Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 11:54
Photo personnelle prise en juillet 2018

Photo personnelle prise en juillet 2018

Hello !

 
Quand j'étais enfant, j'avais toujours l'impression d'être différente, et mes capacités dîtes médiumniques y étaient aussi pour partie.
 
J'avais peur de la folie, j'en ai déjà parlé il y a quelques années. C'est pour cela que j'ai refusé lesdites capacités, à l'époque... pour y revenir au début de l'âge adulte.
 
Dès le premier épisode de messages en écriture automatique et intuitive, ces chers Anges m'ont rassurée... à condition de ne pas faire plus que ce qu'il m'est demandé (par Eux). 
 
Et plus tard ils ont complété leurs conseils:
 
"Travaille à retrouver ton être véritable, afin d'être dans la vérité de ton âme, et tu n'as rien à craindre. La démence vient du fait que l'on se nie (nier c'est DEMENTir, on SE DEMENT donc)."
 
Et pour ce qui est des maladies comme Alzheimer, qui provoque des pertes de mémoire ainsi qu'un état de confusion et de désorienation, ils m'ont recommandé, en plus de ce qui est préconisé ci-dessus:
 
"Etre au clair avec soi-même, c'est à-dire s'aimer et s'accepter tel que l'on est, avec bienveillance, y compris avec sa part d'ombre (car tout le monde a la siennne) mais sans pour autant bien sûr continuer à perpétuer les effets de ladite part d'ombre sur soi-même ni autrui. 
 
En se soignant, on va pouvoir rendre justice: à soi-même, mais aux autres aussi
 
Ne pas penser se débarrasser de cette part d'ombre en y mettant le déni dessus, non plus qu'en rejetant la faute sur les autres ; en deux mots: ETRE RESPONSABLE.
 
Soigner et guérir ses blessures, car là encore, être dans le déni ne fait que les mettre de côté, et cela ne fera qu'attirer à soi des épreuves pour amener à les soigner... et dans le cas contraire, risque de provoquer une maladie de la perte de mémoire... Entre autres.
 
Remarque: atout non négligeable, ce faisant, on libère sa descendance du risque de se charger des souffrances non soignées et donc non guéries, car tout ce qui est enfoui cherchera toujours à revenir dans la Lumière."
 
Je suppose que la fin de vie de ma mère, qui n'a jamais jugé utile de soigner ses blessures, (car "la psychologie, c'est pour les fous", tel était son sentiment...) cette fin de vie donc aurait pu être bien différente si elle avait bien voulu écouter ces conseils.
 
Et elle ne voyait pas du tout d'un bon oeil mon intérêt passionné pour ces études, non plus que mon fonctionnement et mes croyances liées aux Anges, à cette Force que j'appelle Dieu et à "l'au-delà".
 
J'évitais donc le sujet le plus possible. J'ai d'ailleurs retrouvé l'exemplaire de mon premier livre qu'elle m'avait pourtant dit avoir lu, mais qui visiblement ne l'avait pas été.
 
Plusieurs personnes m'ont rapporté l'avoir entendue pester contre le "Bon Dieu", tandis qu'elle attendait de "partir", (dès le mois de février, il lui arrivait de déclarer que sa mère allait venir la chercher): 
 
"Je ne sais pas qu'est-ce qu'il attend l'autre là-haut, pour me faire partir"
 
Certes, nul "là-haut" ne s'est offusqué de ces paroles, bien évidemment, tout au contraire d'ailleurs, mais elles traduisaient un état de colère, de rancoeur, voire de mépris qui ne me semblent pas aider à partir sereinement.
 
C'est bien dommage tout celà.
 
Je lis actuellement (enfin, quand j'ai le temps, mais j'essaie de le prendre), le livre de Bernard Jakoby, éditions Archi Poche:
 
"DEFUNTS 
Comment dialoguer avc eux".
 
Ce livre me passionne, car il relate nombre de témoignages de NDE (ou EMI: Expériences de Mort Imminente"), et il y est abordé à plusieurs reprises le fait, au moment du "passage", de voir défiler sa vie de façon fulgurante, en ressentant à nouveau ses peines, même "oubliées", mais aussi et surout l'effet que nos actions ont eu sur les autres.
 
Certes, tout ceci se fait accompagné par un être de Lumière plein d'Amour et de bienveillance, qui ne juge pas, mais cela peut s'avérer douloureux quand même, comme en ont témoigné certaines personnes.
 
Voilà, à bientôt !
 
Et pour une fois, et vu la canicule généralisée, ces chers Anges recommandent, avec leur sens de l'humour habituel de...
 
"Chercher l'ombre !
Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 17:24
Chacun pour soi ????

Hello !

 

Dans ce monde actuel, où on peut avoir l'impression de "chacun pour soi", il peut sembler étonnant que des "Etres célestes", qui sont tout Amour et compassion, puissent conseiller...

 

De s'occuper d'abord de soi, de ses blessures, et se donner à soi-même de l'amour !!!
 
 
Pourtant, ce n'est pas si paradoxal que cela peut le paraître au 1er abord, car le fait de  mépriser ses blessures, de les nier, d'y mettre le mouchoir dessus, cela ne permet pas de voir celles, similaires, des autres, ou en tous cas cela ne permet pas d'apprécier de façon pertinente leur caractère nocif.
 
 
Comment attendre alors de l'empathie, de la compassion, de personnes qui semblent comme enfermées dans leur tour d'ivoire ?
 
 
J'ai le souvenir d'une personne dont je connaissais bien le vécu émotionnel et les épreuves subies, notammant celles liées à la dépendance affective.
 
 
Un jour que je lui avais rendu visite, j'ai été sidérée de la façon dont elle "houspillait" au téléphone une personne qui lui confiait les affres de la dépendance affective qu'elle vivait, ce qui la rendait très malheureuse et désarmée, apparemment.
 
 
Mon hôte lui donnait des "conseils" sur un ton assez vindicatif, voire méprisant, plus susceptible, à mon avis, de culpabiliser sa cliente et accentuer son mal-être et la mauvaise image d'elle-même, que de mettre du baume sur ses plaies.
 
 
Quand elle a raccoché, je n'ai pu m'empêcher de lui faire remarquer sa dureté et son manque de compassion, alors qu'elle était pourtant bien placée pour comprendre l'état de la dame. Pourquoi donc ?
 
 
Elle m'a répondu que c'était justement parce qu'elle connaissait bien le problème, et s'en était sortie, ce n'était donc qu'une question de volonté ! 
 
 
J'étais encore plus sidérée par la réponse, car il me semblait au contraire qu'elle n'était pas vraiment sortie de la dépendance affective, mais avait simplement déplacé la "cible".
 
 
En fait, avec le recul, j'ai bien compris que non seulement la dépendance affective n'avait pas été traitée correctement, mais la mauvaise image de soi non plus, laquelle, au lieu d'amener de la compassion pour les épreuves subies, poussait au contraire à penser que tout était de sa faute, donc à mettre le mouchoir sur ses plaies béantes et mal se traiter soi-même...
 
 
Ce qui, par ricochet, conduit au même jugement et traitement envers son prochain dans la même souffrance.
 
 
Mais cette façon de traiter les problèmes peut aussi se voir au sein de la famille.
 
 
Quand un parent (ou les 2) a vécu des drames et ne les a pas soignés, "exorcisés", il peut être amené à minimiser, banaliser les peines et blessures de son enfant et, en guise de "consolation" lui asséner:
 
 
"C'est rien, tu en verras d'autres ! Quand tu auras passé ce que jai passé !!"
 
 
Sans se rendre compte ce que cette phrase peut faire comme dégâts, amenant l'enfant à la conclusion inconsciente:
 
 
"Tu n'as pas le droit de te plaindre, quoi que tu ressentes, cela ne sera jamais à comparer avec ce que j'ai vécu."
 
 
Et donc, il ravalera ses peines, ses larmes, lui aussi, et mettra la poussière sous le tapis, jusqu'au jour où, symboliquement, il trébuchera sur le tas de poussière devenu trop proéminent, et il s'effondrera, sans en comprendre la raison.
 
 
Il n'est d'ailleurs qu'à voir les faits divers. Souvent, ceux qui font du mal à un enfant ou un innocent, ont eux-mêmes vécu des actes similaires dans leur enfance, actes qui n'ont pas été verbalisés ni soignés, dépassés.
 
N'ayant pas eux-mêmes connu la compassion pour leur vécu, ils sont devenus incapables d'en éprouver pour autrui, et parfois même, tout au contraire, ils peuvent vivre l'acte reproduit comme une "vengeance" sur leur propre sort.
 
 
Voilà pourquoi il est primordial de d'abord s'occuper de soi, afin de mieux pouvoir se comporter envers soi-même, puis envers son prochain, et pouvoir aider efficacement et ne pas risquer de faire du mal.
 
 
Ces chers Anges précisent aussi:
 
 
"N'oublions pas que dans les cas extrêmes, une très grande souffrance peut faire perdre la raison, et pas seulement de façon ponctuelle. Ne dit "fou de douleur" ?"
 
 
Bon week-end !!!
Chacun pour soi ????
Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 17:55
Guérison du sentiment de culpabilité

Hello !


Je dis souvent que j'ai été élevée aux biberons de la peur et de la culpabilité.


Le sentiment de culpabilité.

Comment faire pour s'en débarrasser, notamment quand on s'en est chargé ou laissé charger, alors qu'il ne nous appartient pas, qu'il vient de l'histoire familiale ???


Mon excellente psy m'a conseillé de dialoguer avec lui.


N'ayant pas trop d'inspiration, j'ai demandé à ces chers Anges comment faire. 


Voici leur "recette".


"Après une méditation ou une relaxation, tu te visualises dans ton beau jardin - imaginaire ou pas , baigné de Lumière, et tu centres ton attention sur ton coeur, que tu ressens être le siège de ce sentiment de culpabilité.


Un beau rayon de Lumière descend du Ciel et se centre sur ton coeur. Des mains de cristal descendent et retirent délicatement ce sentiment, que tu visualises comme une sphère, et elles te le présentent.


Tu envoies de l'Amour sur cette sphère, et la remercies des qualités qu'elle t'a permis de développer: sentiment de responsabilité, conscience du "bien" et du "mal", respect, délicatesse...


Ceci étant, tu lui expliques que tu la confies à Dieu* tout Puissant (*ou le nom qu'on veut bien lui donner), qui va aider la ou les personnes à l'origine de  ce sentiment de culpabilité, qui n'a pas été soigné en temps voulu (soit par déni, soit parce qu'enfoui au fond de leur coeur - ce qui a permis que tu t'en charges et t'en imprègnes), d'enfin pouvoir exorciser définitivement ce sentiment et ainsi d'en guérir elles mêmes (qu'elles soient encore incarnées ou pas), ce qui permettra d'éviter la transmission aux générations suivantes.


Tu vois les mains de cristal emporter la sphère et la confier à la Source de Lumière.


Remercie pour tout ce travail de guérison, et sens en toi tous les bienfaits, imprègnes-t'en, prends en bien conscience avec gratitude


Tu n'as définitivement plus à porter le poids de ce sentiment qui ne t'appartenait pas.

Tu es libre de vivre ta vie, et seulement ta vie !!!!"


Voilà, à chacun de voir ce qu'il peut retirer de cette "recette" (ou pas !!).


Bon weekend ensoleillé j'espère.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 16:53
Quelques explications complémentaires

Hello !


Pour en revenir au billet précédent, j'ai oublié une "coïncidence" et non des moindres, car...


Le lieu où a été découvert le corps de cette pauvre petite fille comporte les 5 premières lettres du prénom de mon petit demi-frère (fils de ma mère et de son premier mari qui a donc perdu la vie dans cette région en 1944).

Ce petit est décédé lui-même en 1948, "coïncidence" tragique, le jour anniversaire de la naissance de son père, il avait presque 4 ans).


Pour le moment je reste avec mes interrogations sur la signification de toutes ces "coïncidences".


Toutes ces tragédies, et notamment la récente à Trèbes ("coïncidence" encore, j'ai habité cette ville quelques mois il y a plus de 30 ans, et un de mes cousins, mais du côté paternel, a fait partie de la CRS57 !!), toutes ces tragédies donc, comme à vous je suppose, me donne envie parfois d'attraper ces chers Anges par la cravatte et de les secouer comme des pruniers (c'est d'ailleurs peut-être pour cela qu'on n'a jamais vu un Ange avec une cravatte ! Hi ! Hi !!!):


"Pourquoi, bon sang, MAIS POURQUOI ????"


Il m'a été expliqué, loin de l'idée habituelle de "karma", qu'il y a de merveilleux êtres spirituels, très élevés, qui font le sacrifice de choisir des destins que sur cette terre nous qualifions de tragiques, afin, par exemple, de permettre de mettre fin à des abus et/ou mettre un terme au parcours de prédateurs, ou bien aussi parfois, afin de créer un électrochoc qui va éclipser la haine, essayer d'empêcher qu'elle fasse son travail létal, et la remplacer par un exemple d'Amour et d'héroïsme, et ceci de par l'Amour incommensurable que ces êtres ont en eux, et pour l'humanité mais aussi bien sûr de par les immenses qualités spirituelles de leur âme.


"A nous de nous protéger de cette haine en focalisant nos pensées sur ces êtres merveilleux et non sur les ignorants, afin que leur sacrifice ait tout son sens."


Bonne journée, en atendant un temps plus ensoleillé !!!

Quelques explications complémentaires
Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 15:47
Les mémoires

Hello !

La période a été rude ! Mais ma mère, déjouant tous les pronostics, le mien compris... va mieux ! 

Le médecin avait quand même prescrit les soins palliatifs !!! 

Par contre, je n'ai pas dû savoir mettre des limites, ni déjouer le piège de "l'enfant pansement" et me suis probablement trop mis la pression, car, trop fatiguée, stressée et manquant de sommeil, j'ai attrapé sa grippe, puis l'ai passée à mon compagnon et nous avons été tous les 2 au tapis, mon compagnon voyant les symptômes de son électrosensibilité aggravés !

Bon, mais ces chers Anges ont l'air de trouver que je peux reprendre l'écriture car hier matin, jour anniversaire de mon père qui aurait eu 103 ans, j'ai tiré au "hasard" une carte du tarot de Doreen Virtue "Les Maîtres Ascencionnés", et c'était

"Ecrivez !".

Au même moment, la lampe s'est mise à clignoter !!

Un peu agacée quand même, j'ai grommelé intérieurement à l'intention de ces chers Anges que pour être suffisamment "zen" pour écrire, encore faudrait-il que j'aie un peu d'aide de leur part. Ces derniers temps, ils se sont fait remonter les bretelles, accusés de "buller" tranquilles pendant que moi je "m'emmerdais", passez-moi l'expression !!

"Ecrire, écrire !" Ils sont marrants eux !!!"

Et en réponse, la lampe s'est remise à clignoter !

Je suppose que c'est la solution préconisée: écrire d'abord et la paix viendra ???

 

Je voudrais donc aborder le sujet des mémoires inscrites en nous sans que nous en ayons conscience.

Je suppose que beaucoup parmi vous ont été chamboulés par la disparition de cette si jolie petite fille, cet été. Elle me fait penser à un Ange.

Par contre, le mot "chamboulé", pour ce qui me concerne, est largement en dessous de mon ressenti. En effet, chaque fois que je tombais sur une information se rapportant à cette disparition, cela me perturbait d'une façon très importante, j'en pleurais, me sentant déprimée et cela me "plombait" la journée.

Je me suis toujours sentie très concernée par ces disparitions d'enfants, mais pour cette petite, c'était un cran très en dessus.

Et quand j'entendais la chanson qui avait été diffusée pour la marche blanche, choisie par la Maman, chanson qui semble avoir été écrite pour la circonstance, alors la peine me submergeait... Et je l'entendais très souvent cette chanson, par "hasard", écrite par la compagne de Calogero, et chantée magistralement par Louane.

Le 14 janvier, je vous l'ai rapporté dans un précédent billet, tandis que mon amie Clo me dédicaçait une chanson de Joe:

"Si tu t'appelles mélancolie",

j'ai réussi à secourir une petite mésange bleue, qui s'était assommée contre la baie vitrée.

Ce même matin, un peu plus tard, tandis que nous arrivions en voiture chez la tante de mon compagnon, chez qui nous devions manger avec un couple de cousins, la chanson a été diffusée à la radio. Elle résonnait d'une telle manière dans l'habitacle, que l'on avait l'impression que Louane chantait devant nous, dans la voiture. C'était si fort, si prenant, que même mon compagnon en a été touché. Nous sommes descendus de voiture les larmes aux yeux, tristes très tristes.

C'était 6 jours avant que je fasse une formation particulière, qui annonce permettre de travailler, entre autres, sur les dysfonctionnements et mémoires. Je m'y étais inscrite un peu par curiosité, surtout avec l'idée de peut-être aider mon compagnon dans ses soucis d'électrosensibilité

Je suis partie 5 jours après le 14 janvier, le vendredi 19, afin de faire étape chez ma fille et mon gendre, la formation devant se dérouler le 20, tôt le matin, non loin de chez eux.

J'arrivais à quelques kilomètres de mon lieu de destination quand, tout d'un coup, sans raison particulière, j'ai repensé à cette petite, constatant avec soulagement que cela faisait 24 heures que je n'y avais pas pensé, trop occupée par mes préparatifs de départ.

24 heures sans avoir envie de pleurer, ça s'améliore, ai-je pensé !!!

MAIS A CET INSTANT PRECIS, LA MELODIE DIFFUSEE SUR CHERIE FM a été interrompue, et ces mots ont raisonné dans l'habitacle:

"BONJOUR, C'EST LOUANE !

"EST-CE QUE TU M'ENTENDS, EST-CE QUE TU ME VOIS ?"

Et autre chose a pris le relais. J'en ai été tellement sidérée, retournée, le souffle coupé par l'émotion, que j'avoue avoir perdu quelques secondes le fil...

Et l'ai retrouvé en entendant la chanson qui avait pris la suite, de Michel Berger:

"Je veux chanter pour ceux,

qui sont loin de chez eux,

et qui ont dans leurs yeux,

quelque chose qui fait mal, qui fait mal..."

Et quand l'interprète est arrivé au passage:

"Et cette petite fille qui joue,

Qui ne veut plus jamais sourire"

J'en ai eu encore plus la chair de poule ! Je crois que ces chers Anges ont dû prendre les commandes de ma voiture, car j'étais particulièrement bouleversée !

 

La suite bientôt !

Bonne journée, en attendant le printemps !

 

Les mémoires
Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 10:41

Hello !

Heureusement que ces chers Anges ont pris soin de nous faire rire dernièrement, car une période rude s'annonçait.

La santé de ma mère s'est beaucoup aggravée ces derniers temps. Elle est à nouveau tombée à minuit le 14 février, du moins c'est ce qu'elle a dit, car elle n'a été retrouvée qu'au matin par l'infirmière. Mais cette certitude qu'elle avait par rapport à la date est importante.

Elle a été amenée à l'hôpital, son cauchemar ! Jusque là, ayant l'habitude, je pensais qu'elle allait se remettre, mais pas cette fois-ci, du moins c'est mon ressenti. Elle est rentrée chez elle.

L'an dernier déjà, elle était tombée le 14 février, un jour de tempête dans la ville où j'étais (!!) et avait été hospitalisée aussi, mais était ressortie dans la journée.

Ces similitudes de dates sont très bien mises en évidence par la psychogénéalogie.

Il y a 10 ans environ, au moment des discussions sur la loi Léonetti, au vu des réactions de colère et de peine que cela déclenchait en moi, ces chers Anges, (je l'avais raconté à l'époque dans mon blog sur "Femme Actuelle"), m'avaient conseillé de travailler en psychologie sur la période de l'agonie et du décès de mon grand-père (père de ma mère), mort un 14 février, année de mes 14 ans (toujours cette même période de mes 14/15 ans !), après une lente agonie et victime d'abus de pouvoir de certain corps médical à qui il servait visiblement de cobaye. A l'époque on n'avait pas les moyens de se défendre contre l'acharnement thérapeutique. Ca a changé, Dieu merci.

Je ne l'ai pas fait ce travail conseillé, même si cela m'avait été rappelé récemment.

Dommage, car revivre tout cela est dur, très dur, et me voilà à glisser piteusement sur les peaux de banane de "l'enfant pansement", sur lequel il me semblait pourtant avoir tellement bien travaillé pourtant.

Bon mais il me semble avoir reçu un signe encourageant juste après son hospitalisation: 

Je suis allée aux toilettes (lieu où on se soulage symboliquement). La lumière s'est mise à clignoter, puis elle s'est éteinte quelques secondes, et elle s'est rallumée. Cela ne l'avait pas fait avant, et ne s'est pas reproduit depuis.

Le soir, j'ai envoyé un SMS à ma belle-fille pour le lui raconter comme écrit ci-dessus. Au niveau de "elle s'est éteinte", le téléphone a "corrigé" par...

"elle s'est endormie" !!

Je suppose que c'est pour me rassurer (SOULAGER) quant à mes craintes que ma mère vive ce qu'a vécu son père, et que moi-même je vive ce qu'elle a vécu par ricochet à cette époque,, et me faire savoir qu'elle partira pendant son sommeil.

J'essaie de m'accrocher à cette idée, même si je l'avoue, les baisses de foi sont fréquentes. 

Pas facile ce chemin vers la foi totale.

Bonne journée à vous, et pensée particulière à mes amis et proches Héraultais dans la neige et le mauvais temps, et à bientôt

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 09:20
Oh ! Dis-le !!!!!!

Hello !

 

Voilà une bonne quinzaine de jours que mon 2ème livre est enfin paru :

 

« L'espérance qui grimpe vers les Etoiles » !

 

Dans un 1er temps, il est en vente sur le site de la maison d'édition « EDILIVRE », et dans quelques semaines il sera disponible sur d'autres sites de vente de livres.

 

Il est disponible en version papier et en version numérique.

Voici le lien :

 

https://www.edilivre.com/l-esperance-qui-grimpe-vers-les-etoiles-2583af4e17.html/

 

 

Autre sujet, c'est ce que l'on nomme « la dépression »

 

Beaucoup de personnes subissent ou ont subi cette épreuve, hélas.

 

Qu'elles en soient sorties ou pas encore, la plupart vivent très mal cette situation et en ressentent des sentiments de culpabilité, de remords, de honte, de mésestime de soi, parfois en lien avec les réactions de leur entourage, mais aussi et surtout en lien avec les jugements qu'elles portent sur elles-mêmes : elles se reprochent un « manque de courage », un « manque de volonté », une incompréhension, de la révolte, elles se reprochent le mal fait à leurs enfants, et/ou à leurs proches, etc.

 

Incompréhension notamment parce qu'on ne voit pas pourquoi on en est arrivé là. Il nous semble que nos épreuves ne le justifient pas, eu égard au fait que d'autres arrivent à passer bien plus d'épreuves et semblent s'en relever bien mieux.

 

PREMIER RAPPEL IMPORTANT : LA DEPRESSION EST UNE MALADIE.

De plus en plus d'études sont faites sur cette maladie et des pistes d'explications sont avancées. Il convient donc de bien s'informer avant de juger ces malades.

 

Sur le sujet, mes chers inspirateurs célestes, on s'en doute, ne partagent pas, mais alors pas du tout la vision négative que nous avons de nous-même quand nous avons traversé et/ou traversons cette épreuve difficile.

 

 

« La dépression, ont-ils expliqué, elle survient quand on n'a pas mis l'essentiel en « prime time », donc quand on s'est oublié, qu'on ne s'est pas écouté soi-même, qu'on a fait passer, trop souvent, les desiderata de quelqu'un d'autre, des autres, avant les siens propres ».

 

On est loin de l'image d'égoïsme, voire d’égocentrisme que certains peuvent avoir de ces malades.

 

Il m'a été expliqué que si notre âme a choisi de venir vivre cette maladie, cela peut être tout au contraire un acte d'Amour exceptionnel envers ses êtres aimés.

 

Comment cela me direz-vous ?

 

Eh bien parce cette « chère âme » a choisi de venir « exorciser » des souffrances importantes d'un ascendant (dans le sens de parent, grand-parent, etc.) qui n'ont pas pu ou pas voulu être exprimées et soignées, et ceci « AFIN D'EVITER A UN AUTRE ETRE CHER DE LA DESCENDANCE DE VENIR LE MANIFESTER PAR UNE MALADIE ET/OU UNE EPREUVE ».

 

D'où cette « épidémie » de déprimes, burn out et dépressions, dans les générations post guerre, qui ont fait leurs deuils comme elles ont pu, en règle générale en ravalant leurs larmes, et avec pour unique « pansement » :

 

« C'est la vie »

 

Certes, cette maladie s'est « installée », mise en place, à cause de failles de l'enfance, de vécus, de conditions et conditionnements d'existence et de survie parfois, de cette vie-ci, mais principalement du fait de ce choix d'incarnation de « réparation ».

 

C'est rassurant à plus d'un titre, me semble-t-il, si on veut bien se donner la peine d'y réfléchir, car cela peut amener à se rassurer sur soi-même, retrouver ainsi une meilleure image de soi, mais aussi parce que cela va nous permettre, si on « travaille » sur soi et sur le transgénérationnel, de pouvoir renaître de l'épreuve, tel un phénix, et la transformer en un formidable levier.

 

A chacun de voir.

 

Bonne journée en cette Sainte Odile, qui donne phonétiquement :

 

« OH DIS-LE ! »

 

"Oui, dis tes ressentis, dis tes peines, offre-toi ce cadeau là pour Noël !!!!!"

Partager cet article
Repost0
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 16:22
Les mystères des "Loyautés Familiales Invisibles"

Hello !


Eh non je n'étais pas partie en vacances ! 


Par contre, j'espère que vous avez bien profité des vôtres si vous en avez pris.


Pas mal de choses se sont passées, en lien avec les livres trouvés par "hasard" au vide-grenier, dont j'ai parlé récemment. Notamment:


"Le Syndrome du Gisant - Un subtil enfant de remplacement" de Salomon Sellam - Editions Berangel.


Mais remontons au début janvier de cette année.


J'avais trouvé la fêve dans une galette des rois, ce qui en soi est assez exceptionnel car je ne trouve jamais la fève, habituellement. La dernière fois, cela remonte à janvier 2011, après peut-être vingt ans sans jamais la trouver. Il s'agissait de:


Monsieur Loyal.


J'avais supposé, comme il semblait parler dans un micro ou souffler dans une trompette, que c'était un encouragement à faire entendre ma voix, en liaison avec ma mésaventure, quelques mois plus tôt, dans l'association où une mère en deuil m'avait hurlé et vociféré dessus, m'imposant le silence, au motif qu'elle avait la Vérité.


Avec le recul, je me rends compte que c'était très significatif tout cela, bien plus que tout ce que j'avais découvert jusque là, car il y avait aussi la notion de "LOYAUTE Familiale Inconsciente", pour "l'enfant de remplacement" que je suis (née après un enfant mort), et sur laquelle mes chers Anges tentaient d'attirer mon attention, théorie qu'étudie la Psychogénéalogie.


Apparemment il y avait encore un travail de découverte et de "nettoyage" à faire.


Et cette fois-ci, la fève que j'ai trouvée était:


OBELIX !


J'avoue ne pas avoir compris du tout la symbolique jusqu'à la lecture du livre cité plus haut.


En effet, vu mon gabarit (43 kg pour 1m54), j'avais fait remarquer à ces chers Anges que son compère (Astérix) me paraissait plus approprié. 


Et que dire de sa force physique, loin, bien loin de la mienne !


La solution, je l'ai trouvée p. 220, où l'auteur, qui utilise l'expression "Fidélité Familiale Invisible", explique qu'il s'agit d'une "sorte d'ordre, d'exigence gravée dans les discours inconscients des témoins de l'épisode douloueux. Ces derniers "font passer" ce message de génération en génération jusqu'à la résolution "biologique" finale par l'intermédiaire de l'un de leurs héritiers".


Et Obélix, il est où ???


Le voilà, un peu plus bas, toujours page 220 de l'ouvrage, par la plume de Salomon Sellam:


"Ces FFI (Forces Familiales Inconscientes), je les compare à Obélix, le fameux Gaulois qui était tombé dans la potion magique dès son plus jeune âge. Il ne se rend plus compte de sa force magique invisible, inconsciente. A la place de potion magique, vous pouvez mettre FFI."


!!!!!!!!!!!!!!!!


Parallèlement, sur la même période, une nuit où j'avais un peu de fièvre (je reviendrai sur mon souci de santé et ses sens plus tard), j'ai "vu" une dame "décédée", dont la photo m'avait été envoyée par une gentille jeune femme avec laquelle j'avais sympathisé à l'occasion d'une


Constellation Familiale !!!


Et qui était passée me voir, lors d'une escale sur le Chemin de Saint Jacques (lequel passe près de chez moi) qu'elle effectuait avec son compagnon.


La dame "décédée" de la photo m'a parlé d'un fait précis qui concernait apparemment la jeune femme, sa filleule, mais aussi elle évoquait une "soeur".


Or, elle n'avait pas de soeur.


??????


J'ai ressenti de faire le lien, de mon côté, avec des jumeaux, frères et soeurs de ma mère, morts en bas âge.


Ma belle-soeur m'a renseignée sur eux, car mon frère avait étudié notre généalogie jusqu'en 1300 environ !


Il y a eu 2 paires de jumeaux décédés. Les dates retrouvées par ma belle-soeur d'un des 2 couples de jumeaux m'ont semblé intéressantes, sachant qu'il s'agissait:


D'UN GARCON ET D'UNE FILLE.


Le garçon était mort-né, et la fille était "partie" à 5 mois. Ma mère était âgée de 8 ans à ce moment là.


Ils sont nés le même mois que moi, et c'est donc aussi la date de décès constaté du garçon.


Comme stipulé par Salomon Sellam, j'ai comparé les prénoms, et... Bingo !


Le 2ème prénom de cette petite tante est mon 2ème prénom aussi, et aussi le 2ème prénom de ma grand-mère maternelle (mère des jumeaux donc). Précision: ma grand-mère maternelle se faisait appeler par son 2ème prénom.


Autre précision importante: quand nous étions petits, les gens nous prenaient, mon frère et moi pour...


DES JUMEAUX ! 


Nous avions moins de 11 mois de différence, mon frère étant né 1 mois avant la date prévue...


Et a failli mourir lui aussi, bébé, victime d'asthme. Rappel: notre demi-frère, est décédé en 1948, le jour anniversaire de son père, d'une angine diphtérique (étouffement).


Bon, à l'âge adulte, vu nos différences physiques, nous aurions plutôt pu évoquer...


Astérix et Obélix !!


Ce n'est pas terminé, la suite bientôt !!!

Belle journée à tous et toutes !!!

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 17:43
Ca s'emmêle !!!

Hello !


Mercredi 18 (jour du billet précédent), nous discutions au téléphone avec une jeune femme, avec qui j'ai souvent des signes. Elle me racontait des soucis familiaux, et j'ai ressenti de lui parler de la nécessité de "nettoyer" les influences liées au "formatage familial". 


A CE MOMENT LA, un souffle s'est fait entendre dans le téléphone, auquel je n'ai pas prêté vraiment attention sur l'instant, mais, comme il se prolongeait, tandis que je précisais ma pensée, j'ai réalisé qu'il s'agissait peut-être d'un signe. 


Cela évoquait quelqu'un qui souffle pour disperser de la poussière. 


Est-ce le fait que j'aie compris ? 
Le bruit s'est arrêté !


J'ai donc attiré l'attention de ma correspondante sur le bruit, qui lui avait aussi paru étrange, puis nous avons continué à discuter... d'autre chose. Peu après, j'ai ressenti de lui rappeler la nécessité évoquée plus haut...


ET A NOUVEAU, LE SOUFLE A REPRIS BRIEVEMENT ! 


Confirmation ???


Aujourd'hui, nous avons acheté, avec mon compagnon, le N°30 du magazine de l'INREES, "INEXPLORE", titre:


"La révolution quantique"


J'ai commencé à le lire: très intéressant, et notamment pour ce qui me concerne, l'article qui a attiré mon attention en premier, pages 40 à 43, rubrique "Monde Invisible":


"Quand les fantômes familiaux s'en mêlent", par Catherine Maillard.


Plusieurs témoignages sont évoqués, et, sous le sous-titre "La libération du secret", page 43: 
"(...). Pourquoi est-on en quelque sorte "hanté" par un ancêtre ? Peut-on se libérer ? "Cette mémoire se transmet parce que le traumatisme initial n'a pas pu trouver de représentation, c'est-à-dire, qu'il n'a pas pu être nommé ni parfois même pensé", répond Bruno Clavier. D'où la notion de secret. Les "mystérieuses manifestations" seraient alors une tentative de résoudre le traumatisme de la lignée pour libérer l'impact transgénérationnel."


Suivent quelques conseils et explications pour transformer ces "fantômes" en force.


Sur le même sujet, j'ai remarqué dernièrement, en y regardant de plus près, dans ma famille maternelle, des "coïncidences" dramatiques troublantes.


Je rappelle que ma grand-mère maternelle a vu un de ses fils fusillé par l'occupant, parce que Résistant, à l'âge de 18 ans, pendant la  dernière guerre, en même temps que le premier mari de ma mère.


Ma grand-mère (dont je porte en 2ème prénom son 2ème prénom, qui était son prénom usuel), a eu 3 garçons et 5 filles (qui ont survécu, car elle en avait perdu en bas âge).


4 des 5 filles adoraient leur mère.


* Une d'entre elles, ma mère, a "perdu" 2 enfants: celui qu'elle a eu avec son premier mari, à l'âge de 4 ans environ, puis mon frère, de son 2ème mari, à l'âge de 57 ans (cancer du poumon, mais décès dû à un oedème pulmonaire).


* Une autre a "perdu" son fils âgé de la cinquantaine aussi, d'un... cancer du poumon !
* La 3ème s'est vu enlever son premier fils, en bas âge, par son propre père (mon grand-père) et son premier mari, quand elle l'a quitté. Elle n'a revu ce fils qu'en fin de vie. Il est décédé peu après... et elle quinze jours après lui !


* Et enfin, la quatrième a vu son fils revenir de la guerre d'Algérie complètement malade et brisé. Il n'a pas eu de vraie vie. Elle est "partie" avant lui, mais a dû s'en occuper toute sa vie.


* La 5ème soeur, qui elle était plus proche de son père, a eu 2 filles, mais a été veuve de bonne heure et n'a pas refait sa vie.


Etranges "coïncidences" non ?

 

Dernièrement, j'ai aussi lu:


"L'approche chamanique de la thérapie" - "Médecine Supra Quantique du Vivant" de Liliane Van der Velde et du Dr Olivier Chambon -Médecin Psychiatre- (Editions de Noyelles).


Beaucoup de témoignages, d'explications et de méthodes dans cet ouvrage, dont beaucoup confirment en tous points les explications que me donnent mes chers inspirateurs célestes.


Une autre façon de soigner semble en marche, je m'en réjouis vraiment. Que de progrès depuis des décennies !


Excellente soirée à vous !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lesangesetmarylou8
  • : Témoignages personnels sur l'au-delà et les Anges Gardiens, la médiumnité, la psychologie et la spiritualité
  • Contact

Recherche

Liens