Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 11:21

Hello !

 

Pour compléter mon dernier billet, je vous remets des billets d'août 2008. J'y repense souvent avec joie, surtout quand je revois mon ado tenter de disparaître dans le fauteuil de peur d'être reconnu dans cette voiture qui faisait un bouchon pour protéger...

Une tourterelle !

Le voici, c'est le billet du 19 08 08: La tourterelle

 

 

Bonjour tout le monde !

J'ai passé une heure hier matin à écrire un billet, mais le désormais célèbre "sorry an error occured" me l'a "sucré", comme à beaucoup d'autres, apparemment, d'ailleurs.

J'en ai donc déduit que mes chers Anges voulaient que je me repose, et me suis exécutée. Ils ne badinent pas avec la santé, et "quand on est fatigué, on DOIT se reposer" m'a-t-il été dit souvent.

Je vous racontais l'aventure qu'il m'est arrivé dimanche après-midi. Je rentrais à la maison, en voiture, avec mon ado à mes côtés, quand juste à hauteur de l'embranchement où je devais tourner à droite, notre regard a été attiré par une tourterelle essayant, en trottinant sur la route, d'échapper à une pie qui lui "volait dans les plumes", c'est le cas de la dire, car la pauvre petite "bête", se faisait arracher le plumage, et tentait désespérément d'échapper à son prédateur.

Mon sang n'a fait qu'un tour, bien évidemment, car j'adore les tourterelles, j'ai souvent des signes grâce à elles. La symbolique de cet oiseau est la même que la colombe: la paix !

J'ai renoncé à tourner, malgré les protestations de mon fils, et suis allée dans la direction des volatiles, faisant fuir la pie. Puis j'ai roulé au pas derrière la tourterelle, pour essayer de la protéger aussi des voitures, faisant signe aux 2 conducteurs me suivant de me dépasser en ralentissant.

Mon ado protestait, mort de honte probablement à l'idée qu'une de ses connaissances puisse nous voir, ralentissant la circulation pour tenter de sauver... une tourterelle !

Je me fiche complètement de ce que les gens ont pensé, je reconnais sans difficultés que quand il s'agit de souffrance animale, je deviens très limitée, ingérable même, ça me touche au-delà, peut-être et probablement même, du raisonnable.

Mon opinion, qui n'engage que moi, c'est que les êtres humains ont la charge, la responsabilité des animaux, et qu'ils doivent veiller à les respecter et les sauver si nécessaire.

J'ai peut-être tort, d'ailleurs, peut-être est-ce le sens de cet épisode, mais peut-être pas, je ne sais pas encore.

Quand la tourterelle a quitté la route pour remonter sur le trottoir, j'ai garé la voiture, et suis allée l'attrapper, elle ne volait pas, ça n'a pas été trop difficile. L'ado était vert.

J'ai appelé un organisme chargé de la sauvegarde animale, et quelqu'un m'a répondu, même si nous étions un dimanche du week-end du 15 août. Il y a des gens qui sont admirables.

Avec un bémol, toutefois, car il m'a été répondu que j'aurais dû laisser cette pauvre tourterelle se faire "bouffer" par la pie, c'est le "cycle normal de la chaîne alimentaire". Si elle ne peut voler, c'est qu'elle a un problème, donc autant qu'elle finisse sa vie tout de suite, en servant de nourriture à une autre espèce, ai-je entendu !

Peut-être cette personne avait-elle raison, mais alors, pourquoi soigner, aider quiconque, si on va par là, il faudrait laisser tout faire ? La mort n'est-elle pas le terme inéluctable pour tous et tout ?

Puis, cette même personne m'a raconté avoir en observation depuis plusieurs jours un volatile, d'une espèce probablement protégée, (une star ? Un V.I.P. ?) qui lui a été amené, incapable de voler non plus, et dont il n'arrive pas à déterminer la raison, malgré ses efforts.

J'étais sidérée et lui ai répondu du tac au tac:

- "Si je comprends bien, pour les animaux, c'est comme pour les hommes, pour qu'on leur donne une chance d'être soignés, sauvés peut-être, il faut qu'ils soient "bien nés", alors ils seront dignes d'intérêt. Les "prolétaires", on s'en fout, quoi !"

Mon argument a fait mouche, je l'ai bien senti, car le ton du Monsieur a changé.

Je n'ai pas suivi les premiers conseils, qui étaient de la ramener vers ce "cycle de vie" (?), voire de l'euthanasier "proprement" (?). Je suis incapable de faire ça, c'est au-dessus de mes possibilités, rien que de l'écrire, j'en ai les larmes aux yeux.

Sensiblerie inadaptée ?

J'ai la faiblesse de penser, s'il m'était permis de choisir les conditions de ma mort, qu'il est préférable une mort un peu lente peut-être, mais tranquille, entourée de soins et d'Amour, plutôt que de finir, plus ou moins rapidement, lacérée, mise en pièces, jusqu'à "trépas définitif".

J'ai acheté des graines, ai mis ma protégée au calme dans une pièce, (et avec les chats, ce n'est pas aisé !), et presque 2 jours après, elle est toujours de ce monde, elle mange et se promène, les crottes en attestent, elle a l'air d'aller mieux.

Mon compagnon pense qu'elle a dû s'échapper d'une volière, car elle n'est pas farouche, en effet, quand on entre dans la pièce, elle est dans sa caisse, mais ne cherche pas à s'échapper, elle nous regarde, simplement, de sa place.

En attendant, je me retrouve avec la charge d'un volatile, mais tant pis, j'espère, s'il s'avère que c'est un animal échappé de captivité, qu'une bonne âme, disposant d'une volière, acceptera de le prendre en charge.

On va bien voir, la suite sera sûrement pleine d'enseignements, il n'y a pas de hasard !

Mon chanteur préféré disait à quelque chose près ces mots là, lors d'une interview:

"Si l'on s'arrête à tous les malheurs de la terre, on ne vit plus, on devient une sorte de légume, on se fâche, et ça ne sert à rien".

Mais mes chers inspirateurs célestes, qui confirment en tous points ces paroles, m'ont dit aussi que le critère à prendre en compte est la question suivante:

"Est-ce que, dans ce cas là, je peux faire quelque chose de constructif pour aider la "victime" ?

Si la réponse est oui, alors il ne faut pas hésiter à le faire.

Si la réponse est non, alors envoyer de la compassion, de la Lumière sur la victime et la situation, prier, et ne pas s'arrêter sur l'événement plus que de raisonnable, car cela ne changera rien à rien, de se morfondre et de se torturer l'esprit."

Il s'avère que je pouvais faire quelque chose, donc j'ai fait !

J'attends la suite.

Bonne journée à tous et toutes.

Partager cet article
Repost0

commentaires