Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 18:47

 

P1030672.JPG

Un verdier cet hiver

 

Hello !

Un peu de grippe pour se remettre de ses émotions, et ça repart ! Enfin... doucement !


Quand m'a fille m'a raconté les "coïncidences" entre la chanson de Joe: "On ira où tu voudras quand tu voudras" ("l'été indien") et le "Duo des non", j'ai concentré mon attention sur la chanson de Joe, dans un 1er temps, sans trop comprendre le sens.


Mais à bien y réfléchir, (car il y a un certain temps que je ne les avais pas entendus), sur le chemin du retour, ce soir là, j'ai soudain réalisé que l'un de ces fantaisistes, quand je l'entendais, me faisait toujours irrésistiblement penser à mon frère, quand il ns faisait ses plaisanteries et bons mots...

Nul doute qu'il s'agissait d'un clin d'oeil de mon frère, pour nous assurer de sa présence à nos côtés.

Avec le recul, je suppose que ces mots: "duo des non", tentaient de me faire comprendre que "NON", la solution envisagée par les professionnels de santé, au vu de l'état de ma mère, (qui semblait définitif), à savoir la mettre dans une maison médicalisée, n'était pas la bonne. Dieu merci, en suivant les signes et mes intuitions, tout cela a pu être évité.

Et pour la chanson de Joe:

"On ira où tu voudras quand tu voudras", tentait probablement de me faire comprendre que c'était à moi de décider, avec le souci omniprésent de respecter la volonté de ma mère, sans me laisser influencer par les peurs (bien compréhensibles) des autres.


Quand l'hôpital m'a prévenue Mardi 4 juin que ma mère sortait le lendemain, j'étais perplexe, car quand je l'avais au téléphone, je me rendais bien compte qu'elle n'avait pas encore totalement repris son équilibre. Cela me semblait trop tôt. Mais il est vrai qu'elle voulait rentrer chez elle, alors, comme je ne suis pas toubib, j'ai fait confiance.

J'avais pu mettre en place une aide, outre les soins de l'infirmière matin et soir, grâce à l'association envoyée 4 heures par sa mutuelle, mais dont le personnel est tellement compétent et fiable, que j'ai résolu de leur confier le soin de venir aider ma mère pour ses repas et son ménage, à partir du vendredi suivant.


J'ai donc refait le trajet Mercredi 5, pour aller la chercher et la ramener chez elle.

Sauf qu'un VSL avait été commandé par l'hôpital ! J'ai donc dû l'attendre à son domicile (soit dit en passant, rien ne semble avoir changé depuis l'époque où j'étais ambulancière, pas étonnant que la sécu soit dans cet état !).


Ma mère semblait effectivement aller plutôt bien, même si un peu désorientée. Je suis donc repartie en fin d'après-midi assez tranquille, pensant que les médecins avaient finalement raison.

Plongée dans mes pensées, j'ai raté l'embranchement de l'autoroute. Un instant, j'ai failli faire marche arrière pour le rattraper, puis ai décidé de suivre le mouvement et de prendre le prochain. Je me suis juste arrêtée pour prévenir mon compagnon que je rentrais.

Au moment de redémarrer, pour la premièr fois depuis que je possède ma voiture, au niveau du compteur kilométrique, une inscription clignotait:

"OIL !!!"

Grosse angoisse ! Que faire ? Sachant que je ne sais même pas ouvrir le capot !

Effectivement, j'avais eu l'intuition, quelques jours avant, de devoir faire la vidange...

Mais j'avais remis, n'ayant pas réalisé à quel point j'étais en retard.

Bon, j'ai résolu de suivre le conseil de ces chers Anges, de visualiser la Lumière qui pourvoirait à mes besoins, et je suis repartie...

Pour tomber, une vingtaine de mètres plus loin, sur un grand garage (mon père était garagiste), et le mécano, très gentiment, est venu de suite vérifier mon niveau d'huile... qui était bien bas, effectivement, m'a remis à niveau... Et a refusé que je paie quoi que ce soit !

 

J'ai bien compris le signe encourageant, et avec le recul encore, je l'ai trouvé très significatif, puisque l'huile est nécessaire au bon fonctionnement du moteur... Tout comme l'eau l'est au bon fonctionnement du corps (et l'état de ma mère venait d'une très forte déshydratation, non comme pressenti au départ, de démence sénile).

J'allais trouver sur ma route, l'aide dont j'avais besoin.

Un peu plus tard, sur le trajet, alors que j'arrivais à la hauteur de la ville, près de chez moi, où je pensais faire les démarches pour que ma mère soit prise en charge au cas où ses soucis de santé recommenceraient, comme me le recommandaient autour de moi tous ceux qui l'avaient vue dans cet état...

A ce moment là donc, la radio a diffusé, (aux alentours de 20 heures)...

Joe qui chantait "Salut les amoureux":

"On s'est aimés comme on se quitte,

Tout simplement sans penser à demain,

A demain,

Qui vient toujours un peu trop vite,

Aux adieux,

Qui quelquefois se passent un peu trop bien..."


Suivi juste après du "Pénitencier" de Johnny !

Tout cela, je suppose, m'annonçait la suite...

Car dès le lendemain soir 18 heures ("à demain qui vient toujours un peu trop vite" ??)...

Alors que, perchée sur mon escabeau, je tentais de finir de peindre notre chambre, l'infirmière de ma mère m'a appelée, complètement affolée, en me disant que ça recommençait, que ma mère se trouvait à nouveau en danger !!

Je vous raconte dès que possible la suite,

Bonne soirée !

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
courage ma grande. Demain je pars et je verrai un peu mes parents. bisous
Répondre
L
<br /> <br /> Merci infiniment, ma loulou. Bon courage à toi aussi. J'espère que le moral va... et le reste aussi. Gros bisous. Maryline<br /> <br /> <br /> <br />
E
Bonsoir ma chère Marylou,<br /> Pour toi aussi les temps sont difficiles mais il faut toujours essayer de faire ce que nous demandent les parents. Ce qui peut nous paraitre idéal à nos yeux , peut leur sembler la pire des<br /> choses.Les anges vont t'aider à choisir au mieux.<br /> Je t'embrasse ma doucinette.<br /> PS: il pleut il a plu il pleuvra!ça continue encore et encore!
Répondre
L
<br /> <br /> Merci ma Jackette, tu as parfaitement raison, c'est le sens des "coïncidences" et signes. je vous explique bientôt. Gros bisous et bon courage à toi aussi. Nous sommes logées à la même enseigne,<br /> y compris pour la pluie !<br /> <br /> <br /> <br />