Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 17:25

 

P1020883.JPG

Photo personnelle

 

 

Hello !

 

On confond souvent humilité et dévalorisation de soi, tout comme on a tendance à voir manifestation d’ego à combattre, là où mes chers inspirateurs célestes voient d’abord : SOUFFRANCE.

 

« L’humilité est la richesse des cœurs purs, la seule qui ouvre les portes de « l’au-delà », m’ont-ils dit dès les premiers messages, en 2012.

 

« Mais il est bon de connaître le sens exact de ce mot.

Humilité ne veut pas dire mépris de soi, méconnaissance, voire négation de ses capacités, de ses possibilités, de ses qualités propres, car tout cela conduit à la mésestime de soi, à la perte de confiance en soi, avec le risque de tomber dans la ou les dépendances, de donner à l’extérieur le pouvoir sur soi et sur sa vie, de se nier, et ainsi de perdre le goût de la vie, en se mettant volontairement en retrait, ce qui conduit à passer à côté de ce que l’on est réellement au fond de soi, et donc de sa vraie vie…

Mais aussi priver d’autres de ce que nous pouvons leur apporter.

 

Il est important de bien prendre conscience de ses qualités profondes, de sa valeur, de tous les dons qui ont été donnés par voie divine. De tels cadeaux sont inestimables, et donc ne se refusent pas, au risque, nous le répétons, de perdre son essence, de ne se VOULOIR que l’ombre de soi-même.

 

Jésus s’est-il laissé influencer par les pensées, regards, discours et actions qui tentaient de le nier ?

 

A-t-il laissé les autres parler pour lui, s’est-il senti, vu, voulu inférieur ?

 

Aurait-il réussi la tâche inestimable qui lui avait été confiée s’il n’avait pas pris la juste mesure de son être ?

 

Certainement pas ! Il avait une idée exacte de ce que Dieu lui avait confié, et il l’a accepté, porté, honoré… Pour le mettre, et se mettre au service de tous. C’est parce qu’ils savait tout ce qu’il était capable de faire, qu’il l’a fait, comme chose « normale ».

 

L’humilité ne renie pas tous ses dons. Elle les reconnaît simplement comme tels : d’origine divine, au même titre que pour chaque être sur cette terre, ni plus ni moins.

 

Etre humble, c’est reconnaître la beauté de son être, mais en toute simplicité, sans chercher à s’en glorifier, et surtout pas à écraser, éclipser l’autre, les autres, donc dans le respect total DE SOI-MEME MAIS AUSSI DE SON PROCHAIN, CONSCIENT DONC QUE LA MEME DIVINITE SE TROUVE EN CHACUN DE NOUS, même si elle se manifeste différemment.

 

Etre humble, cela ne signifie donc absolument pas donner aux autres son propre pouvoir, et encore moins accepter de se laisser humilier, brimer, écraser. Ce ne serait sûrement pas faire honneur à sa divinité intérieure.

 

Même chose pour ce qui concerne l’ego.

La blessure d’ego « simple », guérit rapidement.

 

Mais quand une douleur, une blessure ne guérit pas, voire s’aggrave, c’est une ineptie de s’escrimer à chercher à «tuer » l’ego, comme hélas, on l’entend trop souvent dire, et on le voit trop souvent.

 

Ces discours là s’avèrent dangereux, car ils sont porteurs de jugements négatifs et ignorants, d’ironie souvent condescendante, voire pire encore, discours et attitudes qui enfoncent davantage, donnent une mauvaise image de soi, font perdre confiance en soi, entrainent de la honte, voire de la haine de soi, avec, outre la perte inutile de temps,  tous les risques que cela comporte pour l’intégrité de l’individu, il faut bien en être conscient.

 

OU EST LA LUMIERE DANS TOUT CELA ?

 

Quand une blessure ne guérit pas, donc ne se cicatrise pas, c’est qu’elle s’est infectée ; soit parce qu’elle n’a pas été correctement désinfectée, à la base, soit parce que LE TRAITEMENT N’ETAIT PAS ADAPTE, donc que la gravité et la cause de la  blessure n’ont pas été correctement identifiées.

 

Quel Amour écraserait ainsi une souffrance ?

 

Ce serait comme frapper, pour la faire taire, parce que ça dérange, ou parce qu’on la méprise,  une pauvre petite « bête » blessée qui crie pour demander de l’aide. 


Accordons-nous le droit de nous AIMER nous-même, donc de nous écouter intérieurement, avec compassion, respect, tolérance et compréhension, et prenons les dispositions nécessaires pour nous guérir. Car avant de vouloir guérir les autres, encore faut-il se guérir d’abord à soi-même, ceci afin d’éviter de blesser inutilement, autour de soi. »

 

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
bonjour Maryline! merci pour ce billet .il me parle. mais je pense si je me rappelle bien et si j'ai souvenir vos premiers messagesc'est l'année 2000??merci de nous faire partager autant d'Amour de<br /> nos chers petits Anges . bonne journée . très gros bisous . Colette
Répondre
L
<br /> <br /> Merci Mounette ! Eh non, cela a commencé vraiment (écriture automatique et intuitive) en 2002. Gros bisous. Maryline<br /> <br /> <br /> <br />