Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 20:20

Féérie magie Image lassie028 Centerblogs

Hello !

 

Merci pour vos com. Et vos vœux.

Rassure-toi Claire, il m’arrive souvent de ne pas trop comprendre sur le moment ce que ces chers Anges cherchent à me faire comprendre. Je le réalise parfois des mois, voire des années après.

Le choix de leurs mots n’est jamais fait par « hasard », car eux maîtrisent parfaitement notre vocabulaire, et leurs capacités et connaissances sont sans commune mesure avec les nôtres, puisqu‘ils ont une vision totale de la situation.

 

Pas de souci pourtant, la compréhension vient quand c’est le moment… ou pas, si cela ne doit pas être.

 

En ce début d’année, je voudrais revenir sur les 2 principaux fléaux, qui ouvrent la porte à la dépendance:

il s’agit des peurs, bien sûr « (celles qui n’ont pas lieu d’être, qui sont issues de fantômes du passé ou d’épouvantails du futur) »,

 

et aussi du sentiment de culpabilité.

 

« La peur inappropriée, injustifiée, hypothèque l’avenir, en empêchant de jouir du présent.

 

Et la culpabilité rive au passé, empêchant elle aussi de vivre et d’être normalement dans le présent.

Elle fait réduit en miettes la confiance en soi, l’estime de soi, l’amour que l’on DOIT se porter à soi-même. Elle fausse entièrement l’être, le détruisant sournoisement de l’intérieur, jusqu’à le rendre malade et/ou dépressif.

 

 

Ces 2 fléaux minent, emprisonnent, empêchent d’être soi-même, détruisent donc l’essence de l’individu, le rendant dépendant, (3ème fléau), car ils empêchent de vivre dans le présent. »

 

Nous comprenons donc pourquoi l’évocation de la culpabilité non identifiée, donc non traitée, non évacuée, et de ses dangers, rend littéralement hystériques, fous furieux, les gourous et manipulateurs, qui se frottaient déjà les mains devant leur proie.

 

A plus forte raison si on suggère « bêtement » de voir, le cas échéant, un professionnel de la psychologie (ce que je ne suis pas). Lequel, formé pour cela, aura vite fait de déjouer, dans la foulée, les manœuvres du manipulateur.

 

Je conçois, avec le recul, que cela soit rageant de voir ainsi ses plans de mise sous dépendance déjoués…Sans compter tous les petits et gros calculs de certains appétits qui gravitent autour.

 

Car, qu’est-ce qui peut mieux amener quelqu’un un à se dévouer corps et âme (portefeuille compris) pour un ou d’autres individus, et/ou des causes, que le fait de traîner un fardeau de culpabilité qui l’a amené à se croire et se sentir coupable, responsable d’événements et épreuves passés ???

 

« Ce fléau qu’est le sentiment de culpabilité, disent mes chers inspirateurs célestes, va conduire à penser devoir se « racheter », voire à se condamner à « expier » sans fin, en donnant, donnant, donnant… avec l’espoir illusoire de payer sa dette imaginaire, qui pourrait changer le passé.

 

Et hélas, tout comme la victime attire le bourreau, celui ou celle qui se culpabilise va attirer immanquablement le culpabilisateur (ou la). »

 

Or, dans toute situation, les responsabilités sont toujours partagées. Il faut bien en être conscient. Quoi qu’il soit arrivé, il est important de bien réaliser que cela devait se passer ainsi, pour une compréhension MUTUELLE. Dans le cas contraire, les choses auraient été tout autres, et pour certaines, auraient été évitées, d’une façon ou d’une autre.

 

« La culpabilité est le grain de sable qui détruit les rouages de l’être, sans rien apporter à la situation, tout au contraire. »

 

Bonne soirée, sans peurs et sans reproches, en s’acceptant soi-même, avec ses imperfections qui seront sources de richesses, comme l’on accepte son prochain pour les mêmes raisons.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
bonjour Marylou!!merci pour ce billet qui me touche . bonne journée<br /> <br /> très gros bisous
Répondre