Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 16:02

 

Hello !


Voici un message que j'ai reçu le 08 08 14:


"Le déni, c'est la Résistance au processus de guérison.
Le déni est mis en place par notre part d'ombre (ou mauvais ego), qui sait fort bien que la conscience des faits toxiques va amener à travailler sur l'impact que ces faits ont eu sur nous. La conscience va nous amener à "désamorcer" la bombe.
Le déni est induit par l'étendard de l'Amour que notre part d'ombre agite devant nos yeux.


"Voir les choses telles qu'elles sont, c'est manquer d'Amour, c'est juger", nous susurre-t-elle.


Or, cet étendard là, c'est un leurre, ce n'est pas le vrai sens de l'Amour, c'est la cape rouge qu'agite le torero pour mieux terrasser le taureau !
L'Amour, le vrai, celui qui n'est pas le résultat de manipulations et/ou idées fausses, c'est celui qui est "pleine conscience".


On ne peut pas soigner, et encore moins guérir une maladie si on n'a pas établi le bon diagnostic.
Bien au contraire. Pour établir le bon diagnostic, il faut tenir compte de tous les symptômes, de tous les faits, y compris les témoignages extérieurs."

 

Suite reçue aujourd'hui:


"Le déni, il s'apparente à un ersatz d'absolution, car absolution accordée sans demande de pardon !
Le déni ne conduit pas au pardon, comme on pourrait être tenté de le croire. C'est l'antithèse du pardon.. C'est un pardon qui reposerait sur du sable, car basé sur une réalité faussée, donc qui va voler en éclats tôt ou tard, et parfois avec fracas.


Pardonner, c'est important, bien évidemment. C'est effectivement le chemin vers la guérison, mais ce chemin vers la guérison, pour ne pas reposer sur du sable, il doit s'effectuer sur un "terrain" restauré, réparé soigneusement, sans plaies à vif, au risque de camoufler des souffrances qui vont s'infecter.


Donc, le bon ordre pour aller vers la guérison, c'est D'ABORD et AVANT TOUT SOIGNER LES BLESSURES, mais les soigner VRAIMENT, en prenant le temps qu'il faut pour cela. Ensuite, le pardon pourra intervenir plus aisément, mais surtout définitivement."

 

Je reviens sur le billet précédent, et sur l'importance de bien repérer les similitudes et signes permettant de comprendre d'où vient le problème, face à un événement douloureux.


Parmi la multitude de signaux significatifs que j'ai pu repérer,(mais sans prendre le temps d'y travailler dessus !), dans l'analyse de mon horrible mésaventure de 2010, en voici un particulièrement parlant:


Le prénom de la personne par l'intermédiaire de qui je suis tombée sur cette funeste association, est exactement le même que celui de ma copine d'enfance avec qui nous nous disputions la première place à l'école. Ce prénom là comprend presque toutes les lettres du prénom de ma mère... sauf 2.


Et ces 2 lettres manquantes, dans l'ordre, sont:


J et E, soit JE !!!!


Autre "coïncidence", le prénom de la grande soeur de cette copine, dont le regard méchant posé sur moi s'est gravé dans mon inconscient, à mon insu (rappel: je devais avoir une quinzaine d'années et avais eu le "permis de conduire" délivré par la Prévention Routière, alors que sa soeur non), ce prénom là contient phonétiquement une partie de celui de ma mère et la fin du mien !!!


"Parlant" et significatif non ? 


La suite bientôt, bonne fin de journée !!

 

 

Image du site Mamietitine

Image du site Mamietitine

Partager cet article
Repost0

commentaires