Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 16:51

P1020646

 

 

Hello !

 

 

 

Comme je l’ai évoqué dans mon avant-dernier billet, mes chers inspirateurs célestes m’ont expliqué tout dernièrement que nos êtres chers peuvent parfois, par leur manière de « partir », nous donner, comme un ultime cadeau d’Amour, une indication sur un aspect de notre vie qu’il pourrait y avoir avantage pour nous à « travailler ».

 

 

 

Sans doute, avec d’autres signes que j’essaierai de prendre le temps de vous raconter, me préparaient-ils...

 

 

 

Lors de la découverte du cancer du poumon de mon frère, j’avais bien ressenti que son combat, et par ricochet le mien, allaient permettre, peut-être, d’aider ceux qui traversent de telles situations.

 

 

 

Je voulais à toute force croire que ce serait de son vivant. Ses prises de conscience et le bond en avant dans la spiritualité qu’il a faits en quelques mois me laissaient espérer qu’il allait pouvoir renverser la fatalité de ce que je savais pourtant depuis tant d’années…

 

 

 

Mais voilà, il ne m’avait pas tout dit. S’il m’avait parlé des bons résultats, il avait omis de me dire qu’il n’y avait pas que ce cancer là. Même s’il savait à quoi s’en tenir, il pensait qu’il allait réussir à renverser la vapeur.

 

 

 

Il avait une opération prévue, pour une nécrose des os au niveau des hanches. Elle n’a pu se faire à cause de la découverte de son cancer. Les médecins ont paré au plus pressé. Mais ça l’a condamné à l’immobilité, qui malheureusement, couplée à d’autres facteurs (dont le cancer), a probablement provoqué une embolie pulmonaire qui l’a emporté avant-hier, veille de Pentecôte, en quelques minutes, dans les bras de sa femme adorée qui n’a rien pu faire…

 

 

 

Il est parti dans des circonstances similaires à celles de la mort de notre père… Vers qui il avait enfin un chemin de retrouvailles et de réconciliation « posthumes », ces derniers mois, car il avait compris, grâce à des lectures, le pourquoi de ses dépendances et de son autodestruction.

 

 

 

Mais comment remonter un organisme atteint à ce point par 4 décennies d'excès, et dans un tel état de « délabrement » en si peu de temps ?

 

Guy Corneau, qui a réussi à s’en sortir, avait une alimentation saine depuis très longtemps. Et il a bien raison de dire que la guérison est due à un ensemble de facteurs.

 

 

 

Mon frère, s’il a toujours aimé la vie, c’était avec tous ses excès.

 

 

 

Je vais essayer de prendre les choses dans l’ordre.

 

 

 

Tu me conseillais, Jackette, dans ton dernier com, que j’ai lu un peu avant d’apprendre la nouvelle, de profiter de la vie tant qu’il en était temps. Cette phrase a résonné dans ma tête, un peu comme une sonnette d’alarme.

 

 

 

Mais voilà, la glace a gagné… provisoirement. Je dis provisoirement car, hélas, je n’ai pas réussi à la briser et à dire à mon frère que je l’aimais, tant qu’il était en vie. J’ai pourtant failli y arriver, lors d’un des 2 ou 3 échanges que la vie nous a permis d’avoir sur la spiritualité, ces dernières semaines, mais le veto était encore trop pesant, trop pressant, même si j’y travaillais. J’ai remis à plus tard, pensant que le temps m’en donnerait l’occasion…

 

 

 

Maintenant il sait, d’où il est, je n’ai plus besoin de donner des preuves, pour remplacer les mots. Certes les mots nous auraient réchauffé le cœur. Mais je n’ai pas à culpabiliser de ne pas y être arrivée, les preuves d’amour sont quand même plus efficaces que des mots, comme me l’ont fait entendre ces chers Anges.

 

 

 

De « là-haut », ils ont la capacité de voir ce qu’il y a vraiment derrière les mots, lesquels peuvent souvent être un écran de fumée destiné à masquer les véritables sentiments et intentions, qui sont parfois fort éloignés de ce qui est prétendu.

 

 

 

« On va faire danser les étoiles » ai-je entendu à mon réveil 2 matins de suite.

 

 

 

J’ai cherché le sens de Pentecôte. A cette période, les peuples divisés se réunifient avec la manifestation de l’Esprit Saint. Alors, nul doute pour moi que mon père est venu avec joie accueillir son fils, lui qui, « grâce » à la compréhension liée à la maladie, ne le rejetait plus, et ne rejetait plus la Lumière et l’Amour divins.

 

 

 

Je dois avouer que j’avais, autrefois, parfois, envisagé avec crainte le décès de mon frère, à cause de son rejet de ce que je nomme Dieu, mais que chacun est libre d’appeler comme il l’entend. Non que j’aie peur d’une quelconque « punition », bien évidemment, mais du fait que son âme refuse d’aller dans la Lumière et ne trouve pas la paix.

 

 

 

Voilà, plein de beaux « enseignements », des guérisons pour moi aussi, arrivent de l’épreuve, (car nos blessures et nos souffrances, exprimées différemment, parce que nous étions aussi différents qu’il est possible de l’être, ont la même origine)…

 

 

 

Comme l’annonçaient les magnifiques palmes ciselées par le vent sur nos voitures, à même le givre, cet hiver ; mais aussi cette multitude de coquelicots qui ont poussé à la place des gravats… Fragiles, certes, mais rouges comme le sang pur de la vie !

 

 

 

La suite bientôt.

Bonne fin de Pentecôte !

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
bonsoir Marylou<br /> je comprends ta peine et je suis d'accord pour dire aux gens qu'on les aime quand ils sont vivants ,mais hélas nous n'en avons parfois pas le temps<br /> Je te souhaite bon courage et je te fais de gros bisous<br /> rosedesneiges
Répondre
U
J'avais cru le comprendre ou du moins je l'espérait fort pour vous. D'ailleurs il ne pouvait en être autrement .<br /> Il est en paix, vous aussi ..<br /> Gros bisous Maryline.
Répondre
L
<br /> <br /> Merci !<br /> <br /> <br /> <br />
U
Wouhaou !!!! quel beau billet ;un bel hommage rempli de douceur et d'amour pour ce frère chéri . Malgré vos différences vous étiez très unis. Vous n'aviez pas besoin de parler pour vous comprendre.<br /> Les mots que la pudeur t'a empêchée de dire il les savais sans que tu parles. Avec votre Papa ils sont et pour toujours sur la même longueur d'onde et pour toujours vont veiller sur toi et tous les<br /> tiens.<br /> Il me vient une phrase que j'ai lu quelque part:"Nous disons; Il est parti " et Eux;"enfin Il arrive".<br /> Courage dans ces jours difficiles.Je pense à toi.<br /> Je t'embrasse très fort ma chère Maryline.
Répondre
L
<br /> <br /> Merci ma Jackette. Ma belle-soeur a eu un signe cette nuit, je le raconterai. Elle va mieux depusi, et du coup, je vais mieux aussi. Gros bisous. Maryline<br /> <br /> <br /> <br />