamment ainsi sur des mots, ont été en première ligne le 11 janvier, dans les rues, en prétendant défendre la liberté d'expression.


Et le CD des Enfoirés, c'est surtout, comme l'a précisé l'animateur, la source principale de revenus des Restos du Coeur, cela mériterait au moins un peu plus de réflexion avant de "cogner", surtout veant de la part de ceux qui ne font rien pour les nécessiteux, à part dire de belles paroles.

 


Voilà, bonne fin de journée, bonne fête aux grands-mères et bon week-end !

Partager cet article
Repost0

commentaires