Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 16:42

P1010993.JPG

 Photo personnelle

 

Hello !

 

Il y a quelques jours, je vous ai fait part d’une citation attribuée à Jean de Lafontaine, sur laquelle j’étais tombée par « hasard »:

 

« On rencontre sa destinée, souvent par des chemins que l’on prend pour l’éviter ».

 

Prémonitoire là encore:

 

En essayant de retrouver les billets sur la dépression, j’ai mesuré la somme de mes écrits, depuis bientôt 5 ans, inspirés par mes « petits«  Anges.

 

Du coup, je me suis rendu compte que depuis pas mal de temps, le cœur n’y était plus trop.

Je me faisais un peu tirer l’oreille pour écrire, pour les raisons évoquées dans le précédent billet. J’avais l’impression qu’il fallait peut-être que j’arrête, n’étant probablement pas la mieux placée pour ce « travail ».

 

Alors, j’ai médité sur le sujet, avant-hier matin, et ai attendu la réponse… Qui est arrivée le soir, franco de port, confirmant la perspicacité de M. de Lafontaine.

 

Détail bizarre, ce même matin, à 6h45, je suis sortie sur le pas de la porte pour voir s’il n’y avait pas le chat de voisins, que nous avons baptisé « rominou », qui vient souvent chercher à manger. En le nourrissant, je lui évite aussi de bouffer des oiseaux, cela fait d’une pierre 2 coups.

 

Pas de « Rominou », mais j’ai entendu, longuement, une sonnerie de réveil, sans vraiment pouvoir déterminer de quelle maison elle venait. Nous n’avons que 4 ou 5 voisins dans les parages.

 

J’ai bien ressenti qu’il fallait se réveiller. Pour le coup, il est rude, le réveil !

 

Hier matin, tandis que nous roulions vers le village où nous faisons notre marché, je pensais à ma petite mère, si fragile maintenant, dans sa 90ème année, elle qui était une force de la Nature, et j’ai décrété qu’il était hors de question qu’elle revive un autre drame… dont elle ne se remettrait pas.

Alors, révoltée, j’ai « houspillé » mon père « là-haut »:

 

« Toi qui sais ce qu’il en est de tout cela, maintenant, bouge-toi, fais quelque chose ! »

 

Et j’ai repensé à mes recherches en psycho généalogie, et à tout ce que cela m’avait permis de comprendre. Se pourrait-il que cela fasse cesser la fatalité ?

 

C’est alors que la radio « Chérie FM » (FM étant les initiales de mon demi frère « décédé »), a diffusé la chanson de Michaël Miro:

 

« Dam dam déo »

Dont:

« L’horloge tourne… »

Chanson entendue, je le rappelle, pour la 1ère fois lors de ma première constellation familiale !

 

Autre rappel, le 1er message de mon amie « décédée » qui m’avait été fait par une médium me disait:

« A toi l’horloge que je te laisse »

 

La dernière fois que je suis allée dans ma famille, en faisant le ménage chez ma mère, j’ai remarqué une pendule qu’elle a mise contre une fenêtre…

 

Cette pendule est arrêtée sur 4 heures, exactement l’heure sur laquelle est arrêtée ma pendulette aux Anges peintres qui, entre parenthèses, ne marche plus du tout, depuis ma sinistre aventure dans le « gourbi », qui m’a laissé ce profond sentiment de dégoût.

 

Mais ce qui est étrange, c’est que le fond de la pendule de ma mère montre un paysage de Provence !

 

Je savais, je sentais et je sens encore plus maintenant qu’il y a quelque chose d’autre, dans mon histoire familiale, qu’il faudrait éclaircir.

 

Mais pour en revenir au trajet nous amenant au marché: juste à la fin de la chanson, je suis arrivée à un croisement (carrefour). Dans un champ, sur la droite, il y avait des corbeaux et un faucon, posés au sol. Je les ai montrés à mon compagnon, puis j’ai tourné à droite.

 

J’ai levé les yeux, et mon regard a été attiré par un faucon perché dans un arbre, le long de la route.

Il s’est alors passé quelque chose d’étrange: des corbeaux (oiseaux noirs !) sont arrivés vers ce même arbre. Tandis que les autres se posaient, l’un a foncé sur le faucon…

 

Qui a alors déployé largement ses ailes immenses… ce qui a suffi à faire fuir le volatile !

 

Symbolique tout cela, non ? Ce ne fut certes pas un « hasard » si j’ai assisté à ce « spectacle » à ce moment précis.

 

Mes chers inspirateurs célestes m’ont rassurée par ce message:

 

« N’aie crainte, tu n’auras pas à te battre contre les « oiseaux noirs », ce n’est pas ce qui t’est demandé, car cela ne te correspond pas. Déploie simplement tes ailes, prends ainsi toute ton envergure, et cela suffira à écarter les « corbeaux » de ton chemin. Nous y veillerons ».

 

Confirmation, tandis que, sur le chemin du retour, nous faisions un crochet par le supermarché « Carrefour » (!!!). Sur le chemin, si nous n’avons pas revu de faucon, la radio a diffusé:

 

« Love is all you need » (de Roger Glover).

 

Traduction: « L’amour est tout ce dont vous avez besoin »

 

Et vous savez quoi ?

Mon oreille a été attirée par cette même chanson, en fond sonore du magasin, tandis que je faisais mes courses un peu plus tard !

 

Et la symbolique du faucon ?

Le dictionnaire des symboles de Chevalier et Gheerbrant dit, entre autres:

« il symbolisait le principe céleste »

« symbole ascensionnel »

 

Je suis persuadée que nous sommes tous « médium » (même si à des degrés divers), qu’il y a en chacun de nous d’immenses capacités « endormies ». Je ne sais pas l’étendue des miennes, mais je vais les trouver, et je vais m’en servir, pour mon frère, mes proches, et plus encore s’il faut, je vous le promets.

 

Je garde le plus beau signe pour le prochain billet.

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Une très belle promesse ma Marylou! "Y a plus qu'à " maintenant! Gros bisous!!
Répondre