Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 16:57

Hello !


J'espère que tout va bien et que vous profitez du beau temps. La période de Pâques est une période importante, symbole de renouveau.


Est-ce en rapport ? En ce moment, beaucoup de signes et aussi de bizarreries avec la pendulette de mon compagnon.


Ou alors, ces signes et bizarreries sont en rapport avec la santé de ma mère ? Ses troubles psychiques s'accentuent ces derniers temps.


Mardi 15 au soir, nous en discutions au téléphone avec ma belle-soeur. Nous n'étions pas très optimistes, vu la journée passée. 


Allions-nous pouvoir laisser ma mère chez elle, comme elle le souhaite et comme je ressens devoir le faire ?


Nous nous demandions aussi s'il y avait quelque chose à comprendre par rapport à tout cela...


Soudain, au beau milieu d'une discussion sur le sujet, ma belle-soeur s'est exclamée, tout émue...


Titou, le chat (disparu) adoré de mon frère...
Etait à nouveau revenu !!!!


Et cette fois-ci, il miaulait à la porte-fenêtre !


Ma belle-soeur a dû s'asseoir, tant l'émotion était grande.


Rappel, pour ceux qui ne connaissent pas notre histoire, que Titou était le chat préféré de mon frère, au point qu'il avait sa photo sur lui. Pourtant, ils en ont eu beaucoup !


Ce chat a disparu quelques années avant le "décès" de mon frère.


Il est réapparu environ 8 jours après son "décès".

Ma belle-soeur , (qui était très mal ce jour là, comme on peut s'en douter), l'a vu, il était dans leur jardin. Elle l'a appelé, il a miaulé, paraissant la reconnaître ; il est resté quelques minutes, puis a disparu...


Pour revenir quelques mois plus tard, à un moment où ma belle-soeur allait très très mal.
Les 2 fois, cela l'a aidée à remonter la pente.


Mais revenons à mardi. Titou est resté à la porte-fenêtre, tandis que ma belle-soeur, comme tétanisée, m'expliquait la situation.


Et puis il est parti à nouveau, comme il était venu.


Le lendemain, j'ai pris la route très tôt pour aller aider ma mère. J'avais peur de ce que j'allais trouver. Etant partie vers 5h15, j'avais un peu d'avance, même si j'avais fait un arrêt à la dernière station avant Toulouse.

J'ai donc décidé de m'arrêter un peu à la station d'autoroute suivante, dès la ville passée sans encombre, à cette heure matinale.


Il y avait un stand de bouquins dans l'entrée. Je les ai regardés...


Quand un coin de couverture de livre qui se détachait sous 2 ou 3 ouvrages plus petits a attiré mon attention... plus précisément c'est une photo qui m'a sauté aux yeux.


Et c'était ???


Un livre sur Joe, bien sûr, et que je n'avais pas !


Son titre ?


"Il était une fois Joe Dassin", présenté par sa soeur Richelle Dassin - L'album de famille officiel.


Evidemment, j'ai sauté dessus, surtout que le prix valait la peine: 7 € au lieu de 27.


La caissière, quand elle a vu mon emplète et ma joie, m'a confié l'aimer beaucoup. Elle possède le CD fait avec Hélène Ségara, et m'a avoué que si elle avait vu le livre, je ne l'aurais pas eu !


Je suis revenue à ma voiture, sur un petit nuage. 


Quand j'ai allumé le moteur, ce fut pour entendre, à la radio (Nostalgie, je crois)...


"En un clin d'oeil vous serez unis
Pour le pire et le meilleur,
Et tu tiendras là le vrai bonheur (...)" !!!!


Chanson de Claude François: "Belles, belles, belles" 


Rappel: Claude François est le chanteur préféré de la compagne du meilleur ami de mon frère, et cette dame est elle-même la meilleure amie de ma belle-soeur. Tous les 2 sont des bénédictions d'amis.


Souvenez-vous, un jour où j'avais trouvé dans un vide-grenier une revue sur ce chanteur pour offrir à cette dame, un vendeur, me voyant avec ce titre serré contre moi, avait tenu à m'en offrir 2 ou 3 autres du même artiste. 


De plus, j'avais trouvé ce jour là aussi un livre de psychologie sur son stand qui m'avait beaucoup aidée, et en prime, avais eu un signe avec le prénom de mon frère.


Alors hier matin, j'étais tellement heureuse de ma trouvaille, que j'ai raté 2 sorties d'autoroute (je voulais rejoindre la route une fois Toulouse passée).


Je vous raconterai les autres signes et "coïncidences" trouvées dans le livre, lors d'un prochain billet, mais pour finir, le plus extraordinaire, c'est que la santé psychologique de ma mère s'est arrangée de façon impressionnante. La journée s'est très bien passée.


Bon, je suppose que c'est provisoire, mais en attendant, le temps passe, et elle est chez elle, c'est l'essentiel.

Au minimum, ce qu'il y a à comprendre me semble être de continuer à faire confiance à la vie, et probablement aussi me "reconnecter" un peu plus à ces chers Anges, afin d'obtenir de l'aide.


Bonne fin de journée !

 

En attendant la suite
Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 11:22


Hello !

 

Avant de vous parler du livre de Cécile Bost: 


"Différence et souffrance de l'adulte surdoué" Edition augmentée - Vuibert Pratique,


Voici le dernier petit signe d'encouragement à continuer mon blog.


Aujourd'hui est jour anniversaire du "départ" de mon amie "voyante", Mme Li, voilà 17 ans (elle est "décédée" la veille de mon anniversaire et a été enterrée le jour de mon anniversaire, ce que j'avais assez mal pris, à l'époque, on s'en doute, même si j'avais ressenti qu'il s'agissait d'un signe, et que je communiquerais avec elle, plus tard).


Ce matin donc, comme tous les matins, dès le lever du jour, je vais garnir la mangeoire, car les petits oiseaux m'attendent, ils sont très nombreux à venir...


Quand j'ai entendu, pour la première fois cette année...


Le coucou !


Sur le moment, je n'ai pas compris qu'il s'agissait d'un signe, mais l'intuition m'est venue, peu après: 


COUCOU ! cela veut dire aussi:


Bonjour !!! (ou bon jour... pour continuer ?).


Je reconnais bien volontiers, malgré tous les signes que ces chers Anges m'envoient, avoir du mal à reprendre l'écriture, et l'atmosphère actuelle n'est guère propice, avec toutes ces haines assénées pendant cette période électorale, que, comme les personnes hypersensibles j'ai l'impression de recevoir dans la "tronche",  ajoutées au fait de penser que ça ne sert pas à grand chose, sauf à "pisser dans un violon", même si les choses progressent... mais plutôt du côté des "N.D.E." (ou E.M.I.).


Pourtant aussi, mon compagnon avance bien, lui, sur ce chemin. 


Il a acheté un livre, après avoir entendu une émission dernièrement sur "Sud Radio", sur le sujet. Il s'agit de:


"La vie au-delà de la mort - Quand la science trouve des réponses" de Bernard Baudouin, éditions Trajectoire. 


Est-ce à rapprocher de ma prise de conscience de toutes les capacités que j'ai écrasées et étouffées, pour me conformer aux désirs des autres et au fait que je travaille à essayer d'y voir une richesse au lieu d'une guigne à étouffer, sinon cacher ?


C'est en tout cas l'avis de ces chers Anges, qui m'ont expliqué que dès que j'arriverai à me retrouver intérieurement telle que notre Créateur l'a permis, je n'aurai plus à me "cogner" aux sectes, puisqu'il s'agissait de "situations miroir" destinées à me faire prendre conscience que je me suis laissée brider et limiter, de par mon environnement bien sûr, mais notamment aussi, comme je l'ai exposé, au lycée, qui trop souvent tendait, autrefois, et peut-être encore, à façonner les enfants pour les faire entrer dans un moule, au lieu de permettre de cultiver la richesse des différences.


N.B.: cette période de campagne électorale est d'autant plus difficile à supporter pour moi, qu'elle me renvoie à l'enfance et ravive des colères et révoltes par rapport à mon vécu. J'ai du mal à ne pas faire le rapprochement, face à tous ces gens qui veulent prétendument notre bien mais qui cherchent avant tout, pour certains au moins, à asseoir leur position dominante, leur image, leur suprématie et leur soif de pouvoir.


C'est exactement le même "fond sonore" dans les groupes à dérive sectaire, et ceci même si cela n'apparaît pas au premier abord.

 

Mais revenons à ce  livre évoqué au début du billet: 


de Cécile Bost: 
"Différence et souffrance de l'adulte surdoué" Edition augmentée - Vuibert Pratique.


Dès la page 26, je me suis trouvée renvoyée aux années lycée et toutes les souffrances vécues et tues:


"Pourquoi ce "masque social", ce besoin de plaire ?
Les talents d'une femme surdouée attirent l'attention sur elle, parfois malgré elle. Jeune fille, elle apprend très tôt qu'elle ne doit pas se mettre en avant.
Un rapport de 2001, établi par Nicle Belloubert-Frier sur les violences faites aux filles à l'école mentionne:


"Le mépris, l'autorité et la violence des garçons qui portent sur elles un regard utilitaire".


Voilà, quelques mots qui résument 3 ans de violences "normales", subies dans la non conscience, sinon l'indifférence plus ou moins généralisée. 
Ce d'autant plus que, quand on ne se sent pas écouté, on finit par se taire.


Plus loin:


"Face à la pression sociale, une fille aux talents multiples jugera plus prudent de s'inhiber pour se faire moins remarquer et être mieux acceptée, surtout si elle n'est pas entourée et soutenue."


L'auteure écrit que certaines études montreraient qu'il y aurait plus de garçons surdoués que de filles. Je suis assez dubitative. A mon avis, les filles, au moins autrefois, avaient davantage tendance à se taire et se contrôler pour rester dans l'ombre.


Plus loin, p. 36 du même ouvrage:


"(..) il faut dépasser les clichés et comprendre au-delà des apparences: on voit de ces adultes qui sont hors normes (on les trouve souvent "trop"), mais imagine-t-on les souffrances endurées ? De fait, tant que l'intériorisation ne sera pas admise comme étant le trait caractéristique fondamental du fonctionnement des surdoués, leurs besoins demeureront incompris."


Et encore, p. 37:


"On plaide pour une meilleure connaissance et reconnaissance des enfants surdoués et de leurs besoins ? Les adultes surdoués ont les mêmes besoins ! Il y a de telles différences entre ce que l'on perçoit d'eux et ce qu'ils ressentent vraiment..."


Les pages 40 et 41 sont consacrées à la description des "caractéristiques" des personnes dites "sourdouées". 


Chaque point sera développé dans l'ouvrage: 


"déchirements intérieurs - Ressentis difficiles à transmettre - Le besoin de se protéger - Tentatives d'évasion..."


Tant et tant de passages parlants et éclairants. Comme je ne peux décemment pas passer tout le livre, un dernier, qui est une citation d'un témoignage, p. 105:


"En général, cela finit toujours par un: "Je vous l'avais dit, mais vous n'avez pas voulu m'écouter..."


Cette non compréhension, sinon incompréhension, a pour résultat la démotivation, le repli sur soi, et on finit par se taire, persuadé que ça ne servira à rien de dire...


"Ou d'écrire ! rajoutent ces chers Anges ! Et la conséquence, c'est que quand les choses arrivent, finalement, alors qu'on devrait se sentir conforté, au contraire, on se trouve à éprouver du découragement. Il est bon de sortir de cette ornière !
Tant pis si l'on ne se sent pas écouté, l'important est de se permettre d'être et de s'exprimer, et tant pis encore si certains mauvais esprits y voient ce qu'ils ont envie d'y voir. C'est leur affaire.. intérieure, dirons-nous."


Je reviendrai sur ce dernier point dès que possible.


Bonne journée, et surtout, si vous avez le moindre doute, n'étouffez pas ce ressenti, osez lire l'un ou l'autre au moins de ces 2 livres (avec celui de Jeanne Siaud-Facchin: "Trop intelligent pour être heureux - l'adulte surdoué").


Qu'est-ce que vous risquez ????


Pas forcément d'être mieux compris, mais de mieux vous comprendre et vous accepter... peu à peu !

Un dessin fait en 2006 ou 2007. Symbolique non ?

Un dessin fait en 2006 ou 2007. Symbolique non ?

Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 17:12

 


Hello !


Le mystère de la pendulette de mon compagnon (qui lui vient de sa famille) s'est en partie éclairci.


Pas de dérogation à la règle: "on" tentait d'attirer mon attention, une fois encore, sur un risque à caractère sectaire que courait une relation que j'aimais bien.


Et comme d'habitude, j'ai fait l'autruche. 


Je le fais d'ailleurs de mieux en mieux, avec le temps, on dirait !


Une des premières fois où j'ai été en contact avec cette personne, j'avais ressenti de la prévenir d'un risque lié à une secte. 


Puis j'ai effacé tout cela de ma mémoire. 


Plusieurs mois plus tard, cette personne m'a parlé d'un groupe. Le "hasard" voulait que plusieurs de mes connaissances avaient eu à s'en plaindre. J'ai donc conseillé de faire attention. La personne m'a rassurée, elle savait faire la différence entre les discours et les actes. 


Elle me semblait avoir les connaissances et les capacités intellectuelles pour voir clair. Je ne me suis donc pas inquiétée.


Pourtant, je suis bien placée pour savoir que ni l'intelligence, ni les connaissances, ni l'expérience ne sont des garanties totales. 


Seul le bagage émotionnel non parfaitement soigné est en cause, dans le fait de se laisser prendre aux discours enjôleurs.


Il y a peu, mes chers inspirateurs célestes, ont saisi une occasion particulière pour mettre à nouveau cette personne en garde, lui donnant des explications qui m'ont semblé particulièrement judicieuses.


Mais la personne n'a rien voulu entendre, disant que ces gens là étaient "vrais".


Cela m'a un peu inquiétée, mais sans plus, je ne pensais pas qu'il y ait réellement danger... même si quelques jours avant, j'avais eu de très mauvais échos sur ce même groupe.


Pourtant, quand j'avais des contacts avec cette personne, sur le chemin aller ou retour, en voiture, la radio diffusait à chaque fois la chanson de Daniel Balavoine, que j'ai entendue pour la première fois juste après ma sinistre mésaventure de juin 2010, et qui semblait écrite pour la circonstance: 


"Aimer est plus fort que d'être aimé":


"Toi qui as brisé la glace,
Tu sais que rien ne remplace
La Vérité...


Et qu'il n'y a que 2 races,
Ou les FAUX ou les VRAIS".

 

Ces derniers mots résonnaient dans ma tête...


Et les 3 dernières fois où j'ai entendu cette mélodie, inexplicablement, alors que j'écoutais attentivement, il y a eu un "blanc" à la place de "ou les VRAIS":

 

Les mots ont été effacés !


"Et il n'y a que 2 races,
Ou les FAUX ou les ..."


J'ai bien ressenti qu'il y avait là un signe, mais sans faire le lien avec le fait que la personne était en train de se faire prendre aux beaux discours de ceux qui lui semblaient "vrais".  


Apparemment, il n'y avait pas de "VRAIS" !


Je n'ai eu l'explication qu'en voyant le changement complet... une fois qu'il a été évident !


Ce changement, pourtant, quelqu'un avait essayé d'attirer mon attention dessus.
Et c'était ?


La dame à qui j'avais conseillé à plusieurs reprises de se reposer, je l'ai raconté dans un billet, récemment, rappelez-vous:


D'un coup, la ligne semblait s'être coupée. J'ai émis quelques "Allo ?" qui m'ont semblé à rapprocher de l'expression à la mode actuellement, pour attirer l'attention sur le fait que l'interlocuteur n'arrive pas à comprendre !


Car c'est lors de cette même communication que mon interlocutrice a tenté de me parler du changement qu'elle avait constaté chez cette personne.


Sauf que, comme d'habitude, vu qu'il s'agissait de quelqu'un que j'aimais beaucoup, j'ai fermé les écoutilles et n'ai pas relevé, et surtout pas cherché à savoir ce qu'il en était au juste.


Pourtant, là encore, un signe aurait dû m'alerter, je l'avais bien ressenti pourtant, mais n'ai pas cherché de sens: j'ai reçu un com très gentil, sur ce billet, mais écrit ... en anglais, par la lectrice de mon blog ! 


Je suppose que cela voulait dire que nous ne parlions pas la même langue.


Voilà, quelques jours après que la pendulette a dépassé la bonne heure, j'ai pu constater, assez douloureusement, à quel point certains groupes, peuvent prendre le POUVOIR sur quelqu'un, et le transformer complètement.


Les blessures non soignées correctement, les peurs, le sentiment d'insécurité, les situations de souffrance, le besoin de reconnaissance lié à ce qui semble des échecs,  tout cela (et plus encore), est susceptible de fragiliser n'imorte qui, QUEL QUE SOIT SON NIVEAU D'INSTRUCTION, D'INTELLIGENCE, SON EXPERIENCE, etc., et l'amener à rechercher un illusoire sentiment de POUVOIR sur les événements, sur les autres, sur la vie.


Mais il y a aussi, et ce n'est pas à négliger, le fait d'être fatigué, surmené, de ne pas avoir le temps de penser, de se reposer, de prendre du recul donc, ni de faire attention aux signes, non plus qu'à son intuition et ses ressentis.


Alors, quand une autoproclamée "élite" leur ouvre les bras, comment ne pas les suivre ?


D'un coup, il leur semble obtenir un passeport pour le bonheur, la réussite, la protection, l'amour.
Plus jamais ils n'auront peur, veulent-ils croire.


Oui, sauf que, quoi qu'ils pensent être, quel que soit le niveau qu'ils pensent avoir atteint ainsi (sans grands efforts), ils oublient juste une petite chose:


C'est que sur cette Terre, personne n'est Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) !


Il n'y a qu'un seul "brise-glace", un seul "rempart", comme le chantait Daniel Balavoine, toujours dans la chanson: "Aimer est plus fort que d'être aimé".

 
Je ne cois pas, pour ma part (mais chacun est libre de penser différemment) que quiconque, sur cette Terre, puisse rivaliser:


"Toi qui sais ce qu'est un rempart, 
Tu avances sous les regards courroucés..."

Et:
"Et pour couler le brise-glace,
Il faudrait un rocher..."


"La foi, la vraie, celle qui fait prendre conscience de sa propre nature Divine, au même titre que chacun ici bas, voilà le seul vrai passeport pour l'épanouissement. Et cette nature Divine, c'est à chacun de la trouver en lui-même, personne ne peut le faire à sa place, et surtout cela ne s'achète pas, car l'argent n'a aucun POUVOIR sur le Ciel."


Voilà, en attendant, il sera bientôt LA BONNE HEURE à la pendulette de mon compagnon.

Dernièrement, le décalage a beaucoup diminué: il n'y a plus qu'une heure et 3 minutes. Si le rythme continue, cela devrait être mardi.


On va bien voir la suite !


Bonne fin de weekend à tous !

 

 

Une de mes dernières broderies: "L'oiseau bleu de Maeterlinck"

Une de mes dernières broderies: "L'oiseau bleu de Maeterlinck"

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:18
 
 
 
Hello !
 
Bonne Saint Valentin à tous et toutes !
 
Ce matin, je me posais une question, en écoutant RMC, quand, "hasard", la station a diffusé un extrait de...
 
"L'été Indien", de qui vous savez, bien sûr:
 
"On ira où tu voudras quand tu voudras..."
 
Qui répondait probablement à la question que je me posais intérieurement, j'aurai l'occasion d'y revenir dans quelque temps.
 
Je crois que c'était la première fois que j'entendais Joe sur cette radio.
 
Mais le plus étrange, c'est que le présentateur a indiqué, si je ne me trompe, que ce serait sur cet air que les Français aimeraient le mieux faire l'Amour !
 
Cela ne m'étonne pas vraiment: quand on entend ce timbre de voix, on n'a vraiment pas envie de se battre !
 
Petite précision par rapport au billet précédent et à la photo de ma "Poulette". 
 
L'image qui nous a évoqué, dans la famille, une petite fée (ma fille a trouvé qu'elle ressemblait à celle de Cendrillon !) se situe au niveau du verre de l'insert, dans le feu donc, en bas à gauche. Ce qui est étrange, c'est qu'elle ne se situe pas au centre du feu, elle est décalée sur la gauche.
 
Comme Rose l'a remarqué, Victoria tient son doudou par l'oreille:
 
Un lapin !!!
 
Cela m'a évoqué l'histoire d'Alice au pays des merveilles, que des faits ou images me remémorent souvent en ce moment. Cela semble de bon augure !
 
J'ai évoqué aussi l'atelier d'Affirmation de soi auquel j'ai participé dernièrement. J'ai été amenée à assister à un jeu de rôle, pour illustrer une scène m'ayant particulièrement perturbée. 
 
Bien sûr, ce fut pour moi celle de cette horrible association.
 
Un jeu de rôle, cela consiste à rejouer un événement posant problème, et d'y assister en tant que spectateur. Cela ressemble beaucoup à ce qui se fait en constellation familiale.
Ce fut très révélateur pour moi. La dame qui a accepté de jouer le rôle de la "medium" hurlante et vociférante collait bien au personnage, même s'il a fallu reprendre la scène 3 fois pour que cela s'approche mieux du souvenir que j'en avais et même si elle, elle laissait parler davantage la jeune femme qui tenait mon rôle.
 
Vu de l'extérieur, on se rendait bien compte qu'il y avait un problème.
 
La jeune femme qui jouait mon rôle a eu l'attitude que j'aurais dû avoir: elle lui a rétorqué tranquillement que son propos ne s'adressant pas à elle mais à la dame qui faisait la conférence, elle ne voyait pas en quoi elle s'autorisait à intervenir de façon si véhémente.
Elle lui a donc signifié, tout aussi fermement, de baisser le ton et de la laisser s'expliquer, ceci sur le mode "disque rayé", (il s'agit de répéter ce qu'on a dit, sans tenter de se justifier, technique très utile, notamment face à un comportement hystérique).
 
C'est exactement la pensée que j'ai eue, sur le moment, à l'époque, mais, par respect pour cette personne et les autres, je ne me suis pas autorisée à le dire, ce d'autant plus que les conditions me renvoyaient aux conséquences d'un vécu invalidant, lié à l'enfance, dont je n'avais pas vraiment pris totalement conscience.
 
Cela dit, s'il y avait eu des professionnels compétents dans cette association, chacun aurait été invité à s'expliquer calmement et respectueusement.
 
Cette scène m'a permis de prendre encore plus mes distances avec cet épisode. 
 
Ces chers Anges ont mille fois raison quand ils demandent de soigner ses blessures intérieures et son bagage émotionnel, car le risque est trop grand, pour soi-même, mais surtout pour les autres, souvent innocents et étrangers à notre hisoire. 
 
Dans le cas contraire, une attitude, un regard, un mot, mal entendu, mal interprété peuvent transformer quelqu'un, par l'impact que cela aura sur lui (elle), en une véritable grenade dégoupillée, ce qui peut avoir des conséquences catastrophiques, il est bon d'en être conscient. 
 
J'ai pu toucher du doigt plusieurs points importants, notamment le fait que face à une agression, la confiance en soi est le bouclier pour se préserver.
 
Maintenant, il y a un risque qui m'a vraiment sauté aux yeux: avoir confiance en soi, savoir s'affirmer, se défendre, ce sont de bonnes choses, bien sûr, mais il m'a semblé évident, au vu de tout cela, de cette scène et de ce que j'ai ressenti tout au long de cette formation...
 
C'EST QU'IL CONVIENT DE RESTER DANS LE JUSTE MILIEU, ET DE NE SURTOUT PAS OUBLIER QUE L'AUTRE A AUSSI LES MEMES DROITS.
 
Le risque m'a semblé vraiment grand, dans cette quête, et surtout quand on a eu à souffrir de se sentir écrasé, étouffé, mis à l'écart, à cause de la peur de revivre cela, de glisser, sans en avoir conscience, sur la pente du: moi d'abord, mes intérêts d'abord, et de ce fait traiter ceux des autres par le mépris, voire les piétiner.
 
Ces chers Anges m'ont donné un "tuyau" pour ne pas tomber dans cette ornière: c'est l'Amour:
 
"Toujours agir en mettant l'Amour au premier plan, comme déjà dit: l'Amour de soi-même, mais aussi l'Amour de l'autre, sur un pied d'égalité. 
En aucun cas ne s'estimer plus important que l'autre.
Un temps de réflexion, d'analyse, d'écoute de l'autre, surtout, et de recul peuvent s'avérer nécessaires, afin de s'assurer que l'on est bien dans le juste milieu. Mais là encore, il convient de prendre garde au bagage émotionnel non soigné, qui peut fermer les yeux, la raison et le coeur, tout à l'impact de sa souffrance, et à la peur qui en a résulté."
 
Voilà, la suite bientôt, bonne soirée !
 
 
Le geai vient se restaurer à la mangeoire

Le geai vient se restaurer à la mangeoire

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 17:51


Hello !


La photo que je vous ai mise en bas a été prise autour des fêtes de Noël. Au premier plan, il y a Victoria, une de mes 2 petites-filles. La pauvrette n'avait pas trop bonne mine car elle avait été fatiguée et ses poussées dentaires la faisaient souffrir.


Mais regardez bien la cheminée, en arrière-plan, et plus précisément sur le côté gauche de l'insert.

Ne dirait-on pas une silhouette de petite fée ou de petit ange ? 


Je ne l'ai remarqué qu'il y a quelques jours, par "hasard", en vérifiant si j'avais bien copié toutes les photos de l'appareil.


Est-ce à rapprocher de la pendulette de mon compagnon qui s'est remise à fonctionner ?


Justement, il s'est passé quelque chose de bizarre durant la journée d'hier.

Le  matin, j'avais remarqué qu'il n'y avait plus qu'un écart d'un quart d'heure pour qu'elle soit à la bonne heure. C'était bizarre, car elle récupérait entre 15 et 20 minutes par jour, et d'après mes calculs, elle devait retrouver la bonne heure seulement aujourd'hui ou demain.


Nous étions invités hier, et dans la soirée, revenus chez nous,  j'ai regardé machinalement la pendulette...


Et ai constaté que ses 2 aiguilles étaient dans le prolongement l'une de l'autre (environ 7h05 ou 19h05), alors qu'il était 20h30 environ.


Il semble que le présent ait dépassé le passé à la vitesse grand V !


Un peu plus tard, quand j'ai à nouveau regardé, l'écart s'était accentué, mais les 2 aiguilles étaient encore dans le prolongement l'une de l'autre: 21h15.


Je n'y ai plus fait attention, sauf ce matin, en me levant. La curiosité m'a poussée à regarder l'heure indiquée: à 5 h, elle marquait 3h15: les 2 aiguilles l'une sur l'autre, cette fois-ci.


En consultant mon agenda, je me suis rendu compte que hier était Chandeleur, mais aussi et surtout commémoration de la Présentation de Marie !!!


Est-ce un signe lié à mon amie médium partie en 1997, qui vénérait la Sainte Vierge, et qui, dans un message qui m'avait été délivré par une médium que je ne connaissais pas, me faisait dire:


"Marie est notre Source Etoilée"


On va bien voir, mais il semble que les choses vont s'accélérer.


Peut-être y a-t-il un rapport avec mon cours de samedi sur l'Affirmation de soi, qui m'a amené beaucoup de soulagement. Je vous en parlerai dès que possible.


Autre bon signe: ce matin, j'ai lu que Caliméro ressortait  en dessin animé.

Et vous savez quoi ?


Fini de se lamenter sur son sort: il devient POSITIF, et s'il dit encore:
"C'est pas juste", ce n'est que pour s'en servir de tremplin !!!


Il semble que cette année du cheval s'annonce bien !
Bonne soirée !

 

Ca avance à grands pas dirait-on !
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 18:25

 


Hello !


J'espère que vous n'avez pas eu trop de pluie. L'année du serpent serait une année à pluie, dit-on.


Bonne nouvelle, elle se termine !


Le 1er février, nous entrons dans l'année du cheval de bois.

C'est mon signe astrologique chinois. D'après les divers horoscopes, cela devrait être une année plus agréable, en règle générale, que la précédente.

Le cheval est un "libre penseur", ai-je lu, et ainsi cette année devrait amener à sortir des sentiers battus... A condition de faire preuve de discernement, donc à écouter ses ressentis.


Quand mes premiers messages ont commencé, c'était aussi l'année du cheval, et cette année là, beaucoup de personnes ont reçu des messages aussi.


Cela me semble d'ailleurs déjà commencer, plusieurs personnes m'ont confié avoir des ressentis très amplifiés.


Justement, parlons des ressentis, et plus généralement du droit à exprimer ses ressentis et opinions, que, le plus souvent, on a tendance à s'interdire à soi-même, plus encore que de se les voir interdire.


Vous savez à quel point mes chers inspirateurs célestes tiennent au respect de la pensée et de la parole de chacun.


Le 7 janvier, j'en ai encore fait l'expérience.


Ce matin là, avec mon compagnon, nous écoutions, comme chaque matin, RMC. Un des sujets traités fut les ondes électromagnétiques, et plus précisément leur danger potentiel, car une proposition de loi devait être soumise à l'Assemblée.


Nous avons été dépités du ton employé et du manque d'informations réelles, c'est-à-dire prises auprès des vrais spécialistes de ces problèmes au niveau médical, ceux qui sont donc en contact direct avec les malades et qui tentent de les soulager... et non, comme ce fut le cas, auprès de quelqu'un qui ne sait pas vraiment de quoi il parle, n'étant pas confronté directement aux conséquences de ces rayonnements.


J'ai conseillé à mon compagnon d'envoyer un mail, pour témoigner et expliquer. Mais il a refusé. Il faut dire que beaucoup de malades sont complètement désabusés par la désinformation et le manque de respect de leurs ressentis et souffrances, et ne cherchent même plus à se faire entendre.


J'ai un moment hésité à le faire à sa place, puis, les mauvaises habitudes ont pris le dessus, et j'ai renoncé. 


Après tout, à quoi bon, vu la façon dont les faits sont relatés, et l'impression que l'on a d'avoir affaire à des autistes (avec tout le respect dû à ces malades, car eux subissent et ne font pas les autruches). 


Ras le bol de prêcher dans le désert, me suis-je dit:


Si ça arrange d'écouter ce qu'on veut entendre,après tout, ça les regarde, et tant pis s'il s'agit de manipulation.

Le jour où ces gens le vivront par eux-mêmes ou par un proche, ils comprendront.

C'est malheureux, mais tant pis. Mon compagnon n'a pas voulu écouter non plus, plusieurs années avant le déclenchement de sa maldie, quand je le mettais en garde.


Mais ces chers Anges, ne l'entendaient apparemment pas de cette oreille, car je me suis sentie pousser avec insistance à écrire et à au moins tenter d'informer. 


"Le message sera délivré, m'a-t-il été dit, et après, chacun prendra ses responsabilités."


J'ai donc fini par m'exécuter, énumérant, à l'attention des présentateurs de l'émission, les sources de réelle information, donnant les noms de quelques éminents Prs qui soignent les malades et tirent la sonnette d'alarme ; spécialistes qui, soit dit en passant, sont de plus en plus nombreux à s'engager.


Mon message envoyé, j'ai tenté d'aller sur le site de ma boutique virtuelle...


Mais pas moyen de m'y connecter.


Alors, j'ai quitté le bureau pour me rendre à la cuisine...


et entendre à la radio (Nostalgie: mon compagnon avait changé, agacé sûrement par ce qu'il avait entendu):


"Salut, c'est encore moi,
Salut, comment tu vas... ??"


Par Joe, bien évidemment !


Voilà, une fois de plus, il leur importe juste que je me donne le droit de m'exprimer, d'expliquer, que ce soit écouté ou pas, le reste n'est pas mon affaire.


Et qui sait, peut-être est-ce grâce à mon mail, mais le 23 janvier, sur BFM TV (chaîne partenaire de RMC), nous avons eu la surprise de voir que le Pr spécialiste du sujet des EHS (électrosensibles), que j'avais cité dans mon mail en conseillant de s'informer auprès de lui, a été reçu sur le plateau et a pu expliquer ce qu'il constate chez ses patients, et aussi prodiguer des conseils pour se protéger des ondes électromagnétiques, notamment par rapport aux enfants, eux ne sont pas responsables de l'ignorance et de l'aveuglement.
Ce Professeur (cancérologue) a reçu, depuis qu'il a été amené à s'occuper de l'électrosensibilité, 700 malades, a-t-il dit. 


Cela devrait faire un peu réfléchir, me semble-t-il, car tous ne savent pas ce dont ils souffrent, et ne l'ont donc pas consulté, mais aussi, beaucoup n'ont pas les moyens d'aller se faire soigner à Paris.


Voilà, les petits ruisseaux font les grandes rivières. 


On verra bien !


L'essentiel c'est de ne pas se museler soi-même, non plus que se de laisser museler, même si la tâche est ingrate, mais c'est le seul moyen de peut-être faire reculer l'ignorance et ainsi couper l'herbe sous les pieds des manipulateurs.


Bonne soirée !!

 

 

Ne pas se museler, non plus que de se laisser museler
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 18:54

 

 

Hello !


Le temps d'entreprendre de peindre un plafond... 


J'ai dû l'abandonner... à moitié première couche... terrassée par une espèce d'état grippal que je traîne depuis quelques jours, assorti d'une grosse fatigue.

 

Ce matin, je réfléchissais à cette mise au repos, pensant que c'était sûrement par ce que j'allais avoir bientôt une période agitée.


Ce d'autant plus que la pendulette de mon compagnon, qui s'est remise à marcher récemment, comme je vous l'ai raconté, continue d'avancer. 


Elle se rapproche d'ailleurs de l'heure exacte, le décalage s'étant réduit à 2h40 mn.

Ca va bientôt être l'heure !

Oui, mais de quoi ?


Ce matin, j'y pensais et ai eu une vague crainte: pourvu qu'il n'y ait pas encore quelque chose qui ne tourne pas rond, vu qu'à chaque fois qu'un réveil, montre ou pendulette, s'est mis à faire des bizarreries, c'était pour prévenir d'un souci lié au comportement de quelqu'un de mon entourage.


Mais je me suis rassurée. Après tout, comme me l'avaient fait comprendre ces chers Anges, ils veillaient au grain et si souci il y avait, ils ne manqueraient pas de m'aider à y mettre de l'ordre.


Sur ces entrefaites, j'entendis taper à la porte.


Je suis allée ouvrir, et me suis trouvée devant un couple dont le Monsieur avait de beaux yeux bleus. Cela m'a sauté aux yeux, mais je n'y ai pas prêté attention sur le moment.


Ils venaient me rendre visite, car notre maçon, leur voisin, leur avait parlé du fait que j'avais vécu à Dakar. Eux-mêmes y ayant résidé longtemps, ils venaient voir si nous avions des connaissances communes.


Je les invitai à entrer. Il pleuvait dehors et ils avaient peur de salir. 


La dame s'est adressée à son mari. Le prénom qu'elle a prononcé m'a fait sursauter. Incrédule, je le lui ai fait répéter...


C'était le prénom exact de mon frère: Gérald !


Sachant que dans notre génération (le Monsieur a une petite dizaine d'années de plus que mon frère), c'était très rare.


J'en avais la chair de poule !


Nous avons discuté. Mais quand nous avons quitté le pays, avec mes parents, j'étais petite, et mon frère n'avait pas un an ; la dame n'était pas encore née, donc nous n'y étions pas à la même période. 


Au cours de la discussion, le Monsieur s'est adressé à sa compagne, par un diminutif...
Là encore, j'ai sursauté, pensant avoir mal entendu, et lui ai donc fait répéter...


Et il l'a appelée ????


JO !!! (Elle se prénomme JOElle !!)


Pour expliquer mon éclat de rire, je leur ai confié que Joe était mon chanteur préféré, leur montrant le 33 tours qui trône sur l'ilôt de la cuisine. 


Eux-mêmes l'aimaient beaucoup, m'ont-ils dit, relevant toutes ses qualités, et le Monsieur m'a en prime fredonné quelques bouts de chanson !
Et c'est là que j'ai été à nouveau frappée par ses beaux yeux bleus... si semblables à ceux de Joe !


J'étais impressionnée: au moment même où je me demande quel signe la pendulette de mon compagnon cherche à me dire...


Gérald et Joe frappent à ma porte et viennent me parler du pays où je suis née ! 


Et qui plus est, le jour de la Conversion de Saint Paul ! Est-ce en rapport avec mon compagnon, qui rechigne à prendre ce chemin de spiritualité ???


On va bien voir...


Voilà, j'attends donc la suite, et du coup ronge moins mon frein, tant pis si les travaux de la maison sont un peu à l'arrêt !


Bonne fin de journée !!

Ils sont venus me parler du pays
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 11:24

 

 

 

Hello !

 


Pardon d'avoir l'air de vous abandonner, mais j'avais vraiment besoin de repos, sinon, je sentais bien que "ca allait chauffer pour mon matricule" ! 

 


J'avais l'impression d'être en "pilotage automatique", au point même, entre autres, qu'un jour où je suis allée chez le charcutier acheter du boudin pour mon fils qui l'adore... Je me suis retrouvée à la maison avec... de la saucisse !


Est-ce en rapport avec ce repos ou pas ? La pendulette de mon compagnon, qui lui vient de ses parents, et qui ne fonctionnait plus depuis assez longtemps...


S'est remise à marcher !


Etrangement, je m'en suis aperçue dimanche. Je la regardais machinalement quand j'ai remarqué que l'heure affichée n'était pas celle que j'avais l'habitude de voir. Elle marquait 7h40. Cela m'a amenée à faire le rapprochement avec l'heure sur laquelle le petit réveil gris de mon compagnon est arrêté depuis pas mal de mois: 7h25 environ. 


Bon, mais vu que le mouvement à boules de la pendulette était statique, j'ai cru qu'elle ne fonctionnait plus malgré tout. Or, elle a continué à avancer, j'ai pu le constater au fil de la journée. J'en ai parlé à mon compagnon qui a décrété, au départ, que ce n'était pas possible, vu que le mouvement était à l'arrêt...


Pour m'expliquer, devant les faits avérés, que ce devait être la pile qui le faisait marcher.


Oui, mais pourquoi s'est-elle remise en marche, vu qu'elle ne fonctionnait plus depuis longtemps ???


Bon, mais ce sont des objets qui lui appartiennent, donc je suppose que c'est un signe à son attention, peut-être par rapport à son histoire familiale ? 


Cela dit, elle n'est pas à l'heure, ayant un décalage constant de 5h30 environ dans un sens, et 6h30 environ dans l'autre.
On va bien voir !!


En attendant, voici le message reçu les 6 et 8 janvier de cette nouvelle année. 

 

Il concerne à nouveau ce que l'on nomme "le karma", et la croyance selon laquelle l'on viendrait "payer", sur cette terre, des mauvaises actions commises dans d'autres vies.

 


"Comme déjà dit, mais il est bon de le répéter, cela est beaucoup moins simple, pour ne pas dire simpliste que cela.


Ces discours là peuvent s'avérer dangereux pour les âmes, quand ils sont systématisés, car ils risquent d'induire un sentiment de honte, voire de culpabilité, mais aussi un sentiment d'impuissance, de résignation contre productifs, car n'amenant pas à chercher une solution dans cette vie. Or, comme dit et redit, c'est  DANS CETTE VIE QUE TOUT SE JOUE, et peut donc être "réparé"... ou pas !


Si c'est l'histoire familiale qui donne naissance au "formatage", c'est celui-ci qui attire à lui les expériences "façonnées" par son profil.


Il est bon de rappeler une chose: c'est que dans cet "autre monde" où sont faits les choix d'incarnations futures des âmes, c'est le REGNE DE L'AMOUR INCONDITIONNEL.
Et l'Amour inconditionnel, CE N'EST PAS LA LOI DU TALION, bien au contraire !


Sur cette Terre, nous attirons nos expériences par des "choix inconscients" dictés par le "formatage".


"Là-Haut", l'âme choisit en fonction de l'élévation qu'elle veut obtenir. RIEN N'EST IMPOSE ! Cela peut être pour une compréhension liée à des vécus antérieurs, certes, mais cela peut être aussi par désir d'élévation. La vie terrestre n'est pas la seule voie de compréhension.


Rien n'est donc systématique, répétons le. Prenons donc garde aux discours dangereux qui risquent d'éloigner la compassion au prétexte possiblement erroné: 


"C'est qu'il (elle) a commis des horreurs dans une autre vie. Tant pis pour lui (elle)."


"Ces discours ne reflètent pas l'Amour et frisent parfois le mépris."


Suite du message, le 08 01 14:


"Contrairement à ce que dit la chanson:


"On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille..."
l'âme choisit de venir continuer une histoire familiale, par AMOUR pour cette famille et son histoire. Cette histoire familiale déterminera le formatage qui va entraîner les expériences que l'âme souhaite vivre afin d'acquérir une compréhension.


Cette compréhension peut s'acquérir par soi-même, par sa volonté propre de recherche, mais si ce n'est pas le cas, cette compréhension sera "recherchée" par des événements et/ou épreuves.


Voilà pourquoi il nous arrive d'insister sur tel ou tel domaine sur lequel il conviendrait de se pencher, de "travailler", ceci afin d'éviter d'avoir à trouver cette compréhension via un événement désagréable, voire une épreuve."


Petite digression: Je confirme, car si j'avais accepté de me pencher sur mon histoire familiale, sur laquelle mes chers inspirateurs célestes ont attiré souvent et plusieurs années à l'avance mon attention, je n'aurais pas eu à le faire pendant l'épreuve de la maladie puis du décès de mon frère. 

Ma vie s'en serait trouvée "allégée", je suppose, car "épurer" pendant une telle épreuve qu'est la perte d'un être cher, c'est très dur.


Suite du message:


"C'est un choix collectif, car, pour reprendre une citation célèbre: "L'expérience de chacun est le trésor de tous".
Chaque destin ne se joue pas individuellement, comme l'on peut croire, mais au nom d'un ensemble. Voilà pourquoi il est important de laisser chacun suivre ce qui lui est dit de l'intérieur, et de bien prendre garde à ne couper les ailes de personne."


Bonne journée pas trop pluvieuse j'espère !

 

Image du site mamietitine

Image du site mamietitine

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 20:29
Message reçu le 23 11 13

Hello !

Je n'ai pas trop le temps de vous continuer la suite du billet précédent. En attendant, voici un message qui m'a été inspiré par ces chers Anges le matin du 23 novembre, jour de la Saint Clément (ma grand-mère paternelle se prénommait Clémence), et c'est aussi un de mes prénoms.

"L'Amour ne fonctionne pas sur batterie. Il ne s'use pas si l'on s'en sert.

Tout au contraire, plus on fait appel à lui, plus il irradie et s'amplifie. Il devient rivière, cascade lumineuse.

Ne pas avoir peur de recevoir de l'Amour, ne pas avoir peur d'en donner. Ne pas avoir peur de s'en donner à soi-même, surtout (dans le juste milieu), afin ainsi de se permettre d'être ce que Dieu (ou le nom qu'on veut bien lui donner) nous a accordé d'être.

L'Amour est la Terre Promise à laquelle chacun a droit.

Aucun regard envieux n'a la possibilité d'interdire ni de détourner la puissance de l'Amour Divin, sauf à se l'interdire à soi-même. Mais alors, quel gâchis, quelle ignominie, de se refuser à soi-même l'Amour*** Divin, qui se manifeste en soi par sa différence, ses différences !

La différence, c'est la chance de chacun de nous. Elle commence dès l'infiniment petit: l'ADN. Elle ne se voit donc pas, et pourtant, dès ce stade, elle existe.

Quel gâchis de vouloir être comme tous les autres, de ne pas vouloir sortir du lot ! C'est limiter la magnificence du puzzle Divin. C'est se couper de sa vie, de son essence, de son enfant intérieur.

C'est se condamner à être bagnard traînant le boulet des convenances inculquées. Et comme déjà dit, il n'y a qu'à voir à quel point lesdites convenances diffèrent parfois entre les pays et les cultures. Au point même souvent, de signifier tout le contraire.

Alors au "Diable" le poids des regards qui interdisent, car ils ne savent pas que ce faisant, ils s'interdisent à eux-mêmes, les pauvres malheureux. Ces limitations dans lesquelles ils enferment l'autre, elles tissent leur propre prison."

*** j'avais écrit "m'Amour", qui est le surnom affectueux que ma belle-soeur donnait et donne toujours à mon frère.

Bonne journée !!!

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 21:09

P1030842.JPG

 

 

 

Hello !

Enfin je peux trouver un moment pour écrire. Ces chers Anges doivent être contents, car j'ai eu quelques mignons petits signes pour m'inviter à le prendre, ce temps.

D'abord, comme d'hab', chaque fois que j'entendais Joe à la radio, c'était:

"La femme qu'on attendait" !

Ensuite, un contact (et un seul), que nous avons eu, à la suite d'une annonce passée sur le site "Le bon coin" (nom significatif, non ???), ce contact se prénommait:

"Jo" !

Puis, il y a quelques jours, j'ai reçu un courrier de ma mère. Elle avait signé, comme d'habitude: "Mamie", mais cette fois-ci, elle a ajouté en dessous "J.D." !

Qui sont les initiales du diminutif de son prénom, et de son nom. Ce qui m'a permis du même coup de remarquer la similitude avec celles de Joe !!

Et puis hier matin, en allant faire les courses, avec ma fille et ma petite-fille, nous avons parlé de Grégoire, que j'aime beaucoup, ainsi que ma fille d’ailleurs, et dont les chansons m'ont souvent donné des signes...

Nous avons notamment évoqué:

"Toi + moi"...

Et dans les minutes qui ont suivi, cette même chanson a été diffusée à la radio...

Et une deuxième fois un peu plus tard !!!

 

Venons-en donc au sujet, relatif aux signes qui donnent des indications destinées à nous guider, notamment à nous alerter s'il s'avère qu'il y ait un problème. Ces signes peuvent sembler subtils au départ, puis si on ne se donne pas la peine de chercher à les interpréter, ils deviennent de plus en plus pressants et insistants...

Pour finir par être franchement désagréables, si la situation l'exige, j'en ai quelques souvenirs cuisants !

Parmi les très nombreux signes destinés à me faire comprendre que l'association dans laquelle j'avais mis les pieds n'était pas du tout ce que je croyais, quand j'ai analysé, avec le recul, il y en a eu de très évidents.

Par exemple, dès ma première conférence. J'ai sympathisé avec une dame charmante, qui avait "perdu" quelqu'un de cher. J'ai eu une "vision" de dessin à lui donner, qu'elle accepté avec simplicité et gentillesse.

Sur ce dessin, il y avait le portrait de son cher "disparu", côtoyant un beau cygne.

J'ai demandé à la dame à qui était destiné le dessin si elle voyait pourquoi j'avais ressenti de mettre un beau cygne à côté du visage aimé. Elle m'a dit qu'elle pensait que c'était parce que toute sa vie il avait eu l'impression de ne pas être reconnu à sa juste valeur.


A la suite de cela, mes chers inspirateurs célestes m'ont donné des explications, (les personnes qui me suivent depuis le début s'en souviennent), afin d'arriver à se débarrasser de l'image du "vilain petit canard", pour devenir enfin le beau cygne.


Mais le signe (et non cygne... quoi que...) dont je parle, c'est que cette dame et son proche ont quitté durant cette même période l'association en question dans des conditions difficiles pour ces êtres réellement lumineux, pour cause de désaccord profond.


J'avais refusé, à l'époque, de prendre parti ou m'en mêler, et je trouvais la façon dont ils étaient traités bien peu élégante, mais me suis dit, comme d’habitude, que ce n’étaient pas mes oignons.

Pour le coup, pourtant, la symbolique tentait de me dire que le beau cygne, il était du côté de ceux qui partaient parce que les façons de faire ne leur convenaient pas.


Et pour enfoncer le clou... ce que je n'ai pas su décrypter, ce fut quand quelque jours plus tard j'ai reçu, envoyé par une intervenante habituelle de l'association, un livre qu’elle avait écrit, et dont elle avait fait la promo. Aucune explication n'accompagnant le bouquin, j'ai cru naïvement que c'était l'intervenante en question qui me l'offrait, pensant bêtement que c'était une pratique habituelle de ladite association.

J'ai donc envoyé en retour et en remerciement, un exemplaire de mon livre à l'auteure de celui que j'avais reçu...

Quelques jours plus tard, j'ai été appelée par la gentille dame à qui j'avais offert le dessin, qui voulait savoir si j'avais bien reçu l'ouvrage de l'intervenante, qu'elle m'avait fait envoyer pour me remercier du dessin !

J'avais "les boules", passez-moi l'expression, en réalisant l’erreur. Et la gentille dame était aussi chagrinée de la méprise.


L'auteure du livre m'a appelée quelques jours plus tard (à son retour de vacances), pour me demander que faire de mon ouvrage. Elle m'a expliqué avoir oublié de m'indiquer que ce livre était un cadeau et surtout qui me l’adressait. Je lui ai dit de lire le bouquin, si elle le désirait, puisqu'elle l'avait, puis de le remettre à celle qui m'avait fait le présent.

 

Voilà, tout cela n'était pas dû au "hasard", mais bien destiné à me faire comprendre que l'association en question était loin d'avoir la générosité gratuite que je lui prêtais.

La suite bientôt, bonne fin de journée !

 

Partager cet article
Repost0