Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:21

P1020616

Photo personnelle

 

 

Hello !

 

Vous n'allez pas le croire, mais ça y est, on a trouvé la maison de nos rêves à acheter ! Elle nous plaît à tous les 2, ce qui est une forme d'exploit.


 

On l'avait déjà repérée en décembre, mais nous hésitions à cause des travaux. Les qualités nous ont finalement convaincus, car outre le cadre magnifique, elle devrait permettre à mon compagnon de mieux se préserver des ondes électromagnétiques.

 

Voilà, reste plus qu'à se reposer un peu avant le déménagement.

On a de la neige depuis hier matin, donc repos forcé !


 

Sujet important que le « hasard » m'a désigné.

Je suis tombée tout à l'heure sur l'émission :

 

« Toute une histoire » sur France2, présentée par Sophie Davant, consacrée aujourd'hui au...

 

harcèlement à l'école.

 

Une mère y a raconté la descente aux enfers de sa petite fille, qui a finalement mis fin à ses jours, il y a un an, victime de harcèlement de la part de ses « camarades » de collège. Elle avait 12 ans.

 

Cette Maman et son mari ont pourtant prévenu le collège mais les choses n'ont pas été prises suffisamment au sérieux, et hélas, la conclusion a été tragique, car l'enfant s'est murée dans le silence, honteuse de ce qu'elle vivait (et c'est une constante, face à une agression, que l'agresseur parade, pavoise, alors que la victime s'enferme dans la honte).

 

J'avais le cœur serré en écoutant ce témoignage et les conseils du Docteur Stéphane Clerget, présent sur le plateau, car cela m'évoquait les modes d'action des sectes et gourous, tant par les humiliations et vexations publiques, que par la façon de dire et penser des « spectateurs » plus ou moins complaisants sinon couards, et des agresseurs, que ce serait la victime la coupable, qu'elle l'aurait cherché, notamment, et c'est un comble,,,

 

En étant différente !

 

Le docteur Clerget, s'est insurgé contre cette abomination, exhortant tous ceux qui voient, savent et à plus forte raison lorsqu'ils ont un rôle d'encadrement, à intervenir, parler, dénoncer, expliquant notamment  le pourquoi de ces silences complices:

 

« Le groupe se solidarise grâce à une victime expiatoire ».

 

Cela peut sembler effectivement plus commode, de faire l'autruche, de faire comme si on n'avait rien vu, de laisser les choses suivre leur cours sous prétexte qu'il n'arrive que ce qui doit arriver, que ce n'est pas grave, etc., mais c'est oublier un peu vite que tout revient, y compris quand on se trompe, de bonne foi, car aider quelqu'un qui fait du tort, y compris en se taisant, donc en n'étant « que » complice, c'est aussi faire du tort, même si c'est indirect.

 

Comment s'étonner alors de chuter soi-même, si on envoie ou laisse aller quelqu'un au casse-pipes ?

 

J'en ai fait plusieurs fois l'expérience cuisante.

 

J'ai raconté dans mon livre la toute première fois. J'avais organisé un soir une conférence pour une medium, à la tête d'une association (connue quelque temps auparavant), pour parler des Anges (parce que j'avais peur de parler moi-même de mon expérience, et que la dame en question me semblait plus crédible que moi !).

 

Or, dès cette conférence, je me suis rendu compte qu'il y avait un problème de comportement de l'intervenante et de certains membres de cette association, mais n'ai pas jugé nécessaire ni urgent de le signaler, pensant attendre et voir la suite.

 

Dès le lendemain matin (soit quelques heures à peine après), un de mes chats, Biscotte (que j'avais recueillie dans la période même où j'avais fait la connaissance de la medium) a attrapé le coryza (on avait déménagé peu avant et j'avais laissé passer la date des vaccins).

Cela n'a pas été grave pour elle, mais elle a contaminé mes 2 autres chats (Croquette et Cracotte), qui elles, ont failli en mourir.

 

 

Je me doutais bien que cela avait un sens, mais ne comprenais pas lequel, même si le fait que cela ait débuté à la suite immédiate de cette conférence m'ait interpellée.

 

Dans la foulée, Biscotte m'a transmis la maladie des griffes du chat. Facile de savoir que cela venait d'elle car cette maladie est transmise uniquement par les jeunes chats, et qu'elle a débuté de mon menton, et plus précisément d'un bouton que j'avais pressé.

 

Je me rappelais très bien la façon dont cela s'était produit : Biscotte avait frotté son œil (qui coulait) contre mon visage, et surtout contre le bouton, J'avais frotté, mais pas écouté mon intuition qui me disait de désinfecter...

 

Et j'ai été malade pendant 4 mois, avec des kystes énormes dans le cou, exactement sous le bouton du menton, qui suppuraient.

 

Tout a cessé quand j'ai assaini (désinfecté donc) mon entourage, mais surtout averti les personnes en contact avec toutes ces personnes que je m'en désolidarisais, en expliquant aussi et surtout pourquoi.

 

Et chaque fois que j'ai fait l'autruche face à des gens au comportement sujet à caution, ignorant les signes et mes intuitions, j'ai eu des ennuis qui allaient crescendo jusqu'à ce que je cesse les relations avec ces personnes et aussi, encore, que je prévienne les personnes susceptibles d'être touchées et/ou d'intervenir.

 

Voilà, ce n'est donc pas un bon calcul, loin s'en faut, de se taire face à des abus, à plus forte raison par intérêt, car le retour se fait sentir immédiatement, c'est donc facile d'arriver à faire le lien et d'agir pour faire cesser cela.


 

Bonne soirée !

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 17:27

 

bonne-soiree.gif

 

Hello !


Je vous souhaite une excellente année 2013…

A l’écoute de vous-même et de vos ressentis…


Bon, ces chers Anges ne résistent pas à rajouter :


« Souhaite-toi le à toi-même aussi, ce n’est pas du luxe ! »


Nous avons eu quelques « démêlés » sur le sujet, ces derniers temps !


Notre déménagement s’est fait sur plusieurs jours, autour de la période des « fêtes », et nous avons emménagé définitivement il y a 8 jours. Comme il s’agit du 4ème déménagement en 3 ans et demi, inutile de dire que les occupations ne manquaient pas, comme je vous le disais dans le dernier billet (du 21 décembre), et du même coup, la fatigue.


D’ailleurs, après avoir écrit le billet en question (qui « coïncidence » était jour de Saint Pierre !), je suis partie faire des courses en voiture. Juste en arrivant sur le parking de la grande surface, une chanson de Joe a commencé, à la radio nostalgique. C'était…


« Le dernier slow »


J’ai bien ressenti la signification, car « slow » se traduit par « lent » :


« Ralentir le rythme, dernier rappel »


Bon, mais il m’a semblé faire preuve d’une bonne volonté évidente, car je suis restée dans la voiture, à écouter jusqu’à la fin de la chanson. Et j’ai assuré ces chers Anges, que je me reposerais…


« Après le déménagement ! »


Je ressentais bien que ce n’était pas ce que ces chers Anges attendaient, mais bon, je le répétais sur le mode du « disque rayé », histoire d’essayer d’en convaincre ces chers Anges.


Les «fêtes » de Noël se sont très bien passées, la famille était réunie chez moi, et nous avons fait le premier Noël de Victoria, moment de grâce qui nous a beaucoup aidés à surmonter ce premier Noël sans mon frère.


Dès le 26, cartons, nettoyage, et premier voyage, le soir, de mon compagnon et notre fils, pour déménager les objets les plus lourds avec le fourgon de location…


Mon compagnon, au retour, s’est affalé dans le fauteuil terrassé par une gastro !


Moi, je me sentais en pleine forme et ironisais un tantinet sur le moment choisi pour une gastro…

Sauf que le lendemain matin (27), aux aurores, c’était mon tour !


Sympa le déménagement !


Et inutile de gémir dans le giron de ces chers Anges, au risque d’entendre du tac au tac :


« Tu te reposeras après le déménagement, c’est bien ce que tu disais, non ? »


Alors, on a fait comme on a pu. Heureusement notre fils est passé à travers la gastro. Lui ne lésine pas à se reposer et s’amuser, en règle générale.


« C.Q.F.D. » disent ces chers Anges.


Le lendemain (28), fini la gastro, le mal de tête et surtout la grosse fatigue qui l’a accompagnée, mais d’énormes abcès aux gencives ont pris le relais. Heureusement cela n’a duré que la journée. Le lendemain, je me sentais à nouveau en pleine forme.

Allez, ce n’était rien, je pouvais continuer à m’activer.



Nous devions terminer le déménagement et intégrer notre location le 3 janvier, avec l’aide de la fille de mon compagnon et son mari.


Le 29 décembre, mon compagnon et notre fils ont pris l’après-midi pour aller promener avec les petits-enfants de mon compagnon. Je suis restée à la maison, car trop fatiguée, pas envie de trainer, et puis trop de boulot.


Je sentais bien encore que ces chers Anges espéraient que j’allais me reposer, que j’aurais dû me reposer, mais au lieu de cela, j’ai décidé de vous écrire un petit billet, expliquant à ces chers Anges que je sentais « un peu » agacés, qu’écrire, ce n’est pas travailler.


Voilà, j’ai écrit près d’une heure, un billet intitulé :


« Prendre le temps », dans lequel je vous confiais prendre vraiment conscience qu’il fallait que je travaille sérieusement sur ma dépendance au travail, combinée à la résistance à la fatigue et à la douleur, héritages de schémas familiaux.


Je concluais l’article en assurant, non sans une pointe d’humour, me semblait-il, que je le ferais…


« Après le déménagement »


Instantanément, j’ai ressenti un « vent mauvais » laissant présager…


Que je ne perdais rien pour attendre !

Et je n’ai d’ailleurs pas attendu !


Il semble que ces chers Anges avaient perdu le leur de sens de l’humour…

Quoi que, à bien y réfléchir, ce n'était pas mal calculé...


Car j’ai sélectionné mon texte, en vue de le copier sur le blog…


Mais au lieu de faire « copier », j’ai fait…

« Coller »


Et me suis retrouvée face à…


Une recette de pain d’épices copiée juste avant, sur le blog de Jackette (Tatiana) !!!!!


Et le texte de mon billet a disparu corps et biens, et pas moyen, bien évidemment, de le retrouver !


Même si je savais ne pas l’avoir volé, je n’ai pu m’empêcher de gémir sur le travail pour rien.


Réponse de ces chers Anges :


« Mais écrire, ce n’est pas travailler, c’est bien ce que tu nous a dit, non ? »


Voilà, la réponse des bergers à la tête de mule, qui n’a pas encore totalement intégré qu’on ne leur fait pas avaler des couleuvres.


Bon, j’ai ravalé ma rogne, et suis allée méditer… quelques minutes, ce que je zappais depuis pas mal de temps.


La suite bientôt !

Bonne soirée !

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 07:40

P1030301.JPG

Photo personnelle, comme la précédente, de plants d'ipomée de mon jardin

 

Hello !


Nous avons trouvé la maison à louer. Elle se situe dans le village où, en début d’année, j’avais gagné au loto (le premier que nous faisions depuis de nombreuses années) des pompiers (chargés d’éteindre les feux et de porter secours !)… un quart de cochon !

Evidemment, comme à chaque fois, c’est dans les quinze derniers jours qu’on a trouvé.


Note pour ceux qui doutent de la numérologie : mon amie numérologue avait situé la signature le 14 décembre…

Et mon compagnon a vu l’annonce le 15 au matin très tôt. La maison de l’annonce était déjà louée, mais le propriétaire venait d’avoir un désistement sur une autre, qu’il nous a fait visiter, et que finalement nous avons retenue.

Cela dit, je le répète, si sur le côté matériel, travail, finances, la numérologie me semble plutôt bien fonctionner, pour ce qui est du côté sentimental ou affectif, je suis bien plus réservée, car les sentiments dépendent de beaucoup de « paramètres », et tout peut être dépassé… ou pas.

Nous avons signé le 16 au matin.


Bon, il y a une piscine. J’espère que ces chers Anges ne caressent pas l’espoir insensé de me voir glandouiller au bord de l’eau…

D’abord parce que j’espère qu’on aura trouvé notre achat avant, et ensuite, parce que rester plantée sans rien faire, en plus en plein cagnard, ce n’est pas mon truc…

Et je dois dire qu’en ce moment, je ne suis pas dépaysée !


Alors, vu que ces jours-ci, où se portent mes yeux, il y a du boulot, je me prends à songer qu’il pourrait être doux de visualiser un peu de glandouille. Ça marcherait peut-être…

Quelques faits à relever :

Ceux qui me suivent depuis longtemps se souviennent peut-être du signe que j’avais eu, avec une chanson peu connue de Joe, il y a plusieurs années (relaté dans le blog Femme Actuelle), notamment ces paroles :

« Comme les oiseaux d’octobre,

Nous vous laissons notre nid dans la maison,

Et nous n’emportons,

Que 4 chansons,

Plus on est léger pour voler,

Plus loin on vole… »


Un jour où je pensais à un déménagement que nous devions faire, tandis qu’au même moment, une tourterelle m’a coupé la route, au point de m’amener à freiner.

Elle portait un rameau dans son bec, en vue de faire son nid, je suppose.

Nous avons trouvé la maison que nous quittons cette fin d’année, plusieurs années plus tard, un 28 octobre, et la promesse de vente date du début octobre 2012.


Le jour où nous avons accepté l’offre de prix, ma première pensée a été pour tous « mes » oiseaux du ciel, qui pour certains m’attendent dès le lever du jour : une merlette vient même manger à mes pieds, à moins d’un mètre, quand la faim est trop pressante.

Mais je n’ai pas eu à trop m’inquiéter, car une paire d’heures plus tard, nous avons constaté que notre nouveau voisin était en train d’installer une mangeoire encore plus grande que la nôtre !

Et nos acheteurs ont promis de continuer aussi.

Ce qui ne va pas m’empêcher de laisser de la nourriture en abondance, avant de partir.


J’ai noté plusieurs « coïncidences » étranges (quoi que… significatives, si on veut bien analyser) autour de la vente, et de la location.

Concernant cette dernière, notre propriétaire porte le même prénom que le premier mari de ma mère (Résistant fusillé).

Cela ne m’avait pas semblé particulièrement significatif, jusqu’à ce que, en nous disant au revoir, après notre accord, il dise à mon compagnon…

Au revoir M. Antoine !

Mon compagnon a rectifié, et j’ai vu le regard surpris de notre propriétaire : il semblait tout étonné de lui avoir donné ce nom-là.

Et ce nom, était aussi le prénom du frère du premier mari de ma mère !

La suite bientôt

Bonne journée et bonnes « fêtes » si je ne peux vous écrire avant.

 

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 16:25

P1030302.JPG

 

 

Hello !

J’espère que le moral est bon et que vous allez du mieux possible.

"Il est important, m’ont expliqué ces chers Anges, de prendre le temps de faire un peu d’introspection, afin d’être conscient des forces qui nous gouvernent, lesquelles tirent les ficelles de notre vie, et de s’assurer que ces forces, elles sont bien issues de notre être véritable, et non des fantômes du passé."

Je vous ai parlé de la prise de conscience que j’ai pu faire, grâce à mon travail en psychogénéalogie, et plus précisément grâce aux « constellations familiales » (avec l’aide de professionnels compétents, je le précise à nouveau), à savoir de cette peur de la folie qui a terrorisé une bonne partie de mon enfance, à cause des capacités dites « médiumniques » que je semblais la seule à avoir, dans le milieu dans lequel je vivais.

A la suite de cette découverte, mes chers inspirateurs célestes m’ont expliqué que ce n’était pas de ma folie que j’avais peur, mais de ce qui émanait de l’histoire familiale.

Pour ce qui est de la folie, ils m’ont rassurée, en m’expliquant que lorsqu’on fait le vrai chemin de spiritualité, c’est-à-dire celui qui nous conduit à la Vérité de notre âme, donc à la liberté d’être, de vivre, de ressentir et de penser, A NE SURTOUT PAS CONFONDRE AVEC LE MOT « RELIGION », et non à celle qui enferme, emprisonne, contrôle, par le biais de préceptes « prédigérés » destinés à fondre dans la masse, à étouffer, quand on s’accorde donc le droit de se chercher, et de se trouver, indépendamment des pressions extérieures, avec sagesse et discernement, bien sûr… on se trouve protégé de ce risque-là, de cette épreuve-là, puisqu’on n’a pas perdu NOTRE raison principale d’être et de vivre, on ne l’a surtout pas déléguée à quelqu’un d’autre.

Pourquoi, puisqu’on a compris cela : ne pas perdre sa raison principale d’être et de vivre, en retrouvant son « moi véritable », aurait-on à vivre cette épreuve-là ?

Je m’en suis tenue là, soulagée, et pensant du coup être guérie de ce vécu si difficile à vivre, pour un enfant qui n’ose pas dire ce qu'il vit, car il ne fait pas confiance aux adultes, et qui a peur d’être enfermé, quand ce sera découvert.

 

Mais récemment, j’ai pu vérifier que cette empreinte n’était pas totalement effacée, quand, dans le feu d’une discussion qui agitait l’épouvantail de la folie comme risque non négligeable, en fin de vie surtout, pour chacun d’entre nous, je me suis trouvée, tétanisée, révoltée, renvoyée à ces terreurs d’enfance :

« Sauve qui peut ! »

C’est bien de mettre en lumière les ficelles (voire les cordes) qui emprisonnent, encore faut-il défaire totalement les liens, et soigner les plaies occasionnées.

 

« Et on va commencer par SE FAIRE CONFIANCE A SOI-MEME, à SES RESSENTIS PROPRES, A CE QUI NOUS EST DIT DE L’INTERIEUR, sans se laisser déstabiliser par les avis contraires, et permettre ainsi à nouveau à la peur de reprendre possession de notre vie », rajoutent ces chers Anges.


En attendant, « hasard » opportun, la revue « Pleine Vie » (« hasard » encore que ce titre de revue ?) n° 319 de janvier 2013, p. 32 à 34, rubrique :

« C’est la vie ! » Enquête (et pas en quête !), par Caroline Desages,

Traite du sujet :

« La spiritualité, le chemin du bonheur ? », donnant la parole à différents « chercheurs » de chemin de spiritualité.

P. 33, notamment, à la question à Frédéric Lenoir (philosophe, sociologue et historien des religions, que j’apprécie beaucoup, et dont j’ai parfois parlé dans ce blog, surtout par rapport à son ouvrage « Petit traité de vie intérieure »):

« Selon vous, spiritualité et religions se rejoignent-elles, ou s’agit-il de 2 démarches différentes ? »

Réponse donnée par Frédéric Lenoir :

« Ce qui est spirituel n’est pas forcément religieux. Adhérer à une religion répond souvent à un besoin de socialisation, d’identité, de lien à une communauté de croyants. La spiritualité est plus individuelle. Il s’agit moins d’adhérer à des dogmes, de rallier une pratique collective, que de se poser des questions, de faire un travail sur soi. »

 

Bonne fin de journée !

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 11:46

 

P1030396.JPG

Photo personnelle d'un lever de soleil derrière notre maison

 

Hello !

Je prends un peu de temps pour vous donner des nouvelles.

Notre voyage à Strasbourg s’est bien passé, malgré l’alerte orange à la neige, le jour de notre départ. Heureusement, nous avons réussi à passer à temps, et même si nous avons eu de la neige une bonne partie du chemin, ma fille, qui conduisait, nous a amenées à bon port magistralement.

 

Beaucoup de choses à vous raconter, j’espère avoir la possibilité de le faire.

 

Mais Je voudrais commencer par parler du chiffre d’aujourd’hui,

le 12, puisque nous sommes le 12/12/12.

Foin des catastrophistes « illuminés » le plus souvent par des sectes, voici des extraits de ce que nous en dit le « Dictionnaire des symboles de Chevalier et Gheerbrant » :

« (…) mais le symbolisme du 12 reste le même : un accomplissement du créé terrestre par assomption dans l’incréé divin… (CHAS, 243). »

Et en conclusion :

« Douze est en définitive toujours le nombre d’un accomplissement, d’un cycle achevé. Ainsi dans le Tarot, la lame du Pendu (XIII) marque-t-elle la fin d’un cycle involutif, suivi par celle de la mort (XIII), qu’il faut prendre dans le sens de renaissance. »

 

Voilà qui j’espère réconfortera tous ceux et celles qui ont vécu une période difficile. Le renouveau n’est pas loin.


Pour cela, comme toujours, il est important de bien prendre conscience de la façon dont on se traite SOI-MEME, laquelle nous est signalée par la façon dont les autres nous traitent.

La majorité d’entre nous cherchent consciencieusement à s’améliorer, notamment par la bienveillance envers les autres, la tolérance et la compréhension envers les autres, la générosité envers les autres, l’aide aux autres, l’écoute des autres, en passant surtout par le pardon…

AUX AUTRES !!!

Mais parmi tous ceux-là, combien pensent à appliquer ces bienfaits aussi…

A EUX-MEME ????


Combien prennent le temps de guérir leur enfant intérieur, celui qui a souffert, qui a pleuré, qui n’a pas été écouté, entendu, compris, parfois même aimé ??

Alors nous attendons trop souvent la guérison de nos plaies par notre conjoint, ou nos proches, ou nos amis…

Lesquels sont eux-mêmes pris dans ce même schéma, et de ce fait sourds, indisponibles, le plus souvent.

Mais la guérison de notre enfant intérieur, nous seuls pouvons la réaliser, tant de souffrances sont restées muettes, parfois mêmes non conscientes, alors comment les autres pourraient-ils les comprendre totalement, et plus encore avoir la capacité de les guérir ?

Paradoxal ? Grotesque ? Dans ce monde d’apparence individualiste de conseiller de penser AUSSI à soi, de s’accorder AUSSI à soi ce qu’on prend tant de soin à accorder aux autres, notamment L’AMOUR, L’AIDE, LA BIENVEILLANCE, L’ECOUTE ????

Finalement, fort peu au total sont vraiment égoïstes, égocentriques, réellement méprisants envers les souffrances des autres.

Ceux qui le sont vraiment ne tomberont pas sur des écrits similaires aux miens, ou si cela arrive, ils en ricaneront.

 

Mes chers inspirateurs célestes m’ont expliqué qu’en réalité, là où nous pourrions voir égoïsme, indifférence, il y a le plus souvent…

DENI !!

Déni de ses propres souffrances, qui font ignorer, voire parfois même mépriser celles des autres.

Car la souffrance aveugle. Ces chers Anges ont souvent dit qu’elle rend aveugle, sourd et injuste.


Elle aveugle, dans le sens qu’elle empêche de voir, de ressentir ce (j’avais écrit ceux !) que les autres ressentent, mais elle rend aussi parfois aveugle à ses souffrances et ressentis personnels, tant elle fige, paralyse, comme un papillon épinglé en plein vol sur un mur glacé.


Alors, pour se libérer de ses souffrances, on risque, si on les fuit, de les nier, donc, et par là même de nier celles de ceux qui en vivent de similaires.

Ce qui nous semble de l’indifférence, voire du mépris, n’est en fait, quand on le vit (subit serait plus approprié, d’ailleurs), que le reflet de ce que nous nous faisons à nous-même : nier nos souffrances. Ces négations, faceà nous, qui nous tétanisent, viennent d’êtres qui eux-mêmes nient la toxicité de leurs souffrances enfouies.

Parce que reconnaître la souffrance des autres dans les situations similaires à son propre vécu, cela revient à reconnaître l’importance des siennes propres…

Et ça peut faire trop mal.

Alors, on fuit, on fait l’autruche, on essaie de se persuader qu’on n’est pas concerné, que les autres n’ont rien compris, voire qu’ils sont faibles, égoïstes, et j’en passe.

Quel horrible cercle vicieux, non ?


« Alors, que diriez-vous, afin de prendre le bon départ vers la renaissance, que diriez-vous de prendre le temps de revenir vers votre enfant intérieur, (car cela ne peut venir que de lui, ce renouveau), et de lui prêter (donner même, allez, soyons fous !) l’oreille (et même les 2, quand on aime on ne compte pas, au diable les interdits et restrictions !), de vous accorder le droit de pleurer avec lui, sur lui, oui, oui, vous avez le droit ! Et d’écouter, mais surtout D’ENTENDRE ce qu’il vous dira, cet enfant intérieur, qui est la Vérité de votre âme, qui détient votre bonheur, votre équilibre entre ses mains, alors que trop souvent vous ne lui accordez aucun regard, à part méprisant.

Et après, vous pleurez sur le mépris des autres.

Il serait temps d’en finir avec ces attitudes toxiques, non ?

Comment voulez-vous arriver à être tout Amour, toute compréhension, toute tolérance, tout pardon, envers les autres si vous ne commencez pas par vouloir voir vos propres souffrances, vous les permettre, et tout aussi important, si vous ne prenez pas la peine de les soigner, les désinfecter ??

Alors, on y va, on la referme cette porte sur le déni de la souffrance, afin de pouvoir ouvrir celle du renouveau qui nous permettra d’avoir l’attitude appropriée envers les autres ? »

 

Pour terminer, mes chers « petits » Anges m’ont expliqué que l’enfant vient d’un monde, nous le savons, où il baignait littéralement dans l’Amour inconditionnel, dont la souffrance est absente, notamment celle consécutive aux jugements. Ce « bain » là, l'enfant il en a encore le souvenir, le ressenti, pendant un certain temps.

Mais sa naissance à ce monde terrestre imparfait fait qu’il se trouve confronté à des situations, des attitudes, des comportements, des perceptions, des mots, qui l’amènent à croire qu’il n’est pas digne d’Amour, de par les interprétations qu’il en fait, car il n’a pas les outils de compréhension.

Ce qui fait que chacun de nous véhicule des « casseroles », dont personne n’est totalement responsable, mais qu’il faut s’accorder la grâce de décrocher, et de cicatriser.

 

Allez, bonne journée !

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 17:26

 

P1020063

Cracotte n'hésite pas à "exprimer sa magnificence", et elle a bien raison !


 

Rehello !


La revue Nexus, n° 83, de novembre/décembre 2012 consacre 9 pages au récit d’une emi (NDE) fort intéressante, qui diffère un peu des autres récits et qui me semble conforter ce que m’expliquent ces chers Anges depuis 10 ans, car j’y retrouve beaucoup de leurs discours.


Le titre du document, signé Kim-Anh Lim, rubrique « A la une », est :

"Anita Moorjani, une EMI miraculeuse ".


 


Premières « coïncidences », il y a une photo de la jeune femme fêtant son anniversaire, le 16 Mars 2006 (ce jour est aussi le jour anniversaire de mon père, et 2006 est l’année de parution de mon livre, et mon amie « décédée » était appelée Mme Li (Kim-Anh Lim).


Cet article est passionnant, alors difficile de choisir des passages. Je voudrais quand même citer p. 19 :

« Puis, cet état se dilate ; Anita devient l’Univers et l’Univers est elle. Anita se révèle à elle-même, « être merveilleux de l’Univers » qui mérite, comme chaque être, chaque atome, l’amour :

« Je méritais d’être aimée du simple fait d’exister, ni plus ni moins » écrit-elle dans son ouvrage. »


Plus loin, sous le sous titre :

« La cause et le pourquoi de son cancer », toujours dans Nexus, p. 20 :

« Lors de son entretien avec NEXUS, Anita insiste sur les peurs multiples qui l’ont assaillie depuis son enfance et qui l’ont conduite à la maladie. Peur de ne pas être aimée, peur de décevoir, peur de se créer un mauvais karma, comme l’enseigne sa tradition hindoue, peur de l’enfer auquel son école anglaise catholique l’a promise, peur de ne pas être à la hauteur (…) »


Encore un peu plus loin, p. 21, toujours selon Anita, dont les propos sont recueillis par Kim-Anh Lim :

« Toutes nos parties, notre ego, notre intellect, notre corps, notre âme sont magnifiques ; il n’y a rien à abandonner, rien à pardonner, rien à atteindre. (…). Le point le plus important pour moi en revenant de mon EMI est d’avoir compris que nous sommes ici pour nous exprimer tels que nous sommes, dans notre magnificence. »


Bon, j’arrête, sinon il faudrait tout copier !

Bonne soirée !

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 09:22

 

Marché de Noël 2011

Photo prise l'an dernier

 

Hello !


Petites nouvelles pour vous prouver que je ne vous oublie pas. Vous vous doutez que le temps est une denrée rare en ce moment, entre les recherches (location et achat), car on n’a pas encore trouvé, je suppose que comme d’hab, ce sera dans les 15 derniers jours…

Il faut aussi emballer, faire les bricoles prévues pour les acheteurs…


Puis il y a la période de Noël à préparer, et d’abord notre voyage aux marchés de Noël de Colmar et Strasbourg, entre filles (ma fille, ma petite-fille, ma belle-sœur et moi), pour nous changer les idées, face à la période de Noël qui, la plupart d’entre vous comprennent de quoi je parle, est un peu difficile.


Mais nous ne nous laissons pas abattre, grâce aussi à ces chers Anges, qui nous ont donné un petit coup de pouce opportun pour notre voyage.

En octobre, j’ai ressenti devoir ne pas traîner pour mettre notre séjour au point, et surtout retenir l’hôtel (notamment grâce à la chanson de Joe

« Souviens-toi », mise en fond sonore « à fond », par « erreur », au travail de ma fille).


Des hôtels, j’en avais cherché, surtout celui dans lequel nous étions descendues avec ma copine, l’an dernier, (qui porte un nom très symbolique) et qui est d’un rapport qualité/prix imbattable… mais c’était déjà complet pour la période.

Ma fille a cherché le soir en rentrant du boulot, et, à tout hasard, a cliqué sur l’hôtel en question, dans une des villes où nous nous rendons, car il apparaissait à l’écran… et elle appelé… et…


Il s’est trouvé qu’un groupe venait juste de se désister pour la période !

Ce qui fait que notre séjour nous coûtera moitié prix !


Important coup de pouce bienvenu, signe que ces chers Anges sont ravis de nous voir nous changer les idées et ne pas nous laisser aller à la tristesse.

Je vous fais un autre billet rapidement.

En attendant, bonne journée !

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 17:35

 Guy-Corneau-La-guerison-du-coeur.jpg

Hello !


J’espère que vous allez bien et que le moral est bon.

Dans le billet précédent, je vous disais chercher les mots pour tenter d’expliquer …

Et le « hasard » (ou ces chers Anges ?) m’a tendu la perche, par le biais du livre de Guy Corneau (psychanalyste dont les ouvrages m’ont toujours apporté une aide efficace, ce d’autant plus que sa philosophie rejoint en tous points celle de mes chers Anges) :

« La guérison du cœur »- « Au bout de nos épreuves, le bonheur ? », éditions « J’ai Lu » Bien-être.

que j’avais entrepris de lire après avoir terminé

 

« Revivre ! », du même auteur, livres achetés pour tenter d’apporter une petite aide à mon frère, même indirecte.

La couverture de « La guérison du cœur » avait attiré mon attention, car elle représente un gros cœur rouge composé d’un puzzle, dont un morceau est détaché.

S’agit-il d’un cœur brisé ou d’un cœur qui se répare ?

Plus probablement d’un cœur qu’une brisure va permettre de réparer.

J’avais beaucoup avancé dans ma lecture, marquant de post-it beaucoup de pages qui me « parlaient ». Puis le « départ » de mon frère avait fait que j’avais laissé l’ouvrage de côté.

A quoi bon soigner nos plaies réciproques ? Les siennes ne le faisaient plus souffrir, là où il était.

Alors, comme d’habitude, j’ai « zappé » les miennes, et ai mis la tête dans le guidon.

Jusqu’à il y a quelques jours, où j’ai ressenti urgent de reprendre ma lecture, et voici le passage, qui fait suite à quelques annonces que l’auteur a concoctées, sur un mode un rien sardonique, pour faire toucher du doigt à quel point, en ne s’aimant pas, on peut devenir violent avec soi-même, sans s’en rendre compte, relayant ainsi parfois le vécu issu de la violence psychologique dans laquelle on a pu baigner au début de sa vie (et bien plus encore parfois), parce qu’on ne l’a pas mise totalement et clairement en évidence (même si on peut le croire) :

« Je désire également mettre l’accent sur un autre point, car il présente souvent un obstacle majeur pour la compréhension. Je l’ai constaté lors de mes ateliers sur la relation amoureuse. Tout le monde semble se perdre dans le brouillard aussitôt que nous abordons cette dimension. Le miroir que l’autre nous offre de nous-même ne concerne pas nécessairement notre attitude romantique. Bien souvent, comme c’était le cas pour Hélène, il nous renvoie à une attitude que nous avons envers nous-même et qui est la plupart du temps inconsciente. Cette attitude relève du champ de l’amour. Non plus de l’amour de l’autre, mais de l’amour de soi. » P. 246, « La guérison du cœur », Guy Corneau.

Remontons à la page 240, toujours dans « La guérison du cœur » de Guy Corneau :

« En fait, tout ce qui a été rejeté par la conscience, possède le pouvoir, par l’intermédiaire des complexes, de faire retour dans notre vie. Les complexes font que nous transformons des situations favorables à notre évolution en situations défavorables.

A cet égard, Freud affirmait que tout ce qui est inconscient se répète. Jung ajoutait que tout ce qui a été rejeté par la conscience a le pouvoir de se manifester de manière autonome dans notre vie, sous la forme d’un accident ou d’un destin extérieur dans lequel nous ne reconnaissons pas, de prime abord, la trace de nos refoulements. Notez bien dans ce passage que c’est ce qui demeure inconscient qui a le pouvoir de se répéter. Ce qui a été intégré à la conscience perd ce pouvoir. »

Explications qui rejoignent celles que mes chers inspirateurs célestes ont souvent données, et dans ce but, ils ont souvent tenté d’attirer mon attention sur les dénis.

Mes chers inspirateurs célestes ont insisté sur l’importance de s’accorder le droit de soigner les plaies issues de blessures psychologiques, car si la violence psychologique (et la culpabilisation érigée en mode d’expression en fait partie) ne se voit pas de prime abord, contrairement à la violence physique, les dégâts peuvent être d’une extrême gravité, car cette violence, à l’image d’un cancer, va ronger peu à peu de l’intérieur.

Et rappelez-vous, les signes que j’ai eus avec la chanson :

« Ca ira mon amour »

Je me suis arrêtée sur le mot « Ira », car c’est le 2ème prénom de qui vous savez. Mais il fallait tenir compte aussi, m’ont expliqué ces chers Anges, des mots « mon amour »,

Ca ira, oui mais à condition de retrouver l’amour pour soi-même, qui fait qu’on prend soin de soi, qu’on respecte ce que l’on est, ce que l’on ressent, ce que l’on pense, plutôt que de se dire :

« C’est rien, ça va passer »

Cela risque de passer dans la non conscience, mais tôt ou tard, cela ressortira sous forme d’épreuve ou de maladie, à l’image d’une mine enfouie sur laquelle on mettra le pied.

A bientôt pour la suite.

Bonne soirée.

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:27

P1010311

 

Hello !

Non, je n’ai pas disparu corps et biens, mais la période est « agitée ».

Comme le laissait entrevoir la « glissade » de ma voiture dans le rond-point, due à une déformation d’un de mes pneus arrières (consécutive à un choc, probablement !!!!), j’ai glissé un « tantinet » sur la peau de banane, revers de la médaille des cadeaux de l’épreuve du décès de mon frère, et suis retombée à pieds joints dans le rôle de l’enfant/pansement/objet de remplacement.


J’essaierai d’y revenir un peu plus, si je trouve les mots, mais commençons par le commencement :


Le pardon et ses conséquences.

 

Pardonner, m’ont dit ces chers Anges, cela ne veut pas dire absoudre sans réserve et considérer que les choses qui se sont produites sont nulles (enfin, dans le sens de « pas ») et non avenues, donc qu’il faut en accepter les effets et conséquences, ce qui revient une fois encore à se nier.

Absoudre, nous dit le Larousse, c’est notamment « exempter d’une peine ».


Exempter de ressentiment, de faire payer à l’autre ses actes, oui…

Mais cela ne signifie nullement ( !) de « s’asseoir » sur les effets dévastateurs que les actes en question ont déclenché en nous, et accepter de retomber dans le jeu de « l’offenseur » parfois toxique, pour ne pas dire plus, et retomber dans le pli… sûrement pas !


Impossible alors de sortir du piège de la fidélité inconsciente à ce qui est attendu de nous, consciemment ou pas, et qui n’a absolument pas lieu d’être, et cela même si l’on en a compris le fonctionnement.


La solution pour arriver à s’en extirper et à s’accorder le droit de la liberté d’être, de la liberté de vivre, de la liberté de faire, du droit d’être un être « souverain » à part entière, en se dégageant du terrifiant sentiment de culpabilité que l’on peut ressentir à s’accorder ces droits-là ?

La solution, elle m’avait été donnée il y a quelque temps, quand, dans un récent numéro de la revue « Pleine Vie » (!!), mon compagnon avait découvert la photo de Joe, que j’avais « zappée » en tournant les pages, car elle s’était collée à la précédente.


En vis-à-vis de cette page, il y avait un article :

« Comment ça va l’amour ? »

« Un rendez-vous sans tabou pour mieux vous aider dans votre vie amoureuse. Une seule règle, ne pas avoir peur des mots ».


Voilà la solution. Face à des comportements vécus dans l’enfance et plus encore jusqu’à un âge... disons… « avancé », l’enfant qui est en nous peut ne pas se sentir le droit de porter un jugement, et, même s’il n’en voit et comprend que trop bien, hélas, les effets toxiques, et tente de s’en affranchir, cet enfant qui subsiste en nous, peut éprouver énormément de mal à transgresser les vetos, les interdits, s’en interdisant inconsciemment le droit, et de ce fait, risque de passer à côté de sa vie, toute sa vie, avec tout le mal être et les souffrances que cela suppose.

La « seule règle » donc, c’est de bousculer ces tabous-là, d’analyser la situation, et de s’accorder le droit, tranquillement, sans haine, mais fermement, droit de mettre les mots exacts sur les comportements, y compris et surtout s’ils relèvent de la pathologie.


Cela ne veut pas dire condamner, cela n’empêche pas d’essayer de comprendre le pourquoi, mais cela remet les choses à leur vraie place, afin de permettre de s’autoriser à s’affranchir, à ne plus être donc esclave de comportements, asservissements et directives qui outrepassent des droits, ne se justifient donc pas, et surtout pas en leur collant le mot « amour ».


L’Amour, on ne le répètera jamais assez, il ne phagocyte pas, il RESPECTE, il laisse l’autre libre d’être, de penser, de décider et de s’exprimer, y compris dans sa différence.

Bonne journée !

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:58

 

P1010613

 

Mémère a trouvé sa place, elle

 

Hello !

Quand je suis « tombée » sur ce T-shirt publicitaire, en fouinant au marché, lundi, je n’ai pas fait attention à ce surnom : « Coco », même si mon intuition m’y ramenait.

Et hier matin, cela m’est revenu, car le souvenir était très lointain : j’étais pratiquement sûre que c’était le surnom que ma mère donnait à mon frère quand nous étions petits.

Alors hier, je lui ai posé la question :


« Tu n’appelais pas Gérald Coco quand il était petit ? »


Elle a mal saisi, car elle m’a répondu :

« Popo non, mais Coco oui ! »


Je suppose que ce gentil signe est aussi à l’intention de ma belle-sœur, qui va faire arranger l’intérieur de leur maison, car il l’avait construite lui-même, y laissant beaucoup de sa santé, et n’avait pas eu la force, les dernières années, de faire les finitions.


Significatif, là encore, puisqu’il m’a été expliqué, peu après son « départ », que, de « là-haut », il va l’aider à trouver sa force en elle.


Quelques petits signes que nous avons eus :

Tout début octobre, ma mère et ma belle-sœur sont venues nous voir. Je me suis donc mise aux fourneaux. En pelant une tomate que j’avais depuis quelque temps, et qui était dans un état de conservation parfaite, j’ai eu la surprise d’y trouver 7 ou 8 graines germées à l’intérieur, certaines atteignant 2 ou 3 centimètres, avec de toutes petites feuilles. J’en ai déjà parlé, les tomates me font penser à mon frère, car il avait la main verte, surtout avec les tomates.

Je les ai mises de côté pour les photographier, mais ai oublié, et elles ont séché : trop la tête dans le guidon, oui, je sais.


Puis je suis partie les chercher en voiture à la gare…

Un panneau publicitaire d’un marchand de pneus a attiré mon attention, m’amenant un sourire :

« Evite de déraper » (allusion à ma « glissade » dans le rond-point, le jour où j’étais allée chercher la peinture du séjour).

J’avais cru qu’il y avait une plaque d’huile, mais en fait, le contrôle technique a révélé dernièrement qu’un de mes pneus arrière a une déformation due probablement à un choc.

Significatif là encore, non ?

La suite dès que possible car la « corrida » (recherche de maison !) a commencé.

Bonne journée !

 

Partager cet article
Repost0