Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 08:19
une vitrine de Strasbourg

une vitrine de Strasbourg

Hello !!!

 

Beaucoup de changements ces dernières semaines, ce qui explique mon long silence,

 

« Grâce » à l'analyse des signes et symboliques, notamment ceux liés à la maladie que j'ai attrapée suite à une piqûre de tiques, j'ai pu prendre les décisions qui s'imposaient et cela a amené des tas de changements positifs qui n'attendaient visiblement que le signal de compréhension et de mise en pratique, surtout, pour se manifester,

Car il ne suffit pas de comprendre, bien sûr, encore faut-il mettre en pratique !

 

* Première constatation, évidente, c'est que, bien que très (trop?) fatiguée, je m'étais forcée à accompagner mon compagnon en promenade,

* Ensuite, je n'avais pas écouté mon intuition qui mettait en garde contre le risque d'attraper une tique, et l'avais suivi dans les herbes hautes le long de la rivière Lot,

* Et enfin, bien que piquée moi-même, je m'inquiétais de cette maladie,,, pour mon compagnon, négligeant mes propres symptômes !

 

J'ai donc bien fini par réaliser, admettre, que j'étais trop obnubilée par sa santé, foulant aux pieds la mienne, au risque de tomber moi-même malade,

 

D'autre part, cette maladie donc, je l'ai attrapée en me forçant à le suivre, le long du Lot ! Ce qui m'a amenée à m'interroger sur la pertinence de chercher une maison dans le Lot, et sur la nécessité d'écouter mes besoins, et pas seulement, comme toujours, ceux de mon compagnon, quitte à finalement accepter de faire ce qu'il voulait, au nom de sa santé et de son bien-être, tout en sachant pertinemment que ce n'était pas la bonne solution, ni pour lui, ni pour moi,

 

Je me doutais donc qu'il ne me fallait pas rester là-bas, que je devais d'abord et enfin faire ce que je savais bon pour moi, Mais voilà, difficile de mettre en pratique,

Toujours ce fichu sentiment de devoir se sacrifier, de devoir veiller sur l'autre, le sauver, Bref, si j'avais relativement bien réussi à sortir du formatage de « l'enfant pansement », restait encore le formatage du PANSEMENT, et le besoin de réparation par rapport à mon frère, que j'ai perpétué avec mon compagnon,

 

Ce qui n'a bien sûr aidé ni mon compagnon ni moi-même, puisque chacun doit d'abord commencer par être son propre sauveur,

 

Et qu'il ne sert à rien de perdre son temps et son énergie à attendre que quelqu'un comprenne,,, ce qu'il n'est pas prêt à comprendre, soit parce qu'il ne le veut pas, soit parce qu'il ne le peut pas,

 

Pour arriver à mettre en pratique ce que je savais devoir faire, j'ai bien compris qu'il me fallait travailler sur le « formatage » du sacrifice, et me suis fait aider par une thérapeute E.M.D.R. (Traitement des traumatismes par mouvements oculaires, et reprogrammation),

 

UNE SEULE SEANCE A SUFFI !

 

Et j'ai pu constater, presque incrédule, que tout se mettait en place au mieux pour me permettre de faire ce changement,

 

Plusieurs amies et personnes que j'avais été amenée à aider par le passé, grâce à mes capacités, m'ont à leur tour apporté leur aide, spontanément,

 

Et surprise, j'ai réussi à accepter toutes ces aides, enfin sortie des injonctions inconscientes (qui s'étaient enregistrées à mon insu pensant mon enfance, de par mon histoire familiale), qui ne me permettaient pas d'accepter d'être aidée, d'accepter de recevoir, d'accepter d'être, liée par l'injonction inconsciente du sacrifice comme mode de vie, pour racheter inconsciemment et illusoirement les « chances » que la vie m'avait accordées, Et quand je parle de « chances », il s'agit bien sûr de ce que j'avais ressenti lire dans les yeux de ma mère et mon frère comme un favoritisme, un peu comme une usurpation, une injustice, focalisés qu'ils étaient sur leurs souffrances, et de ce fait inconscients des miennes,

 

Mais bien évidemment personne n'a le droit d'éteindre la Lumière de quiconque, sous prétexte que lui-même est dans le noir, Tout au contraire, c'est cette même Lumière qui, bien comprise et bien utilisée, va permettre de s'éclairer,

 

D'où la nécessité impérative de ne jamais accepter d'éteindre sa propre Lumière, au prétexte qu'elle dérangerait celui qui se trouve dans l'ombre,

 

Et pour parfaire ce résultat, mes chers inspirateurs célestes m'ont expliqué ceci, et à l'heure où tant de gens attendent un prétendu sauveur parachuté d'on ne sait où, négligeant de ce fait leur propre chemin de compréhension, de progression, au profit de celui d'un autoproclamé guide, messie, sauveur, cela me semble au moins valoir la peine d'être écouté :

 

« Ce retour annoncé de Jésus, cela signifie comprendre enfin et intégrer définitivement que le sauveur est en soi, et non extérieur à soi,

C'est le fait de (re)devenir soi-même, de retrouver sa souveraineté et son INDEPENDANCE, débarrassé des injonctions inconscientes qui se sont imprimées dans l'enfance, nous amenant à nier notre être véritable, afin de nous conformer à ce que notre entourage attendait de nous (ou que l'enfant innocent et non-conscient que nous étions pensions qu'il attendait de nous),

 

 

Si l'on ôte le I à JE SUIS, cela donne JE SUS (Jesus), Et ce I, c'est celui de IL, qui laisserait croire que le sauveur ce serait Il, donc un autre que soi-même, De ce fait, celui pour qui on renierait sa Souveraineté, la Divinité en soi, au profit de la prétendue souveraineté, de la prétendue Divinité de quelqu'un d'autre,"

 

D'où, me semble-t-il, l'utilité de « travailler » à démonter ce « formatage », et retrouver suffisamment d'Amour de soi, d'estime de soi, d'indépendance, de confiance en soi, de compréhension de soi, afin de ne plus se trouver, consciemment ou non, à travailler pour le chemin de quelqu'un d'autre, au lieu de travailler pour son propre chemin, Avec tous les risques et les épreuves que comporte le fait de ne pas être dans sa propre vie,

 

« Avant de vouloir conduire les autres, encore faut-il être sûr d'être soi-même dans la bonne direction » m'avaient conseillé ces chers Anges en 2002,

 

Et ils rajoutent aujourd'hui :

 

« Et le seul moyen de savoir si l'on est dans la bonne direction, c'est de suivre son propre chemin, non celui de quelqu'un d'autre, donc d'écouter sa propre voix, ses propres ressentis et intuitions, de laisser sa Lumière s'épanouir librement, sans attendre de permission de quiconque, Donc, de ne surtout pas laisser à quelqu'un d'autre le pouvoir sur sa vie,  C'est certes bien moins facile que de suivre docilement, mais c'est le seul moyen de ne pas se fourvoyer,»

 

 

CE QUI NE SIGNIFIE BIEN EVIDEMMENT PAS DE REJETER L'AUTRE ET ENCORE MOINS DE NE PAS AIDER SON PROCHAIN, MAIS CELA DOIT SE FAIRE A BON ESCIENT ET EN PRENANT GARDE A LA DEPENDANCE.

 

D'où le sens du signe fréquent qui m'était donné grâce à la chanson de Christophe Maé :

 

« Il est où le bonheur ? », et notamment le fait que fréquemment, avant cette période de remise en questions, de compréhension et d'exécution, alors que je croulais sous les soucis, je me retrouvais sans arrêt à n'entendre, par « hasard », que cette phrase :

 

« Il est là ! Le bonheur il est là ! »

 

Christophe Maé, lui-même originaire de Provence, la région d'origine de ma famille maternelle,

 

Voilà, ***

Tiens, bizarre, signe ?

 

*** Tandis que j'écrivais « Voilà », la phrase précédente, soit :

 

« Christophe Maé, lui-même originaire de Provence, la région d'origine de ma famille maternelle, »

 

Cette phrase, et elle seule s'est trouvée surlignée !!!!

 

 

Bon, va falloir méditer sur le sujet !

 

Voilà voilà ! Bonne journée !!

Partager cet article
Repost0

commentaires