Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 17:52
Nous rêvions que nous étions libres

Hello !


Je voudrais débuter ce billet par un hommage aux victimes et leurs familles, mais aussi aux vrais héros de notre pays, qui ne sont pas, mais ce n'est que mon opinion, les stars, quel que soit leur domaine, non plus que les dirigeants politiques, mais ceux que leur profession met en première ligne face au danger, pour un salaire pas mirobolant non plus, (en tous cas pas à la hauteur de celui de ceux qu'on traite trop souvent comme des héros), afin de protéger les populations, leurs biens, et le territoire, et notamment, bien qu'il soit de bon ton dans certains milieux "douillets" de les railler:


LES SOLDATS
LES GENDARMES
LES POLICIERS
LES DOUANIERS...


Tout en n'oubliant pas bien sûr les pompiers et personnels soignants.

 

"Noux rêvions que nous êtions libres, 
Nous nous réveillons pour constater que nous ne le sommes plus...
Mais l'étions-nous vraiment ???
Tant de "forces" nous gouvernent, le plus souvent à notre insu !"


Quand je reviens sur les derniers billets qui m'ont été inspirés, ainsi que sur les récents signes, dont je vais vous parler, je me rends compte que mes chers inspirateurs célestes préparaient le terrain, notamment au vu des recommandations du précédent billet sur la liberté, dont voici un extrait


Alors justement, quand on a l'impression que sa liberté est menacée: que ce soit au sens propre ou au sens figuré (ne pas pouvoir vivre comme tout le monde, dans la paix, la confiance et la sérénité), c'est qu'on a oublié sa liberté intérieure, qu'on l'a étouffée. On n'est plus dans la Vérité de son âme, mais prisonnier de ce que l'on a cru devoir être.


Face à ces drames, il me semble important de bien prendre soin de respecter les ressentis de chacun, et surtout la façon dont chacun gère le traumatisme.


Certains ressentent le besoin de partager, de se rassembler, d'autres de pleurer, d'autres sont tétanisés, se murent dans le silence, dans le déni, d'autres éprouvent le besoin de chercher un sens, de chercher à comprendre, avant toute chose... etc.


Pour ce qui me concerne, j'ai un besoin viscéral de chercher à comprendre, avec peut-être l'illusion... à moins que ce ne soit la certitude, de pouvoir conjurer le sort.


Parce que dès qu'on comprend le sens d'une épreuve, elle s'arrête, j'en ai encore eu la démonstration ces jours derniers.


Mercredi matin, 11 Novembre, commémoration de l'Armistice, rappelons-le, j'ai reçu un mail d'une de mes amies m'annonçant que "Pépette" avait disparu depuis jeudi 5 Novembre.


Rappelez-vous, Pépette, c'est la petite chatte perdue ou abandonnée que nous avions recueillie et que cetta amie a adoptée, pour son plus grand bonheur, car cette petite "bête", c'est de l'Amour en barre ! J'ai raconté son histoire entre février et avril 2015.


Inutile de dire que j'étais catastrophée, tant par rapport à Pépette, qu'en imaginant la peine de mon amie, me sentant coupable de la lui avoir proposée. 


Ce d'autant plus que le 5 Novembre est jour anniversaire de la naissance de Joe. 


J'ai donc bien compris qu'il y avait un sens à chercher, et nous avons décidé d'en discuter au téléphone, avec mon amie, en fin d'après-midi de ce 11 novembre.


Ma crainte principale était que peut-être ce que je vivais pouvait écraser mon amie, et l'empêcher de faire émerger ses capacités dîtes médiumniques. Nous en avons donc parlé, et elle m'a rassurée totalement sur le sujet.


Puis nous avons cherché et trouvé des pistes: notamment, entre autres, que peut-être mon amie allait chercher ailleurs ce qu'elle avait en elle (puisque Pépette désertait un foyer aimant, sécurisant, et où elle avait tout ce qu'elle voulait).


Nantie de ces pistes de réflexions, mon amie s'est connectée à ses Anges, sa Force, peu importe le nom, pour essayer de voir clair.


Quant à moi, parallèlement, j'ai visualisé à plusieurs reprises, de tout mon coeur, mon amie tout heureuse et épanouie, m'annonçant que Pépette était revenue. Je l'entendais à mes oreilles !


Et vendredi 13, au matin, le "miracle" a eu lieu: mon amie m'a envoyé un message disant exactement ces mots !!!!


Apparemment, elle avait réussi à trouver la ou les raisons que cette disparition de Pépette cherchait à lui faire comprendre.


Et probablement aussi que mes visualisations ont aidé. 


Il en est bien sûr de même pour chacun de vous, ces "outils" sont à votre portée, gratuits et sans limite. Ca vaut la peine d'essayer, non ????


J'ai passé la journée sur un nuage de grâtitude. Même la facture de réparation de ma voiture, récupérée au garage ce même jour, n'a pas réussi à me mettre le moral par terre ! D'ailleurs, était-ce bien un "hasard" si je récupérais ce jour là ma voiture réparée, sachant que Pépette, c'est aussi le surnom que mon compagnon me donne ???


Ce n'est que tôt le lendemain que nous avons pris connaissance des atttentats sur Paris, car le soir, à cause des problèmes d'électrosensibilité de mon compagnon, nous ne regardons pas souvent la télé, préférant lire. Immédiatement, grosse angoisse, car notre fils habite à la périphérie de Paris, ainsi que la fille de mon compagnon et sa famille. Mais heureusement nous avons été rassurés rapidement par rapport à eux. 


Première constatation: notre fils aurait dû habiter un des secteurs touchés, mais peu avant son départ, fin septembre, le studio qu'il devait louer ne s'est pas libéré. Certes, cela nous a occasionné quelques soucis, mais il en a trouvé un autre à temps, ailleurs.


Bien évidemment, j'avais demandé à mes "petits" Anges le pourquoi de ce souci, et n'ayant pas reçu d'explication, j'en ai conclu qu'il y avait une bonne raison, et que c'était mieux ainsi pour lui... 


Bon, mais je me suis demandé le pourquoi d'une telle différence, d'un jour à l'autre: le 13 j'étais sur un petit nuage, et juste 24 heures après, cette horreur aux infos...


En méditant sur le sujet, la réponse m'est apparue, très claire: symboliquement, la Voie (et Voix) des Anges et Guides intérieurs PROPRES A CHACUN est la seule susceptible de mener à la joie, la compréhension et au bonheur, par opposition à celle diffusée par certains réseaux dits "sociaux".


Les Anges Gardiens, Anges familiaux, Guides, Etres de Lumière, Sagesse infinie, peu importe le nom qu'on leur donne, ILS NE FONT PAS DE POLITIQUE, ILS N'ONT PAS DE RELIGION AUTRE QUE L'AMOUR INCONDITIONNEL ET LE RESPECT, car l'un est indissociable de l'autre.


ET SURTOUT SURTOUT ILS SONT TOTALEMENT DESINTERESSES, CAR IMPERMEABLES A TOUS LES PIEGES DANS LESQUELS NOUS TOMBONS.

 

Autre signe de "préparation" ? 


Le 1er novembre, jour de la "Toussaint" mais où on fête habituellement les "défunts", il était environ 11h 25, j'étais en voiture et rentrais chez moi. J'ai zappé de mon CD " Words" de FR David, vers Nostalgie, pour entendre...


Les dernières phrases de la chanson de Daniel Ballavoine:


"AIMER EST PLUS FORT QUE D'ETRE AIME" (extraite de l'album SAUVER L'AMOUR)


Ceux qui me suivent depuis longtemps se souviennent probablement que cette chanson a été un signe particulièrement fort pour moi, peu après mon horrible mésaventure de juin 2010, face à cette grosse dérive sectaire. Je l'ai entendue pour la première fois un jour où une des personnes m'avait écrit un message particulièrement haineux. La mélodie semblait écrite pour la circonstance, tant chaque phrase me "parlait", et m'a beaucoup aidée et réconfortée.
Mais ce qui est étrange, c'est que quand je l'entends par "hasard", c'est toujours une mise en garde par rapport à un risque lié à la manipulation...


Et juste après cette mélodie, Joe a chanté:


"C'est la vie, Lili".


J'écoutais attentivement, quand vers la fin là encore, dans la phrase:


"Tu te rappelles qu'autrefois
Tu faisais rêver les..."


Et il y a eu un blanc juste après, sur le mot... SOLDAT et uniquement sur ce mot là !


Ne voyant pas le pourquoi, j'ai pensé que cela pouvait avoir un rapport avec la constellation familiale que je dois faire, même si c'était quand même bien en avance, habituellement les signes sont plus proches. 


Peut-être y a-t-il encore à travailler sur l'influence dans ma vie des drames vécus par ma mère pendant la guerre ? ai-je pensé... 


Mais bon, je suppose que cela évoquait bien la guerre, hélas, mais pas forcément celle de 39/45. 


A moins que ce que nous vivons ne soit lié aux influences de ce qu'ont vécu nos parents et grands-parents ??


La psychogénéalogie nous renseignerait peut-être.


Passez une excellente soirée et prenez soin de vous !

Partager cet article
Repost0

commentaires