Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 13:16
Des paroles ou des actes ????

Hello !


Aujourd'hui, petit énervement !


Quand on voit, lit ou entend les beaux discours et voeux d'Amour, tolérance, pardon... venant de personnes qui se veulent (sincèrement, à n'en pas douter) élevées spirituellement, et même être des guides, des maîtres à penser, exhortant à l'ouverture, à l'accueil, et que parallèlement on les voit, lit ou entend clouer au pilori d'autres êtres humains (j'insiste bien sur ce qualificatif), simplement parce qu'ils ne partagent pas leurs idées politiques... 


Quitte à sauter sur le moindre mot, la moindre phrase, à les sortir de leur contexte, relayant des infos, sans parfois même prendre la peine de s'assurer de leur véracité, et ceci pour mieux porter des jugements négatifs sur des personnes, les condamner, et tant pis si ce sont des procès d'intention...


Tout cela donc me plonge dans des abîmes de perplexité !


Ces "accusateurs", vu leur cheminement, ne peuvent pas ignorer l'impact de toutes ces pensées, paroles et actions. 


Ces "accusateurs" peuvent-ils ignorer que ces pensées, paroles et actions ne s'effacent pas, ne sont pas des pensées, paroles et actions "en l'air", du moins pas au sens qu'on donne à cette expression, habituellement, mais qu'au contraire, toutes ces pensées, paroles et actions vont alimenter l'égrégore négatif qui lui-même va pousser des êtres aux "vibrations" similaires, à des pensées, paroles et actions en adéquation, donc destructrices pour eux-mêmes mais aussi hélas pour d'autres autour d'eux.


Y compris des innocents !


Comment s'en étonner quand on a accusé quelqu'un à tort, même "seulement" avec des mots !
Qui peut raisonnablement ignorer qu'il y a des mots qui font plus mal que des coups ? Que des mots à eux seuls peuvent tuer ? Tuer "ne" serait-ce "qu'intérieurement" ?


Même "uniquement" intérieurement, cela semble monstrueux non ?


Les humiliations publiques peuvent tuer, ce sont, je le répète encore, des armes de choix de destruction de l'individu prisées par les sectes et gourous pour se débarrasser de ceux qui ne pensent pas comme eux. Il faut bien en être conscient: tuer intérieurement c'est potentiellement pousser au suicide ou à l'auto-destruction.


Les exemples ne manquent pas me semble-t-il.


Récemment, un copain de ma petite-fille a mis fin à ses jours.


Mais s'il n'y avait pas de mauvais exemples autour d'eux, s'il n'y avait pas de complaisance coupable envers les "agresseurs verbaux, les "snipers" à l'affût du moindre mot dont ils vont se saisir pour se faire mousser et remarquer, car c'est bien de cela qu'il s'agit pour certains, "lapidant" (dans le sens de jeter la pierre) et mettant en pièce un autre, des autres ETRES HUMAINS (j'insiste bien, une fois encore, sur ce qualificatif !).


Hier untel, aujourd'hui un autre, demain et les jours suivants, il faudra chercher une nouvelle proie afin de continuer à faire le "buzz".


Je trouve cela effrayant, plus encore que de l'inhumanité.


N'est-ce pas incongru ensuite de lire ou entendre certais parmi ces "snipers" faire de grandes tirades sur la nécessité d'aider le prochain dans la souffrance, de l'accueillir, quitte à donner de grandes leçons "d'humanité" !


Mais la générosité, elle ne s'impose pas (dans le sens d'obliger). On ne peut pas forcer quelqu'un (qui au même titre que nous est un être souverain), à adopter notre vision de la générosité !


Parce que quelqu'un qu'on oblige à la "générosité", si cela va à l'encontre de ses idées, désirs, possibilités, il va en ressentir de la frustration, de la colère, de la révolte, de la rancoeur, et pour finir peut-être de la haine...


Sentiments qui peuvent pousser vers les extrêmes, qui y poussent inexorablement !


La générosité, c'est beau, c'est grand, c'est admirable, mais par définition c'est un élan qui vient du coeur, du plus profond de soi.


Mais il convient de ne jamais négliger que "chacun voit midi à sa porte", c'est-à-dire que chacun est sensible à ce qui éveille en lui des sentiments, que ce soit d'empathie, de compassion, de solidarité, d'amour et d'amitié. C'est fonction de son vécu, de ses expériences, qui ont forgé ses convictions.


A tort ou à raison. Mais la meilleure façon de faire comprendre quelque chose, n'est-elle pas d'expliquer, de démontrer, de donner l'exemple plutôt... avec respect, plutôt que d'accuser, de "cogner" avant de chercher à comprendre ???


Parce que du fait du vécu de chacun, de ses affinités, de ses ressentis, la cause défendue par l'un peut lui paraître dérisoire, futile, inutile ou peu importante par rapport à celle qui lui tient à coeur.


C'est pourquoi, me semble-t-il, il appartient à chacun, s'il souhaite défendre efficacement une cause, DE RELEVER SES PROPRES MANCHES, de commencer par ouvrir son propre coeur, son propre porte-feuille, sa maison s'il le souhaite, et l'exemple aura bien plus d'impact que des discours accusateurs, vindicatifs, agressifs, qui peuvent certes lui donner (illusoirement ?) bonne conscience, voire faire illusion momentanément, mais qui ne sont  que des mots vides de sens peut-être, mais porteurs de négativité sûrement.


De quel droit imposer aux autres sa propre vision de la générosité ?


"On n'est jamais si bien servi que par soi-même" dit le proverbe. Servir une cause, ce n'est pas se contenter d'en parler, d'exhorter, de regarder par dessus l'épaule du voisin pour juger ce qu'il fait ou pas.


La meilleure façon d'avancer n'est-elle pas d'aller sur le terrain, d'agir, de se donner à soi-même les moyens d'action ?


Ne perdons pas de vue pour autant qu'il est CAPITAL, dans toute situation, d'aider A BON ESCIENT, avec discernement, donc, pour reprendre une expression qu'aiment à répéter mes chers inspirateurs célestes, "de bien prendre garde à regarder NON SEULEMENT LA LUNE, mais AUSSI LE DOIGT, en remontant même jusqu'au crâne qui commande ce doigt".


Trop de gens se servent du malheur d'autrui pour se faire valoir, se créer un réseau, voire s'enrichir en profitant de la générosité et du travail des âmes charitables.


Et aider ces gens là, cela ne peut qu'attirer des ennuis (croyez-en ma cuisante expérience). Des ennuis à soi-même, mais aussi parce qu'on devient complice involontaire, mais complice quand même, des soucis et torts faits aux victimes parce que non seulement elles ne sont pas aidées à hauteur de la générosité récoltée, mais pire encore, parce qu'il peut leur être fait du mal par cupidité, bêtise et ignorance.


Pour finir, revenons sur le sujet des "snipers". La complaisance envers eux (quand ce n'est pas de l'admiration !) s'apparente à de la complicité, il faut bien en être conscient.


Mes chers inspirateurs célestes alertent sur l'idée reçue un peu facile de croire que lorsqu'il s'agit de quelqu'un de médiatique, ce n'est pas grave... Tant de gens le font, alors ils seraient blindés !


"C'est une grossière erreur de penser cela et donc de minimiser le pouvoir des mots et des actes. Il y a un "enfant intérieur" en chacun de nous, quel qu'il soit, personnage "public" compris. 
La souffrance peut amener à se "blinder", il ne faut pas perdre de vue cela. Se blinder, c'est étouffer sa sensibilité, c'est se couper de ses émotions.
Le risque ?
Il est particulièrement grave.  En se coupant de ses émotions, en étouffant sa sensibilité, on devient donc mathématiquement insensible, indifférent, inconscient de ses propres souffrances certes, mais aussi de celles des autres ! Avec tous les risques que cela comporte pour soi-même et pour les autres."


La souffrance peut mener à la violence envers soi-même comme expliqué, mais aussi envers les autres, par vengeance ou par désespoir. Voilà pourquoi il est particulièrement important de respecter les peurs, les ressentis, les opinions et idées des autres, sinon, c'est faire preuve de sectarisme. 


Et le sectarisme, il amène à se couper des autres.


Où seraient les richesses provenant des différences, de la diversité ???


L'Amour il n'impose rien, il propose.


"Hasard" ? Juste après avoir écrit ce message dans mon cahier, ce matin, j'ai entendu aux infos qu'un utilisateur d'un réseau social qui avait menacé et injurié un personnage public a été condamné.


Bonne journée !

Partager cet article
Repost0

commentaires