Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2018 2 21 /08 /août /2018 18:31
La fin de vie
Hello !
 
Bien que pas mal occupée ces dernières semaines, avec la maison de ma mère à vider, j'ai pu finir le livre dont j'ai parlé dans le billet précédent, de
 
Bernard JAKOBY:
"Défunts comment dialoguer avec eux".
 
C'est un recueil de témoignages de N.D.E. (Expériences de Mort Imminente), qui m'a passionnée.
 
J'ai relevé ce passage, page 207, chapitre "Expériences du divin", qui m'a amenée à avoir une pensée émue pour ces chers Anges toujours prompts à faire un bon mot:
 
"Dieu a de l'humour, afin de nous libérer des charges du quotidien. Le monde spirituel n'est absolument pas un lieu figé dans la sainteté rigide d'une prière universelle ; il est au contraire empreint de légèreté et de joie."
 
 
Plus loin, toujours page 207, le témoignage d'une femme évoque:
 
"Et, tandis que la lumière se rapprochait et devenait plus grosse, j'ai commencé à éprouver ce sentiment d'amour et de chaleur, mais accompagné d'une sorte de rire franc, comme s'il avait en quelque sorte le sens de l'humour."
 
 
Tous ces récits me semblent de formidables contrepoids à l'obscurantisme et aux discours rétrogrades destinés à faire peur et vouloir amener de gré ou de force sur le chemin d'un Dieu tyranique ou vengeur.
 
 
Autre point important, l'auteur aborde le sujet de la fin de vie. Avec parfois  des mots similaires à ceux employés par mes chers inspirateurs célestes, il arrive aux mêmes conclusions qu'eux:
 
la nécessité de travailer sur soi auparavant sans éluder le sujet, afin de ne pas (plus) terminer sa vie de façon indigne.
 
Je rajouterais que ce travail là me semble être non seulement un acte d'Amour pour soi-même, mais aussi un acte d'Amour envers ses proches, afin de leur éviter autant que faire se peut d'être confrontés à assister et accompagner une fin de vie qui ne peut plus porter le nom de Vie, même si pour certains mileux cela peut sembler la norme.
 
Tout cela permet de rester responsable de soi et de sa vie jusqu'au bout, évitant ainsi d'être soumis à des actions et considérations qui, si elles peuvent être respectables car le reflet de ce que certains personnels soignants peuvent ressentir comme leur devoir et le bien du mourant, ne doivent cependant pas se substituer aux voeux émis par le mourant quand il est ou était en possession de ses moyens.
 
Ca s'appelle le respect de la personne humaine, qui, à mon avis, doit primer sur le respect d'enseignements reçus.
 
Belle journée !!!!
 
 
 
 
La fin de vie
Partager cet article
Repost0

commentaires