Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 10:15
"La liberté de chacun commence où finit celle des autres"

Hello !


"Coïncidence" (ou pas !), le 5 novembre était la journée de mobilisation contre le harcèlement à l'école. C'était aussi le jour anniversaire de la naissance de Joe, ainsi que la fête de ma belle-soeur.


Les media ont abondamment parlé de ce sujet: le harcèlement à l'école. 


On réalise enfin qu'il peut avoir des conséquences très graves, non seulement sur le moment, car il peut pousser au suicide, à la perte d'estime de soi, au repli sur soi et de ce fait risque de rendre agressif, donc potentiellement pousser à la violence et à la rébellion, mais aussi, et de cela on n'en a pas vraiment conscience, pour la suite de la vie, si les blessures émotionnelles ne sont pas reconnues, soignées, mais au contraire "enterrées".
Ces blessures "enterrées" et non soignées vont attirer, même des décennies plus tard, des épreuves du même acabit.


Parce que la victime développe des sentiments de honte, de culpabilité, alors que l'agresseur au contraire, voit son ego gonfler, se croit invincible et tout permis. 


Et les témoins muets se donnent de bonnes raisons de taper eux aussi sur la victime, afin de se dédouaner de ne pas être intervenus !


C'est ce dont m'ont fait prendre conscience mes chers inspirateurs célestes, quand ils m'ont aidée à dépasser les répercussions de l'horrible expérience que j'ai vécue dans cette association, en juin 2010 (heureusement soutenue par les 2 amis qui m'accompagnaient), qui venaient "réveiller" tant de souffrances. 


Grâce à cela et à mes chers Anges, j'ai pu dénouer l'écheveau, peu à peu. 


Cette horrible expérience disais-je, était une répercussion, entre bien d'autres, en droite ligne, du harcèlement que nous avons vécu, ma meilleure amie de l'époque et moi-même, au lycée, et ce dans l'indifférence générale, pour ne pas dire plus.


A l'appui de leurs dires, ces chers Anges m'ont aidée à relever les "coïncidences" marquantes: 2 de nos 3 agresseurs de l'époque portaient le même prénom, que l'on retrouvait chez 2 de mes principaux agresseurs de ce jour de juin 2010, mais sous forme de nom !


Mais il y avait aussi, parmi les participants, le nom de famille de mon amie d'enfance agressée aussi, le prénom d'une autre de mes amies, en toile de fond le prénom d'une camarade de classe proche qui, "coïncidence" de comportement, semblait non plus ne rien voir.


Les "pionnes" et "pions" de l'époque de ces faits d'agession au lycée, non seulement ne voulaient rien faire ni rien savoir, mais en plus laissaient entendre que c'était notre faute, à ma copine et moi ! Etrange "coïncidence" de comportement avec les personnes présentes dans ce groupe de juin 2010.


Et autre "coïncidence", en juin 2010, nous nous trouvions, mes amis présents et moi, dans une salle avec des chaises, tableau, bureaux et estrade, comme dans des salles de classe, où l'on est sensé apprendre aux enfants et non les détruire !


Comment s'étonner que ce 5 novembre ait été désigné comme journée de sensibilisation sur le harcèlement ???


 Ces chers Anges sont tellement attentifs au respect dû à chacun, enfant, adulte, y compris faune, flore, Terre, etc., mais aussi à la nécessité de guérir les blessures de l'enfance !
Comment se sentir libre et confiant quand dès l'enfance on s'est senti jalousé, perdu, et qui plus est pas défendu ??


Alors justement, quand on a l'impression que sa liberté est menacée: que ce soit au sens propre ou au sens figuré (ne pas pouvoir vivre comme tout le monde, dans la paix, la confiance et la sérénité), c'est qu'on a oublié sa liberté intérieure, qu'on l'a étouffée. On n'est plus dans la Vérité de son âme, mais prisonnier de ce que l'on a cru devoir être.


Il y a une citation qui n'est pas de mes "Guides", que j'ai lue je ne sais plus où, mais qu'ils approuvent et me conseillent de dire, et que je trouve assez efficace, c'est, dans toute circonstance porteuse d'angoisse, de menace, d'incertitude ou de peur:


"Dieu* est en moi, personne ne peut rien contre Dieu".


* Ils me demandent de rajouter: "Dieu ou le nom qu'on veut bien lui donner."


C'est encore plus efficace quand on se le dit à soi-même, face à une glace, en se regardant droit dans les yeux. 


"A dire sans forfanterie, bien sûr, simplement avec l'assurance tranquille et l'évidence de la force à laquelle on croit."


Afin de retrouver sa liberté intérieure, la Vérité de son âme, sa "divinité intérieure" (ou une autre appellation, à chacun de choisir l'expression qui lui convient le mieux), il est bon aussi, toujours devant sa glace, toujours les yeux fixés droit dans le reflet de ses yeux, de déclarer (à voix haute ou pas, comme on le ressent, l'essentiel étant que ce soit avec une assurance tranquille et une volonté affirmée):


"Je réintègre enfin ma liberté intérieure (ou la Vérité de mon âme, ou ma "divinité intérieure", etc.).
Et on visualise cette liberté intérieure reprenant possession de notre être.
On peut par exemple visualiser une lumière douce, étincelante, tiède et parfumée reprenant possession de notre être, de la moindre cellule de notre corps physique, de nos corps subtils, de notre âme et de notre esprit...
Ou un nuage de poussières dorées et parfumées, pourquoi pas ?
A chacun de faire suivant ses ressentis, ses intuitions. Ce qui sera ressenti de l'intérieur, venant de sa "Petite Voix" sera à n'en pas douter le plus efficace.
A faire régulièrement bien sûr, tous les jours si possible, voire plus souvent, suivant le besoin ressenti.
Ainsi, peu à peu, cette réintégration se fera sentir dans sa vie. Il est évident qu'on ne peut changer des plis vieux de dizaines d'années en quelques jours. Il convient dêtre persévérant.
Il est bien évident encore qu'il faut aussi prendre garde aux "peaux de banane", qui viennent tester nos progrès, et ne surtout pas baisser les bras si on glisse. Ce n'est pas grave de redescendre une marche ou deux, c'est même normal. Mais bien penser qu'au contraire, cela va permettre de prendre de l'élan pour en remonter plusieurs d'un coup !
Quel bonheur au bout, de se retrouver soi-même, de se sentir libre, heureux, car se retrouver soi-même, c'est retrouver sa joie profonde, c'est retrouver le goût de la vie !
Et la vie nous le rendra bien !
Cela vaut bien la peine, non ? 

 

Allez, on y va ???

Bonne journée, en cette veille de commémoration de l'Armistice !!!

Symbolique non ?

Partager cet article
Repost0

commentaires