Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 11:57

P1020647.JPG

 

Hello !

 

Merci encore à tous et toutes de vos messages et com., et plus particulièrement à Florence.

 

Certes, j’ai bien réalisé qu’il ne sert à rien de râler après l’ancien « toubib » de mon frère, qui n’a pas fait son travail, laissant mon frère se débrouiller face à ses souffrances et dépendance, si je fais la même chose de mon côté: ne pas faire partager ce qui m’est appris.

 

Cela dit, avoir confirmation que ça apporte du baume au cœur de certains et certaines parmi mes nombreux lecteurs, cela est quand même le meilleur encouragement à continuer d’écrire.

 

Pour achever de me « rebooster », ces chers Anges ont quand même fait preuve d’ingéniosité, on peut leur faire confiance.

 

Dimanche matin, 4 Mars, nous sommes donc partis tôt pour nous rendre chez mon frère, ma belle-sœur et ma mère. Sur le chemin, je voulais m’arrêter à une brocante…

Sauf que je me suis mélangé les pinceaux sur le nom du village. Il a fallu faire demi-tour quand nous nous sommes aperçus qu’elle se situait dans le village traversé précédemment.

 

Sur le trajet, nous avons dû zapper « Nostalgie », car on n’entendait pas bien… A la grande satisfaction de mon compagnon qui avait ainsi un prétexte pour écouter ses infos.

 

J’ai bien tenté de « zapper » à nouveau, mais l’écoute n’était toujours pas terrible. Juste le temps d’entendre la chanson de Jean Jacques Goldman…

« Il suffira d’un signe » !!!

 

Et j’ai remis la station d’infos.

 

Un peu plus tard, j’ai remis Nostalgie, qu’on entendait clairement, enfin. Peu après 11 heures, j’ai reconnu le début de la mélodie de qui vous savez:

 

« Le dernier slow »

 

Je commençais à me trémousser sur mon siège, au volant, quand le présentateur est intervenu pour rappeler que nous étions jour de…

 

« Fête des grands-mères » et le leur souhaiter !

 

J’ai zappé ses paroles l’espace de quelques secondes, en réalisant que c’était aussi ma fête…

 

Puis je suis revenue à mon écoute pour entendre le présentateur annoncer Joe !

 

Gentille petite attention de ces chers Anges, car Nostalgie passe en règle générale des chansons d’il y a quelques années (bon, décennies peut-être), donc était-ce bien une « coïncidence » si ces souhaits se sont faits sur cet air là, justement ?

 

Ma fille et sa famille, ainsi que notre plus jeune fils nous ont rejoints chez mon frère, et ma petite-fille m’a tendu un paquet pour ma fête, contenant un t-shirt dont j’ai mis la photo, en haut…

 

Il représente un lapin qui montre un réveil (à l’aide d’un parapluie refermé), avec écrit:

 

« Alice, it’s time to Wake up !!! »

 

Bouche bée, j’ai demandé à ma fille si elle avait lu mon blog dernièrement. Elle a répondu par la négative (ses conditions de travail ont changé), mais m’a dit qu’elle avait senti d’acheter cela parce qu’elle se rappelait l’histoire précédente (du réveil qui déjà, il y a 7 ans environ, donnait des signes pour dire « réveille-toi »).

 

J’étais bien contente: « Alice au pays des merveilles », cela annonce tout un programme. Ne me rappelant plus trop l’histoire, je me suis promis de regarder sur Internet… mais ai oublié.

 

Lundi matin, avec le programme télé, j’ai acheté une revue féminine:

« Modes et travaux »

 

Tandis que je le feuilletais, quelques heures plus tard, quelle ne fut pas ma surprise de trouver, dans la rubrique « Ma boutique », p. 163...

 

Un kit permettant de réaliser un ouvrage, comportant… Alice et le lapin blanc !!

 

Voici la légende:

« Alice est une petite fille rêveuse… Un jour elle rencontre un lapin blanc, se lance à sa poursuite et atterrit dans un monde étrange.

D’innombrables aventures l’attendent. »

 

Je suis allée voir l’histoire sur Internet. D’abord, elle comporte une suite…

 

« De l’autre côté du miroir » !!!

 

Ensuite, il y est indiqué qu’Alice, enfant, avait pénétré une fois dans ce monde dit « des merveilles », et y retourne ensuite, à l’âge de 19 ans, pour vivre des aventures dans un monde un peu… « particulier » dirons-nous.

 

Rien de tel pour motiver et chasser les craintes, non ?

En tous cas, en ce qui me concerne, OUI, mille fois OUI. Ces chers Anges me connaissent mieux que moi-même, à n’en pas douter !

 

« Plus vit’ ! » chantait l’oiseau qui s’est montré enfin à moi, le jour de la…

 

« Sainte Félicité »

 

Je sens que je deviens sportive, et ça c’est déjà une forme d’exploit !

Bonne journée ensoleillée à tous et toutes !

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 11:10

 P1020573.JPG

 Phooto personnelle prise par mon compagnon: 3 corbeaux

 

 

Hello !

 

Durant mon enfance, comme je n’avais pas le droit d’aller « roder » avec les autres enfants, je me suis réfugiée dans la lecture (y compris la bibliothèque de mes parents, et jusqu’au dictionnaire, quand je n’avais rien d’autre à lire).

 

J’étais passionnée par les animaux, rêvant d’avoir un zoo quand je serais « grande ». Nous habitions la campagne, notamment en bordure du canal du midi, alors j’observais les « petites bêtes », surtout les oiseaux pour lesquels j’avais une attirance particulière.

 

Petite anecdote pour vous faire sourire: je rêvais de voler pour pouvoir être plus proche d’eux. Aucune aile ne me poussant, j’ai décidé un jour, du « haut » de ma dizaine d’années, de…

 

M’en fabriquer !

 

Flanquée de mes « ailes », et afin de les tester, je n’ai rien trouvé de mieux à faire, un jour, que de monter (à l’aide d’une échelle), sur le toit d’anciennes porchères qui occupaient le fond du jardin.

 

Sur ces entrefaites, tandis que j’étais affairée à essayer de faire tenir ma fabrication le long de mes bras, dans le but de sauter du toit (rien de tel pour savoir si elles allaient fonctionner, non ?), sur ces entrefaites donc, mes parents ont fait irruption dans la cour.

Évidemment, quand j’ai expliqué ce que j’envisageais de faire, pour justifier ma position sur le toit, ils m’ont fait descendre illico, et m’ont raconté l’histoire d’Icare.

 

Du coup, mes rêves de voler avec les oiseaux se sont envolés net (c’est le cas de le dire).

 

Mais il y a un chant, entendu toute mon enfance, que je n’avais jamais réussi à identifier. L’oiseau semblait insaisissable.

 

Or, ces derniers temps, nous entendons tous les jours ce chant, avec mon compagnon. Enfin, plutôt, nous avons été amenés à le remarquer. Lui aussi a entendu ce chant toute sa jeunesse, mais sans chercher à l’identifier.

 

Le chant semble dire:

 

« Plus vit’ plus vit’ plus vit’ » !!!!!!

 

Pas moyen d’identifier la petite « bête », apparemment très sauvage et craintive, car elle s‘envole à tire d‘aile, dès qu‘on bouge ou qu‘on approche.

Mon compagnon, à 2 reprises ces derniers jours, m’a dit l’avoir vue, et qu’il s’agissait d’une mésange (MES ANGES ?).

 

Je n’y croyais pas, vu ce que j‘en savais.

Mais en fait, c’est le cri de 2 sortes de mésanges que je connais: la mésange bleue et la mésange charbonnière. Or, il y en a plusieurs sortes, avec des différences entre mâle et femelle, ce qui ne facilite pas l’identification.

 

Mais hier après-midi, il s’est passé quelque chose d’étrange.

 

Je ponçais un meuble sur la terrasse, quand j’ai entendu ce « Plus vit’, plus vit’, plus vit’ », semblant très proche. En levant les yeux, j’ai entraperçu l’oiseau chanter, il s’est enfui sans que j’aie le temps de l’observer. Dommage ! J’étais passée près de résoudre une énigme datant de mon enfance, ai-je regretté.

 

J’ai continué à m’affairer, quand à nouveau, le chant s’est fait entendre. J’ai relevé la tête, puis me suis redressée pour mieux voir.

L’oiseau était revenu dans l’arbre, à quelques mètres de moi, bien visible cette fois-ci, mais cette fois-ci, il n’a pas été effrayé par ma présence, et a continué à chanter encore un peu. J’avais l’impression qu’il me laissait le temps de l’observer pour pouvoir l’identifier.

 

Il semble effectivement être de la famille des mésanges, mais pas de celles que l’on voit couramment. Je fais des recherches, mais ce n’est pas aisé.

 

Le fait de l’homonymie entre « Mésanges » et « mes Anges » m’a fait penser à un signe, alors j’ai analysé.

 

Je suppose que je vais probablement (ainsi que mon compagnon, apparemment, puisqu‘il a eu l‘opportunité de l‘observer avant moi à 2 reprises), avoir l’occasion de résoudre une énigme qui date de l’enfance, probablement en rapport avec les peurs qui font fuir, et/ou arrêter de chanter et/ou laisser sa place.

 

Toujours sur le sujet des oiseaux, j’ai médité aussi sur le « sauvetage » (hi ! Hi !) de ce bout de bois pris pour un oiseau, le 28 février. Outre le fait que cela nous a donné l’occasion de bien rigoler, j’ai fait le rapprochement avec la similitude de situation avec le bouvreuil « rendu à la vie » le 9 Mai, et le fait que le 28 était aussi l’anniversaire de mon frère.

 

Cela voudrait-il dire que tout ce qu’on fait pour apporter une aide désintéressée, y compris à ce qui semble insignifiant et sans importance pour beaucoup (qu’est-ce que la vie d’un bouvreuil dans ce monde, aux yeux des humains, ça ne rapporte rien, pas vrai ?) ; se pourrait-il donc que ces chers Anges aient voulu démontrer que tout geste d’Amour pur et désintéressé que nous faisons, entraînera automatiquement les mêmes aides, les mêmes gestes d’Amour pour nous-même et aussi nos proches ?

 

Mon opinion sur le sujet est faite. A vous de faire la vôtre.

Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 11:31

 

P1020616.JPG

 Photo personnelle de traces de "papattes" d'un oiseau dans la neige

 

 

 

Hello !

 

Il est quelquefois arrivé qu’on me dise que je vois des signes partout. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui refusent de voir les leurs, et qui crient à l’injustice de la vie quand ce pourquoi on les prévenait arrive, qui aurait pu peut-être être évité.

 

Le spectacle « magique » de ces dessins sur ma voiture, que j’ai failli ne pas photographier du tout, trop obnubilée par le travail et les occupations, j’enrage de ne pas l’avoir photographié davantage.

 

Il m’a fallu du temps, et quelques signes, pour réaliser à quel point je suis encore, parfois, « aveugle » et « sourde » à tous ces signes, contrairement à ce que pensent les ignorants.

 

Sur le trajet, ce matin là, je me suis vaguement étonnée de ne pas avoir de signe à la radio.

 

« Ça dort « là-haut », me suis-je dit. Puis, magnanime (hi ! Hi !), j’ai pensé qu’ils en avaient bien le droit, avec tous les signes forts que j’avais eu les derniers jours (j’en ai encore à vous raconter).

 

Réponse des bergers à la bergère ?

 

Alors que je redémarrais ma voiture, ce lundi matin, de Caussade, un air interprété par France Gall se fit entendre. J’allais zapper pour trouver quelque chose de mieux, quand des paroles m’ont (quand même !) sauté aux oreilles:

 

« Et il éclaire le monde pour nos yeux qui ne voient rien.

Si le bonheur existe, c’est une épreuve d’artiste… »

 

Là, j’ai enfin réalisé en pensant au titre de la mélodie:

« Cézanne peint »

 

J’ai réalisé donc, que j’avais eu un signe magnifique, mais n’en avais pas saisi tout l’importance.

 

Pourquoi ces dessins sur ma voiture, et pas sur celle de mon compagnon ? Même si elle n’était pas juste à côté, elle était dans le même sens.

 

Cela m’a rappelé qu’un matin, il y a peu, j’avais bien remarqué des dessins formés par le givre: une myriade de petites étoiles de givre couvrait finement la voiture, comme des motifs ciselés sur un tissu. J’avais déjà ressenti de devoir prendre une photo, mais ne l’avais pas fait. C’était pourtant la première fois que je voyais un « travail » aussi fin.

 

Habituellement, il y a une couche de givre, et c’est tout.

 

J’en retire la « leçon » suivante: je passe encore à côté de trop de belles choses, trop obnubilée que je suis par toutes mes « tâches ».

 

C’est aussi ce qui a conduit mon frère à la maladie, il en a pris conscience, et y remédie.

 

Je suppose que les bonnes nouvelles sur la santé (et le reste), de mon frère, semblent dans la continuité de ces signes encourageants et forts. Le « problème » n’est pas évolutif, et au vu des derniers résultats, mon frère devrait échapper à l’opération et à la chimio. Il n’y aurait « que » radiothérapie.

 

Preuve que dès que l’on comprend ce qu’on devait comprendre, les choses s’arrangent au mieux ???

 

A chacun de se faire son opinion.

Bonne journée !

Partager cet article
Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 16:34

 

 P1020646.JPG

 Désolée de ne pas avoir pris le temps de prendre plus de photos

 

Hello !

 

Je ne sais pas si j’aurai le temps de vous raconter tous les signes que j’ai eus, mais celui de ce matin me semble important.

 

Avant de vous l’expliquer, il faut remonter au début février, et à la période de grand froid.

 

Un matin, nous devions partir faire des courses, avec mon compagnon, et il a entrepris de dégivrer sa voiture.

Comme il est du genre maniaque, et qu’il « racle » dans les règles de l’art (il ne reste pas un soupçon de givre !), alors que moi, c’est plus, disons… brouillon…

Je le laisse faire !

 

En attendant, mon regard est tombé sur la mienne, de voiture. Elle était blanche et gelée comme un citron givré, dans le froid glacial, même s’il faisait beau et que le soleil commençait à briller.

 

Machinalement, mes yeux se sont portés sur le haut, au niveau du toit, sur lequel le soleil dardait un rayon, qu‘on pouvait supposer plutôt frisquet.

 

Et c’est alors qu’une goutte d’eau, qui a fondu sous son effet, a commencé à s’étendre, dégelant à vue d’oeil le haut de ma voiture, depuis le toit !

 

Cela descendait en triangle. J’étais assez impressionnée de voir cela. Ce spectacle semblait tellement étrange, vu le froid glacial:

Comment un rayon de soleil pouvait-il arriver à faire fondre cette couche de givre à cette vitesse ?

 

C’est vrai que cela donnait à l’atmosphère une impression d’irréalité, mais bon, est-ce le froid qui gelait « mon » neurone ? Je n’y ai pas vu de signe sur le moment, juste un fait curieux.

 

De toute façon, mon compagnon avait terminé son raclage en règle, et je me suis engouffrée dans la voiture sans plus trop y penser.

 

Ce souvenir m’est revenu ces derniers temps, avec les soucis de santé de mon frère, et tout ce que cela a entraîné de positif. Son changement radical d’état d’esprit par rapport à la spiritualité, le mien aussi, qui étais presque prête à arrêter d’écrire.

 

Mais d’autres signes que j’espère avoir le temps de vous raconter semblent indiquer que ce n’est pas fini, que les choses s’accélèrent encore.

 

Ce matin, plus particulièrement. Je suis sortie un peu avant 8 heures. J’étais en retard. Ma voiture était à nouveau gelée du sol au plafond. Je l’ai mise en marche et ai entrepris de racler les vitres. C’est là que je me suis aperçue que la couche de givre qui recouvrait le capot et les vitres formait des dessins inhabituels.

 

Il y a eu du vent, hier soir, alors qu’ici on en a rarement.

 

Était-ce un vent « artiste » ?

 

J’ai hésité, vu mon retard, mais quelque chose m’a poussée à aller chercher l’appareil photo, avant de partir, pour vous montrer tout cela.

 

J’ai ramené l’appareil en courant, et au moment de monter, j’ai mieux regardé l’ensemble de la voiture, pour constater…

 

Que c’était toute la voiture qui était ainsi, non que les vitres et le capot !

 

Je ne sais si vous distinguerez bien, mais les dessins montraient des palmes très nettes, entrelacées, d‘une finesse impressionnante. Même mon compagnon, à qui je n’avais pas dit ce que cela m’évoquait, l’a reconnu sur les photos !

 

P1020645.JPG

 

 

 

La suite bientôt !

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 16:24

Hello !

 

Dimanche matin, nous avons décidé d’aller promener dans une brocante à une cinquantaine de kilomètres de chez nous. Il faisait beau, et j’avais vraiment envie de me changer les idées.

 

Je conduisais en pensant évidemment à mon frère et à ses problèmes de santé, pour arriver à la constatation que nous sommes une famille pudique, l’amour que nous nous portons, nous ne savons pas l’exprimer autrement que par des actes.

C’est le « formatage » de nos conditions de vie familiales et de l‘enfance.

 

Je passais en revue tout ce qu’il était possible pour nous de faire, pour l’aider.

 

D’abord, j’assurai mes braves Anges que j’allais mettre tout en œuvre, de mon côté:

 

« S’il faut que je devienne guérisseur, je serai guérisseur, s’il faut que j’aille décrocher la lune, j’irai la décrocher ! »

 

D’autre part, j’avais demandé à mon amie numérologue de faire une étude sur les aptitudes professionnelles de mon plus jeune fils (avec son accord, bien sûr), quand il a été question de son orientation professionnelle, car il n’avait pas d’idée précise.

 

Son étude s’est avérée efficace, mais elle m’a aussi révélé qu’il avait des « dons », probablement de guérisseur lui aussi, et qu’un jour, il serait amené à les utiliser (cela m’avait déjà été dit quand il était petit, par une magnétiseuse).

 

Si je l’ai dit incidemment à mon fils, je me suis bien gardée d’approfondir, ne voulant pas à le pousser dans cette voie. D’abord parce que cela doit venir de lui, et aussi surtout parce que mon expérience m’a prouvé trop souvent que les écueils et pièges sont fréquents dans cette voie du « paranormal ».

 

Quand il sera adulte, quand ce sera le moment, ses Anges sont les mieux placés pour le guider, ai-je pensé

 

Alors dimanche, j’ai pensé que ce moment était peut-être venu, et je me suis promis de lui en parler.

 

Peu après, les premières notes de la chanson de Grégoire:

« Toi + moi », ont commencé à la radio (chérie, je crois, je n’ai pas noté).

 

J’ai commencé à chanter avec lui, en sautillant sur mon siège et en tapant la cadence sur le volant…

 

Quand nous sommes arrivés au passage:

 

« A deux, à mille, je sais qu’on est capable,

Tout est possible, tout est réalisable… »

 

A ce moment, les sanglots l’ont emporté… Mais des sanglots d’espoir, puisque je ne crois ni au « hasard », ni aux « coïncidences ».

 

Et à la fin de la chanson, je me suis rendu compte qu’en chantant, j’avais passé un tunnel, sans m’en rendre compte. Bonne symbolique, non ?

 

J’ai repris le cours de mes pensées, supposant que j’allais devoir travailler à décadenasser les mots, à me débarrasser de ces blocages qui se sont installés avec les idées fausses sur lesquelles je me suis construite, au son de:

« Tu ne m’as pas laissé le temps », chanson de David Halliday, dont:

 

« Pourquoi sans prévenir,

Un jour tout s’arrête

Et vous laisse encore plus seul sur terre

Sans savoir quoi faire

 

Tu ne m’as pas laissé le temps

De dire tout c’que je t’aime

Ni tout c’que tu me manques »

 

 

Et dans la foulée, j’ai traversé un 2ème tunnel. Il semble que ce ne sera pas forcément des plus facile. Peut-être en travaillant en psycho généalogie ? Car il va falloir expulser des notions imaginaires sur lesquelles je me suis construite… pour mon malheur.

 

Réponse ?

 

Sur le chemin du retour, il s’est passé quelque chose d’étrange. La radio (Chérie FM), diffusait une chanson d’une jeune interprète Canadienne qu’aime beaucoup mon plus jeune fils… quand l’écoute est devenue moins bonne, et un autre air est venu se superposer.

Quelques mots m’ont alors sauté aux oreilles:

 

« On ira, où tu voudras, quand tu voudras » !

 

Je me suis penchée pour écouter, et effectivement, c’était bien la voix de Joe qu’on entendait faiblement, par moments, en alternance avec l’autre chanson.

J’ai zappé pour essayer de trouver la station qui le diffusait, mais sans résultat.

Puis cela a cessé, et le programme a continué. Je n’y prêtais plus attention quand cela a recommencé: à nouveau, un autre air est venu se glisser au milieu de la mélodie (j’ai oublié laquelle).

Et c’était ???

 

« Dam dam déo » (de « L’horloge tourne », interprétée par Mickaël Miro).

 

Comme vous le savez, cette chanson représente pour moi la recherche en psycho généalogie que j’ai faite en mai, et surtout du fait de son titre.

 

Cela s’est produit plusieurs fois, avant de cesser…

 

Le temps d’arriver à la sortie du village:

« Saint Pierre la Feuille »

 

« Coïncidences », c’est le prénom du 1er mari de ma mère, fusillé, et juste avant, dans le billet de la veille, le 25:

« Ca ira avec les Anges », je vous avais mis la photo d’une feuille rouge au milieu du vert, qui me paraissait adaptée au sujet.

 

Voilà pour la journée du 26 février !

Bonne fin de journée !

 

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 18:57

Hello !

 

Tellement de chose « extra-ordinaires » se passent que j’ai du mal à savoir par où commencer.

 

Je savais que c’est dans les périodes d’épreuves que les Anges se révèlent pour nous permettre de trouver (si on la demande et si on l’accepte), cette force bien cachée au fond de nous, que je nomme personnellement Dieu.

 

Mais là, je suis sidérée. Je me doutais que c’était la raison de l’épreuve de mon frère, mais la vitesse avec laquelle la « mission » a été accomplie me sidère, et pourtant, depuis 10 ans, j’en ai vu.

 

Même si ce travail, mon frère l’avait commencé depuis quelques semaines, le fait que le radiologue du scanner lui ait dépeint un tableau sombre, vendredi, lui a fait toucher le fond, certes, mais la « poussée d’Archimède » a été à la hauteur.

 

Ça y est, non seulement il croit aux Anges, ainsi qu’à cette force « divine » que chacun a en soi, mais il a changé d’une façon qui nous impressionne tous.

 

Hier déjà, il m’avait dit avoir compris ce qui l’avait conduit là, et qu’il ne fallait pas que nous nous inquiétions, car il était en voie de guérison. Ceci dit sur un ton calme mais ferme, sans fanfaronnade, avec une voix qui s’éclaircit de jour en jour (grâce aux traitements, bien sûr aussi, c’est un tout, cela va de soi).

 

Bien évidemment, sa certitude fait écho à ce que je ressens profondément en moi, sans l’ombre d’un doute, je vous raconterai les signes (il y en a eu beaucoup !).

 

Ensuite, ma belle-sœur a réussi à s’arrêter aussi de fumer. D’abord pour mon frère, qu’elle adore, pour elle-même, et aussi avec l’aide d’un livre que je leur avais offert il y a quelques années (pour essayer de les faire arrêter), très efficace, mais qu’ils n’avaient pas lu.

 

Il s’agit, pour ceux et celles qui seraient intéressés, de:

 

« Méthode pour arrêter de fumer » par Allen Carr, qu’on trouve facilement, il suffit de chercher sur Internet, et qui ne coûte pas cher du tout (dans les 5€). Parfois il faut le lire 2 fois, mais pas forcément.

 

Mais aussi, parce que les examens médicaux de mon frère ont eu lieu dans le service de « pneumo ». Ceux et celles qui connaissent comprendront.

 

J’espère que mon compagnon, qui assiste à tout cela, comprendra aussi, même s’il a fait une partie de chemin, et voudra bien s’en servir de cette aide et cette force, pour arriver à sortir de ses problèmes d’allergie très difficiles à vivre, qu’aucun praticien ne parvient, pour le moment, à lui faire cesser. Cela m’avait été annoncé, je vous l’ai parfois dit, pour l’y amener.

 

J’en parlerai, un jour, de son problème, qui touche et touchera de plus en plus de gens (« hasard », il est évoqué dans Femme Actuelle de cette semaine, mais sur quelques lignes annonçant une enquête sur le sujet).

 

Il y a quand même quelque chose qui nous laisse tous sans voix.

 

Ma belle-sœur me disait, il y a quelques jours, qu’elle avait ressenti devoir imposer ses mains sur le poumon de mon frère. Elle l’a fait en tout 3 fois, avec, je suppose, toute l’énergie de son amour.

 

Ce matin, le généraliste est passé voir mon frère, dès qu’il a reçu les conclusions du chef de service de l’hôpital, à la suite de son examen de lundi.

 

Il en ressort que le problème est au stade primaire, donc bien moins important qu’annoncé, mais ce qui est étrange, c’est que la mesure effectuée vendredi, faisait état de 6 cm, or il ne mesure plus « que » 3 cm.

 

Comment l’expliquer ?

 

Erreur ??

 

Ou alors, serait-ce à rapprocher de l’Amour, « le guérisseur », dont on parlé les Anges ?

 

On verra bien.

 

La médecine intègre de plus en plus les guérisseurs dans le parcours de soins, pour aider à supporter les effets secondaires de la chimio, notamment, mais aussi pour les zonas, etc.

 

Alors, je me prends à rêver…

 

Peut-être un jour intègrera-t-elle la part des Anges (même si elle doit mettre un mot plus « scientifiquement correct »). Les malades auraient tout à y gagner, ainsi que les familles qui souffrent à leur côté, leurs finances, la sécu….

 

Car l’aide des Anges, elle est gratuite, illimitée, 24 h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an, et sans effets secondaires, donc sans danger, puisque de surcroît elle aide sans assister.

 

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:40

coeur_38.gif

 

 

Hello !

 

Ce matin, nous sommes partis très tôt car mon compagnon avait un rendez-vous pour ses problèmes de santé, dans le Cantal.

 

Je passe sur les « petits » signes, pour vous raconter notre retour. Je conduisais, car mon compagnon était fatigué.

 

A un moment, était-ce dû à l’effet des lunettes de soleil que je portais, à cause du beau soleil, ou plus probablement à un petit tour de « passe-passe » de ces chers Anges, mais en longeant la route, j’ai vu, sur le bord, ce qui m’a semblé être…

 

Un oiseau, immobile, au sol, qui ne s’est pas envolé à notre passage. Un coup d’œil dans le rétro m’a permis de le vérifier.

 

Certes, il n’avait pas une couleur habituelle, mais bon...

 

Je me suis garée dès que possible. Mon compagnon qui somnolait sur le siège m’en a demandé la raison.

 

Évidemment, quand je lui ai expliqué qu’il était hors de question que je laisse un oiseau mourir tout seul au bord d’une route, que je partais le ramasser, il a rouspété.

 

Peu importe, j’ai couru dans la direction de la petite bête, me demandant dans quoi j’allais la mettre. Je n’avais pas de contenant, comme au mois de Mai quand j’en ai secouru un dans les mêmes conditions.

Bon, mais on verrait bien.

 

Arrivée devant la petite forme, qui n’avait bien sûr pas bougé (et pour cause), j’ai éclaté de rire, en constatant qu’il s’agissait en fait…

 

D’un morceau de bois !

 

D’une forme inhabituelle, car issu d’une coupe, probablement.

 

J’ai tourné les talons, en me demandant comment j’allais l’expliquer à mon compagnon pour éviter les railleries.

Je résolus de dire que ce n’était pas un oiseau, point.

 

Avec un peu de chance, il se contenterait de l’explication.

 

Je suppose que je devais avoir quelques Anges malicieux autour de moi, car un routier m’a klaxonné joyeusement, en me dépassant (pourtant je marchais presque dans la rigole (!!!).

 

En entrant dans la voiture, j’ai lâché d’un coup ma phrase préparée… mais évidemment, mon compagnon ne s’en est pas contenté.

 

« C’était quoi ? Un bout de bois ? » me demanda-t-il goguenard.

 

J’ai acquiescé en riant. Estomaquée, j’ai failli lui demander comment il avait deviné, vu qu’il somnolait, il ne l’avait donc pas vu.

 

Mais la réponse m’est venue à l’esprit dans la seconde.

Ces chers Anges avaient dû se faire un « devoir » de le lui inspirer.

Mon compagnon a levé les bras au ciel:

 

« Il n’y en avait qu’une, et c’est moi qui l’ai eue ! »

 

« Oh ça va », lui ai-je rétorquée, pleurant de rire.

 

Il n’y avait pas un brin de vent, alors, comment expliquer qu’un peu plus loin, sur cette route de campagne proprette, j’ai dû ralentir à cause d’une autre forme, sur la route ?

 

En la dépassant, nous avons constaté qu’il s’agissait d’un de ces pots à fleurs marron de jardinerie, en plastique.

 

Bien évidemment, mon compagnon, bien réveillé maintenant, n’a pu s’empêcher de me lancer:

 

« Un oiseau, un oiseau écrasé, il n’est peut-être pas mort, tu ne t’arrêtes pas ??? »

 

Nous n’avions pas fini d’en rire, qu’une autre forme s’est profilée sur la route. En la doublant, nous avons constaté qu’il s’agissait…

 

d’une boîte à gâteaux de pâtisserie, en carton BLANC.

 

« Un corbeau, un corbeau, il n’est peut-être pas mort !!! Tu ne t’arrêtes pas ???? »

 

Après quelques lamentations, il m’a prévenue:

« Tes enfants vont le savoir tout ça ! »

 

Pas grave, ça ne les étonnera pas !

 

Arrivés à la maison, il est venu me tourner autour, l‘air faussement déçu:

 

« Dommage, quand même, ce pauvre oiseau sur la route »

 

Bon, voilà, allez, on peut compter sur ces chers Anges pour mettre dans nos vie des occasions de rire pour surmonter les soucis et RESISTER !

 

Ajoutez cette phrase, attribuée à Voltaire, sur laquelle je suis tombée par « hasard » il y a une paire de jours, qui dit à peu près ceci:

 

« J’ai décidé d’être heureux, parce que c’est bon pour la santé ».

 

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 17:44

P1020603.JPG

 Une partie du réfectoire des oiseaux cet hiver, au jardin.

 

Hello !

 

Merci pour votre soutien.

Nous avons eu des nouvelles bien plus rassurantes de mon frère, hier, à la suite de la fibro des bronches. Cette fois il a été vu par le chef de service.

Résultat: la localisation du problème est limitée et « bien placée ».

 

Immense soulagement.

 

Ma belle-sœur m’a raconté le signe encourageant quelle avait eu le jour de la mauvaise nouvelle.

Ils ont recueilli une poule il y a quelque temps. Pour ne pas la laisser seule, ma belle-sœur l’a mise dans la volière des oies qu’ils ont depuis longtemps (pour les œufs), et aussi afin qu’elle soit plus au chaud.

 

Ce matin là donc, en allant leur donner à manger, elle a vu la poule au sol, inerte, et le jar (le mâle oie), qui lui tirait les plumes. La bébête n’a pas bougé quand elle l’a touchée. Ma belle-sœur a cru qu’elle était morte. N’étant pas trop en forme, elle-même, elle a préféré attendre de se sentir mieux pour l'enlever.

 

Quand elle est revenue, plus tard, pour la sortir…

Quelle ne fut pas sa surprise de la retrouver sur pattes, bien vivante et picorant, comme si de rien n’était !

 

Bonne symbolique, qui s’est vérifiée peu après, avec les résultats.

 

Beaucoup d’autres signes, mais dans le prochain billet, pour vous faire sourire, je vous raconterai la journée d’aujourd’hui, durant laquelle ces chers Anges ont mis le paquet pour nous faire faire provision de rires et de bonne humeur.

 

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 15:20

Hello !

 

Petite précision que j’ai déjà faite plusieurs fois, mais qu’il est bon de répéter, c’est que si nos destins individuels semblent parfois liés, notamment sur le plan familial, ils sont quand même indépendants les uns des autres, bien évidemment.

 

Personne n’est responsable du déroulement du destin de qui que ce soit.

 

C’est « simplement » la perfection de la vie (que je qualifie personnellement de « plans divins »), qui fait que nous nous fondons dans une sorte de « puzzle » dans lequel chacun trouve sa place.

 

Et pour ce qui est de trouver sa place, justement, samedi, vers 12h30, en mettant le couvert, je pensais à ce qui me bloquait encore, jusque là. Paradoxalement, alors que c’est une des belles choses qui me motivent le plus, pourtant, ce qui me freinait, ce sont…

les signes avec mon chanteur préféré.

 

Pourquoi donc ?

 

Parce que c’est pour moi quelque chose de l’ordre du presque « miraculeux », et je redoutais les railleries et ironies méchantes sur le sujet, des ignorants imbéciles, alors qu’il ne s’agit, je l’ai précisé plusieurs fois, que de LA DEMONSTRATION QUE L’AMOUR EST UN LIEN INDESTRUCTIBLE.

 

Même s’il ne s’agit « que » d’un amour candide, respectueux, un rien romantique, d’une jeune fille qui a « un peu » grandi (hi ! Hi !), envers un artiste qui de son vivant ignorait jusqu’à son existence.

Je ne suis jamais entrée en contact avec lui, je ne suis même jamais allée le voir chanter, je le répète. C’était mon chanteur préféré, point.

 

« Mais l’Amour, quel qu’il soit, est comme une tête chercheuse, il est capable de retrouver, au-delà de la « mort », celui ou celle qui l’émet, y compris une petite souris cachée dans son petit trou au cœur de la banquise » disent ces chers Anges.

 

Et ceux et celles (pas vrai ???) qui l’aiment, à lui ou quiconque d’autre, peuvent aussi avoir de beaux signes avec lui (pas vrai ???).

 

Je pensais donc à cela, samedi vers 12h30, quand ma fille m’a téléphoné en me disant d’aller vite mettre la 2 (France2).

J’ai zappé les infos de mon compagnon ébahi, pour tomber sur l’émission de Naguy……

 

« TOUT LE MONDE VEUT PRENDRE SA PLACE !!!! »

 

Le jeu était consacré…

Devinez…

 

A Joe bien sûr !

Le temps de voir son nom affiché, mon regard est tombé directement sur les prénoms des 2 premiers concurrents, marqués sur leurs pupitres.

 

????

Gauthier et Sophie

 

Le premier est le prénom de mon plus jeune fils (mais sans H), et le 2ème celui de ma petite fille (fille de ma fille) !!!

 

Les 2 autres candidats se prénommaient Benoît et Noëlle.

 

« Coïncidence »: Benoît est le Saint patron de la Chrétienté, et Noël est le jour de la naissance de Jésus.

 

J’ai pris des notes, et la première chanson sur laquelle j’ai entendu la question posée, ce fut…

 

« LA FEMME QU’ON ATTENDAIT !!!! »

 

Ces chers Anges m’étonneront toujours, c’est ça qui est magique, et qui pour moi vaut mille fois mieux que tout l‘or du monde.

 

Extrait de « La fleur aux dents »

 

« J’ai connu bien des gens, je les ai tous bien aimés, (!!!), mais dans leur visage au fond je n’ai rien fait que te chercher »

 

!!!!!!!

 

3 autres questions, puis un extrait de: « Si tu penses à moi, comme je pense à toi »

Adaptation de « No, woman no cry (Non, femme, ne pleure pas) »

 

!!!!!

 

3 autres questions, et nouvelle question sur un long extrait de:

 

« L’été indien »

Jusqu’au fameux:

« On ira, où tu voudras quand tu voudras »,

Sur lequel les 4 candidats se sont mis à danser et chanter, 2 par 2 !!!!!

 

Naguy a fait mine de râler sur cette pagaille, et est allé chercher la candidate assise dans le fauteuil rouge, et ILS ONT DANSE ET CHANTE TOUT LES 2 SUR CE MEME AIR, JUSQU’À « ON IRA, OU TU VOUDRAS QUAND TU VOUDRAS » !!!

 

Le résultat du jeu ???

 

C’est Gauthier qui a gagné…

Un téléviseur (récepteur !!!) écran géant

 

Ces chers Anges ont rajouté:

« Si on enlève le H, cela fait Gautier.

H, comme « Haut les coeurs », expression si chère au cœur d’Isabelle et d’Anne-Marie, et surtout pas « Haut le coeur », qui est dégoût ou écoeurement. »

 

Voilà, la suite bientôt.

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 16:42

P1010993.JPG

 Photo personnelle

 

Hello !

 

Il y a quelques jours, je vous ai fait part d’une citation attribuée à Jean de Lafontaine, sur laquelle j’étais tombée par « hasard »:

 

« On rencontre sa destinée, souvent par des chemins que l’on prend pour l’éviter ».

 

Prémonitoire là encore:

 

En essayant de retrouver les billets sur la dépression, j’ai mesuré la somme de mes écrits, depuis bientôt 5 ans, inspirés par mes « petits«  Anges.

 

Du coup, je me suis rendu compte que depuis pas mal de temps, le cœur n’y était plus trop.

Je me faisais un peu tirer l’oreille pour écrire, pour les raisons évoquées dans le précédent billet. J’avais l’impression qu’il fallait peut-être que j’arrête, n’étant probablement pas la mieux placée pour ce « travail ».

 

Alors, j’ai médité sur le sujet, avant-hier matin, et ai attendu la réponse… Qui est arrivée le soir, franco de port, confirmant la perspicacité de M. de Lafontaine.

 

Détail bizarre, ce même matin, à 6h45, je suis sortie sur le pas de la porte pour voir s’il n’y avait pas le chat de voisins, que nous avons baptisé « rominou », qui vient souvent chercher à manger. En le nourrissant, je lui évite aussi de bouffer des oiseaux, cela fait d’une pierre 2 coups.

 

Pas de « Rominou », mais j’ai entendu, longuement, une sonnerie de réveil, sans vraiment pouvoir déterminer de quelle maison elle venait. Nous n’avons que 4 ou 5 voisins dans les parages.

 

J’ai bien ressenti qu’il fallait se réveiller. Pour le coup, il est rude, le réveil !

 

Hier matin, tandis que nous roulions vers le village où nous faisons notre marché, je pensais à ma petite mère, si fragile maintenant, dans sa 90ème année, elle qui était une force de la Nature, et j’ai décrété qu’il était hors de question qu’elle revive un autre drame… dont elle ne se remettrait pas.

Alors, révoltée, j’ai « houspillé » mon père « là-haut »:

 

« Toi qui sais ce qu’il en est de tout cela, maintenant, bouge-toi, fais quelque chose ! »

 

Et j’ai repensé à mes recherches en psycho généalogie, et à tout ce que cela m’avait permis de comprendre. Se pourrait-il que cela fasse cesser la fatalité ?

 

C’est alors que la radio « Chérie FM » (FM étant les initiales de mon demi frère « décédé »), a diffusé la chanson de Michaël Miro:

 

« Dam dam déo »

Dont:

« L’horloge tourne… »

Chanson entendue, je le rappelle, pour la 1ère fois lors de ma première constellation familiale !

 

Autre rappel, le 1er message de mon amie « décédée » qui m’avait été fait par une médium me disait:

« A toi l’horloge que je te laisse »

 

La dernière fois que je suis allée dans ma famille, en faisant le ménage chez ma mère, j’ai remarqué une pendule qu’elle a mise contre une fenêtre…

 

Cette pendule est arrêtée sur 4 heures, exactement l’heure sur laquelle est arrêtée ma pendulette aux Anges peintres qui, entre parenthèses, ne marche plus du tout, depuis ma sinistre aventure dans le « gourbi », qui m’a laissé ce profond sentiment de dégoût.

 

Mais ce qui est étrange, c’est que le fond de la pendule de ma mère montre un paysage de Provence !

 

Je savais, je sentais et je sens encore plus maintenant qu’il y a quelque chose d’autre, dans mon histoire familiale, qu’il faudrait éclaircir.

 

Mais pour en revenir au trajet nous amenant au marché: juste à la fin de la chanson, je suis arrivée à un croisement (carrefour). Dans un champ, sur la droite, il y avait des corbeaux et un faucon, posés au sol. Je les ai montrés à mon compagnon, puis j’ai tourné à droite.

 

J’ai levé les yeux, et mon regard a été attiré par un faucon perché dans un arbre, le long de la route.

Il s’est alors passé quelque chose d’étrange: des corbeaux (oiseaux noirs !) sont arrivés vers ce même arbre. Tandis que les autres se posaient, l’un a foncé sur le faucon…

 

Qui a alors déployé largement ses ailes immenses… ce qui a suffi à faire fuir le volatile !

 

Symbolique tout cela, non ? Ce ne fut certes pas un « hasard » si j’ai assisté à ce « spectacle » à ce moment précis.

 

Mes chers inspirateurs célestes m’ont rassurée par ce message:

 

« N’aie crainte, tu n’auras pas à te battre contre les « oiseaux noirs », ce n’est pas ce qui t’est demandé, car cela ne te correspond pas. Déploie simplement tes ailes, prends ainsi toute ton envergure, et cela suffira à écarter les « corbeaux » de ton chemin. Nous y veillerons ».

 

Confirmation, tandis que, sur le chemin du retour, nous faisions un crochet par le supermarché « Carrefour » (!!!). Sur le chemin, si nous n’avons pas revu de faucon, la radio a diffusé:

 

« Love is all you need » (de Roger Glover).

 

Traduction: « L’amour est tout ce dont vous avez besoin »

 

Et vous savez quoi ?

Mon oreille a été attirée par cette même chanson, en fond sonore du magasin, tandis que je faisais mes courses un peu plus tard !

 

Et la symbolique du faucon ?

Le dictionnaire des symboles de Chevalier et Gheerbrant dit, entre autres:

« il symbolisait le principe céleste »

« symbole ascensionnel »

 

Je suis persuadée que nous sommes tous « médium » (même si à des degrés divers), qu’il y a en chacun de nous d’immenses capacités « endormies ». Je ne sais pas l’étendue des miennes, mais je vais les trouver, et je vais m’en servir, pour mon frère, mes proches, et plus encore s’il faut, je vous le promets.

 

Je garde le plus beau signe pour le prochain billet.

Bonne fin de journée !

Partager cet article
Repost0